Aidons (encore) les Robert

L’Oreille tendue est volontiers donneuse de leçons. Prenez l’expression gueule d’empeigne.

Le Petit Robert (édition numérique de 2014) la définit ainsi : «LOC. FAM. (1793, non injurieux) Gueule (face) d’empeigne, injure.» Cette définition appelle trois commentaires.

D’une part, le passage de «non injurieux» à «injure» mériterait éclaircissement.

D’autre part, donner un exemple, ce serait bien, celui-ci, par exemple, tiré de la parade de Beaumarchais intitulée les Députés de la Halle et du Gros Caillou :

La mère Chaplu [à La mère Fanchette]. — Qui, moi ? Apprends, gueule d’empeigne, qu’la mère Chaplu n’a jamais rien pris à personne et qu’personne n’a jamais rien pris à la mère Chaplu qu’en tout bien z’et en tout honneur. Tout l’monde n’te r’semble pas, Dieu merci ! (éd. Allem et Paul-Courant 1957, p. 566)

Enfin, Jean-Pierre de Beaumarchais dit que cette parade aurait été rédigée «vers 1760» (p. 1773). Un de ses éditeurs, Pierre Larthomas, écrit : «on peut conclure que la parade a été jouée une des années 1760-1763» (p. 109). Cela obligerait à revoir, de quelques décennies, la datation proposée par le Robert de 2014.

Pour le Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d’Alain Rey, ça va moins bien encore :

Le mot [empeigne] désigne le dessus d’une chaussure, du cou-de-pied jusqu’à la pointe. <> Depuis la fin du XIXe s., il est employé dans la locution gueule (face) d’empeigne, terme d’injure («visage laid et ridicule» et par extension «individu désagréable»); la valeur péjorative vient sans doute de peigne «partie du pied», appuyée par divers emplois régionaux d’empeigne («morceau de cuir», «peau d’animal», etc.) (éd. de 1992, t. 1, p. 682; éd. de 2016, t. 1, p. 773).

«Depuis la fin du XIXe s.» ? Non, on l’a vu.

Une dernière chose. Dans son édition de 1977 des Parades de Beaumarchaid, Pierre Larthomas indique un sens légèrement différent : «L’expression gueule d’empeigne est citée par Lorédan Larchey et par Virmaitre (Dictionnaire d’argot fin de siècle) qui remarque : Dans tous les ateliers de France, gueule d’empeigne signifie bavard intarissable qui a le verbe haut, qui gueule constamment» (p. 123 n. 28).

Ça fait désordre, tout ça.

P.-S.—«Encore» ? Oui, ce n’est pas la première fois que l’Oreille ergote sur le contenu de son dictionnaire de prédilection. Voyez les textes du 4 novembre 2010, du 12 avril 2013, du 16 septembre 2016, du 12 février 2016, du 13 mai 2016 et du 25 décembre 2016.

Références

Beaumarchais, Théâtre. Lettres relatives à son théâtre, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 22, 1957, xvi/855 p. Texte établi et annoté par Maurice Allem et Paul-Courant.

Beaumarchais, Parades, Paris, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1977, 380 p. Édition critique de Pierre Larthomas.

Beaumarchais, Jean-Pierre de, «Poissard (genre)», dans Jean-Pierre de Beaumarchais, Daniel Couty et Alain Rey (édit.), Dictionnaire des littératures de langue française : P – Z, Paris, Bordas, 1984, tome 3, p. 1772-1773.

Rey, Alain (édit.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires le Robert, 1992, 2 vol., xxi/2383 p. Nouvelle édition : 2016, 2 vol., xvii/2767 p.

Fil de presse 025

L’Inconvénient, 70, automne 2017, couverture

Vos travaux récents, en matière de langue, vous les préférez comment ?

En atlas ?

Avanzi, Mathieu, Atlas du français de nos régions, Paris, Armand Colin, 2017, 160 p.

En dictionnaires ?

Cannone, Belinda et Christian Doumet (édit.), Dictionnaire des mots en trop, Vincennes, Éditions Thierry Marchaisse, 2017, 216 p.

Enckell, Pierre, Dictionnaire historique et philologique du français non conventionnel, Paris, Classiques Garnier, coll. «Travaux de lexicographie», 1, 2017, 1293 p.

Zaccour, Suzanne et Michaël Lessard (édit.), Dictionnaire critique du sexisme linguistique, Montréal, Somme toute, 2017, 264 p.

En histoires ?

Green, Jonathon, The Stories of Slang. Language at Its Most Human, Robinson, 2017, 320 p.

