La clinique des phrases (mm)

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit un texte historique :

«Dès le VIe siècle, le monde chrétien, occidental et oriental, peut tenter de présenter de manière relativement cohérente un corpus de doctrine et de savoir destiné à diffuser, et donc à sauvegarder, le culturalisme monastique. Flavius Magnus Aurelius Cassiodorus (490-v. 585), homme politique éminent, ministre de Théodoric, à la solde donc des rois ostrogoths, et moine conservateur de la culture romaine, en est le premier exemple.»

Tout texte qui utilise «donc» dans deux phrases de suite exige traitement. Lequel enlever de ces deux phrases ?

Le deuxième, évidemment : non seulement il est répétitif, mais, surtout, il vise à marquer la connivence des doctes, tout le monde sachant — n’est-ce pas, cher ami ? — qu’un «ministre de Théodoric» est nécessairement «à la solde […] des rois ostrogoths». Qui ne le sait pas mérite d’être exclu de la discussion. Ce n’est pas gentil, ça.

P.-S.—Ce n’est pas la première fois que nous croisons ce donc de connivence et donc d’exclusion; voir ici.

La clinique des phrases (ll)

Polyclinique de l’Oreille, publicité, Laval, Québec, juin 2019

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit cette phrase, publiée hier sur le blogue d’une grande institution culturelle québécoise.

Ayant étudié et vécu durant une partie de sa jeunesse au Québec, cette lettre témoigne de l’attachement que Louis Riel porte envers les Canadiens français ainsi que des liens étroits que les Métis entretiennent avec eux.

Il paraît légitime de penser que ce n’est peut-être pas la «lettre» qui a «étudié et vécu durant une partie de sa jeunesse au Québec».

Scindons et changeons l’ordre des éléments de la phrase :

Louis Riel a étudié et vécu durant une partie de sa jeunesse au Québec. Sa lettre témoigne de l’attachement qu’il porte envers les Canadiens français ainsi que des liens étroits que les Métis entretiennent avec eux.

À votre service.

P.-S.—Merci au lecteur de l’Oreille tendue qui a repéré cette construction incorrecte.

 

[Complément du 28 juin 2019]

La phrase a été corrigée suivant les recommandations de l’Oreille, qui s’en réjouit.

La clinique des phrases (kk)

Polyclinique de l’Oreille, publicité, Laval, Québec, juin 2019

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit les phrases suivantes :

«[…] il a changé d’école et a quitté Dubnica pour Trencin, où le niveau de hockey y était supérieur.»

«C’est aussi une ville où le sport y est fortement enraciné.»

«Soixante ans de journalisme littéraire de Maurice Nadeau, un recueil d’articles dans lequel le fondateur de feu La Quinzaine Littéraire y déploie un art de la lecture qui est aussi un modèle de critique littéraire.»

«Il s’agit bien de mener un combat, là où précisément le terrain y est à la fois et le moins favorable et le plus efficace […].»

Dans les quatre cas, le pronom adverbial y est inutile. Enlevons-le.

Appuyons-nous pour cela sur le toujours éclairant Michel Francard, dans une de ses chroniques du Soir (Bruxelles) :

Les pléonasmes grammaticaux sont des cas de redondance syntaxique, récusés par les grammairiens. Tel l’emploi de et de y dans une même subordonnée : dans une maison où il y a placé ses économies; ou celui de dont et en, avec le même antécédent : une expérience dont il en tirera bénéfice.

À votre service.

Souffrances de lecteur

Cela commence par des «Remerciements». Pourquoi ?

La publication de ce livre s’est révélée un projet impliquant plusieurs intervenants qui ont chacun apporté une contribution appréciée.

Autrement dit, moins scolairement et moins tautologiquement : «Je vous remercie.»

C’est suivi d’une préface dans laquelle on peut lire ceci :

Je préférais considérer que, si la poursuite de la félicité vise celle qui est promise par la foi au-delà de la vie sur terre, la mise à l’Index des littératures en rupture avec le dogme officiel peut en effet constituer, à cet égard, une garantie ou, du moins, un fort espoir d’une heureuse après-vie.

Si l’Oreille tendue comprenait ce que cette phrase veut dire, elle pourrait l’inviter dans sa «Clinique» — mais elle n’y comprend rien.

Arrive l’introduction surmontée d’une épigraphe de «Didedrot» (pour Diderot).

Dans le premier chapitre, «sociétal» est utilisé, deux fois, alors que «social» aurait parfaitement fait l’affaire. On y trouve aussi une apposition mal construite :

Professeur à l’Université de Wittenberg, ses études sur les épîtres de saint Paul l’amènent à élaborer sa doctrine du salut par la foi seule.

Ses «études» étaient «Professeur» ? Encore : «brûlot accusatoire», ça sent le pléonasme; il n’y a pas lieu de confondre «provocant» (l’épithète) et «provoquant» (le participe).

On ne doit pas s’étonner qu’un «traitement» ait «traité» (troisième chapitre); c’est ce qu’on attend de lui.

Des passages malades auraient pu être traités à peu de frais : «La dualité entre le concept du Bien opposé à celui du Mal» peut devenir sans perte «La dualité entre le Bien et le Mal»; «y est liée non seulement la foi dans une croyance religieuse et le salut futur de l’âme, mais, pendant des siècles, toute la structure sociale des individus» devrait être «y sont liés non seulement la foi dans une croyance religieuse et le salut futur de l’âme, mais, pendant des siècles, toute la structure sociale des individus»; la phrase «La réponse réside peut-être dans la représentation et les symboliques octroyées aux livres interdits» peut être ramenée à «La réponse réside peut-être dans la représentation et les symboliques des livres interdits»; «se révèlent être» ne dit rien de plus que «se révèlent».

Non, la «participation» de Diderot à l’Histoire des deux Indes n’est pas «probable». Elle est avérée depuis le XVIIIe siècle.

Peut-on vraiment dire de Samuel von Pufendorf qu’il est un «philosophe des Lumières», lui qui est mort en 1694 ?

Une «pérennité» ne peut pas «faire en sorte que».

Etc.

Il y a des auteurs qui ne méritent pas leurs lecteurs.

P.-S.—Donner deux dates de fondation pour le même établissement, ce n’est jamais une bonne idée.

P.-P.-S.—Pourquoi faudrait-il employer «comme étant» quand «comme» suffit ? Pourquoi «voire même» au lieu de «voire» ?

La clinique des phrases (jj)

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit la phrase suivante, d’un collègue de l’Oreille tendue, tirée d’un des deux quotidiens qu’elle fréquente assidûment :

La suspension faisait apparemment suite à une plainte émanant de gens hostiles aux idées et à ce que représentait un invité à l’émission.

La syntaxe, ça ne va pas. Les «gens» dont il est question ne sont pas «hostiles» aux «idées» en général, mais à celles d’une personne précise, l’«invité à l’émission».

Corrigeons :

La suspension faisait apparemment suite à une plainte émanant de gens hostiles aux idées d’un invité à l’émission et à ce qu’il représentait.

Mieux (pour éviter le double «à») :

La suspension faisait apparemment suite à une plainte émanant de gens hostiles aux idées d’un invité de l’émission et à ce qu’il représentait.

À votre service.