Le Rocket en cases

Walt McDayter et Norman Drew, «The Giants. Maurice Richard», Calgary Herald, 6 septembre au 1er octobre 1966

En 2016, l’Oreille tendue publiait un article sur la bande dessinée et le hockey. Elle y abordait essentiellement la bande dessinée francophone.

Quelques années plus tôt, en visionnant le téléfilm Maurice Richard (1999) de Jean-Claude Lord et Pauline Payette, elle avait repéré des images d’une bande dessinée consacrée à Maurice Richard, «Les géants. Maurice Richard. La légende du Rocket». Elle n’avait jamais réussi à en trouver d’autres traces.

Le mystère est désormais partiellement résolu. Un lecteur de l’Oreille tendue, historien du hockey, vient de lui transmettre les 24 bandes (de trois cases) de «Maurice Richard» dans la série «The Giants». Elles ont été publiées, sous la signature de Walt McDayter et Norman Drew, dans le Calgary Herald du 6 septembre au 1er octobre 1966 (sauf les dimanches). On peut supposer qu’elles ont aussi aussi paru dans d’autres journaux.

Le déroulement de cette bande dessinée est chronologique, des premières tentatives de Richard pour joindre les rangs des Canadiens de Montréal, tentatives entravées par des blessures à répétition, jusqu’au moment où il accroche ses patins, en 1960. Plusieurs buts marqués durant sa carrière par le Rocket y sont : le premier (le 8 novembre 1942), celui marqué avec Earl Seibert sur les épaules, le 50e en cinquante matchs (le 18 mars 1945), celui du 8 avril 1952 — mais les bédéistes se trompent sur le résultat final du match (il aurait fallu 3-1 au lieu de 2-1) —, celui du 29 octobre 1952 pour égaler le record du plus grand nombre de buts dans l’histoire de la Ligue nationale de hockey. Les événements de 1955 qui ont mené à l’émeute du 17 mars sont évoqués. La dernière case insiste sur la place de Maurice Richard dans l’histoire du hockey : «Hockey heroes will come and go, replacing his remaining records… but few men can hope to eclipse the legend of the fabulous Frenchman who in 1959 was introduced to Queen Elizabeth as… “Mr. Hockey”.» Les héros passeront et les records seront battus (par Gordie Howe et par Bobby Hull, par exemple); M. Hockey restera.

Pour l’essentiel, le dessin, qui s’inspire nettement de documents d’archives, est réaliste. L’univers dépeint est masculin (soixante-douze cases, quatre femmes). Les techniques de communication — télégramme, radio, presse écrite — sont celles des années 1940-1960. Une erreur de date à la dernière case d’une bande — «The following season, on Oct. 29, 1953 […]» — est corrigée à la première de la suivante — «In a game against Maple Leafs in Toronto, Oct. 29, 1952 […]». McDayter et Drew n’hésitent pas à dépeindre la violence de Richard, venue de son «fiery Gallic temper» : le 13 mars 1955, à Boston, «Enraged by a high-stick injury, Maurice Richard slashes Boston Bruins’ Hal Laycoe three times with a hockey stick.» Le tempérament gaulois («gallic») explique-t-il à lui seul le recours répété du hockeyeur à son bâton («three times with a hockey stick») ? On lit quelques mots en français, couleur locale oblige : «Eh bien», «ami», «Mais c’est impossible, monsieur Irvin», «Dieu merci», «J’y vais pas», «À bas Campbell», «Vive Richard !». Ils sont regroupés à deux moments du récit : au début de sa carrière, quand Richard ne parlait pas encore anglais; au moment de l’Émeute («the “Richard” Riot»). Ce n’est pas dans cette bande dessinée que l’on cherchera de la polémique : Maurice Richard est un géant canadien («Keep your eyes on this player, Canada !»).

Il ne reste plus à l’Oreille qu’à mettre la main sur la version française.

