Archives pour la catégorie Parler jeune

Félicitations linguistiques

Quand il veut féliciter son interlocuteur, le fils cadet de l’Oreille tendue (11 ans, N’Didji) y va d’un «Props !» bien senti. Synonyme : bravo.

Jusqu’à la semaine dernière — et à ce tweet —, elle ignorait que ce mot était courant en anglais.

Ce qu’on en apprend des choses chez les jeunes.

Nouvelles du vivier scolaire

Périodiquement, l’Oreille tendue mène des enquêtes scientifiques dans les cours d’école montréalaises, histoire de suivre l’évolution du parler jeune. De ses plus récents sondages (n = 1), elle tire deux observations.

L’apocope est toujours aussi utilisée : dèg (pour dégueulasse) ou peurf (pour perfect, parfait).

Un nouvelle expression, du moins pour l’Oreille, se fait ouïr : sauce (ou, c’est pareil, tu dis de la sauce). Le mot, surtout populaire de la première à la troisième secondaire, aurait trois significations :

mentir («—Mon père est une vedette de la blogosphère. —Sauce !»);

dire n’importe quoi («—Je suis une vedette de la blogosphère. —Tu dis de la sauce !»);

ne pas avoir rapport («—J’ai regardé le match hier. —Le gardien est une vedette de la blogosphère. —Sauce !»).

À votre service.

Non, pas du tout

L’autre jour, sur Twitter, l’Oreille tendue énumérait les traits du «lexique indispensable du Montréalais de 11 ans (du moins dans NDG)» :

Sérieux ?
Avoue
Super de + adjectif.
Shit !

Une publicité télévisée qui tourne actuellement a rappelé à l’Oreille une expression à ajouter à cette liste : tu me niaises (! / ?).

(Un restaurateur chinois a tout fait pour attirer la clientèle et il est découragé par l’offre imbattable d’un concurrent. Il explique cela à sa femme en chinois, qui lui répond dans la même langue. En sous-titre : «Tu me niaises !»)

L’expression marque l’incrédulité. Synonyme : tu te fous de ma gueule.

On la prononce d’au moins trois façons. Exclamative : Tu me niaises ! Interrogative : Tu me niaises ? Détachée : Tu me ni ai ses.