Compter les sacres

En septembre 2013, Influence Communication, «le plus important courtier en nouvelles au Canada», publiait son «Analyse de l’utilisation des jurons dans les médias québécois» (PDF ici).

L’étude portait sur la période allant du 1er septembre 2012 au 31 août 2013 et couvrait la radio, la télévision et les journaux.

Citations choisies

1. «Au cours des deux dernières années, la radio et la télévision québécoises nous ont servi 71 275 jurons. En moyenne, nos médias diffusent 98 jurons par jour ou quatre à l’heure» (p. 4).

2. «Nous avons remarqué une corrélation entre l’utilisation des jurons et le poids médias des nouvelles suivantes : la loi sur le placement syndical, les révélations sur la corruption/collusion, les problèmes de circulation. En fait, plus nos médias accordent de l’attention à ces thèmes et plus nous relevons de jurons.

Si nous qualifions la radio de média spontané, il en est de même dans l’utilisation des jurons. En effet, 79 % des “sacres” sont diffusés à la radio. Or, celle-ci ne génère en moyenne que 66 % de l’ensemble du contenu des médias électroniques au Québec (radio et télévision). La radio est donc surreprésentée à ce chapitre considérant son poids relatif» (p. 4).

3. «Avec un poids médias frôlant le 25 %, “maudit/maudite” est l’expression la plus largement utilisée dans l’ensemble des médias (radio et télévision) chaque année. À titre d’exemple, lors de la dernière année, sur 12 000 “maudit” recensés au Québec, 1 163 ont été publiés dans les journaux, 1 925 prononcés à la télé et plus de 9 167 entendus à la radio.

Au second rang, on pourrait parler de spécificités médiatiques. “Tabarouette” est le juron radiophonique par excellence dans 19 % des cas. À l’inverse, la télévision privilégie l’interjection “merde” dans 17 % des situations» (p. 5).

Le 5 juin 2013, sur les ondes de Radio-Canada, l’Oreille tendue sacrait, et beaucoup. Cela a peut-être gonflé artificiellement la place de tabarnak dans les chiffres d’Influence Communication. (Selon les statistiques des pages 11-12, parmi «Les jurons les plus populaires», «Tabarnacle» arrive au 19e rang, «Tabarnak» au 25e, «Tabernacle» au 36e et «Tabernak» au 46e.)

Langue de campagne (31) : la langue de François Legault

Déclaration de François Legault, le chef de la Coalition avenir Québec, ce matin, à Trois-Rivières, dans le cadre d’une intervention électorale : «Si vous voulez reconnaître que les neuf années libérales ont donné d’la merde qu’on a actuellement, ben, changez, essayez une autre recette.»

Passons sur le fait qu’il n’est pas du meilleur goût de mêler, dans la même phrase, «merde» et «recette» à «essayer».

De même, laissons de côté l’indécision prépositionnelle du chef de la CAQ. Il aurait bien sûr dû dire «ont donné la merde qu’on a actuellement» au lieu de «ont donné d’la merde qu’on a actuellement».

Deux choses cependant méritent d’être notées.

La première est que François Legault est probablement convaincu de ne pas s’être abaissé, et sa fonction avec lui, en utilisant «merde» au lieu du mot qui serait venu à la bouche de tout Québécois normalement constitué, «marde».

L’actualité récente a donné un autre exemple de ce type de comportement. Le syndicaliste Bernard «Rambo» Gauthier, témoignant devant la Commission (québécoise) d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction — la Commission Charbonneau, du nom de la juge qui la préside — et voulant bien «perler», a déclaré ceci : «Je l’ai traité de… masturbateur. Ça va ça, non ?» Là où le chef caquiste faisait entendre «marde» en disant «merde», «Rambo» faisait semblant de cacher «crosseur» sous «masturbateur».

On ne saurait le nier : cela relève fort le niveau des échanges publics.

La seconde chose que fait ressortir la déclaration de François Legault est la même que lors du débat des chefs du 20 mars : voilà quelqu’un qui n’a aucune oreille. Les subtilités de la langue — et notamment des niveaux de langue — lui échappent complètement. Voilà qui explique peut-être pourquoi les questions culturelles l’indiffèrent tant.

P.-S. — Aux élections de 2012, Martin Caron, alors candidat de la CAQ, avait été moins timoré que son chef en parlant clairement de «marde» au sujet de la loi 78. Il est vrai que le quotidien le Devoir avait alors remplacé ce mot par «merde»…

 

[Complément du 26 mars 2014]

Ce matin, à la radio, François Legault déclarait : «Jean Charest, il n’avait pas de couilles. Et je pense que Philippe Couillard, il n’en aura pas plus.» De l’ancien chef du Parti libéral du Québec à son remplaçant, ce serait blanc bonnet et bonnet blanc.