P.-S.— Pour préparer son article de 2016, l’Oreille a repris des propos déjà tenus ici, le 12 décembre 2011, le 23 décembre 2011, le 28 décembre 2011, le 19 juillet 2012, le 1er mai 2014 et le 12 juin 2014. Elle est revenue sur le sujet le 2 décembre 2014, le 23 janvier 2015, le 10 avril 2015, le 6 mai 2015, le 14 mai 2015, le 15 juin 2016, le 29 août 2016, le 28 décembre 2016 et le 23 octobre 2018.

Références

Maurice Richard. Histoire d’un Canadien / The Maurice Rocket Richard Story, docudrame de quatre heures en deux parties, 1999 : 1921; 1951. Réalisation : Jean-Claude Lord et Pauline Payette. Production : L’information essentielle.

McDayter, Walt et Norman Drew, «The Giants. Maurice Richard», Calgary Herald, 6 septembre au 1er octobre 1966.

Melançon, Benoît, «BDHQ : bande dessinée et hockey au Québec», dans Benoît Melançon et Michel Porret (édit.), Pucks en stock. Bande dessinée et sport, Chêne-Bourg (Suisse), Georg, coll. «L’Équinoxe. Collection de sciences humaines», 2016, p. 101-117.

Walt McDayter et Norman Drew, «The Giants. Maurice Richard», Calgary Herald, 6 septembre au 1er octobre 1966

Nostalgie de rondelles

Au hockey, dans la vaste famille des tirs, il existe, en quelque sorte, un ex-tir : c’est le tir que le gardien de but aimerait revoir. Il est trop tard. Le cerbère a été déjoué.

N’en est-il pas de même de la passe de trop, celle qu’on a faite alors que l’on n’aurait pas dû ?

Le hockey, ce sport où l’on regrette : c’était bien mieux avant.

P.-S.—Oui, c’est de la langue de puck.

 

[Complément du 16 novembre 2018]

Marc Antoine Godin, sur Athlétique, le 14 novembre, proposait la graphie suivante, avec traits d’union : «Or, même sans les deux tirs-qu’il-aimerait-revoir, le Canadien perdait quand même.» Suivons-le.

 

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture

Vers de puck

Maxime Catellier, Mont de rien, 2018, couverture

Les poètes québécois francophones aiment le hockey : Roland Giguère, Michel Beaulieu, Patrice Desbiens, Michel Bujold, Daniel Dargis, Bernard Pozier, François Pelletier et Paul Marion, Shawn Cotton, Alexandre Dostie, Jean-Christophe Réhel, Samuel Mercier, Yvon d’Anjou, François Black et Stéphane Poirier, Catherine Cormier-Larose, Philippe Chagnon, Stéphane Picher lui ont consacré un poème, ou plusieurs, voire un recueil. Le joueur le plus souvent mis en vers est Maurice Richard, par Jean-Paul Daoust, Camil DesRoches, Alexandre Faustino, Jeannine Goulet, François Guerrette, François Hébert, Félix Leclerc, Edmond Robillard, Denis Vanier et des auteurs anonymes.

Ajoutons à ce florilège deux titres récents.

À la fin de Castagnettes, Marie-Élaine Guay publie une suite poétique de quatre pages, «les caraïbes saignent». Cette suite se termine — et le recueil avec elle — par ces vers :

je pose un pied sur la glace sans effort
ça joue au hockey dans mes tripes
ça patine ça aiguise
ça goale tellement fort
le jeu continue observé
ça patine pour gagner
on tourne toujours l’histoire à notre avantage
comment je vais faire pour avancer dans le noir ?
tu étais ma lampe de poche
le dépanneur fait son last call
les chiens aboient entre eux
puis
cent millions de nuits faibles fondent sur l’asphalte

Le hockey, ce «jeu», est affaire de vitesse («ça patine», deux fois), de volonté («ça goale tellement fort», «ça patine pour gagner») et d’émotion («dans mes tripes»). Il se pratique «sans effort». Puis la situation est mise à distance («le jeu continue observé») et elle se délite («comment je vais faire pour avancer dans le noir ?»). Rideau.

