Penser à Paris

Jean Lacoste, Paris philosophe, 2018, couverture

«We’ll always have Paris.»
Humphrey Bogart, Casablanca, 1942

D’abord pour la Nouvelle Quinzaine littéraire, puis pour la publication numérique En attendant Nadeau, le philosophe Jean Lacoste a rédigé de courts textes sur le Paris des philosophes. Quelle est cette ville pour les philosophes de métier ? Où vivent-ils ? Quels endroits fréquentent-ils ? Comment cette ville influence-t-elle leur façon de penser ?

Paris philosophe rassemble vingt-cinq de ces «déambulations», diversement caractérisées : «petites déambulations philosophiques» (p. 9), «déambulations sentimentalo-philosophiques» (p. 39), «déambulation méditative» (p. 51), «petites déambulations […] péripatéticiennes» (p. 93), «brèves déambulations historiques» (p. 191). Deux traits les définissent : «format court de rigueur» (p. 8); «lieux à forte teneur philosophique» (p. 45).

Cela commence près de la tour Saint-Jacques, avec Pascal, pour se terminer à Vincennes (disparue), autour de Deleuze. Entre les deux, on suit à la trace, loin de l’ordre chronologique, des philosophes de toutes les époques : Abélard, Descartes, Voltaire, Rousseau, qui incarne la «pure philosophie de la déambulation» (p. 172), Auguste Comte et Derrida, Alain et Sartre, Bergson et Foucault, Ricœur et Althusser (dans un texte bien décevant malgré sa place centrale dans le livre), beaucoup d’autres encore.

Le ton est léger. Dans ces «divertissements» (p. 8), Jean Lacoste se laisse guider «par le seul hasard de l’humeur» (p. 9). Il pratique avec délectation «une sorte d’appropriation anecdotique et géographique de la philosophie» (p. 13). Il superpose les adresses d’aujourd’hui à celles d’hier et multiplie les itinéraires. La petite histoire, celle des anecdotes, dialogue avec la grande, celle des institutions (la Sorbonne, l’École normale supérieure, etc.), beaucoup des philosophes retenus ayant été «profs de philo» (p. 187). Plusieurs des abrégés d’histoire intellectuelle proposés sont des cours de philosophie, par exemple autour des Déracinés, le roman de Barrès qui met en scène Taine.

Cela devrait se lire avec plaisir.

L’Oreille tendue aurait aimé partager le bonheur de l’auteur, mais cela n’a pas été tout à fait le cas. La ponctuation est fantaisiste, voire fautive. Toutes les références des citations ne sont pas données et, quand elles le sont, la forme des adresses bibliographiques varie d’une page à l’autre (l’Oreille est bibliographe). Il y a des coquilles, certaines arithmétiques : au premier paragraphe de la p. 128, il est question de la «semaine sainte 1746»; au deuxième, on évoque un événement survenu «Six ans plus tard», en juillet… «1749». Le souhait de faire une place aux femmes dans l’histoire de la philosophie est louable (p. 8, p. 28, p. 39, p. 93), mais peu suivi d’effets, à l’exception des portraits de Mme Helvétius, de Simone Weil et de Simone de Beauvoir. Tel «comme on sait» (p. 72) sent (un peu trop) le professeur. Si l’on tique devant les répétitions de mots — tous ne tiquent pas —, quelques passages peuvent agacer (p. 78, p. 164, p. 186).

Pareil parcours suppose une large érudition. On peut malheureusement la prendre en défaut. Voyons ce qui concerne Diderot, déjà victime de l’erreur de calcul ci-dessus. L’Encyclopédie, qu’il a codirigée, ne compte pas «25 volumes au total» (p. 129), mais 28 (17 de discours, 11 de planches). Les lettres conservées de Diderot à Sophie Volland ne vont pas de 1759 à 1775 (p. 129), mais de 1759 à 1774. Lacoste affirme, sans l’ombre d’une hésitation, que Diderot a rendu visite à Voltaire lors du retour de celui-ci à Paris en 1778 (p. 141). Tous les exégètes ne partagent pas cette assurance s’agissant de la supposée rencontre entre les deux hommes : «il est étonnant qu’il existe très peu de preuves formelles attestant qu’elle ait vraiment eu lieu», écrit Arthur M. Wilson (p. 574); pour sa part, José-Michel Moureaux indique que l’«historicité» de cette rencontre «a été contestée» (p. 169 n. 4).

S’il en est ainsi de celles qui concernent Diderot, qu’en est-il des autres informations rapportées dans l’ouvrage ? Le doute est une vertu philosophique, mais on aurait aimé ne pas avoir à l’exercer ici.

