L’oreille tendue de… Gilles Marcotte

Gilles Marcotte, Une mission difficile, 1997, couverture«Ébahi par cette musique qui donnait une suite inattendue à ses manifestations de chagrin, le directeur en oubliait de pleurer. Les Dayaks s’arrêtèrent aussi, et tendirent l’oreille. Ils en voulaient plus.»

Gilles Marcotte, Une mission difficile, Montréal, Boréal, 1997, 101 p., p. 81.

L’oreille tendue de… Grégoire Courtois

Grégoire Courtois, les Lois du ciel, 2016, couverture«Quelque part, très loin, Yasmine et Emma sanglotaient aussi, et Nathan, et Océane et Louis, et dans cette obscure forêt, dans ce petit périmètre qui devait représenter le centième de l’étendue globale de cette zone boisée, où qu’on tende l’oreille, c’était une symphonie de “maman !” éplorés qui s’était élevée au-dessus de la cime des arbres, qu’ils aient été formulés véritablement ou pensés si fort qu’ils avaient résonné dans le cœur de sève des grands feuillus et des larges conifères, les cris des enfants qui appelaient leur maman avaient envahi tout l’espace, et faisaient tout trembler, ébranlaient jusqu’à la plus obtuse des consciences, bouleversaient quiconque en percevait la vibration, c’est-à-dire personne d’autre que vous, lecteur, qui en avez le privilège et la malédiction, de saisir en entier l’image odieuse d’une forêt, plongée dans la noirceur d’une nuit anodine, et de laquelle s’élèvent les appels au secours de ces enfants livrés à eux-mêmes, de ces enfants qui meurent, ou qui vont mourir, et pour le salut desquels vous ne pouvez rien. Voilà votre lot, et voilà le leur, des rôles tragiques qu’il conviendra à chacun de tenir du mieux qu’il pourra, jusqu’à la dernière page» (p. 90-91).

Grégoire Courtois, les Lois du ciel, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 99, 2016, 195 p.

L’oreille tendue de… William S. Messier

William S. Messier, le Basketball et ses fondamentaux, 2017, couverture«Cet après-midi, un cri provenant de l’autre côté de la haie de cèdres nous sort de notre sieste. Huguette se redresse dans le lit. Elle ne devait pas dormir. Pauvre Huguette. On se lève pour aller voir dans la cuisine. Huguette tend l’oreille par la porte-patio. Elle ouvre la porte de vitre et tient la poignée de la moustiquaire en appuyant sur la barrure.
— Ça sonne comme Ninon.»

William S. Messier, le Basketball et ses fondamentaux. Nouvelles, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 12, 2017, 239 p., p. 198.

L’oreille tendue de… Éric Dupont

Éric Dupont, la Fiancée américaine, 2015, couverture«Hier encore, j’ai remarqué que je comprenais la plupart des conversations que les gens entretiennent dans le S-Bahn. Il suffit de tendre l’oreille.»

Éric Dupont, la Fiancée américaine, Montréal, Marchand de feuilles, 2015 (2012), 877 p., p. 498.

L’oreille tendue de… Louis Hamelin

Louis Hamelin, Autour d'Éva, 2016, couverture«Manon et Dubois occupent seuls la longue table en bois installée à l’avant en guise de tribune. Par les fenêtres, on aperçoit les rangs serrés d’épinettes noires cachant le lac. La paix du soir est telle que la rumeur de voix et de crissements de pieds de chaise qui monte de l’assistance n’empêche nullement de suivre, sans avoir besoin de tendre l’oreille, l’arrivée de chaque nouveau véhicule motorisé débouchant dans le parking du chalet scout, couvert, comme le chemin d’accès, de sable fauve, de fin gravier et de poussière blanche.»

Louis Hamelin, Autour d’Éva, Montréal, Boréal, 2016, 418 p., p. 66.