Dans Mont de rien, de Maxime Catellier, le hockey occupe une place bien plus grande que chez Marie-Élaine Guay. Dans ce «roman», mais en vers, découpé en trois périodes, comme un match, on trouve deux intermèdes et une prolongation : ces trois textes font appel à la mémoire du sport. Il est également question des cartes de hockey que collectionne le poète dans sa jeunesse (p. 54, p. 59-60, p. 84-85), de ses lectures hockeyistiques (p. 95, p. 121) et de la mort de John Kordic (p. 115).

Le premier intermède, «La bataille du vendredi saint. 20 avril 1984» (p. 35-38), rappelle une des plus célèbres bagarres de l’histoire du hockey, entre les Canadiens de Montréal et les Nordiques de Québec. Le second décrit, doublement, «La veine de Clint Malarchuk. 22 mars 1989» (p. 77-80) : ce gardien, en plein match, a eu la (veine) jugulaire tranchée; il s’en est malgré tout tiré (il a eu de la veine). Les deux poèmes, tout en rappelant le nom des joueurs concernés dans un cas comme dans l’autre, magnifient ces faits divers en les rattachant au «vrai nord» (p. 37), aux «étoiles» (p. 37), à «l’ordre divin» (p. 38), au «soleil» (p. 38), au «lustre effondré du temps» (p. 79), aux «anges» (p. 80). Le nom de Malarchuk unit ces deux textes.

Dans un passage de «1000 timbres. prolongation» (p. 118-121), enfin, on oppose deux émeutes montréalaises. Le 17 mars 1955, les amateurs saccagent les alentours du Forum à la suite de la suspension du plus grand joueur de l’équipe à l’époque, Maurice Richard : on «défend» alors «l’honneur de la patrie» (p. 119). En revanche, le 9 juin 1993, c’est une «talle de mongols» (p. 118), voire de «mongols à batterie» (p. 121), qui s’en prend aux commerces qui environnent le Forum, «talle» faite de «vandales» (p. 118), de «sauvages» (p. 118) : «vingt mille macaques à chouclaques se crachent dans les mains en allumant des chars par en-dessous» (p. 118). De 1955 à 1993, la consommation capitaliste a triomphé : on ne se bat plus que pour des produits («le sang neuf cherche à dévorer la marchandise, seule matière première valable», p. 119). C’est à un drame politique que l’on assiste : «ça valait la peine de fuguer pour se retrouver ici, cette île ne mérite pas d’être un paradis, c’est l’enfer des âmes perdues, les limbes du rêve national» (p. 119).

Pour Marie-Élaine Guay et pour Maxime Catellier, le hockey est une affaire de «tripes».

Références

Catellier, Maxime, Mont de rien. Roman en trois périodes et deux intermèdes, Montréal, L’Oie de Cravan, 2018, 123 p.

Guay, Marie-Élaine, Castagnettes, Montréal, Del Busso éditeur, 2018, 76 p. Ill.

Souvenir poétiquement réactivé

Maxime Catellier, Mont de rien, 2018, couverture

De 1982 à 1999, Ronald Corey a été le président des Canadiens de Montréal — c’est du hockey.

Un jour, dans une entrevue en anglais, il a utilisé une expression courante du français québécois, sans même sans s’en apercevoir : faque. Il ne l’a ni traduite ni expliquée. L’Oreille tendue — allez savoir pourquoi — n’a jamais oublié cette manifestation involontaire d’alternance codique.

C’est, entre autres choses, à Ronald Corey que l’Oreille a pensé en lisant Mont de rien (2018). Dans ce Roman en trois périodes et deux intermèdes, selon le sous-titre, mais rédigé presque au complet en vers, Maxime Catellier utilise au moins huit fois l’expression «fait que», par exemple dans «à l’école je m’ennuie / parce que j’ai appris à lire / trop vite / fait que je lis / pendant que les autres / apprennent à lire» (p. 53).

Ce «fait que» pourrait être remplacé par «ce qui fait que», voire, plus simplement, par «donc». À l’oral, comme chez Ronald Corey, il devient souvent «faque».

Voilà.

P.-S.—Oui, en trois périodes, avec une prolongation…

Référence

Catellier, Maxime, Mont de rien. Roman en trois périodes et deux intermèdes, Montréal, L’Oie de Cravan, 2018, 123 p.