Archives pour la catégorie Jurons

Langue de campagne (30) : la langue des chefs en débat

Les mots du débat des chefs 2014 selon C’est pas trop tôt

Hier soir, à la télévision de Radio-Canada, débat entre les chefs des principaux partis politiques québécois — Philippe Couillard (Parti libéral du Québec), Françoise David (Québec solidaire), François Legault (Coalition avenir Québec), Pauline Marois (Parti québécois) — dans le cadre des élections provinciales qui se tiendront le 7 avril.

Que dire de leur langue ?

Le système des pronoms personnels était limité : je, me, moi. Le nous était peu à l’honneur. La politique est affaire de meneur : les équipes, quand elles étaient mentionnées, passaient au second plan, derrière le chef.

Des journalistes ont signalé que la façon de s’exprimer de Philippe Couillard avait changé depuis le début de la campagne électorale, la langue populaire tenant chez lui une place de plus en plus grande (voir le Devoir du 10 mars 2014, p. B7, par exemple). Il a même utilisé le verbe fourrer sur les ondes d’une radio commerciale plus tôt cette semaine.

La même stratégie était audible hier soir. Les autres parlaient d’emplois, lui de djobbes, voire d’ouvrage. Il a évoqué le chum d’une Gaspésienne. Il a été le premier à parler de cennes (sous), avant que les autres lui emboîtent le pas. Pour lui, les parents ne vont pas chercher leurs enfants à la garderie : ils y «ramassent les p’tits». Les questions qu’il posait relevaient aussi du même niveau de langue : «Où c’est qu’vous allez les prendre ?» Autres exemples en vrac : «C’pas une business habituelle»; «Y ont toutte dit ça.» (Il aurait même utilisé, dixit @ZabethRousseau, un de ces sacres mous si populaires au Québec, mosus.)

L’homme des «vraies affaires» pensait-il utiliser la «vraie langue» du «vrai monde» ? Avait-il sciemment occulté le cadre solennel dans lequel il se trouvait ?

Comme dans sa prestation au débat de 2012, Françoise David avait elle aussi fréquemment recours à des expressions familières ou propres au Québec : «j’ai d’la misère» (j’ai du mal); «on va démêler une coup’ de choses» (un certain nombre de choses); «les shoppes d’éolien» (les usines d’éoliennes); «si ça adonne» (si c’est possible); «j’vais vous dire une chose, par exemple» (en revanche); «les boss, ça sera pas eux» (les patrons); «pogner, comme on dit, les gros poissons» (attraper); «Êtes-vous juste tanné de la question ?» (En avez-vous marre de la question ?); «On va mettre quelque chose ben ben clair.»

Cela étant, le niveau de langue de Françoise David, contrairement à celui de Philippe Couillard, n’était pas affaire de considérations stratégiques pour se rapprocher de l’électorat. Sa façon de s’exprimer publiquement ne diffère guère d’une situation à l’autre. Il n’y a pas, chez elle, de volonté délibérée de changer sa manière de parler pour plaire au plus grand nombre.

En 2012, le «Je n’en disconviens pas» de la co-porte-parole de Québec solidaire avait fait discuter sur les médias dits sociaux. Deux ans plus tard, le «Ne vous chagrinez pas trop» qu’elle a adressé à Pauline Marois ne paraît pas avoir été retenu par les commentateurs. (En revanche, son «je vous soumets que», calqué de l’anglais, a écorché les oreilles de l’Oreille.)

On notera enfin que Françoise David, contrairement à ses «estimés collègues» et malgré des convictions fortement affichées, évitait de s’emporter. Dès qu’elle prenait la parole, on revenait à des échanges plus calmes. Cela a été souligné sur Twitter. @gervaislm, du Devoir, a parlé d’«effet camomille». «Fascinant de voir combien il est impossible pour quiconque de pogner les nerfs quand Françoise David parle», notait @patty0green.

