Archives pour la catégorie Jurons

Compter les sacres

En septembre 2013, Influence Communication, «le plus important courtier en nouvelles au Canada», publiait son «Analyse de l’utilisation des jurons dans les médias québécois» (PDF ici).

L’étude portait sur la période allant du 1er septembre 2012 au 31 août 2013 et couvrait la radio, la télévision et les journaux.

Citations choisies

1. «Au cours des deux dernières années, la radio et la télévision québécoises nous ont servi 71 275 jurons. En moyenne, nos médias diffusent 98 jurons par jour ou quatre à l’heure» (p. 4).

2. «Nous avons remarqué une corrélation entre l’utilisation des jurons et le poids médias des nouvelles suivantes : la loi sur le placement syndical, les révélations sur la corruption/collusion, les problèmes de circulation. En fait, plus nos médias accordent de l’attention à ces thèmes et plus nous relevons de jurons.

Si nous qualifions la radio de média spontané, il en est de même dans l’utilisation des jurons. En effet, 79 % des “sacres” sont diffusés à la radio. Or, celle-ci ne génère en moyenne que 66 % de l’ensemble du contenu des médias électroniques au Québec (radio et télévision). La radio est donc surreprésentée à ce chapitre considérant son poids relatif» (p. 4).

3. «Avec un poids médias frôlant le 25 %, “maudit/maudite” est l’expression la plus largement utilisée dans l’ensemble des médias (radio et télévision) chaque année. À titre d’exemple, lors de la dernière année, sur 12 000 “maudit” recensés au Québec, 1 163 ont été publiés dans les journaux, 1 925 prononcés à la télé et plus de 9 167 entendus à la radio.

Au second rang, on pourrait parler de spécificités médiatiques. “Tabarouette” est le juron radiophonique par excellence dans 19 % des cas. À l’inverse, la télévision privilégie l’interjection “merde” dans 17 % des situations» (p. 5).

Le 5 juin 2013, sur les ondes de Radio-Canada, l’Oreille tendue sacrait, et beaucoup. Cela a peut-être gonflé artificiellement la place de tabarnak dans les chiffres d’Influence Communication. (Selon les statistiques des pages 11-12, parmi «Les jurons les plus populaires», «Tabarnacle» arrive au 19e rang, «Tabarnak» au 25e, «Tabernacle» au 36e et «Tabernak» au 46e.)

La classe de Milan Lucic

Pozier, Bernard, Les poètes chanteront ce but, 1991, couverture

Qui n’a pas, un jour, rêvé de créer le joueur de hockey idéal ? Pas un être de bric et de broc, comme Frankenstein, mais le hockeyeur parfait, rassemblant tous les talents nécessaires à la pratique de ce sport.

Dans son recueil Les poètes chanteront ce but (1991), Bernard Pozier propose ainsi deux portraits composites. «Génétique 1» dépeint un joueur qui aurait, entre autres attributs, «la frappe de Guy Lafleur» et «l’élégance de Jean Béliveau» (p. 30). Le gardien de but de «Génétique 2» mêlerait «la bonhommie de Lorne Worsley» et «la jeunesse de Patrick Roy» (p. 31).

Jean-François Bégin ne fait pas autrement dans la Presse du 3 avril 2004. Son «Canadien ultime» aurait, par exemple, «Un bras de Chris Nilan» et «Un bras d’Émile “Butch” Bouchard».

Il manquait toutefois quelque chose à ce patchwork sportif : la classe.

Milan Lucic et P.K. Subban, 14 mai 2014

Avant-hier soir, les Canadiens de Montréal ont éliminé les Bruins de Boston en sept matchs. La victoire acquise, les joueurs des deux équipes se sont réunis au centre de la glace pour se serrer la main. Commentaire de Milan Lucic, le numéro 17 des Bruins, à l’endroit de Dale Weise, le 22 des Canadiens : «I’m going to fucking kill you next year» (ou quelque chose d’approchant). Pour le dire autrement : chronique d’une mort annoncée.

Donc, désormais : «la classe de Milan Lucic».

P.S.—Le Toronto Star du 15 mai rappelle, non sans ironie, que Milan Lucic est le cosignataire d’un livre contre l’intimidation, Not Cool to Bully in School. Ça ne s’invente pas. (Merci à @PaulJournet pour le lien.)

P.P.S.—On ne s’étonnera pas de voir Pozier parler du «feu des yeux de Maurice Richard» (p. 30) et Bégin, des «yeux de Maurice Richard». L’Oreille tendue a écrit tout un livre là-dessus.

 

[Complément]

Et pour la garde-robe du parfait gentilhomme… (Merci à @Val_Sicotte, via @NieDesrochers.)

Milan Lucic, le t-shirt

Références

Bégin, Jean-François, «Le Canadien ultime», la Presse, 3 avril 2004, p. S1. Illustration de Francis Léveillé.

Melançon, Benoît, les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle, Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2012 (2006), 312 p. 42 illustrations en noir et blanc. Préface de Guylaine Girard.

Pozier, Bernard, Les poètes chanteront ce but, Trois-Rivières, Écrits des Forges, coll. «Radar», 60, 1991, 84 p. Ill.

Les Yeux de Maurice Richard, édition de 2012, couverture