Il y a longtemps que nous quittons

Vendredi dernier, l’Oreille tendue déplorait le fait que les Canadiens de Montréal — c’est du hockey — aient échangé Lars Eller et que le Réseau des sports (RDS) ait annoncé l’échange en utilisant le verbe quitter sans complément d’objet direct.

Cet emploi — Eller quitte — est une vieille phobie de l’Oreille : voir deux des livres qu’elle a cosignés avec Pierre Popovic, le Village québécois d’aujourd’hui (2001) et Dictionnaire québécois instantané (2004); voir aussi la rubrique de ce blogue qui est consacrée à ce verbe (38 textes au compteur). Elle sait que c’est une bataille perdue d’avance : ça ne va pas changer.

Dans le Devoir de samedi-dimanche, Simon Durivage, «Journaliste à la retraite», signe un texte d’opinion dans lequel il s’en prend à cet usage :

Pourquoi avons-nous aussi décidé au Québec, depuis quatre ou cinq ans, que le verbe quitter peut s’employer sans complément ? En français, on quitte quelque chose ou quelqu’un, mais on ne quitte pas tout court. Je pars, alors, serait plus juste. Écoutez-nous, écoutez nos reporters, vos collègues de travail, vos amis : «Je quitte à cinq heures». Ou tout bonnement : «Je quitte…»Pourquoi avons-nous tant de difficulté avec le genre des mots ?», 25-26 juin 2016, p. B4)

Oui, la tournure doit être dénoncée. (Merci.)

Non, nous n’avons pas décidé cela «depuis quatre ou cinq ans». L’Oreille se souvient très bien de la première fois qu’elle a entendu quitter sans complément d’objet : c’était il y a… quarante ans. Cela étant, il est vrai que cette façon de parler est devenue omniprésente, mais, à vue d’Oreille, depuis au moins quinze ans.

P.-S. — Cet usage était courant au XVIIIe siècle ? Oui, bien sûr.

Références

Melançon, Benoît et Pierre Popovic, le Village québécois d’aujourd’hui. Glossaire, Montréal, Fides, 2001, 147 p.

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantanté, 2004, couverture

Double source de souffrance

Les Canadiens de Montréal — c’est du hockey — viennent d’échanger Lars Eller. L’Oreille tendue appréciait beaucoup ce joueur. Elle est triste.

Le réseau RDS annonçait la nouvelle en ces termes :

Lars Eller est échangé. Il ne quitte pas.Le verbe «quitter» sans complément d’objet direct ? L’Oreille est deux fois plus triste.

Oui, mais quoi ?

Dès sa naissance, en juin 2009, l’Oreille tendue a clairement annoncé la couleur : le verbe quitter est transitif; il exige donc un complément d’objet (sa femme, son bureau, son travail, son enveloppe charnelle). Or, au Québec, on l’entend souvent sans : Elle a quitté. Il y a toute une rubrique du blogue consacrée à la bataille évidemment perdue d’avance que livre l’Oreille à cet usage. La rubrique comptait 35 textes.

Dans la Presse+ du jour, cette publicité.

Publicité de la chaîne Best Buy, la Presse+, 19 juin 2016

Ça fera donc 36.

P.-S. — N’écrivez pas à l’Oreille : elle sait que cet usage a été commun il y a jadis naguère.

Langue de chefs

En 2011, l’Oreille s’était tendue au moment du débat télévisé entre les candidats au poste de premier ministre du Canada. Rebelote hier soir. Dans l’ordre alphabétique…

Gilles Duceppe (Bloc québécois) C’est celui qui avait le français le plus solide. Comme en 2011, il lui arrivait de passer du registre soigné — «Or», «On ne le sait pas», «Dès lors que», «Cependant» — au registre familier — «moyen ben supérieur», «oubedon». Il est toutefois difficile de trouver une logique dans ces passages d’un registre à l’autre. Sauf erreur, il a été le seul à recourir à des formules comme «Les Québécois et les Québécoises». Il aime beaucoup l’expression «faire en sorte que»; il l’a reprise au moins trois fois dans la même phrase. En bon Québécois, il oublie que quitter est un verbe transitif direct (il lui faut un complément d’objet). Son «de d’autres» a fait frémir les oreilles de l’Oreille. Sa déclaration finale — «Vous pouvez compter sur moi» — aurait été plus forte s’il avait regardé la caméra plutôt que le plafond.

