La clinique des phrases (109)

La clinique des phrases, Charles Malo Melançon, logo, 2020

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit une première phrase, tirée d’un éditorial de presse :

C’est pourtant la voie qu’a choisie le ministère de la Santé et des Services sociaux en publiant, le 16 décembre dernier, un avis enjoignant aux enseignants, aux bibliothécaires et aux libraires à bannir le roman Le garçon aux pieds à l’envers : Les chroniques de Saint-Sévère, de l’auteur François Blais.

Soit une seconde, dans un (excellent) ouvrage sur le français :

Le livre cite des femmes célèbres dans tous les domaines (les arts, la morale mais aussi la guerre) et exalte leurs pouvoirs intellectuels en les enjoignant à sortir de leur dépendance aux hommes grâce à l’éducation.

Un seul verbe, enjoindre, pour deux constructions : enjoindre à quelqu’un à faire quelque chose; enjoindre quelqu’un à faire quelque chose.

Les deux constructions sont fautives, ainsi que le rappelle le gouvernement du Canada; il aurait fallu enjoindre à quelqu’un de faire quelque chose.

Donc :

enjoignant aux enseignants, aux bibliothécaires et aux libraires de bannir;

leur enjoignant de sortir.

À votre service.

P.-S.—C’est Gilles Marcotte qui n’aurait pas été content.

La clinique des phrases (108)

La clinique des phrases, Charles Malo Melançon, logo, 2020

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit la quatrième de couverture d’un livre récent :

Après une carrière de 35 ans, au cœur du vestiaire du Tricolore, Pierre Gervais a été un témoin privilégié de nombreux moments qui ont ponctué l’histoire de nos Glorieux.

(«Tricolore» ? «Glorieux» ? Cela désigne l’équipe des Canadiens de Montréal — c’est du hockey et, donc, de la langue de puck.)

On peut légitimement penser que ledit Pierre Gervais a surtout été un «témoin privilégié» du temps où il travaillait «au cœur du vestiaire du Tricolore», et non pas «après» sa carrière. De même la virgule entre «ans» et «au» est évidemment inutile.

Bref :

Durant une carrière de 35 ans au cœur du vestiaire du Tricolore, Pierre Gervais a été un témoin privilégié de nombreux moments qui ont ponctué l’histoire de nos Glorieux.

À votre service.

P.-S.—Le livre où apparaît cette phrase bancale fait partie du catalogue d’une nouvelle maison d’édition. Ce n’est pas la seule chose qui mériterait d’être corrigée : appositions mal ponctuées, constructions fautives, caractères italiques jetés au petit bonheur la chance, personnages nommés par leur seul prénom avant d’être présentés, etc. Ne s’improvise pas éditeur qui le veut.

La clinique des phrases (107)

La clinique des phrases, Charles Malo Melançon, logo, 2020

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit les deux phrases suivantes, tirées d’une chronique parue dans un quotidien montréalais :

Je soumets que cette prudence est l’attitude à adopter cette fois encore.

Une autre chose me semble s’imposer : donner aux élèves et aux étudiantes et étudiants une «littératie digitale» qui leur permettra de comprendre comment fonctionnent ces outils, quelles en sont les possibilités, mais aussi les limites et les dangers, et comment rester critique face à eux et en être un usager responsable.

Deux phrases, deux anglicismes juteux : soumettre que et digitale, à moins que «littératie digitale» ne renvoie au fait d’apprendre à compter sur ses doigts.

Donc :

Je crois que cette prudence est l’attitude à adopter cette fois encore.

Une autre chose me semble s’imposer : donner aux élèves et aux étudiantes et étudiants une «littératie numérique» qui leur permettra de comprendre comment fonctionnent ces outils, quelles en sont les possibilités, mais aussi les limites et les dangers, et comment rester critique face à eux et en être un usager responsable.

À votre service.

P.-S.—L’éducation est entre bonnes mains.

La clinique des phrases (zzzz)

La clinique des phrases, Charles Malo Melançon, logo, 2020

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit la phrase suivante, tirée d’un récit récent publié au Québec :

Malgré tout, je vivais une enfance à la hauteur de l’énergie que déployait ma mère pour subsister à notre bonheur.

«Subsister à notre bonheur» ? L’Oreille avoue son incompréhension.

Essayons ceci :

Malgré tout, je vivais une enfance à la hauteur de l’énergie que déployait ma mère pour subvenir à notre bonheur.

À votre service.

La clinique des phrases (yyyy)

La clinique des phrases, Charles Malo Melançon, logo, 2020

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Deux phrases, tirées d’un essai québécois récent :

«À quelque part, la fatigue me motive à vivre des vies par procuration […]»;

«À quelque part, je refuse probablement le vide».

L’Oreille l’a déjà dit et répété (c’est une autre de ses guerres perdues d’avance) : quelque part n’a besoin ni de à, ni de en, bien au contraire. Ces prépositions sont parfaitement inutiles; certains diraient que leur emploi est fautif.

Donc :

«La fatigue me motive à vivre des vies par procuration […]»;

«Je refuse probablement le vide».

À votre service.

P.-S.—L’Oreille se passerait volontiers, en règle générale, de quelque part. On pourrait lui reprocher son intransigeance en ce domaine.