Mises à jour du samedi après-midi

De l’article Bar

De l’article Érection (matinale)

De l’article Maurice Richard et la circonscription de Crémazie

De l’article Nouvelles maisons d’édition, nouvelles perspectives en littérature québécoise ?

De l’article On exclut la personne qui parle

Néologismes en -iste

Vous ne voulez pas faire de la politique comme tout le monde ?

Vous pouvez devenir utopragmatiste (@bibliomancienne), altersouverainiste (Quartier libre, 12, 3, 29 septembre 2004, p. 11) ou souveraindépendanratiste (Bernard Landry, dans une caricature de Chapleau, la Presse, 11 avril 2013, p. A22) et éviter le piège référendiste (@remolino).

Vous voulez faire de la politique comme tout le monde ?

Vous pouvez rester euro-triste (Éric le Boucher, à l’émission Esprit public, sur France Culture, en mars 2010), décliniste ou çavapétiste (Slate.fr).

P.-S. — Le / la librocubiculariste (@CollibrisLdL) n’a pas à se mêler de politique.

 

[Complément]

Sur Twitter, Marie-Hélène Voyer rappelle à l’Oreille tendue l’existence des trumpistes, ces partisans de Donald Trump.

Non merci

Proposition de création d’une circonscription fédérale Maurice-Richard, 2012

 

Selon le journal Métro, la députée du Parti libéral du Québec représentant la circonscription de Crémazie à l’Assemblée nationale, Marie Montpetit, devrait y déposer cette semaine une proposition visant à renommer cette circonscription «en l’honneur de Maurice Richard» — c’est du hockey.

Ce n’est pas la première fois que ce genre de proposition se fait entendre.

En 2012, on avait évoqué la création d’une circonscription Maurice-Richard par le gouvernement fédéral. Cela ne s’est pas fait.

En 2011, puis de nouveau en 2012, en 2013 et en 2014, il a été suggéré, toujours à Montréal, de débaptiser le pont Champlain et de le rebaptiser pont Maurice-Richard, évidemment pour des raisons politiques. Cela ne s’est pas fait.

Il faut espérer que cela ne se fasse pas cette fois-ci non plus. Pourquoi ?

On peut donner au moins quatre raisons.

Il n’est pas besoin de donner une publicité particulière au nom de Maurice Richard. C’est déjà une des personnalités les plus connues du Québec, comme l’a notamment démontré une étude menée par des historiens québécois.

S’il fallait corriger une injustice historique, c’est du côté des femmes qu’il faudrait se tourner, pas du côté des sportifs. Le déficit toponymique à Montréal, voire pour l’ensemble du Québec, il est là.

Octave Crémazie, qui a donné son nom à la circonscription, est un écrivain québécois du XIXe siècle. Qu’a-t-il fait pour subitement devoir céder sa place à un joueur de hockey ? La culture serait-elle moins importante que le sport ?

Enfin, la mémoire de Maurice Richard est déjà très largement honorée au Québec dans l’espace public. La preuve ? En reprise ci-dessous, une partie d’un texte publié en 2013 devrait faire la démonstration que le nom de Maurice Richard n’est pas trop mal traité au Québec.

Disons-le d’un mot : la mémoire de Maurice Richard n’est pas du tout menacée au Québec. Personne ne peut y vivre sans connaître ce nom.

*     *     *

À Montréal, Maurice Richard a droit à son aréna, dans l’Est de Montréal, qui a pendant quelques années hébergé un musée en son honneur. À son parc, voisin de l’endroit où il habitait, rue Péloquin, dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville. À son restaurant, le 9-4-10, au Centre Bell. À son étoile de bronze sur la promenade des Célébrités, rue Sainte-Catherine, à côté de celle de la chanteuse Céline Dion. (Il a aussi sa place sur le Walk of Fame du Madison Square Garden de New York et sur le Canada’s Walk of Fame de Toronto.) À quatre statues : devant l’aréna qui porte son nom, à côté du Centre Bell, au rez-de-chaussée des cinémas AMC-Forum-Pepsi, dans le Complexe commercial Les Ailes. [Une cinquième statue s’est ajoutée en 2014, au Musée Grévin.] À son gymnase, celui de l’école Saint-Étienne.

Il y a un lac Maurice-Richard, dans la région de Lanaudière, au nord-ouest de Saint-Michel-des-Saints. Il y a le lac et la baie du Rocket près de La Tuque. Il y a une rue Maurice-Richard et une place Maurice-Richard, à Vaudreuil-Dorion, en banlieue de Montréal.

Le Canada n’est pas en reste. L’État fédéral a érigé une statue de Maurice Richard devant le Musée canadien des civilisations [devenu le Musée canadien de l’histoire], celui où a été montée en 2004 l’exposition, devenue itinérante depuis, «Une légende, un héritage. “Rocket Richard”. The Legend — The Legacy». Il a émis un timbre à l’effigie du hockeyeur et il lui fait allusion, par Roch Carrier interposé, sur les billets de banque de 5 $. L’Oreille s’est laissé dire que, à Calgary, une «Richard’s Way» (ou serait-ce une «Richard’s Road» ?) l’aurait honoré. Du temps où les affaires allaient moins mal, il y avait une salle Maurice-Richard au siège social de Research in Motion (le Blackberry), à Waterloo; peut-être y est-elle toujours. [Depuis 2012, pour atterrir à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, les pilotes peuvent emprunter un corridor aérien nommé MORIC, pour qui vous savez.]