Stephen Harper (Parti conservateur du Canada) Au fil des ans, sa maîtrise du français s’est améliorée, mais, curieusement, la soirée d’hier a été laborieuse pour lui. On l’a entendu confondre «référendaire» et «référendum». Il aime parsemer ses propos d’expressions populaires — «gros bon sens», «passé date» —, ce qui témoigne d’une certaine aisance avec les registres linguistiques. En revanche, à d’autres moments, il se lance dans des phrases emberlificotées jusqu’à l’incorrection («en ne pas coupant»). Comme Thomas Mulcair, son emploi de par est calqué sur l’anglais by : «par 20 %». L’Oreille tendue serait curieuse de connaître le nombre de mots différents qu’il a prononcés : à vue de nez, à l’exception de celui d’Elizabeth May, son vocabulaire paraissait le plus limité parmi les participants, avec une forte présence d’«économie» et «économique».

Elizabeth May (Parti vert du Canada) Elle n’a commencé à apprendre le français que récemment, et cela s’entend. Elle confond les genres — «son gestion» —, elle n’est pas capable de prononcer certains mots — «surplusse», «abusse» —, elle en invente d’autres — «capabilité» —, elle a du mal avec le pluriel — «les paradis fiscals». Sa syntaxe est laborieuse («investissements grands», «à cause de les ordres», «Monsieur Harper déteste d’agir», «beaucoup années», «je fais la politique autrement»). S’il est vrai qu’elle s’est améliorée au fil des ans — comparez cette vidéo de 2011 à celle-ci, de 2015 —, les échanges sont trop rapides dans un débat pour qu’elle puisse parler sans multiplier les fautes. Pour la comprendre, il est préférable de connaître l’anglais.

Thomas Mulcair (Nouveau parti démocratique) Le français est une langue seconde pour lui, mais il s’y sent à l’aise. La preuve ? Il parle sans chercher ses mots, son débit est bien plus vif que celui de Stephen Harper ou Elizabeth May, il est capable de lancer des bons mots («arme de distraction massive», «Pour le reste, il y a Mastercard») et il multiplie les incorrections lexicales sans état d’âme. Par exemple, il a employé un grand nombre d’anglicismes hier soir : «à date», «question divisive», «soutenable» (pour sustainable), «rencontrer des objectifs» ou «cette obligation». Son rapport au français, à cet égard, est proche de celui de son prédécesseur au NPD, Jack Layton. Si les oreilles de l’Oreille ne l’ont pas trompée, il aurait inventé le verbe «pâturer» (pour «pâtir»). Son pronom personnel favori est je : ce n’est pas son parti qui dirigerait le Canada s’il était élu, mais lui, avec ses «trente-cinq années d’expérience». (Et non : le «droit de retrait» n’est pas un «droit de retraite».)

Justin Trudeau (Parti libéral du Canada) Certains rapprochent le français de Justin Trudeau de celui de son père, l’ancien premier ministre du Canada Pierre Elliott Trudeau. Il faudrait plutôt le comparer à celui d’un autre ancien premier ministre, Jean Chrétien, dont on disait qu’il était le Canadien qui parlait le plus mal les deux langues officielles du Canada, le français et l’anglais. Sa page Wikipédia met «professeur» comme profession, indique qu’il a été scolarisé en français et qu’il est député d’une circonscription montréalaise. Elle rappelle qu’il a travaillé «comme enseignant de français à la West Point Grey Academy et à l’école secondaire Sir Winston Churchill à Vancouver». (On peut s’interroger sur la langue qu’il a transmise à ses élèves.) Pourtant, Justin Trudeau confond souvent les genres — les concepteurs de l’émission de radio La soirée est encore jeune ont fait un montage de quelques-unes de ses perles le 5 septembre —, ce qui étonne fort de la part d’un francophone. Il souhaite «rendre nos produits vers les marchés» et «rendre nos ressources vers les marchés», et «annuler les F-35», ce qui n’étonne pas moins. Surtout, il fait souffrir la syntaxe du français : «le gouvernement se peut d’être»; «c’est pas ce qu’on a d’besoin»; «C’est ce que le Parti Libéral a un plan pour faire»; il faut «reprendre sa place de respect face à la planète»; «ce qu’ils ont toujours vu le Canada comme étant». Des cinq candidats présents hier soir, il aurait dû être un des deux les plus à l’aise en français, avec Gilles Duceppe. Cela n’a pas du tout été le cas.

P.-S. — Pas plus tard que cette semaine, l’Oreille livrait ses impressions sur le français des chefs politiques fédéraux au journaliste Andy Riga du quotidien montréalais The Gazette. C’est ici.

