3000

 

L’Oreille tendue en est aujourd’hui à son 3000e billet. Pour l’occasion, elle a répondu aux questions de son collègue, et néanmoins ami, Marcello Vitali-Rosati sur son histoire, sa nature, son avenir. C’est ici et ça dure 50 minutes.

L’introduction sonore est de Charles Malo Melançon.

P.-S. — L’Oreille demande votre indulgence pour son emploi abusif de donc et pour ses bruits de gorge. Elle ne le fera plus.

Références

Francard, Michel, «Vous avez de ces mots…», chronique du quotidien le Soir (Bruxelles). URL : <http://www.lesoir.be/109699/debats/chroniques/vous-avez-ces-mots>.

Laberge, Clément, «Les blogues comme des bouteilles à la mer», blogue Jeux de mots et d’images. Le blogue personnel de Clément Laberge, 7 janvier 2017. URL : <https://remolino.qc.ca/2017/01/07/les-blogues-comme-des-bouteilles-a-la-mer/>.

L’Oreille tendue

«La langue de Tintin» [Un texte corrigé], 24 octobre 2009. URL : <http://oreilletendue.com/2009/10/24/la-langue-de-tintin/>.

«Du postcool» [Le swag], 12 avril 2011 : <http://oreilletendue.com/2011/04/12/du-postcool/>.

«Histoire de la littérature 101» [La 1000e entrée : l’École de la tchén’ssâ], 19 mai 2012 : <http://oreilletendue.com/2012/05/19/histoire-de-la-litterature-quebecoise-contemporaine-101/>.

«Pourquoi bloguer» [La 2000e entrée], 24 septembre 2014 : <http://oreilletendue.com/2014/09/24/pourquoi-bloguer/>.

Thérenty, Marie-Ève, «L’effet-blog en littérature. Sur l’Autofictif d’Éric Chevillard et Tumulte de François Bon», Itinéraires. Littérature textes cultures, 2, 2010, p. 53-63. URL : <http://itineraires.revues.org/1964>.

Vignola, Éric, «Du blogue au livre. Réflexions sur la nature générique du blogue», Montréal, Université de Montréal, mémoire de maîtrise, juillet 2009, x/114 p. URL : <http://hdl.handle.net/1866/3754>.

Sound Icon / Icône du son

Les néologismes du numérique et du vendredi matin

La langue du numérique ne cesse de s’enrichir de nouveaux mots. On en trouvera huit ci-dessous, certains récents, d’autres un peu moins.

Comment appeler «un projet d’infrastructure en ligne ayant pour but d’ouvrir la voie à des opportunités nouvelles d’étude des mots qui transportent les gens à la fois au et sur le Canada» ? Un collaboratoire.

Ce serait, en quelque sorte, le contraire du putaclic, ainsi défini par le quotidien belge le Soir : «Dont le titre ou le résumé ont un caractère racoleur, de manière à provoquer une diffusion virale.»

Si vous fréquentez la réacopshère et si cela vous gêne, pourquoi ne pas en imputer la responsabilité au putaclic ou à la naviguerrance, le «fait de passer du temps à naviguer au hasard sur Internet, d’errer de lien en lien, de s’égarer dans les dédales du Web, se laissant distraire par l’information quasi illimitée disponible, au point d’en oublier l’objet de sa recherche initiale» (dixit l’Office québécois de la langue française) ? Profitez de l’occasion pour vous plaindre de la fragmentation, notamment idéologique, de la Toile, le Splinternet.

Quoi qu’il en soit, évitez la pornovengeance et le shitposting (sur les réseaux sociaux, reprendre et diffuser des images sans grande qualité visuelle et sans rapport avec la discussion en cours).

Au besoin, consultez des Numéricains.

Parodie du jour

L’Oreille tendue a déjà eu l’occasion, ici et , de parler des conférences TED (Technology, Education, Design), les fameux TED Talks. À une époque, elle en a regardé plusieurs. Elle avait apprécié les propos d’Erin McKean sur la lexicographie…

…de même que les sculptures mobiles créées par Arthur Ganson.