[Cette énumération n’est évidemment pas exhaustive. Elle reprend et développe des éléments d’un livre d’abord paru en 2006, les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle.]

 

[Complément du 20 septembre 2016]

La position d’Antoine Robitaille, un des éditorialistes du Devoir, rejoint celle exposée ci-dessus : «Rebaptiser la circonscription de Crémazie pour adopter l’appellation “Maurice-Richard” est une mauvaise idée» (15 septembre 2016, p. A6).

 

Référence

Melançon, Benoît, les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle, Montréal, Fides, 2006, 279 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Nouvelle édition, revue et augmentée : Montréal, Fides, 2008, 312 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Préface d’Antoine Del Busso. Traduction : The Rocket. A Cultural History of Maurice Richard, Vancouver, Toronto et Berkeley, Greystone Books, D&M Publishers Inc., 2009, 304 p. 26 illustrations en couleurs; 27 illustrations en noir et blanc. Traduction de Fred A. Reed. Préface de Roy MacGregor. Postface de Jean Béliveau. Édition de poche : Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2012, 312 p. 42 illustrations en noir et blanc. Préface de Guylaine Girard.

Les Yeux de Maurice Richard, édition de 2012, couverture

La clinique des phrases (h)

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit les phrases suivantes :

Le nouveau chef doit être choisi quelque part à l’automne 2017 (le Devoir, 7 septembre 2016, p. A5).

«L’amour est rare dans le monde des jinns, mais le sexe ne s’arrête jamais», écrit [Salman Rushdie] quelque part (le Devoir, 8 septembre 2016, p. A10).

Ces «quelque part» servent-il à quelque chose ? Non.

S’agissant du premier, la date du choix n’est pas arrêtée, puisqu’elle n’est pas précisée («automne 2017»); le «quelque part» est dès lors pléonastique.

Dans le second cas, si Salman Rushdie a écrit cette phrase, c’est nécessairement quelque part; bis.

Simplifions :

Le nouveau chef doit être choisi à l’automne 2017.

«L’amour est rare dans le monde des jinns, mais le sexe ne s’arrête jamais», écrit [Salman Rushdie].

À votre service.

P.-S. — Toutes les occasions sont bonnes pour le répéter : employer à ou en devant quelque part est un crime passible des plus douloureux sévices.

P.-P.-S. — Toutes les occasions sont bonnes pour le répéter aussi : écrit quelque part blesse la fibre bibliographique de l’Oreille tendue.

Robert Bourassa, Bell Canada et Céline Dion

DDouble arc-en-ciel, Baie-Saint-Paul, Québec, 2013

 

Pendant la campagne électorale de 1989, Robert Bourassa, alors candidat pour le Parti libéral du Québec, était l’objet de publicités télévisées. Petite, l’Oreille était déjà tendue. Voici ce qu’elle écrivait à ce sujet dans le magasine Spirale :

Publicité télévisée du Parti libéral : devant une foule en liesse, le premier ministre commence son discours par un «Ce que le Québec a besoin» là où la grammaire exige un «Ce dont le Québec a besoin». Existe-t-il un autre pays où le chef de l’État, conseillé, on l’imagine, par toutes sortes d’experts en communication, accepterait de présenter une publicité incorrecte grammaticalement ?

Plusieurs années plus tard, et beaucoup moins jeune, l’Oreille avait des choses à dire sur une publicité, également télévisée, de Bell Canada. Une femme y interrogeait une de ses amies au sujet d’un groupe d’hommes enfermés dans le garage de celle-ci : «Ça leur dérange pas […] ?» (La publicité a finalement été corrigée.) Là encore, on imagine que plusieurs personnes ont dû donner leur aval avant que cette faute («Ça les dérange pas») se retrouve en ondes.

Ces jours-ci, selon des sources médiatiques, circule un clip de Céline Dion dans lequel la «diva de Charlemagne» (PQ) se trompe sur le genre du mot arc-en-ciel, féminisé par elle.

Comment expliquer la présence de cette faute ?

On peut plaider l’ignorance, Céline Dion croyant vraiment que le mot arc-en-ciel est féminin. Mais personne ne l’aurait corrigée ? La réputation de la chanteuse étant ce qu’elle est en matière de contrôle de son image publique, cela paraît peu probable.

Comme pour Robert Bourassa et pour Bell Canada, on peut craindre le mépris de la langue et, au-delà, du public. Une faute ? Y a rien là. Le monde comprennent.

Autre hypothèse, pas moins cruelle : parlant mal et le sachant, Céline Dion ne se corrigerait pas volontairement, histoire de se montrer proche de son public. A parle don comme nous autres.

Enfin, les problèmes des Québécois avec une certaine classe de mots étant ce qu’ils sont, peut-être cette faute est-elle l’indice que l’arc-en-ciel, pour Céline Dion, est un moyen de transport.

Référence

Melançon, Benoît, «Fragments de dictionnaire pour une campagne», Spirale, 93, décembre 1989 / janvier 1990, p. 14. URL : <http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/langue_elections_spirale_1989.html>.