Fume, c’est du français

Bogdan, «Cannabis 02 bgiu»

Soit le tweet suivant, de l’ami François Bon :

Le fils aîné de l’Oreille tendue n’est pas d’accord : weed (herbe, pot, mari, marijuana) est masculin.

C’est corroboré, sur Twitter, par @revi_redac :

Le premier est français; les second, québécois. S’agirait-il d’une divergence transatlantique ?

Ne reculant devant aucune prouesse technique, l’Oreille a lancé un sondage sur Twitter. Résultat (sur 19 répondants, après 15 heures) : 26 % pour le féminin; 74 % pour le masculin.

C’est là où nous en sommes.

Image : Bogdan, «Cannabis 02 bgiu», sous licence CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Divergences transatlantiques 039

Il y a poudreuse :

«(Canada) […] Neige poudreuse, et SUBST. de la poudreuse : neige fraîche, de consistance très fine. Skier dans la poudreuse» (le Petit Robert, édition numérique de 2014).

Et poudreuse :

«“Poudreuse dans la Meuse” : (ré)écoutez le docu sur les ravages de l’héroïne» (l’Obs, 26 octobre 2015).

 

De la non-pomme de terre

Elle est le cœur : on peut en avoir gros sur la patate.

Elle marque l’échec : «Cam Barker, troisième joueur repêché en 2004, a fait patate» (la Presse+, 10 juin 2015).

Elle symbolise l’erreur : «Shakespeare dans les patates ? La Fille du temps / Josephine Tey» (Jeu, 29, 4e trimestre 1983, p. 155).

Elle a de la valeur, car elle indique qu’il ne faut pas abandonner, qu’il faut tenir bon : «D’origine inconnue, l’amusante locution [«lâche pas la patate»] a de la gueule, et même une chanson» (le Devoir, 8-9 mars 2014, p. F6). Oui, c’est un zeugme.

Elle désigne les frites : on va «manger une patate» (Attaquant de puissance, p. 22). On parle aussi de patate(s) frite(s).

Elle peut désigner l’endroit même où on consomme lesdites frites : «De toute manière, Germain avait dû aller à la patate du coin. Trois hot-dogs all dressed, une frite, un coke pis des jokes plates à la serveuse» (Dans le noir jamais noir, p. 14); il en rentre sentant «bon la patate» (p. 15). La Presse a jadis consacré un reportage à ce type d’établissement; l’Oreille tendue le relevait le 4 juillet 2011. C’était de saison.

On ne confondra pas ces frites et la patate chaude : «S’il y a consensus, c’est plutôt sur les tergiversations du gouvernement qui ne semble absolument pas savoir où il s’en va avec ses skis ou comment se débarrasser d’une patate chaude qu’il a lui-même fait chauffer» (la Presse, 25 février 2013, p. A14). Le Petit Robert (édition numérique de 2014) condamne cet usage : au sens de «se défausser d’une affaire embarrassante», ce serait un «calque de l’anglais».

Le premier sens de patate est utilisé des deux côtés de l’Atlantique. Pas les autres.

P.-S. — Les patates pilées ? De la purée. En robe de chambre / des champs ? Cuites au four.

Références

Hotte, Sylvain, Attaquant de puissance, Montréal, Les Intouchables, coll. «Aréna», 2, 2010, 219 p.

Major, Françoise, Dans le noir jamais noir. Nouvelles, Montréal, La mèche, 2013, 127 p.

Divergences transatlantiques 038

Sieste. Vie hôtelière. Dans le reste du monde, synonyme de repos. Au Québec, synonyme de fornication, peut-être même d’adultère. Tarif sieste au Môtel Chez Robert et Céline.

P.-S. — L’Oreille tendue était à la radio hier, où elle parlait d’un bar à sieste. On ne confondra pas cette entreprise parisienne avec l’infrastructure adultérine dont il est question ci-dessus.

P.-P.-S. — La définition de la sieste québécoise est tirée du Dictionnaire québécois instantané (2004, p. 205).

Référence

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantanté, 2004, couverture

Divergences transatlantiques 037

L’Oreille tendue fait colloque ces jours-ci. Elle voit donc défiler des PowerPoint.

Elle constate que les diapos, quand elles traversent l’Atlantique, deviennent des slides, au féminin, voire au masculin. C’est comme ça.