P.-P.-S. — Le débat était animé par Anne-Marie Dussault et les questions étaient posées aux chefs par les journalistes Yves Boisvert (la Presse) et Patrice Roy (Radio-Canada). Ce dernier a étonné beaucoup de monde quand il s’est excusé auprès de ses enfants pour un «mauvais mot» qu’il s’apprêtait à dire en ondes. Ce «mauvais mot» ? «Dégoûtés.» Patrice Roy n’entend pas ce que peut dire l’Oreille dans la douceur de son foyer. Si «dégoutés» est un «mauvais mot» pour lui, il serait fréquemment horrifié.

 

[Complément du 26 septembre 2015]

Il a été question de ce texte à l’émission radiophonique les Voies du retour (Radio-Canada en Outaouais) et dans la Presse+ (l’Oreille a donné une entrevue à Judith Lachapelle).

 

[Complément du 28 septembre 2015]

L’article paru dans The Gazette a été commenté par Maxime Coutié à l’émission Gravel le matin le 24 septembre. Ça se (ré)écoute ici.

 

 

Patrice Roy, Débat des chefs, 24 septembre 2015

Du nouveau sur Simenon

L’Oreille tendue s’en doutait depuis quelques années : Georges Simenon (1903-1989) était québécois. La preuve ? Son vocabulaire, bourré de mots et d’expressions propres au Québec.

Dans La neige était sale (1948), il y a des «bancs de neige» (éd. 2003, p. 89) et un personnage déclare péremptoirement : «Cela n’a pas de bon sens» (p. 83).

Auprès de quoi se chauffe-t-on dans l’Affaire Saint-Fiacre (1932) ? D’un «calorifère» (éd. 2003, p. 162). Que porte-t-on aux pieds par mauvais temps ? Des «caoutchoucs» (Maigret et l’Affaire Nahour, 1967, éd. 1990, p. 318; le Chat, 1967, éd. 1990, p. 452, 460, 477).

Le romancier, comme c’est si fréquent au Québec, semble confondre pamphlet et brochure; c’est le cas dans Maigret a peur (1953, éd. 2006, p. 66). Pire : il lui arrive d’utiliser un verbe transitif sans complément d’objet, par exemple dans «J’ai quitté deux ans avant…» (le Voleur de Maigret, 1967, p. 49).

Les «ici dedans» (p. 51) et les «hier au soir» (p. 61) du Chien jaune (1936) sont chères au cœur de la mère de l’Oreille. Son grand-père disait lui aussi que quelque chose était écrit «sur le journal» (la Veuve Couderc, 1942, éd. 2003, p. 1163).

Voilà des signes qui, ajoutés les uns aux autres, ne sauraient mentir.

Des esprits pinailleurs vous diront que, dans certains cas, il ne s’agit pas seulement de québécismes, mais aussi de belgicismes, voire que des emplois, après 1945, peuvent avoir été inspirés à Simenon par sa rencontre avec la Canadienne Denyse Ouimet, qui sera sa compagne jusqu’en 1964. Ce serait trop simple. L’Oreille ne l’entend pas de cette oreille.

 

[Complément du 4 septembre 2014]

Promis juré craché : l’Oreille tendue, au moment de mettre ce billet en ligne, ignorait que Simenon était mort, en 1989, un… 4 septembre.

 

Références

Simenon, l’Affaire Saint-Fiacre (1932), dans Romans. I, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 495, 2003, p. 105-212 et 1354-1365.

Simenon, le Commissaire Maigret. Le chien jaune (1936), Paris, Le livre de poche, coll. «Le livre de poche policier», 869, 1963, 20 p. Présenté par Marcel Aymé.

Simenon, la Veuve Couderc (1942), dans Romans. I, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 495, 2003, p. 1043-1169 et 1458-1471.

Simenon, La neige était sale (1948), dans Romans. II, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 496, 2003, p. 1-199 et 1503-1519.

Simenon, Maigret a peur (1953), Paris, Librairie générale française, coll. «Le Livre de poche», 14245, 2006, 188 p.

Simenon, Maigret et l’affaire Nahour (1967), dans Œuvre romanesque, Libre expression et Presses de la Cité, coll. «Tout Simenon», 1990, p. 315-424.

Simenon, le Chat (1967), dans Œuvre romanesque, Libre expression et Presses de la Cité, coll. «Tout Simenon», 1990, p. 425-540.

Simenon, le Voleur de Maigret (1967), Paris, Presses de la cité, coll. «Maigret», 44, 1967, 182 p.