Stamper, Kory, Word by Word. The Secret Life of Dictionaries, New York, Pantheon, 2017, xiii/296 p.

Le compte rendu de l’Oreille tendue est .

En numéros de revues ?

L’Inconvénient, 70, automne 2017, p. 15-47. Dossier «Faudra-t-il toujours lutter pour le français ?»

Table des matières ici.

Allemagne d’aujourd’hui, 216, 2016, 232 p. Numéro «Minorités, écoles et politiques linguistiques. Études sur l’aire germanophone des Lumières à nos jours» sous la direction de Viviane Prest et Dirk Weissmann.

Argotica, 1(5), 2016, 259 p. Dossier «Les maîtres de l’argot». URL : <http://cis01.central.ucv.ro/litere/argotica/Argotica_Fr.html>.

Dialogues et cultures, 63, 2017, 187 p. Dossier «Le français, langue ardente. Florilège du XIVe Congrès mondial de la FIPF, Liège 2016».

Neologica, 11, 2017, 275 p. Dossier «La néologie en terminologie» sous la direction de John Humbley et Danielle Candel.

Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage, 33, 2017. Dossier «Discours en conflit et conflit en discours. Contextes institutionnels» sous la direction de Laura-Anca Parepa et Tsuyoshi Kida. URL : <https://tipa.revues.org/1709>.

En grammaires ?

Lessard, Michaël et Suzanne Zaccour (édit.), Grammaire non sexiste de la langue française. Le masculin ne l’emporte plus !, Montréal et Paris, M éditeur et Syllepse, 2017, 192 p.

En études ?

Bergeron, Gaston, Discours simple ! Mots du Saguenay, du Lac-Saint-Jean et de Charlevoix entendus, perdus et retrouvés, Québec, Presses de l’Université Laval, 2017, 254 p.

Berlan, Françoise et Maria Gabriella Adamo (édit.), P. J. Roubaud, l’insoumis, synonymiste novateur à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, coll. «Lexica Mots et dictionnaires», 2017, 380 p.

Bonhomme, Marc, Anne-Marie Paillet et Philippe Wahl (édit.), Métaphore et argumentation, Louvain-la-Neuve, Academia, coll. «Au cœur des textes», 2017, 375 p.

Castonguay, Charles, le Libre-choix au cégep. Un suicide linguistique, Montréal, Éditions du Renouveau québécois, 2017, 76 p. Préface de Pierre Dubuc.

Chepiga, Valentina et Estanislao Sofia (édit.), la Correspondance entre linguistes. Un espace de travail, Louvain-la-Neuve, Academia, coll. «Sciences du langage. Carrefour et points de vue», 2017, 197 p.

Dufiet, Jean-Paul et André Petitjean, Approches linguistiques des textes dramatiques, Paris, Classiques Garnier, coll. «Domaines linguistiques», 1, série «Formes discursives», 1, 2017, 663 p.

Lappin, Elena, Dans quelle langue est-ce que je rêve ?, Paris, Éditions de l’Olivier, 2017, 382 p. Traduction de Matthieu Dumont.

Mansion, Hubert, les Trésors cachés du français d’Amérique, Montréal, Éditions de l’Homme, 2017, 176 p.

Poirier, Éric, la Charte de la langue française. Ce qu’il reste de la loi 101 quarante ans après son adoption, Québec, Septentrion, coll. «Cahiers des Amériques», 2016, 254 p. Préface de Guy Rocher.

Pruvost, Jean, Nos ancêtres les Arabes, Paris, JC Lattès, 2017, 300 p.

Trampus, Antonio, la Naissance du langage politique moderne. L’héritage des Lumières de Filangieri à Constant, Paris, Classiques Garnier, coll. «L’Europe des Lumières», 47, 2017, 192 p.

Varvaro, Alberto, Première leçon de philologie, Paris, Classiques Garnier, coll. «Recherches littéraires médiévales», 24, 2017, 156 p. Traduction de Jean-Pierre Chambon et Yan Greub.

Autopromotion 326

L’Oreille tendue, entre 14 h et 15 h, causera dictionnaires. Ce sera à l’émission de radio Plus on est de fous, plus on lit !, au micro de Marie-Louise Arsenault.

 

[Complément]

On peut (ré)entendre l’entretien ici.

Deux lectures recommandées :

Stamper, Kory, Word by Word. The Secret Life of Dictionaries, New York, Pantheon, 2017, xiii/296 p.

Le compte rendu de l’Oreille tendue est .

Villers, Marie-Éva de, Profession lexicographe, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Profession», 2006, 70 p. Ill.

