Archives pour la catégorie Néologie

Citation lexicographique du jour

«ce n’est ni la volonté ni l’exactitude du spécialiste qui décident si un mot nouveau est communément admis ou non, mais bien l’humeur et l’imagination de la communauté.»

Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich. Carnets d’un philologue, traduit de l’allemand et annoté par Élisabeth Guillot, présenté par Sonia Combe et Alain Brossat, Paris, Albin Michel, coll. «Agora», 202, 1996, 372 p., p. 173.

Du miroir photographique

Autoportrait au crâne

Le selfie a déjà fait couler beaucoup (trop) d’encre. Et il a essaimé.

Une photo de téléphone cellulaire (les portables hexagonaux) ? Un cellfie.

Une photo devant sa bibliothèque ? Un shelfie.

Une photo de fermier ? Un felfie.

On n’arrête pas le progrès.

P.S.—En français ? Selon l’un, égoportrait, autoportrait ou autophoto. Selon un autre, moivatar.

Douze mots-valises pour un mardi matin

Un bar et une arcade : un barcade.

Une cave (avec un bar ?) pour un homme : une mancave.

Quelqu’un d’ascendance africaine vivant dans un pays européen : un Afropéen.

Un fan qui pratique le sous-titrage : un fansubber.

Le vert du billet vert et le vert écolo : l’écofiscalité.

Un éditeur (publisher) offrant une plateforme numérique (platform) : un platisher.

La séduction de la Chine : «La “Grande Sinoduction”» (la Presse, 28 octobre 2013, cahier Affaires, p. 6).

Un humain qui maltraite son estomac : un gastromasochist.

Un communiqué de presse repris par un journaliste : de l’infobarattage. C’est la traduction que propose le Devoir (21 mai 2013, p. B7) de churnalism (churn + journalism).

Un fan aussi intolérant qu’un taliban : un talifan (la Presse, 11 mai 2013, cahier Arts, p. 3).

Un anglophone en colère : un angryphone (le Devoir, 21 février 2013, p. A6).

Huit néologismes pour tous les goûts

Smartnomination (Facebook)

Un vibrateur ? Banal. Pensez plutôt autoérotiseur (le Devoir, 10 février 2014, p. A4). Ça ne vibre pas, mais ça sert, grosso modo, à la même chose.

L’Oreille tendue connaissait la littérature grise. Elle découvre l’existence de la littérature noire. Non, pas le roman policier, mais des répertoires numériques cachés, créés à des fins de conservation. Ce serait la traduction de dark archive.

Pierre Assouline (@Passouline) appelle les amateurs de polars des polardeux.

Ce film est un pamphlet ? Pourquoi ne pas parler de pamphlilm (merci à @parolesdesjours) ?

Ni bazar ni vernissage, ou la conjonction des deux ? Organisez un bazarnissage (merci à @revi_redac).

Les complots sont partout. (Les tenants de la théorie du complot vous le diront.) Y compris dans Internet. Méfiez-vous de la comploshère (merci à @OursMathieu).

Vous souhaitez «créer une chaîne sur Facebook en défiant vos amis» (Julien Voinson). Si vous les poussez à boire, ce sera de la neknomination. Si vous les poussez à faire une bonne action, ce sera de la smartnomination.

On n’arrête pas le progrès.

L’inventivité verbale de la STM

L’Oreille tendue s’en mord les lobes : elle n’avait pas porté attention à la pratique de la néologie verbale (l’invention des verbes) par la Société de transport de Montréal.

Promenant son chien hier matin, elle est tombée sur ceci :

Tuque ton Montréal (STM)

Mieux, ou pire, elle a consulté ensuite la page Découvrez la STM et son histoire. Info STM. La récolte a été fabuleuse : «Indie rock ton Montréal»; «Balle de match ton Montréal»; «DJ ton Montréal»; «Pop ton Montréal»; «Cinéma ton Montréal»; «Brille ton Montréal»; «Vitamine ton Montréal»; «Tour de piste ton Montréal».

Bescherelle, tu n’as qu’à bien te tenir.