P.-S.—C’est vrai : ce n’est pas la première fois que l’Oreille cite la phrase d’Humphrey Bogart en épigraphe (voir ).

Références

Lacoste, Jean, Paris philosophe, Paris, Bartillat, 2018, 210 p. Ill.

Moureaux, José-Michel, «La place de Diderot dans la correspondance de Voltaire : une présence d’absence», Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 242, 1986, p. 169-217.

Wilson, Arthur M., Diderot. Sa vie et son œuvre, Paris, Laffont-Ramsay, coll. «Bouquins», 1985 (1957 et 1972), 810 p. Traduction de Gilles Chahine, Annette Lorenceau et Anne Villelaur.

Tombeau d’Ella (12) : jouer

Ella Fitzgerald, timbre-poste, États-Unis, 2007

[Ce texte s’inscrit dans la série Tombeau d’Ella. On en trouvera la table des matières ici.]

Depuis 2007, février est officiellement, au Québec, le Mois de l’histoire des Noirs. Cette année, février est aussi un mois olympique. Or, en 1968, Ella Fitzgerald assistait, à Grenoble, aux jeux Olympiques d’hiver. Ella Fitzgerald et le sport ? L’association ne va peut-être pas de soi, mais elle existe. Allons-y jeter une oreille.

La chanteuse évoque divers sports dans ses chansons : la boxe («I’m Beginning to See the Light», «The Lady Is a Tramp»), les courses hippiques («You’re the Top»), le ski («Moonlight in Vermont»), la course à pied («Get Out of Town»).

Elle s’intéressait, à la télévision, au boxeur Muhammad Ali ou aux activités des Lakers de Los Angeles — c’est du basket. On l’entend chanter dans Raging Bull, le grand film de Martin Scorcese sur la boxe (1980). En 1972, elle a participé au spectacle de la mi-temps du Super Bowl, le VIe du nom, à la Nouvelle-Orléans.

Bing Crosby, voulant lui rendre hommage au cours de l’émission télévisée The Hollywood Palace (ABC, 18 février 1969), la présente en la comparant à deux grands baseballeurs : «The Sandy Koufax of Song, the Brooks Robinson of Rhythm, the All-Star of Timing — the Peerless One» (cité par Geoffrey Mark Fidelman, p. 178). Ce n’est que justice : Ella Fitzgerald était fan de baseball.

Ce sport est évoqué dans la chanson «The Lady Is a Tramp». À la télévision, on l’a vue avec le gérant des Dodgers de Los Angeles, Tommy Lasorda, l’équipe qu’elle suivait au petit écran. Elle aurait fréquenté Jackie Robinson et Willie Mays. Ainsi que l’a rappelé Marissa Del Toro en 2006, le Smithsonian Institution possède des artefacts liés au baseball ayant appartenu à Ella Fitzgerald, elle qui était souvent invitée à chanter l’hymne national états-unien au début des matchs.

L’Oreille tendue aurait aimé être là.

Références

Del Toro, Marissa, «The Queen of Jazz and Her Love of Baseball», blogue O Say Can You See ? Stories from the National Museum of American History, 4 avril 2016. URL : <http://americanhistory.si.edu/blog/queen-jazz-and-her-love-baseball>.

Fidelman, Geoffrey Mark, First Lady of Song. Ella Fitzgerald. For the Record, New York, A Citadel Press Book, Carol Publishing Group, 1996 (1994), xx/379 p. Ill.

Noms d’oiseaux

Stéfanie Clermont, le Jeu de la musique, 2017, couverture

Elles ont des patronymes d’oiseaux : Sabrina Cormoran, Céline Milan, Julie Grive. Elles ont été adolescentes ensemble à Ottawa. Leurs chemins se sont séparés, puis ils se recroisent. Elles ont des amis (Vincent, qui se suicide, Kat, Tahar, Estella, Jess) et des amants, dont l’identité sexuelle n’est pas toujours arrêtée («Tu disparais sous le poids de ton amour pour quelqu’un qui n’a plus de sexe […]», p. 299). Elles sont nourries de culture populaire (chanson, cinéma, télé, Internet). Seules ou ensemble, elles apparaissent dans la plupart des nouvelles du recueil le Jeu de la musique de Stéfanie Clermont (2017), souvent dans des moments de crise.

Comme presque tous les autres personnages — à l’exception de quelques enfants, et des parents de Céline, Vivianne et Pierre —, elles sont dans un entre-deux, jamais tout à fait ici ni parfaitement là : «Elle guette les occasions de commencer à vivre “vraiment”, qui ne viennent pas» (p. 83); «Tu attends que quelqu’un vienne te chercher» (p. 101); «Mon seul souvenir du temps, c’est : j’aurais pu» (p. 262). Leur monde est plein de souffrances et de violences : verbale, physique, sexuelle, sociale, raciale, politique.