Une vidéo à propos de wordnik.com :

Faire dictionnaire

Kory Stamper, Word by Word, 2017, couverture

Ce n’est pas pour se vanter, mais l’Oreille tendue connaît des lexicographes. (Trois, pour être exacte.) Ce sont des gens parfaitement sociables. En cela, ils sont radicalement différents des spécimens dépeints par Kory Stamper dans Word by Word. The Secret Life of Dictionaries (2017), qui sont, eux, asociaux, dans le meilleur des cas. Ce portrait trop négatif est le seul reproche que l’Oreille adresserait à ce livre passionnant.

L’auteure nous rappelle que le dictionnaire — du moins celui auquel elle collabore, le Merriam-Webster — a d’abord pour mission de décrire la langue, pas de la régenter (p. 35-37). Elle montre que les langues ne sont pas des forteresses à défendre, mais des enfants avec leur indépendance vis-à-vis de leurs parents, quoi que ceux-ci veuillent leur imposer (citation ici). Elle met au jour une des difficultés majeures des lexicographes : définir les petits mots, en apparence banals («as», «but», «do», «for», «go», «how», «make», «take»). (Cela dit, «mariage», qui n’est pas un mot court, soulève des problèmes considérables.) Elle s’appuie sur l’histoire de l’anglais pour montrer comment évolue une langue et quelles difficultés cela pose au lexicographe. Les pages sur les dialectes (p. 60-67), par exemple ceux du Colorado, où elle a grandi, sont excellentes, commes celles sur la grammaire (p. 32-34), sur les dictionnaires et le numérique (p. 80-81) et sur l’autorité dictionnairique (p. 185-188). Elle donne enfin des conseils : «Go granular or go home» (p. 104).

Comment transmet-elle toute cette information ? L’approche est concrète, Stamper se réclamant de la «practical lexicography» (p. 256). Chacun des titres de chapitres comporte une description de son contenu et un mot : «Irregardless. On Wrong Words»; «Bitch. On Bad Words»; «Nuclear. On Pronunciation.» L’arsenal d’exemples est une merveille. Prenez celui-ci : dans le procès de l’assassin de Trayvon Martin, la transcription d’une conversation et les problèmes linguistiques qu’elle posait ont discrédité un témoin (p. 66-67). Il y en un autre pas mal sur l’utilisation du verbe «is» par l’ancien président états-unien Bill Clinton (p. 140). L’auteure aime parler dru : abondent sous sa plume les «turd», «damn» / «damned» / «godamn» / «goddam» / «goddamned» / «damnedest», «shit» / «bullshit», «half-assed» / «ass», «piss-poor» / «pissing contest», «fuck» / «fucking» / «Motherfucking» / «fuckers» / «motherfucker», «fart», «butt», «dickishness», «whore». (Rien là d’étonnant : «I can swear in a dozen languages», plastronne, à juste titre, l’auteure [p. 142].) Un chapitre complet, «Nude. On Correspondence», est consacré au courrier des lecteurs de Merriam-Webster (les gens écrivent beaucoup pour se plaindre et tous ont droit à une réponse circonstanciée), mais il est souvent évoqué dans d’autres passages du livre, ce qui a pour conséquence de mettre en relief ce que tout un chacun investit dans les mots et dans le dictionnaire. Le ton est fréquemment familier : «Good Lord, Cawdrey», répond ainsi Stamper à un collègue lexicographe… du XVIIe siècle (p. 70 n.). Horace ? «What a commie hippie liberal» (p. 36 n.).

Comment rendre brièvement l’expression «sens de la langue» («a feeling for language») ? Les Allemands ont un mot pour ça, que les Anglo-Saxons leur ont emprunté : «sprachgefühl» (p. 15). Kory Stamper n’en manque pas. Autrement dit, elle a l’oreille.

P.-S.—Qu’est-ce que la lexicographie ? Deux réponses de ce côté.

Référence

Stamper, Kory, Word by Word. The Secret Life of Dictionaries, New York, Pantheon, 2017, xiii/296 p.

Autopromotion 310

Marronnier : «FIG. (arg. de la presse, des médias) Sujet rebattu qui reparaît régulièrement (comme la floraison des marronniers d’Inde, au printemps)» (le Petit Robert, édition numérique de 2014). Parmi les marronniers, il y a les textes journalistiques annuels sur les nouveaux mots qui entrent au dictionnaire.

Dans le Devoir du jour (p. B3), Stéphane Baillargeon présente la cuvée 2017. Il en a notamment discuté avec l’Oreille tendue. Il a donc été question de gougoune. Ça se lit ici.