Répéter sans fin

Il existe des chansons poisons, également appelées vers sonores, ces airs qui nous trottent dans la tête sans qu’on puisse s’en défaire.

Cela sévit aussi hors du strict domaine musical.

Ainsi des ouvriers qui ont creusé un cratère dans le jardin de l’Oreille tendue. Le chargé de projet aime bien utiliser l’expression La vie est ainsi faite que. Cela a déteint sur plusieurs de ses employés, au point que le contremaître, lui, est exaspéré d’entendre à tout propos ces quelques mots. Cette rengaine l’horripile.

Une expression poison ? C’est, en tout cas, une forme de ver sonore.

Fredonner sans fin

Vous vous réveillez le matin avec un petit air en tête : Joe Dassin, Renée Martel, Stockhausen. Vous ne pouvez plus vous en défaire de toute la journée. Comment appeler cela ?

Monique Giroux, de Radio-Canada, proposait, à une certaine époque, chanson poison.

Sur le modèle de music worm, une fidèle lectrice de l’Oreille tendue, @PimpetteDunoyer, utilise ver sonore. Elle dirige ses lecteurs vers une bande dessinée en ligne, sur le blogue BD de cul, qui illustre bien l’affaire.

Quel que soit le terme retenu, une chose est sûre : c’est bien peu appétissant. Ça peut même être mortel.

Entendre Miron

Avant-hier, à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des arts, le spectacle Douze hommes rapaillés, la mise en chanson collective (ils sont douze) de quelques poèmes de Gaston Miron, l’auteur de l’Homme rapaillé.

L’intérêt de ce genre d’entreprise réside dans ce qu’elle permet d’entendre de neuf dans des textes déjà connus.

Un seul exemple, «Je t’écris pour te dire que je t’aime», poème-lettre interprété par Michel Faubert. Le jeu de guitare et, surtout, la voix du chanteur révèlent dans cette «rengaine» une chanson country. Ça s’entend notamment dans la prononciation de quelques mots — «voéyage», «souèr», «nége», «sur le seuil des mémouèrs» —, prononciation qui n’aurait pas été celle de Miron en lecture publique.

On ne s’attendait pas à ça. On est ravi.

Trop, c’est comme pas assez, bis

L’Oreille tendue a déjà eu l’occasion de parler apocope lexicale (diff pour difficile, confo pour confortable) et apocope syntaxique (C’est moi, l’équipe-école). Dans un cas comme dans l’autre, c’est simple : on coupe.

La situation inverse existe aussi : on ajoute, inutilement. Cela donne à quelque part et en quelque part, et de d’autres.

Ce n’est pas mieux.

Raggamuffin linguistique

Mad’MoiZèle GIRAF (majuscules certifiées d’origine) est un duo qui,  si l’on en croit son site Web, pratique le «raggamuffin en québécois». (Raggamuffin ? Selon Wikipédia, il s’agit d’un «genre musical issu du mouvement dancehall reggae et apparu en Jamaïque à la fin des années 1980, caractérisé par une diction répétitive».)

Sa pièce «Montréal stylé» (2009) est une ode à Montréal et à la multiplicité de ses langues.

C’qui fait le charme de ma ville
Ce n’est pas difficile à déc’ler
Moi c’qui me plaît avant tout
C’est surtout sa diversité
Ici on entend parler l’anglais
On entend le mandarin
On entend le portugais
Et ben sûr l’accent italien
On entend les notes de l’arabe créole espagnol à la même table
Et moi j’m’exprime en patois
Le français d’venu québécois

On pourra contester l’interprétation linguistique du duo — le québécois n’existe pas, la langue parlée au Québec n’est pas un patois —, mais on ne saurait lui reprocher son absence de rythme.

P.-S. — «Stylé» doit être prononcé à l’anglaise.

Référence

Mad’MoiZèle GIRAF, «Montréal stylé», dans Peindre la GIRAF, High Life Music, 2009.