La clinique des phrases (w)

Exemple d’énumération fautive, Guide de la communication écrite au cégep, à l’université et en entreprise, 1996, p. 97(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit cette énumération, particulièrement bancale, lue dans un recueil récent de chroniques radiophoniques québécoises :

Le processus se fait en quatre temps : 1) création du nouveau terme, 2) repris pour vendre de nouveaux produits (Madison Avenue n’étant après tout qu’à une demi-heure de Harlem en métro), 3) le nouveau terme est rendu caduc, et 4) un vide langagier se crée, appelant l’invention d’un nouveau terme.

Rappelons cette règle, pourtant évidente, du Guide de la communication écrite au cégep, à l’université et en entreprise (1996) :

Toute énumération, qu’elle soit simple ou complexe, présentée à la verticale ou à l’horizontale, doit être formée d’éléments de la même catégorie grammaticale (soit des noms, soit des verbes, en règle générale) (p. 97).

L’auteur du recueil, lui, mêle un substantif, un adjectif et deux propositions.

Ramenons-le à l’ordre :

Le processus se fait en quatre temps : 1) un nouveau terme est créé, 2) ce terme est repris pour vendre de nouveaux produits (Madison Avenue n’étant après tout qu’à une demi-heure de Harlem en métro), 3) il est rendu caduc, et 4) un vide langagier se crée, appelant l’invention d’un nouveau terme.

À votre service.

P.-S.—Oui, trois fois «nouveau», c’est beaucoup. Dans la phrase qui précède cette énumération, notons qu’il y a aussi «nouveauté» et «nouveau». C’est neuf, en effet.

Référence

Malo, Marie, Guide de la communication écrite au cégep, à l’université et en entreprise, Montréal, Québec/Amérique, 1996, ix/322 p.

Autopromotion 353

Cet après-midi, vers 15 h, l’Oreille tendue sera au micro de Jean-Charles Lajoie, de la station de radio 91.9, pour parler de l’émeute de 1955 à la suite de la suspension de Maurice Richard — c’est du hockey.

Il a déjà été question ici de cette émeute à plusieurs reprises.

L’Oreille s’appuiera sur son livre de 2006 :

Melançon, Benoît, les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle, Montréal, Fides, 2006, 279 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Nouvelle édition, revue et augmentée : Montréal, Fides, 2008, 312 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Préface d’Antoine Del Busso. Traduction : The Rocket. A Cultural History of Maurice Richard, Vancouver, Toronto et Berkeley, Greystone Books, D&M Publishers Inc., 2009, 304 p. 26 illustrations en couleurs; 27 illustrations en noir et blanc. Traduction de Fred A. Reed. Préface de Roy MacGregor. Postface de Jean Béliveau. Édition de poche : Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2012, 312 p. 42 illustrations en noir et blanc. Préface de Guylaine Girard.

 

[Complément]

On peut (ré)entendre l’entretien ici, à partir de la 25e minute.

 

Les Yeux de Maurice Richard, édition de 2012, couverture

Néologismes touristiques du jour

Portrait de Pablo Escobar, 1977L’autre jour, à la radio, l’Oreille tendue réfléchissait aux formes contemporaines du tourisme : volontourisme, nécrotourisme (thanatourism, dark tourism), tourisme sans abri (poorism), tourisme de catastrophe (crisis tourism).

Pourquoi arrêter en si bon chemin ? Ajoutons à la liste narcotouristes (narcoturistas); cela se pratiquerait, rapporte The New Yorker, au pays de Pedro Escobar.

C’est peut-être ce qui explique que plusieurs cèdent dorénavant à la touristophobie (et pas seulement à Barcelone).

Illustration : Portrait de Pablo Escobar, Police nationale colombienne, 1977, disponible sur Wikimedia Commons

Autopromotion 350

«Maurice Richard rend la parole à un malade», la Presse, 13 avril 1957, p. 27

Olympiade hivernale oblige, les amis de C’est fou…, à la radio de Radio-Canada, causent sport ce soir. L’Oreille tendue se joindra à eux, pour essayer de distinguer héros, légende et mythe. C’est à partir de 19 h.

Il devrait notamment être question d’un miracle dû à… Maurice Richard («La thérapeutique sportive. Maurice Richard rend la parole à un malade», la Presse, 13 avril 1957, p. 27). Merci au lecteur qui a fait découvrir à l’Oreille les dons de thaumaturge du Rocket.

Cette intervention radiophonique reprendra sans aucun doute des analyses publiées dans les Yeux de Maurice Richard (2006).

 

[Complément]

On peut (ré)entendre l’entretien ici.

 

Référence

Melançon, Benoît, les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle, Montréal, Fides, 2006, 279 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Nouvelle édition, revue et augmentée : Montréal, Fides, 2008, 312 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Préface d’Antoine Del Busso. Traduction : The Rocket. A Cultural History of Maurice Richard, Vancouver, Toronto et Berkeley, Greystone Books, D&M Publishers Inc., 2009, 304 p. 26 illustrations en couleurs; 27 illustrations en noir et blanc. Traduction de Fred A. Reed. Préface de Roy MacGregor. Postface de Jean Béliveau. Édition de poche : Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2012, 312 p. 42 illustrations en noir et blanc. Préface de Guylaine Girard.

Les Yeux de Maurice Richard, édition de 2012, couverture

Autopromotion 348

Cabinet de traduction, Bangkok, 1er juin 1999Un segment de l’émission Plus on est de fous, plus on lit !, qu’anime Marie-Louise Arsenault à la radio de Radio-Canada, est consacré à la définition de mots beaucoup présents dans l’espace public.

L’Oreille tendue a déjà eu l’occasion d’y réfléchir à débat, à expert, à authenticité, à porte-parole, à transparence et à mononcle.

Cet après-midi, entre 14 h et 15 h, elle abordera le mot touriste.

Elle se servira notamment d’un texte publié ici le 21 octobre 2011.

 

[Complément]

On peut (ré)entendre l’entretien ici.

 

[Complément du 6 février 2018]

L’Oreille doit s’excuser auprès des auditeurs de Radio-Canada. En ondes, elle a parlé de la Semaine anglaise de Jean-Jacques Rutlidge. Elle aurait dû dire, bien sûr, la Quinzaine anglaise. Elle est toute confuse.

 

Référence

La Quinzaine angloise à Paris, ou l’art de s’y ruiner en peu de temps. Ouvrage posthume du Docteur Stearne, traduit de l’Anglois par un Observateur, Londres, 1776, xvi/287 p.; Londres, 1777. Réédition augmentée : Premier et second voyages de Mylord de *** à Paris, Contenant la Quinzaine anglaise; & le retour de Mylord dans cette Capitale après sa majorité. Par le ch. R***, Yverdon, De l’Imprimerie de la Société Litt. & Typ., 1777, 3 vol.; Yverdon, 1779, 3 vol.; Londres, 1782, 3 vol.; Londres, 1786, 3 vol. Édition moderne : la Quinzaine anglaise à Paris, ou l’Art de s’y ruiner en peu de temps, Paris, Honoré Champion, coll. «L’âge des Lumières», série 1, 36, 2007, 208 p. Édition critique par Roland Mortier.