Cela dit, les TED Talks ont leurs détracteurs, qui leur reprochent de transformer la science en divertissement.

L’animateur de télévision Jon Oliver, pour sa part, a choisi la parodie.

L’Oreille est particulièrement sensible au passage où le (faux) homme de science explique que le simple fait de porter un sarrau («lab coat») vous vaut un considérable capital scientifique. C’est, selon l’Oreille, pourquoi les humanités et les sciences sociales sont si mal traitées dans les communications publiques des universités : pas de sarrau, pas d’image à promouvoir.

 

[Compléments]

Deux choses.

Sur Twitter, @Doctorakgo (merci) attire l’attention de l’Oreille sur une «stéréotypologie» des Ted Talks, produite par la CBC. Elle est proche, par l’esprit, de la vidéo de Jon Oliver.

L’Oreille découvre que l’Office québécois de la langue française n’approuve pas l’emploi du mot sarrau dans le contexte évoqué ci-dessus. C’est comme ça.

Saturation de la bande passante

Il y a quelques années, l’Oreille tendue s’était amusée à préparer un bref florilège de citations d’écrivains influencés linguistiquement par le numérique. Il n’y a évidemment pas que les écrivains.

Prenez la série télévisée états-unienne The Good Wife (septième saison, neuvième épisode, «Discovery»). L’héroïne de la série, Alicia Florrick, y est débordée et elle n’a guère le temps de parler avec son conseiller politique, Eli Gold. Comment le lui annonce-t-elle ? «I do not have the bandwidth for any campaign talk.» Il y a de ces moments où la bande passante (bandwidth) est saturée. Cela raccourcit les conversations, même politiques.

Chronique pédagogique du samedi après-midi

L’Oreille tendue étant professeure d’université, il lui arrive d’enseigner. À une époque, et pendant plusieurs années, ce fut souvent à des étudiants de première année (il en est question ici). Plus tard, et pendant plusieurs années, ce fut à tous les nouveaux doctorants de son département (Littératures de langue française).

Dans l’enseignement donné à ces doctorants, il était continuellement question de numérique, sous toutes sortes de formes. Cela lui est revenu à l’esprit tout à l’heure à la lecture de deux tweets d’Olivier Ritz :

Sur ces questions, l’Oreille a ses petites idées (et foucades). Elle les a souvent transmises à ses étudiants de doctorat, mais après avoir entendu ceux-ci. Explication.

À la deuxième séance du cours, les étudiants étaient tenus de présenter oralement leur environnement de travail (ordinateur, tablette), leur système d’exploitation et, surtout, leurs outils. La forme de cette présentation était libre. Il n’y avait que deux contraintes : la brièveté et la lecture d’un texte de François Bon, «et vous, votre Mac, il carbure à quoi ?», et des commentaires qui le suivent (cela donnait une assez bonne idée de la nature de ce qui était attendu).

L’exercice, du moins pour la professeure, marchait fort bien : tout le monde avait quelque chose à dire, les questions étaient nombreuses, de même que les comparaisons (pourquoi ceci au lieu de cela ?). Elle insistait sur l’absolue nécessité des logiciels de gestion bibliographique et des copies de sauvegarde; les étudiants répondaient Scrivener, LaTeX, Crisco, Diigo, Prezi, MindNote, MindMapper — outils dont l’Oreille n’aurait pas spontanément parlé. C’est également dans le cadre de ce travail collectif qu’elle a découvert que certains étudiants ont besoin, pour écrire, de logiciels qui les empêchent d’avoir accès à Internet (SelfControl) ou d’outils pour les obliger à pondre du texte (WriteOrDie).

Après la séance, la discussion pouvait continuer sur le blogue (privé, sous WordPress) du séminaire.

Si elle redonne un enseignement de cette nature, l’Oreille reprendra l’expérience : c’est utile et fascinant.