Autopromotion 326

L’Oreille tendue, entre 14 h et 15 h, causera dictionnaires. Ce sera à l’émission de radio Plus on est de fous, plus on lit !, au micro de Marie-Louise Arsenault.

 

[Complément]

On peut (ré)entendre l’entretien ici.

Deux lectures recommandées :

Stamper, Kory, Word by Word. The Secret Life of Dictionaries, New York, Pantheon, 2017, xiii/296 p.

Le compte rendu de l’Oreille tendue est .

Villers, Marie-Éva de, Profession lexicographe, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Profession», 2006, 70 p. Ill.

Une vidéo à propos de wordnik.com :

Faire dictionnaire

Kory Stamper, Word by Word, 2017, couverture

Ce n’est pas pour se vanter, mais l’Oreille tendue connaît des lexicographes. (Trois, pour être exacte.) Ce sont des gens parfaitement sociables. En cela, ils sont radicalement différents des spécimens dépeints par Kory Stamper dans Word by Word. The Secret Life of Dictionaries (2017), qui sont, eux, asociaux, dans le meilleur des cas. Ce portrait trop négatif est le seul reproche que l’Oreille adresserait à ce livre passionnant.

L’auteure nous rappelle que le dictionnaire — du moins celui auquel elle collabore, le Merriam-Webster — a d’abord pour mission de décrire la langue, pas de la régenter (p. 35-37). Elle montre que les langues ne sont pas des forteresses à défendre, mais des enfants avec leur indépendance vis-à-vis de leurs parents, quoi que ceux-ci veuillent leur imposer (citation ici). Elle met au jour une des difficultés majeures des lexicographes : définir les petits mots, en apparence banals («as», «but», «do», «for», «go», «how», «make», «take»). (Cela dit, «mariage», qui n’est pas un mot court, soulève des problèmes considérables.) Elle s’appuie sur l’histoire de l’anglais pour montrer comment évolue une langue et quelles difficultés cela pose au lexicographe. Les pages sur les dialectes (p. 60-67), par exemple ceux du Colorado, où elle a grandi, sont excellentes, commes celles sur la grammaire (p. 32-34), sur les dictionnaires et le numérique (p. 80-81) et sur l’autorité dictionnairique (p. 185-188). Elle donne enfin des conseils : «Go granular or go home» (p. 104).

Comment transmet-elle toute cette information ? L’approche est concrète, Stamper se réclamant de la «practical lexicography» (p. 256). Chacun des titres de chapitres comporte une description de son contenu et un mot : «Irregardless. On Wrong Words»; «Bitch. On Bad Words»; «Nuclear. On Pronunciation.» L’arsenal d’exemples est une merveille. Prenez celui-ci : dans le procès de l’assassin de Trayvon Martin, la transcription d’une conversation et les problèmes linguistiques qu’elle posait ont discrédité un témoin (p. 66-67). Il y en un autre pas mal sur l’utilisation du verbe «is» par l’ancien président états-unien Bill Clinton (p. 140). L’auteure aime parler dru : abondent sous sa plume les «turd», «damn» / «damned» / «godamn» / «goddam» / «goddamned» / «damnedest», «shit» / «bullshit», «half-assed» / «ass», «piss-poor» / «pissing contest», «fuck» / «fucking» / «Motherfucking» / «fuckers» / «motherfucker», «fart», «butt», «dickishness», «whore». (Rien là d’étonnant : «I can swear in a dozen languages», plastronne, à juste titre, l’auteure [p. 142].) Un chapitre complet, «Nude. On Correspondence», est consacré au courrier des lecteurs de Merriam-Webster (les gens écrivent beaucoup pour se plaindre et tous ont droit à une réponse circonstanciée), mais il est souvent évoqué dans d’autres passages du livre, ce qui a pour conséquence de mettre en relief ce que tout un chacun investit dans les mots et dans le dictionnaire. Le ton est fréquemment familier : «Good Lord, Cawdrey», répond ainsi Stamper à un collègue lexicographe… du XVIIe siècle (p. 70 n.). Horace ? «What a commie hippie liberal» (p. 36 n.).

Comment rendre brièvement l’expression «sens de la langue» («a feeling for language») ? Les Allemands ont un mot pour ça, que les Anglo-Saxons leur ont emprunté : «sprachgefühl» (p. 15). Kory Stamper n’en manque pas. Autrement dit, elle a l’oreille.

P.-S.—Qu’est-ce que la lexicographie ? Deux réponses de ce côté.

Référence

Stamper, Kory, Word by Word. The Secret Life of Dictionaries, New York, Pantheon, 2017, xiii/296 p.

