L’Association internationale des études québécoises

En 2006, l’Oreille tendue publiait les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle. Par l’intermédiaire de son Programme de soutien à la diffusion des connaissances sur le Québec, l’Association internationale des études québécoises avait alors distribué une cinquantaine d’exemplaires de l’ouvrage à des centres de recherche un peu partout dans le monde. (Merci encore.)

Le gouvernement du Québec souhaite réduire la subvention qu’il accorde à l’AIEQ, menaçant de ce fait même son existence.

Pour appuyer cette association indispensable, on peut signer une pétition en ligne et la défendre sur les réseaux sociaux.

L’Oreille vous y invite.

Référence

Melançon, Benoît, les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle, Montréal, Fides, 2006, 279 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Nouvelle édition, revue et augmentée : Montréal, Fides, 2008, 312 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Préface d’Antoine Del Busso. Traduction : The Rocket. A Cultural History of Maurice Richard, Vancouver, Toronto et Berkeley, Greystone Books, D&M Publishers Inc., 2009, 304 p. 26 illustrations en couleurs; 27 illustrations en noir et blanc. Traduction de Fred A. Reed. Préface de Roy MacGregor. Postface de Jean Béliveau. Édition de poche : Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2012, 312 p. 42 illustrations en noir et blanc. Préface de Guylaine Girard.

Benoît Melançon, les Yeux de Maurice Richard, éd. de 2006, couverture

Les fourberies de…

On se demande parfois ce qu’est l’utilité des œuvres classiques. Sont-elles toujours d’actualité ?

Prenons un exemple. Le Théâtre du Nouveau Monde, «Le théâtre de tous les classiques, ceux d’hier et de demain», présente ces jours-ci une pièce du répertoire du XVIIe siècle.

Aux Ve et VIe scènes du deuxième acte, le personnage le plus fourbe de la pièce se donne pour mission de convaincre un père de famille naïf que celui-ci doit payer tout de suite une somme importante, histoire de ne pas avoir à payer une somme encore plus élevée dans le futur. À force de tromperies et d’arguments fallacieux, le fourbe arrivera à ses fins.

Toute ressemblance entre les Fourberies de Scapin de Molière et la gestion de la rémunération, actuelle et à venir, de certains types de personnel dans le système de santé québécois serait, évidemment, le fruit du hasard.

Citation justement modérée du jour

Jean-Martin Aussant, la Fin des exils, 2017, couverture«On peut soutenir que la langue française serait mieux protégée et promue dans un Québec souverain qui ne souffrirait pas de l’ingérence d’une Cour suprême située hors Québec, laquelle penche périodiquement en sens inverse de nos intérêts particuliers. Mais on peut le faire sans agiter le spectre d’une imminente louisianisation

Jean-Martin Aussant, la Fin des exils. Résister à l’imposture des peurs, avec des œuvres de Marc Séguin, Montréal, Atelier 10, coll. «Documents», 12, 2017, 102 p., p. 21.

La clinique des phrases (t)

Jean-Martin Aussant, la Fin des exils, 2017, couverture(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit le début de phrase suivant, tiré de la Fin des exils de Jean-Martin Aussant (2017) : «La professeure Marie Bouchard, de l’UQAM […]» (p. 69).

L’auteur, jusque-là, avait été pédagogique, en expliquant ce que c’est que l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), puis un OBNL (Organisme à but non lucratif) et enfin l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain). Il invente même un sigle pour désigner les trois piliers de l’indépendance politique, LIT (Lois, Impôts, Traités).

Mais «UQAM» ? Non, tout le monde sur la planète devrait savoir ce que désigne ce sigle. Corrigeons : «La professeure Marie Bouchard, de l’Université du Québec à Montréal […].»

Quand elle parle de rédaction scientifique à des doctorants, l’Oreille tendue appelle cela la «connivence inexistante» : l’idée, dont il faut toujours se méfier, selon laquelle vos lecteurs partagent nécessairement le même bagage que vous (sigle, terminologie, etc.). Elle appelle aussi cela le «syndrome UQAM» : l’UQAM n’est pas concernée en elle-même, mais plutôt ces gens qui utilisent ce sigle dans leurs textes sans l’expliciter. (On pourrait parler de syndrome FLQ ou FTQ ou CSN ou etc. Vous faites comme vous voulez.)

Voilà un autre exemple pour sa collection.

P.-S.—Ce n’est pas le seul exemple de cette «connivence inexistante» chez Aussant (p. 12 n. 1, p. 84).

Référence

Aussant, Jean-Martin, la Fin des exils. Résister à l’imposture des peurs, avec des œuvres de Marc Séguin, Montréal, Atelier 10, coll. «Documents», 12, 2017, 102 p.