Archives pour la catégorie Numérique

Du miroir photographique

Autoportrait au crâne

Le selfie a déjà fait couler beaucoup (trop) d’encre. Et il a essaimé.

Une photo de téléphone cellulaire (les portables hexagonaux) ? Un cellfie.

Une photo devant sa bibliothèque ? Un shelfie.

Une photo de fermier ? Un felfie.

On n’arrête pas le progrès.

P.S.—En français ? Selon l’un, égoportrait, autoportrait ou autophoto. Selon un autre, moivatar.

Autopromotion 096

L’Oreille tendue sera, entre 13 h et 14 h, à l’émission la Sphère de la radio de Radio-Canada pour parler de sa vie numérique et de son Langue de puck. Abécédaire du hockey.

 

[Complément]

On peut réentendre l’entrevue ici.

L’Oreille a fait une fleur (#ff), selon la formule consacrée de l’émission, à trois comptes Twitter qu’elle apprécie particulièrement :

@machinaecrire

@AscenseurRC

@AcademicsSay

 

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014)

Autopromotion 095

L’Oreille tendue est heureuse d’être associée au blogue collectif Lettres ouvertes, qui publiera des textes des chercheurs de son département.

Pour l’inauguration du blogue, six textes :

«Madame Bovary, c’est nous. Essai en quinze actes», d’Alex Gagnon;

«D’un roi blessé au bas du corps à la coupe Stanley : l’ancien français vu de Montréal», de Francis Gingras;

«Voltaire aurait-il signé le manifeste “Les animaux ne sont pas des choses” ?», de Renan Larue;

«Souvenirs sans profondeur», de Catherine Mavrikakis;

«La fin de la distinction entre réalité et fiction», de Marcello Vitali-Rosati;

«C comme crottin», un extrait du Langue de puck. Abécédaire du hockey de l’Oreille.

Douze mots-valises pour un mardi matin

Un bar et une arcade : un barcade.

Une cave (avec un bar ?) pour un homme : une mancave.

Quelqu’un d’ascendance africaine vivant dans un pays européen : un Afropéen.

Un fan qui pratique le sous-titrage : un fansubber.

Le vert du billet vert et le vert écolo : l’écofiscalité.

Un éditeur (publisher) offrant une plateforme numérique (platform) : un platisher.

La séduction de la Chine : «La “Grande Sinoduction”» (la Presse, 28 octobre 2013, cahier Affaires, p. 6).

Un humain qui maltraite son estomac : un gastromasochist.

Un communiqué de presse repris par un journaliste : de l’infobarattage. C’est la traduction que propose le Devoir (21 mai 2013, p. B7) de churnalism (churn + journalism).

Un fan aussi intolérant qu’un taliban : un talifan (la Presse, 11 mai 2013, cahier Arts, p. 3).

Un anglophone en colère : un angryphone (le Devoir, 21 février 2013, p. A6).

Huit néologismes pour tous les goûts

Smartnomination (Facebook)

Un vibrateur ? Banal. Pensez plutôt autoérotiseur (le Devoir, 10 février 2014, p. A4). Ça ne vibre pas, mais ça sert, grosso modo, à la même chose.

L’Oreille tendue connaissait la littérature grise. Elle découvre l’existence de la littérature noire. Non, pas le roman policier, mais des répertoires numériques cachés, créés à des fins de conservation. Ce serait la traduction de dark archive.

Pierre Assouline (@Passouline) appelle les amateurs de polars des polardeux.

Ce film est un pamphlet ? Pourquoi ne pas parler de pamphlilm (merci à @parolesdesjours) ?

Ni bazar ni vernissage, ou la conjonction des deux ? Organisez un bazarnissage (merci à @revi_redac).

Les complots sont partout. (Les tenants de la théorie du complot vous le diront.) Y compris dans Internet. Méfiez-vous de la comploshère (merci à @OursMathieu).

Vous souhaitez «créer une chaîne sur Facebook en défiant vos amis» (Julien Voinson). Si vous les poussez à boire, ce sera de la neknomination. Si vous les poussez à faire une bonne action, ce sera de la smartnomination.

On n’arrête pas le progrès.