Ce qui frappait chez François Legault n’était pas le choix, délibéré ou pas, d’une langue réputée proche des électeurs, mais des idiosyncrasies sur le plan de la prononciation. Il s’adressait à «Madame Dâââvid», il disait être «fâââché», il roulait ses r avec constance, il s’inquiétait de «t’ça», il confondait «deux minutes» avec «deux meunutes», il transformait le hijab en «HeeDjabbe». Si les oreilles de l’Oreille ne l’ont pas trompée, il aurait même parlé d’«une baise de taxes». Par ailleurs, il est celui qui, aux mots, préférait les chiffres.

Voulant se présenter en apôtre de la rigueur administrative contre la vilaine bureaucratie et en ex-homme d’affaires créateur d’emplois, il ne cessait d’asséner statistiques sur statistiques. On pouvait s’y perdre sans mal. Le pragmatisme revendiqué par le fondateur de la CAQ montrait alors ses limites sur le plan argumentatif. Les subtilités de la langue politique, ce n’est pas pour lui.

Pauline Marois est la seule à avoir exploité les ressources de la répétition. Y aura-t-il ou pas un référendum sur le statut constitutionnel du Québec au sein du Canada si elle est réélue ? «Y en aura pas de référendum… tant que les Québécois ne seront pas prêts», a-t-elle martelé. Vous allez mettre des femmes au chômage avec la Charte de la laïcité du Parti québécois, affirmait Philippe Couillard; «J’ai vu une seule femme perdre son emploi à cause de la Charte, c’est Fatima Houda-Pépin», a-t-elle dit plusieurs fois, au sujet de cette députée libérale expulsée de son parti par son chef.

La première ministre du Québec cherchait la phrase coup de poing. Son discours d’ouverture, qu’elle a lu, comportait une étrange phrase. Voulant laisser de côté les clivages entre la gauche et la droite, Pauline Marois se disait «au centre de vos préoccupations». L’Oreille ne veut pas généraliser, mais la chef du PQ ne se trouve pas du tout «au centre de [ses] préoccupations».

Contrairement à Philippe Couillard et à Françoise David, la première ministre se méfiait d’une langue trop populaire. Elle a corrigé par exemple son propre «deux cents piasses» en «deux cents dollars». Il lui est néanmoins arrivé de dénoncer «une décision qui avait pas d’allure», prise évidemment par un de ses adversaires. (Derrière Philippe Couillard, c’est le prédécesseur de celui-ci, Jean Charest, que Pauline Marois attaquait fréquemment, ramenant le nouveau à l’ancien.)

Un débat, ce n’est pas seulement quatre voix. Ce peut aussi être un discours commun, à construire par le téléspectateur. Celui d’hier pourrait prendre la forme d’un poème.

Pour mettre fin au gaspillage
Nous allons faire le ménage
Et nous éviterons le saccage
Car nous avons du courage

Un débat, c’est aussi des mots tus, peu ou pas utilisés : science (merci à @JVPLS), culture (sauf pour deux citations de chansons de Gilles Vigneault, d’abord par Françoise David, puis par Philippe Couillard), éducation (sauf pour des histoires de commissions scolaires et de postes de fonctionnaires qui font, ou pas, quelque chose), citoyen (ramené à contribuable, comme l’indiquait @gabrielbeland), Montréal (merci à @R_Bergeron).

On dit beaucoup de choses dans un débat. On en évite au moins autant.

P.S.—Anne-Marie Dussault a ouvert la discussion avec une faute : «En qui faites-vous le plus confiance ?» C’est un signe de constance : elle avait fait la même chose en ouverture du débat des chefs durant les élections fédérales de 2011.

P.P.S.—L’illustration de ce texte provient du compte Twitter d’@NieDesrochers de l’émission de radio C’est pas trop tôt (Radio-Canada). On y voit les mots les plus utilisés dans le débat d’hier soir, en blanc pour les chefs, en noir pour les auditeurs de l’émission.

