Archives pour la catégorie Lectures recommandées

Les zeugmes du dimanche matin et de Jean-Bernard Pouy

«J’ai laissé passer un long moment, trois voitures, et la moitié de la cigarette de notre chanteur préféré […]» (p. 117).

«Dès qu’elle aura bu un autre coca. C’est pour la route et le rot» (p. 122).

Jean-Bernard Pouy, Suzanne et les ringards, Paris, Gallimard, coll. «Folio policier», 184, 2000 (1985), 178 p.

Le fils de son père ?

Il y a actuellement des élections fédérales au Canada.

Le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, est le fils d’un ancien chef du même parti et premier ministre du pays, Pierre Elliott Trudeau.

On reproche souvent au fils de mal parler français, de moins bien maîtriser cette langue que son père.

Les difficultés linguistiques de Justin Trudeau sont incontestables; n’y insistons pas (pour l’instant). Mais est-il vrai que Pierre Elliott Trudeau ait si bien maîtrisé le français ?

Ce n’est pas ce que pensait André Belleau, lui qui écrivait ceci en 1974 :

C’est que la prononciation (dont l’accent), plus sans doute que le choix des mots, est un phénomène de classe. L’exemple le plus éclairant en est le fameux «lousy French» lancé dédaigneusement naguère par Pierre Elliott Trudeau. La langue de Trudeau abonde pourtant en incorrections grossières : «matières agricoles» (i.e. produits…), «gouverner pour un petit passage» (i.e. un court laps de temps), «faire introduire une loi», «on a été élu sur un programme fédératif», «si ces conditions seraient remplies»… (ces exemples notés à l’occasion de quelques interviews à la télé). Mais Trudeau, voilà l’essentiel, n’a pas la prononciation du peuple, notamment des paysans. Cela suffit à inspirer un sentiment de supériorité. […] La vérité, c’est que Trudeau, ô scandale, parle moins bien français que ne le faisait [Maurice] Duplessis qui, lui, avait l’accent paysan (éd. de 1974, p. 36-37).

Puis de nouveau en 1980 :

Prenons l’exemple fort instructif du français de Pierre Elliott Trudeau, fréquemment erroné tant du point de vue de la syntaxe que du lexique. Ce caractère n’est curieusement pas perçu dans les situations concrètes de parole où l’on entend Trudeau : ce qui opère réellement alors, c’est l’absence de la prononciation paysanne (que la grande majorité des Québécois a gardée de ses ancêtres). Cette simple «non-présence» d’une marque énonciative suffit, dans la situation socio-linguistique qui est la nôtre, à créer l’impression que Trudeau parle bien, mieux en tout cas qu’un autre Québécois dont le français serait, lui, correct mais grevé de l’accent paysan (éd. de 1980, p. 3-4).

«Incorrections grossières», syntaxe et lexique fautifs, jeu sur l’accent : il y a une chroniqueuse du quotidien la Presse qui a dû être triste en lisant ces lignes, elle qui idolâtrait (et idolâtre toujours) celui qui a donné son nom à l’aéroport international de Montréal.

P.S.—L’Oreille tendue a déjà cité d’autres passages du texte de Belleau paru en 1980, «L’effet Derome ou Comment Radio-Canada colonise et aliène son public», s’agissant de la prononciation des noms étrangers dans les médias.

Publicité du Parti libéral du Canada, août 2015

Références

Belleau, André, «La langue de la Sagouine», avant-propos à Antonine Maillet, la Sagouine, Montréal, Leméac, coll. «Théâtre acadien», 2, 1974, p. 35-38; repris sous le titre «Quelle langue parle la Sagouine ?» dans Y a-t-il un intellectuel dans la salle ?, Montréal, Primeur, coll. «L’échiquier», 1984, p. 68-69.

Belleau, André, «L’effet Derome ou Comment Radio-Canada colonise et aliène son public», Liberté, 129 (22, 3), mai-juin 1980, p. 3-8. Repris sous le titre «L’effet Derome» dans Y a-t-il un intellectuel dans la salle ?, Montréal, Primeur, coll. «L’échiquier», 1984, p. 82-85; repris sous le titre «L’effet Derome» dans Surprendre les voix, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 1986, p. 107-114. URL : <http://www.erudit.org/culture/liberte1026896/liberte1031069/29869ac.pdf>.