Qu’elles soient brèves (la parfaite «L’enfant» [p. 96] fait cinq lignes) ou longues, les nouvelles de Stéfanie Clermont sont dures, à l’avenant.

Référence

Clermont, Stéfanie, le Jeu de la musique. Nouvelles, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 15, 2017, 340 p.

Autopromotion 339

Épistolaire, numéro 43, 2017, couverture

Depuis la nuit des temps, l’Oreille tendue collabore à Épistolaire, la revue de l’Association interdisciplinaire de recherches sur l’épistolaire. De sa chronique, «Le cabinet des curiosités épistolaires», elle a tiré un recueil en 2011, Écrire au pape et au Père Noël.

La 43e livraison d’Épistolaire vient de paraître (2017, 292 p., ISSN : 0993-1929). L’Oreille y parle de cartes postales. Il y est notamment question — on ne se refait pas — de Jean Echenoz et de numérique.

Table des matières

Haroche Bouzinac, Geneviève, «Avant-propos», p. 5-6.

Walbecq, Éric, «Introduction» au dossier «Éros dans la lettre», p. 9-14.

Obitz-Lumbroso, Bénédicte, «Le je(u) amoureux dans les lettres érotiques de Beaumarchais», p. 15-24.

Sifferlen, Gwenaëlle, «Extraits érotiques de la correspondance de Juliette Drouet à Victor Hugo», p. 25-35.

Leclerc, Yvan, «Flaubert, obscénités épistolaires d’une jeune homme», p. 37-47.

Johnston, Marlo, «Les lettres érotiques de Guy de Maupassant», p. 49-70.

Seillan, Jean-Marie, «Huysmans correspondancier érotique. Le corps et les mots», p. 71-82.

Goujon, Jean-Paul, «Un correspondant masqué : Pierre Louÿs», p. 83-92.

Fuligni, Bruno, «“Monsieur le commissaire…” Lettres à la police sur les affaires de mœurs», p. 93-101.

Walbecq, Éric, «Willy, Curnonsky, Louÿs et leurs belles amies», p. 102-116.

Dupouy, Alexandre, «L’enchanteur pornographe», p. 117-126.

Di Folco, Philippe, «The Dirty Letters. Petite histoire de la correspondance érotique entre James Joyce et Nora Barnacle», p. 127-134.

«Autour des lettres. Entretien avec Annie Ernaux. Propos recueillis par Karin Schwerdtner», p. 137-149.

De Vita, Philippe, «Georges Méliès épistolier. Projection et bricolage d’une résurrection», p. 151-167.

Melançon, Benoît, «Le cabinet des curiosités épistolaires», p. 171-173.

Morello, André-Alain, «État présent des études sur la correspondance de Marguerite Yourcenar», p. 175-196.

Charrier-Vozel, Marianne, «Vie de l’épistolaire», p. 197-202.

Cousson, Agnès (édit.), «Bibliographie», p. 203-251.

«Comptes rendus», p. 255-286.

Trente-troisième article d’un dictionnaire personnel de rhétorique

Star Wars. The Last Jedi, 2017, affiche(Il y a longtemps que l’Oreille tendue n’avait pas ajouté une nouvelle entrée à son dictionnaire personnel de rhétorique. Pourquoi le faire aujourd’hui ? Une rumeur de plus en plus insistante se fait entendre : un nouvel épisode d’une série cinématographique serait sur le point de sortir. Cela s’appellerait quelque chose comme Star Wars. The Last Jedi. Allons-y voir.)

Anastrophe

«Renversement de l’ordre dans lequel se présentent habituellement les termes d’un groupe» (Gradus, éd. de 1980, p. 46).

Exemples

«Jour un midi vers […]» (Exercices de style, p. 103).

«Le personnage de fiction Yoda, appartenant à l’univers de Star Wars, s’exprime de manière anastrophique» (Wikipédia).

P.-S.—Le quotidien le Monde du 13 décembre 2017 consacre un article à la langue de Yoda, «Au parler de Yoda dans “Star Wars” ces langues ressemblent». L’article est savant — l’excellent Jean-Pierre Minaudier y est cité —, mais jamais le mot anastrophe n’y apparaît. C’est dommage.

 

Références

Dupriez, Bernard, Gradus. Les procédés littéraires (Dictionnaire), Paris, Union générale d’éditions, coll. «10/18», 1370, 1980, 541 p.

Queneau, Raymond, Exercices de style, Paris, Gallimard, coll. «NRF», 1981 (nouvelle édition), 160 p.