Longue citation pédagogique du jour

En 1971, le réalisateur Jacques Godbout tourne, pour l’Office national du film du Canada, le long métrage IXE-13. Description tirée du site de l’ONF, où l’on peut commander le film :

Comédie musicale mettant en vedette les quatre membres du collectif humoristique, Les Cyniques. André Dubois tient le rôle titre de IXE-13, «l’as des espions canadiens». Il est entouré de Marc Laurendeau, Serge Grenier et Marcel Saint-Germain. Un film tout en musique, une joyeuse parodie des aventures du personnage légendaire issu d’un populaire roman-feuilleton des années 1950 signé Pierre Saurel.

Une des chansons du film est visible sur YouTube. Elle peut être utile à qui veut se familiariser avec les jurons québécois et leur prononciation. On y trouve ostie, tabarnak, câlisse, cibouère, criss, sacrament, calvaire. (Merci à @JSDR pour le lien.)

Pour l’entendre :

 


Pour la lire (l’Oreille tendue s’est essayée à sa transcription) :

Fais pas d’grimace
Ça porte malheur
Grouille ta carcasse
C’est pas ta sœur
Si je t’embrasse
Toi tu m’écœures
Tu me fracasses
Mon doux seigneur
T’es une lavasse
Un amateur
Je te terrasse
Maudit faiseur
T’as les oreilles comme un chou-fleur
Prends ta bouteille vieil enfant d’chœur
Mon ostie d’tabarnak
Tu vas manger ma main dans face
M’as t’en fourrer une claque
M’as t’casser les deux échasses
Mon câlisse de baveux
Y a pus personne pour me r’tenir
Mas t’moucher mon morveux
Tu vas crier pis dire martyre
Ostie
Ostie
Ostie
Ostie
Cibouère
J’te mords les couilles
Lève ton nombril
Ostie d’citrouille
Criss de fifi
T’as pas connu
Yvon Robert
Là t’aurais eu un adversaire
I a Gorgeous George
I était cochon
Ça ça t’égorge un cornichon
Larry Moquin i lâchait pas
L’huile de ricin
Mouman poupa
Mon ostie d’tabarnak
Tu vas manger ma main dans face
M’as t’en fourrer une claque
M’as t’casser les deux échasses
Mon câlisse de baveux
Y a pus personne pour me r’tenir
Mas t’moucher mon morveux
Tu vas crier pis dire martyre
Ostie
Ostie
Ostie
Enwèye accouche
Mont’ qu’t’es un homme
[Inaudible] une fausse couche
Pis chique d’la gomme
Tu [Inaudible]
J’te casse les dents
J’te décapite
Mon sacrament
Pis fait pas d’bluff
Avec bibi
Nous on joue tough
T’as pas fini
Mas t’faire manger d’la marde en tas
M’en vas t’crever sur le matelas
Mon ostie d’tabarnak
Tu vas manger ma main dans face
M’as t’en fourrer une claque
M’as t’casser les deux échasses
Mon câlisse de baveux
Y a pus personne pour me r’tenir
Mas t’moucher mon morveux
Tu vas crier pis dire martyre
Ostie
Ostie
Ostie
Ostie
Cibouère
Ostie
Tabarnak
Ostie
Ostie
Calvaire
[Etc.]

Combien de bout(s) pour une (la) v(V)ierge ?

Cela a été dit et répété, ici comme ailleurs : les jurons québécois viennent souvent du monde de la religion. Les exemples de sacres ne manquent pas à partir de calice, chasuble, Christ, ciboire, hostie, sacrement, tabernacle, etc.

Quand on entend bout d’cierge (à prononcer bout d’ciarge), on peut donc légitimement penser que ce cierge sort de l’Église. Tout aussi légitimement, on peut lui supposer deux bouts, qu’on peut brûler ensemble ou pas.

Comme le faisait remarquer @JSDR l’autre jour, c’est plus complexe pour bout d’vierge (à prononcer bout d’viarge).

D’une part, cette vierge est-elle la Vierge ?

D’autre part, qu’il s’agisse de la Vierge ou d’une vierge, combien aurai(en)t-elle(s) de bout(s) ?

Tant de questions, si peu de jours.