Procrastinez-vous ?

Il n’y a pas que les lexicographes à chasser la nouveauté linguistique. Cela peut aussi arriver aux personnages de roman. Prenez Marc Langevin, dans Vox populi (2016) de Patrick Nicol. Bien installé dans la matériathèque de son cégep sherbrookois, il a tendu l’oreille.

Les mots naissent et meurent comme les espèces animales et les métiers. […] Ces temps-ci, «procrastination» jouit d’une grande popularité. Il n’est pas commun qu’un mot si long connaisse un tel succès, mais c’est notable : le terme revient souvent, dans toutes sortes de contextes. Les employés du cégep l’emploient, et pas seulement les profs. Les étudiants conjuguent le verbe «procrastiner». Le concept jouit d’un grand engouement, comme si remettre à plus tard était à la fois une mode, un fléau et un bon sujet de conversation. Il y a eu des reportages là-dessus, et sur Internet, à tout bout de champ, le mot revient. C’est drôle comment tout le monde s’emballe pour une idée, la même idée, tout le monde en même temps. On ne sait jamais comment elles commencent, ces affaires-là, mais elles se répandent et bientôt chacun les dit comme si elles venaient de lui, et personnellement. Marc sourit (p. 18-20).

Il est cependant légitime de penser que ce ne sont pas des personnages fictifs qui ont inventé, à destination des gens pressés, précrastination (la Presse+, 30 avril 2016) ou, à destination des amateurs de café et de procrastination, le néologisme procraféiner. (Dans le même ordre d’idées, il existe un substantif anglais, mais sans la deuxième r : procaffeination.)

P.-S. — Il est vrai que procrastination est populaire dans les universités, notamment chez les thésards.

P.-P.-S. — Le verbe procrastiner n’est pas conjugué que dans les établissements d’enseignements québécois; voir ici.

Référence

Nicol, Patrick, Vox populi, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 98, 2016, 89 p.

Les zeugmes du dimanche matin et de Flaubert

«Déchaîner. — On déchaîne ses chiens et les mauvaises passions» (p. 344).

«Déjeuner de garçons. — Exige des huîtres, du vin blanc et des gaudrioles» (p. 345).

Gustave Flaubert, «Dictionnaire des idées reçues», dans Bouvard et Pécuchet, chronologie et préface par Jacques Suffel, Paris, Garnier-Flammarion, coll. «GF», 103, 1966 (1880, posthume), 378 p.

Accouplements 71

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Le 28 août et le 4 septembre, Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau ont consacré deux livraisons de leur émission radiophonique C’est fou… (Société Radio-Canada, Montréal) au thème du silence.

Il y a vingt ans, un ami de l’Oreille tendue, Michel Porret, publiait un texte passionnant sur la représentation du silence dans la bande dessinée, en particulier chez Hergé.

À écouter et à lire.

P.-S. — Il arrive aussi à l’Oreille de réclamer du silence. Cela se passe souvent quand elle est en patins.

Référence

Porret, Michel, «Tintin au pays du tintamarre. Bruits et silences de la ligne claire», Équinoxe. Revue romande de sciences humaines, 14, automne 1995, p. 187-204. Ill.

Citation grammaticale à méditer

«On recommande formellement de choisir un classique pour se mouler sur lui, mais tous ont leurs dangers, et non seulement ils ont péché par le style, mais encore par la langue.

Une telle assertion déconcerta Bouvard et Pécuchet et ils se mirent à étudier la grammaire.

Avons-nous dans notre idiome des articles définis et indéfinis comme en latin ? Les uns pensent que oui, les autres que non. Ils n’osèrent se décider.

Le sujet s’accorde toujours avec le verbe, sauf les occasions où le sujet ne s’accorde pas.

Nulle distinction, autrefois, entre l’adjectif verbal et le participe présent; mais l’Académie en pose une peu commode à saisir.

