Les joies de la prose gouvernementale

L’école «a pour objectif de former
des caméléons linguistiques» (Jean-Claude Corbeil).

Les rapports issus d’organismes gouvernementaux ont souvent mauvaise presse. C’est dommage. Certains sont passionnants.

C’était le cas, en 2014, d’un avis du Conseil supérieur de l’éducation du Québec sur l’enseignement de l’anglais au primaire. L’Oreille tendue l’a commenté ici.

C’est encore le cas cette année avec la parution d’un avis du Conseil supérieur de la langue française sur la maîtrise de la langue française au Québec.

Cet avis a des sources diverses, et parfois étonnantes, pour ce genre de document : avis d’organismes gouvernementaux, études savantes, entrevues, articles de journaux, le Catalogue des idées reçues sur la langue de Marina Yaguello (1998), etc. Il est écrit dans une langue claire (voir cependant le P.-S. ci-dessous). Ses douze recommandations ne sont pas neuves, mais elles sont fermes et pleines de sens commun.

Quelques citations ?

Divers phénomènes expliquent que, malgré des progrès dont il sera fait état plus loin, les inquiétudes n’ont guère diminué depuis les récents avis de ces deux Conseils [le Conseil supérieur de l’éducation, le Conseil supérieur de la langue française]. Il faut d’abord reconnaitre que les exigences en matière de maitrise de la langue ont considérablement augmenté avec le temps. Le marché du travail s’est transformé : il y a une diminution marquée des emplois manuels au profit de professions liées aux services ou faisant appel de plus en plus aux technologies. Puis, comme la population québécoise a vu croitre de façon rapide le nombre de diplômés postsecondaires, le niveau général de maitrise de la langue a augmenté, ce qui entraine du même coup des attentes plus élevées en matière de compétence linguistique. Ces changements sociaux, parmi d’autres, peuvent expliquer pourquoi, malgré un progrès objectif des performances linguistiques dans la population en général, subsiste la perception d’un déclin de la maitrise de la langue française au Québec. Le point à retenir est qu’il subsiste au Québec le sentiment général d’une piètre maitrise de la langue. En outre, puisque les exigences en matière de compétence linguistique ont augmenté, il devient nécessaire de rehausser la maitrise de la langue. Il est donc important de continuer à s’intéresser à cette question; c’est l’un des motifs qui justifient la production de cet avis (p. 4).

Le Conseil affirme que le français est le fondement sur lequel s’appuient tous les apprentissages scolaires, à l’école primaire comme à l’école secondaire de langue française; sa maitrise favorise la réussite. En ce sens, le français se distingue de toutes les autres disciplines (p. 37).

Le Conseil pense que l’éducation, en particulier le système scolaire, constitue une priorité nationale, au même titre que la santé. Il en découle inévitablement qu’il faut inventer des façons de faire qui resituent l’école au centre du progrès social du Québec et qu’il devient urgent de réinvestir massivement dans l’éducation. Notre avis a rappelé avec insistance les liens entre la maitrise de la langue française, orale et écrite, et les autres apprentissages; il a décrit rapidement les avantages personnels et sociaux auxquels la maitrise de la langue française donne accès au Québec; il a évoqué les liens qu’on peut établir entre de faibles compétences linguistiques, orales ou écrites, et le décrochage scolaire, l’employabilité, l’exclusion sociale, etc. (p. 44)

Malgré les apparences, il ne faut pas bouder ce genre de prose.

P.-S. — L’Oreille tendue n’aime pas (beaucoup) le mot «problématique». Le Conseil supérieur de la langue française, si. C’est, évidemment, malheureux.

Références

Conseil supérieur de l’éducation, Avis au ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport. L’amélioration de l’enseignement de l’anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver, Québec, gouvernement du Québec, août 2014, 106 p. URL : <http://www.cse.gouv.qc.ca/fichiers/documents/publications/Avis/50-0485Sommaire.pdf> (sommaire); <http://www.cse.gouv.qc.ca/fichiers/documents/publications/Avis/50-0485.pdf> (version longue).

Conseil supérieur de la langue française, Avis à la ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française. Rehausser la maitrise du français pour raffermir la cohésion sociale et favoriser la réussite scolaire, Québec, gouvernement du Québec, [août] 2015, iii/49 p. URL : <www.cslf.gouv.qc.ca/publications/avis207/a207.pdf>.

Yaguello, Marina, Catalogue des idées reçues sur la langue, Paris, Seuil, coll. «Points», série «Point-virgule», V61, 1988, 157 p. Ill.

Sociétal est-il incontournable ?

Nous étions le 25 juin 2013 et l’Oreille tendue s’interrogeait : «sociétal serait-il à social ce qu’est problématique à problème ?» Autrement dit : pourquoi préférer le premier mot au second, comme cela est si souvent le cas ? François Héran s’était posé la question bien avant elle : en 1987, dans un texte finalement publié en 1991.

