L’oreille tendue de… Toni Morrison

Toni Morrison, Love, éd. de 2004, couverture

«Elle ne pouvait pas prononcer le mot et, à partir de 1947, elle ne l’avait plus jamais entendu le dire non plus. Pas à elle, en tout cas. Pourtant, elle avait tendu l’oreille pendant vingt-quatre ans. Les hurlements qu’elle avait poussés lorsqu’il était mort marquaient en fait sa prise de conscience qu’elle n’entendrait plus jamais ce mot.»

Toni Morrison, Love, Paris, Christian Bourgois éditeur, 2004. Traduction d’Anne Wicke. Édition numérique.

L’oreille tendue de… Hélène Dorion

Hélène Dorion, D’argile et de souffle, 2002, couverture

«à la Gemäldegalerie Alte Meister
tu tends l’oreille au passé
tandis que s’affairent les personnages
qui édifient la parole, lentement
la dévorent.»

Hélène Dorion, «Dresden I», extrait de Fenêtres du temps, dans D’argile et de souffle. Poèmes choisis, 1983-2000, anthologie préparée par Pierre Nepveu, Montréal, Typo, 2002, 299 p., p. 243.

L’oreille tendue de… François Hébert

François Hébert, Des conditions s’appliquent, 2019, couverture

«le poème tend l’oreille à l’aurore
suit le sentier du cerf
cependant qu’au loin
tout dort»

François Hébert, «Panique», dans Des conditions s’appliquent. Poèmes, Montréal, L’Hexagone, 2019, 75 p., p. 45.

L’oreille tendue de… François Hébert

François Hébert, Miniatures indiennes, 2019, couverture

«Le drummer et poète Patrice Desbiens a le front plissé et l’œil malicieux de qui a survécu de peine et de misère à l’exploitation des mines de nickel de l’Ontario et aux émanations toxiques de l’anglais, à la tristesse des pauvres à Sudbury et à la mélancolie de la taverne Coulson.

Tendons l’oreille.»

François Hébert, Miniatures indiennes. Roman, Montréal, Leméac, 2019, 174 p., p. 136.