Archives pour la catégorie Portraits

Portrait bizarre du jour

La scène se déroule dans une ville qui doit être Shawinigan.

«Jeune ? Vieux ? C’eût été difficile à dire. Il était grand et mince et s’avançait d’un pas assez souple, mais la singularité de sa physionomie et l’incohérence de sa mise, lui donnaient un air de vétusté comique et un peu l’allure du maniaque. Des cheveux noirs comme la nuit descendaient jusqu’au col de son gilet dans un désordre ineffable dont ont seuls le secret, les purs bohêmes. Son menton et ses joues ressemblaient à une brousse africaine, et pour assombrir davantage cette physionomie lugubre, d’immenses lunettes noires fermaient sur ses yeux leurs impénétrables volets. Il portait un pantalon de toile beige sans fraîcheur et de coupe douteuse, une chemise de cotonnade rose intense et un gilet d’alpaga gris. Sous son bras, il serrait un chapeau de paille de plusieurs saisons et qui avait, sans doute, souffert plusieurs averses. Une canne de bambou complétait sa toilette» (p. 8-10).

À qui le comparer ? Au «juif errant», répond une «gamine de sept ans» (p. 11).

P.S.—La ponctuation est certifiée d’origine.

Référence

Olier, Moisette, l’Homme à la physionomie macabre, Montréal, Éditions Édouard Garand, 1927, 154 p.

Portrait et autoportrait : leur art, chez Julia Deck

Les autres : «L’entreprise Biron gagne beaucoup d’argent, elle occupe un immeuble de huit étages rue de Ponthieu, à deux pas des Champs-Élysées. Dans le hall, des hôtesses d’accueil souples et collantes comme les lanières en plastique des anciens rideaux de cuisine font patienter les visiteurs avec des trivialités équivoques» (p. 16-17).

Soi (en quelque sorte) : «Élevée dans l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, la gamme de vos affects s’en est trouvée considérablement réduite et vous n’y voyez aucun inconvénient» (p. 120).

Référence

Deck, Julia, Viviane Élisabeth Fauville, Paris, Éditions de Minuit, coll. «Double», 99, 2014 (2012), 166 p.

L’art du portrait nucléaire

«Cependant, quand Miss Moeller vint enfin le prier d’entrer, il y avait dans un coin un grand jeune homme aux cheveux coupés en brosse.

On ne le lui présenta pas. On fit comme s’il n’existait pas. Il resta assis dans l’ombre, ses longues jambes croisées. Il portait un complet sobre, très Nouvelle-Angleterre, avait cet air sérieux, détaché, des jeunes savants qui s’occupent de physique nucléaire.»

Simenon, la Mort de Belle (1952), dans Romans. II, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 496, 2003, p. 307-435 et 1544-1560, p. 408.

Le portrait neurasthénique et familial du jour

«Ce qui a longtemps passé pour une tristesse contextuelle se révèle bientôt être son caractère propre — avec quelques grammes d’anxiété maternelle, ponctuée de la tendance paternelle à l’autodestruction.»

Nicolas Dickner, Six degrés de liberté, Québec, Alto, 2015, 380 p., p. 143-144.

Portrait couci-couça

«La Grammaire est une belle personne, un peu sèche, un peu tatillonne, autoritaire, et chichiteuse, un peu osseuse, un peu chameau, mais enfin, pour un jeune homme pauvre et qui n’a pas trop d’ambition c’est un parti qui mérite un coup d’œil.

[…]

Elle distille l’ennui distingué. Après tout elle a le profil grec, et des endroits moins secs que d’autres; ceux qui la connaissent bien disent que c’est une fausse maigre. Bref, il y aurait plaisir à rompre en son honneur quelques lances dans les tournois.»

Alexandre Vialatte, «Chronique du dernier ronchonnement», la Montagne, 13 mars 1962, repris dans Un abécédaire, choix des textes et illustrations par Alain Allemand, Paris, Julliard, 2014, p. 82.