Le chef de la CAQ aurait-il préféré «les couilles de Couillard» aux «gosses de Couillard» ? On ne lui connaissait pas un tel sens de l’euphonie.

De la rétention de la crosse

Il y a actuellement, dit-on, des jeux Olympiques, en Russie. S’y tiendraient des matchs de hockey.

Le français étant une des langues officielles du mouvement olympique, on rend compte des matchs dans cette langue. Cela peut donner ceci :

Vocabulaire du hockey aux Olympiques

(Merci à @jougosselin.)

Palais est mis pour palet (la rondelle). C’est mignon et ça ne porte pas à conséquence.

Pour rétention de la crosse, c’est plus délicat.

La rétention, selon le Petit Robert (édition numérique de 2014), est le «Fait de retenir». La crosse, pour certains, est un synonyme de bâton de hockey. Si l’on s’en tient simplement au sport, la rétention de la crosse désignerait donc le fait de retenir le bâton d’un adversaire. Le joueur s’en rendant coupable est puni.

Mais la crosse, ce n’est pas seulement le hockey.

C’est aussi la fraude, à petite ou grande échelle : il est bon de savoir que sa rétention serait punie sur la glace olympique.

La crosse, c’est encore la «Pratique qui consiste à provoquer le plaisir sexuel par l’excitation manuelle des parties génitales (d’un partenaire ou de soi-même)» (le Petit Robert, à «masturbation»). Or, quand on lit, dans la définition de rétention que, médicalement, celle-ci est une «Accumulation dans une cavité ou un tissu (d’une substance qui devait en être évacuée). Rétention d’urine. Rétention d’eau dans les tissus», on ne peut que laisser vagabonder son imagination.

C’est dangereux.

 

[Complément du 26 février 2014]

Aujourd’hui, la Commission (québécoise) d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction — la Commission Charbonneau, du nom de la juge qui la préside — entendait le témoignage du syndicaliste Bernard «Rambo» Gauthier.

Souhaitant manifestement éviter l’emploi de mots à ses yeux trop vulgaires pour le contexte dans lequel il se trouvait, «Rambo» a déclaré : «Je l’ai traité de… masturbateur. Ça va ça, non ?» (Merci à @Ant_Robitaille.)

À défaut de rétention de la crosse, on peut parler de rétention du crosseur.

Le vernaculaire du Devoir

Les audiences de la Commission (québécoise) d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction — la Commission Charbonneau, du nom de la juge qui la préside — permettent d’apprendre des masses de choses, et pas seulement sur la corruption et le copinage.

L’autre jour, on a ainsi appris, grâce à l’écoute électronique, que l’ex-président d’un des plus gros syndicats du Québec, la Fédération des travailleurs du Québec, était à tu et à toi avec l’ex-premier ministre du Québec.

Extrait d’une conversation entre Michel Arsenault et Jean Charest : «La marde va frapper la fan tantôt, Monsieur le Premier Ministre» (le Devoir, 30 janvier 2014, p. A1).

Grâce à la commission Charbonneau, on apprend aussi des choses sur la conception de la langue du quotidien le Devoir.

La marde va frapper la fan est un calque de l’anglais The shit will hit the fan. On notera que le Devoir accepte marde comme un mot de la langue vernaculaire du Québec (il n’est pas mis en italique), mais pas fan (qui l’est).

La corruption mène à tout.

 

[Complément du 4 février 2014]

Contexte : cette façon de traiter la marde est nouvelle au Devoir; voir ici.

Syndicalonécrozoophilie

Les bénéficiaires de l’Oreille tendue connaissent les crosseurs : ceux qui s’autosatisfont, ceux qui trompent les autres, ceux qui se promènent à moto. Il en est d’autres espèces, plus spécialisées.

La semaine dernière, l’ancien président de la Fédération des travailleurs du Québec, Michel Arsenault, témoignait devant la Commission (québécoise) d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction — la Commission Charbonneau, du nom de la juge qui la préside. Son témoignage a entraîné le commentaire suivant de Lino Zambito, lui-même déjà entendu par la commission :

Crosseur de poules mortes

(Merci au tumblr de La soirée est (encore) jeune pour cette découverte.)

Il y aurait donc des gens, dont l’ex-président de la FTQ, qui branleraient des gallinacés décédés.

Cela entraîne nombre de questions. Pourquoi la poule et pas le coq ? Le gallinacé mort répond-il à ce genre de caresses ? Le pluriel de poules mortes est-il justifié ? Est-ce plus grave d’être un crosseur de poule(s) morte(s) qu’un crosseur de poule(s) vivante(s) ? Quels sont les traits qui permettent de repérer le crosseur de poules mortes (Michel Arsenault en a «l’air») ?

Tant d’interrogations, si peu d’heures.