Pour quelles raisons sociétal, «un néologisme mal formé» (p. 615), «une violation aussi flagrante des structures de la langue» (p. 615), un mot fabriqué «au petit bonheur» (p. 617), s’est-il imposé ? «Comment [le milieu sociologique] peut-il abaisser à ce point les seuils ordinaires d’acceptabilité en matière de langage ?» (p. 618) Réponse : le mot, venu de la traduction de l’Allemand Simmel en anglais, est un «mot magique» grâce à «l’effet de science» qu’il «cherche à produire» (p. 619).

Tout l’article est un plaisir pour qui s’interroge sur la vie sociale des néologismes. Au passage : «Mais qu’est-ce qu’un néologisme ? C’est toujours du nouveau fabriqué avec de l’ancien» (p. 615); «La linguistique n’a qu’un défaut : elle doit expliciter laborieusement ce que ressentent d’emblée les locuteurs rompus au maniement de leur langue» (p. 618).

P.-S. — En note, Héran rappelle l’origine d’un autre mot partout entendu : «Inventé pour traduire unumgänglich chez Heidegger, “incontournable” a été repris par les lacaniens à la fin des années cinquante. On le retrouve au début des années soixante-dix dans les hebdomadaires de gauche, d’où il se répand vers l’ensemble de la presse, pour finir par s’intégrer au langage courant» (p. 615 n. 2). C’est, depuis, une plaie sociétale.

Référence

Héran, François, «Pour en finir avec “sociétal”», Revue française de sociologie, 32, 4, 1991, p. 615-621. URL : <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1991_num_32_4_4079>.

R.I.P. ?

Il y a des jours où l’on s’inquiète, par exemple quand l’université où travaille l’Oreille tendue annonce ceci :

Ou quand un projet de règlement gouvernemental a l’objectif suivant : «Enfin, il vise à bonifier les prestations spéciales versées pour subvenir au coût d’accessoires reliés au système d’élimination pour les prestataires d’aide inancière qui ont une problématique de santé significative à ce niveau.» (Merci à Antoine Robitaille pour la citation.)

On est alors en droit de s’inquiéter de la prolifération de la problématique.

Puis on tombe sur ceci, sur le site du Réseau des sports :

«L’autopsie de la problématique» (RDS, 12 janvier 2015)

Pour qu’il y ait «autopsie», il faut bien qu’il y ait un cadavre. Est-ce à dire que la problématique serait enfin morte ?

On peut toujours rêver.

Hypothèse du matin, chagrin

Soit le tweet suivant, de @LucieBourassa : «Souvent, les raisons pour lesquelles on emploie “#sociétal” plutôt que “#social” ou “de la société” m’échappent : “les besoins sociétaux”.»

Exemples récents : «Contrairement au voile islamique, un symbole lourd, il n’y avait là aucun grand enjeu sociétal» (la Presse, 14 juin 2013, p. A21); «Révolutions médicales : se tourner vers la #Procréation médicalement Assistée (#PMA) est-ce médical ou sociétal ?» (@franceculture).

Hypothèse de l’Oreille tendue : sociétal serait-il à social ce qu’est problématique à problème ?

Espèces dissonantes et trébuchantes

L’argent — le mot, pas le fait d’en avoir, ou pas — pose problème, du moins au Québec.

De genre. Les billets verts des voisins du Sud seraient de l’argent américaine. (Il y a bien sûr de l’argent canadienne, mais moins et de moindre valeur.)

De nombre. Il est souvent question, surtout dans les médias, surtout chez ceux qui dépensent, surtout chez ceux qui ne veulent pas dépenser, des argents. Les argents sont rares.

De genre et de nombre. Les argents neuves sont rares.

De prononciation. On l’entend moins aujourd’hui, mais à une époque il était commun de parler d’argint. Les exemples pullulent dans la bande dessinée Séraphin illustré d’Albert Chartier et Claude-Henri Grignon.

Pour régler la question, quelques-uns ont choisi de remplacer ce mot problématique par un autre, qui est sa version infantilisée : sous. Exemple : «C’est une perte pour les étudiants parce que ce sont des sous que nous aurions dirigés en totalité vers les étudiants» (une vice-rectrice, le Devoir, 13 janvier 2000); «Comment générer du sens et des sous par le travail ?» (le Devoir, 18 septembre 2000). Ce n’est pas mieux.

Remarque

Le mal est ancien. Étienne Blanchard dénonçait l’emploi d’argent au féminin dès 1919 (p. 25). Pour le pluriel, Chantal Bouchard, dans Méchante langue (2012), cite une remarque des années 1840 (p. 149).

P.-S. — Comme avion, escalier roulant, autobus et ascenseur, l’argent serait-il un moyen de locomotion ?

Références

Blanchard, Étienne, Dictionnaire du bon langage, Montréal, 1919 (3e édition), 256 p.

Bouchard, Chantal, Méchante langue. La légitimité linguistique du français parlé au Québec, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Nouvelles études québécoises», 2012, 171 p.

Grignon, Claude-Henri et Albert Chartier, Séraphin illustré, Montréal, Les 400 coups, 2010, 263 p. Préface de Pierre Grignon. Dossier de Michel Viau.