Autopromotion 310

Marronnier : «FIG. (arg. de la presse, des médias) Sujet rebattu qui reparaît régulièrement (comme la floraison des marronniers d’Inde, au printemps)» (le Petit Robert, édition numérique de 2014). Parmi les marronniers, il y a les textes journalistiques annuels sur les nouveaux mots qui entrent au dictionnaire.

Dans le Devoir du jour (p. B3), Stéphane Baillargeon présente la cuvée 2017. Il en a notamment discuté avec l’Oreille tendue. Il a donc été question de gougoune. Ça se lit ici.

Fil de presse 024

Où suivre l’évolution de la langue ?

Dans la tête

Danon-Boileau, Laurent et Jean-Yves Tamet (édit.), Des psychanalystes en séance. Glossaire clinique de psychanalyse contemporaine, Paris, Gallimard, coll. «Folio essais. Inédit», 164, 2016, 576 p.

Dans les médias

Rabatel, Alain, Pour une lecture linguistique et critique des médias. Empathie, éthique, point(s) de vue, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, coll. «Linguistique», 2017, 520 p.

Dans l’orthographe

Gingras, Francis, «Faute de s’entendre : petite histoire de l’orthographe française», Argument, 19, 1, automne 2016-hiver 2017, p. 161-168.

Au Québec

Beaudoin-Bégin, Anne-Marie, la Langue affranchie. Se raccommoder avec l’évolution linguistique, Montréal, Somme toute, coll. «Identité», 2017, 122 p. Ill. Préface de Matthieu Dugal.

Blanchard, Maxime, Le Québec n’existe pas, Montréal, Varia, coll. «Proses de combat», 2017, 250 p.

Langlois, Simon, Le Québec change. Chroniques sociologiques, Montréal, Del Busso éditeur, 2017, 306 p.

Meney, Lionel, le Français québécois entre réalité et idéologie. Un autre regard sur la langue. Étude sociolinguistique, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. «L’espace public», 2017, 656 p.

Au Canada

A Dictionary of Canadianisms on Historical Principles, 2017 (deuxième édition).

En Afrique

Balga, Jean-Paul (édit.), Français et langues nationales en Afrique à l’ère postcoloniale. Bilan et perspectives, Paris, L’Harmattan, coll. «Études africaines», 2017, 244 p.

Dans les lois

Bérard, Frédéric, Charte canadienne et droits linguistiques. Pour en finir avec les mythes, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «PUM», 2017, 386 p. Préface de Jean-François Gaudreault-DesBiens.

Dans les dictionnaires

Carrère d’Encausse, Hélène, Gabriel de Broglie, Giovanni Dotoli et Mario Selvaggio (édit.), le Dictionnaire de l’Académie française. Langue, littérature, société, Paris, Hermann, coll. «Vertige de la langue», 2017, 428 p.

Dotoli, Giovanni, la Première Édition du Dictionnaire de l’Académie française, Paris, Hermann, coll. «Vertige de la langue», 2017, 332 p. Préface d’Alain Rey.

Dans les lettres

Grosse, Sybille, les Manuels épistolographiques français entre traditions et normes, Paris, Honoré Champion, coll. «Linguistique historique», 8, 2017, 418 p.

À l’école

Extermann, Blaise, Histoire de l’enseignement des langues en Suisse romande, 1725-1945, Neuchâtel, Éditions Alphil, coll. «Focus», 15, 2017, 148 p.

Aux États-Unis

McWhorter, John, Talking Back, Talking Black. Truths About America’s Lingua Franca, New York, Bellevue, 2017, 192 p.

Métaphore linguistique du jour

Kory Stamper, Word by Word, 2017, couverture

Découverte de cette phrase de Kory Stamper, tirée de Word by Word. The Secret Life of Dictionaries (New York, Pantheon, 2017, 320 p.), dans un tweet de John Overholt :

We think of English as a fortress to be defended, but a better analogy is to think of English as a child. We love and nurture it into being, and once it gains gross motor skills, it starts going exactly where we don’t want it to go : it heads right for the goddamned electrical sockets. We dress it in fancy clothes and tell it to behave, and it comes home with its underwear on its head and wearing someone else’s socks. As English grows, it lives its own life, and this is right and healthy. Sometimes English does exactly what we think­ it should; sometimes it goes places we don’t like and thrives there in spite of all our worrying. We can tell it to clean itself up and act more like Latin; we can throw tantrums and start learning French instead. But we will never really be the boss of it. And that’s why it flourishes.

L’anglais n’est pas une forteresse à défendre, mais un enfant avec son indépendance vis-à-vis de ses parents, quoi que ceux-ci veuillent lui imposer. On pourrait évidemment dire la même chose de toutes les autres langues, y compris le français.