Ils furent bien aises d’apprendre que leur, pronom, s’emploie pour les personnes, mais aussi pour les choses, tandis que et en s’emploient pour les choses et quelquefois pour les personnes.

Doit-on dire : “Cette femme a l’air bon” ou “l’air bonne” ? — “une bûche de bois sec” ou “de bois sèche” — “ne pas laisser de” ou “que de” — “une troupe de voleurs survint” ou “survinrent” ?

Autres difficultés : “Autour et à l’entour” dont Racine et Boileau ne voyaient pas la différence; — “imposer” ou “en imposer”, synonymes chez Massillon et chez Voltaire; “croasser” et “coasser”, confondus par Lafontaine, qui pourtant savait reconnaître un corbeau d’une grenouille.

Les grammairiens, il est vrai, sont en désaccord, ceux-ci voyant une beauté où ceux-là découvrent une faute. Ils admettent des principes dont ils repoussent les conséquences, proclament les conséquences dont ils refusent les principes, s’appuient sur la tradition, rejettent les maîtres, et ont des raffinements bizarres. Ménage, au lieu de lentilles et cassonade, préconise nentilles et castonade. Bouhours, jérarchie et non pas hiérarchie, et M. Chapsal les œils de la soupe.

Pécuchet surtout fut ébahi par Génin. Comment ? des z’hannetons vaudrait mieux que des hannetons, des z’aricots que des haricots, et, sous Louis XIV, on prononçait Roume et M. de Lioune pour Rome et M. de Lionne !

Littré leur porta le coup de grâce en affirmant que jamais il n’y eut d’orthographe positive, et qu’il ne saurait y en avoir.

Ils en conclurent que la syntaxe est une fantaisie et la grammaire une illusion.»

Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, chronologie et préface par Jacques Suffel, Paris, Garnier-Flammarion, coll. «GF», 103, 1966 (1880, posthume), 378 p., p. 168-169.

Accouplements 70

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

L’Oreille tendue a toujours eu faible pour la scène d’ouverture d’Un an de Jean Echenoz (1997) :

Gare Montparnasse, où trois notes grises composent un thermostat, il gèle encore plus fort qu’ailleurs : l’anthracite vernissé des quais, le béton fer brut des hauteurs et le métal perle des rapides pétrifient l’usager dans une ambiance de morgue. Comme surgis de tiroirs réfrigérés, une étiquette à l’orteil, ces convois glissent vers des tunnels qui vous tueront bientôt le tympan. Victoire chercha sur un écran le premier train capable de l’emmener au plus vite et le plus loin possible : l’un, qui partait dans huit minutes, desservirait Bordeaux (p. 7-8).

Choix des verbes («composer un thermostat», «pétrifier l’usager», «tuer le tympan»), variations sur le gris («trois notes grises», «anthracite vernissé», «béton fer brut», «métal perle»), musique ferroviaire («trois notes»), impression de froid («thermostat», «gèle», «pétrifient l’usager», «morgue», «tiroirs réfrigérés»), urgence de la fuite («rapides», «surgis», «au plus vite et le plus loin possible») : on y est — à la Gare Montparnasse et chez Echenoz. Puis il y a, en point d’orgue, cet admirable conditionnel : «desservirait», là où l’imparfait aurait pu être employé, mais ne l’est surtout pas.

Ce conditionnel, n’est-ce pas celui de Flaubert, dans Bouvard et Pécuchet : «Et [Pécuchet] se laissa conduire, en face de l’Hôtel de Ville, dans un petit restaurant où l’on serait bien» (éd. de 1966, p. 34) ?

P.-S. — Ce n’est pas la première fois que l’Oreille s’intéresse à Echenoz, au temps de ses verbes et à son rapport à Flaubert.

Références

Echenoz, Jean, Un an, Paris, Éditions de Minuit, 1997, 110 p.

Flaubert, Gustave, Bouvard et Pécuchet, Paris, Garnier-Flammarion, coll. «GF», 103, 1966, 378 p. Chronologie et préface par Jacques Suffel.