Accouplements 30

«Parlez ici devant l’hygiaphone»

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Le Belge Jean-Marie Klinkenberg s’intéresse depuis (au moins) le début des années 1990 à l’hygiaphone :

j’ai toujours admiré la petite mention, ératépiste elle aussi [de la RATP], m’enjoignant de «parler dans l’hygiaphone». Comme si je pouvais communiquer avec le préposé autrement que par ces petits trous, dont j’apprends le nom, du coup ! Et comme si, à moins d’avoir une imagination vraiment perverse, je pouvais faire autre chose avec cet instrument que d’aller au-delà de lui par la parole ! Je soupçonne fort une telle inscription, sans fin pratique réelle, de n’avoir d’autre rôle que de rappeler sans cesse le règne bigbrotheresque de l’écrit parmi nous (éd. de 2015, p. 168).

Une décennie plus tôt, le Québécois Jean Larose ouvrait précisément son dialogue entre «L’écrit» et «L’oral» sur le même appareil. Le premier est un brin guindé :

Pas un mot n’atteindra le guichetier du métropolitain, dans sa guérite climatisée, qu’il n’ait subi la chicane d’un étrange filtre. Comment le décrire ? L’ouverture désignée au commerce des voix, afin de garantir l’employé d’une infection, fut ménagée en zigzag, de manière que le seul son touche l’oreille laborieuse, l’air de millions de souffles peut-être pas sains se heurtant au bouclier de plexiglas, marqué, au-dessus d’une flèche impérieuse : «Parlez ici, devant l’hygiaphone» (éd. de 1984, p. 95-96).

Le second devisant est plus direct :

c’est français typique comme invention. Maniaque au coton, dans le genre bouche en cul de poule. La flèche ben autoritaire, puis l’ordre : «Parlez law, pis jusse law» (éd. de 1984, p. 96).

Savoir où parler n’irait pas de soi ? Avons-nous toujours besoin de filtres ? De prescriptions ?

Références

Klinkenberg, Jean-Marie, «Le français : une langue en crise ?», dans le Français en débat, Bruxelles, Communauté française, Service de la langue française, coll. «Français et société», 4, 1992, p. 24-45. Repris dans Études françaises, 29, 1, printemps 1993, p. 171-190, dans Jean-Marie Klinkenberg, la Langue et le citoyen. Pour une autre politique de la langue française, Paris, Presses universitaires de France, coll. «La politique éclatée», 2001, p. 98-122 et dans la Langue dans la Cité. Vivre et penser l’équité culturelle, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2015, p. 153-179.

Larose, Jean, «Frais de représentation», Liberté, 138 (26, 3), novembre-décembre 1981, p. 65-87. Repris sous le titre «Frais de représentation. Du Québec et de la France» dans la Petite Noirceur, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 1984, p. 95-117. URL : <http://oreilletendue.com/2015/08/03/la-langue-dans-la-cite-dictionnaire/>.

Québécisme parasitaire du jour

Soit la phrase suivante, tirée du roman le Sermon aux poissons de Patrice Lessard (2011) :

Tout ça n’excuse rien au fait que, environ deux semaines après qu’elle soit arrivée, j’ai commencé à m’organiser pour que ça se morpionne (p. 246).

Le verbe se morpionner, donc, essentiellement pronominal : aller (de plus en plus) mal.

Référence

Lessard, Patrice, le Sermon aux poissons, Montréal, Héliotrope, 2011, 268 p.

Le zeugme du dimanche matin et de Catherine Dufour

«Je me souviens que face au FN, le dimanche sur les marchés, dans les manifs, dans les nuages de lacrymo, sur le pont du Carrousel, chaque soir d’élections désastreux et pendant toute la semainus horribilis d’entre deux tours en 2002, Charlie nous a fourni des mots, des images, des slogans, une sensation d’unité et la pêche» (p. 53).

Catherine Dufour, «La une à laquelle on n’a pas échappé», dans Nous sommes Charlie. 60 écrivains unis pour la liberté d’expression, Paris, Librairie générale française, coll. «Le livre de poche», 33861, 2015, 162 p., p. 52-54.