Le zeugme du dimanche matin et de Sébastien Bailly

«Il faut se serrer les coudes, pas la ceinture.»

Sébastien Bailly, les Miraculées, Rouen, Éditions des Falaises, 2016, 79 p., p. 58.

P.-S. — Pour qui connaît Sébastien Bailly, la présence de ce zeugme ne saurait étonner.

Les zeugmes du dimanche matin et de Mahigan Lepage

«Avant de retourner explorer le dehors, je devais me reployer au-dedans (dans ma tête et dans les cafés, j’ai passé l’essentiel de mon temps ces derniers jours, tandis que les touristes faisaient le tour de la ville).»

«Alors je vais voir les jeunes, traînant ma fatigue et mon sac.»

Mahigan Lepage, Big bang city, publie.net, coll. «La machine ronde», 2016. Livre numérique. URL : <https://www.publie.net/livre/big-bang-city/>.

Les zeugmes du dimanche matin et d’Olivia Rosenthal

«attachée et protégée dans son placard et dans sa combinaison» (p. 29).

«il faut prévenir tout le monde, réunir les enfants, les emmener en rang et en silence» (p. 91).

«Elle est entrée à la fois dans la maison et dans la famille […]» (p. 95).

«elle perd sa prestance, son chignon, son sourire, son rôle de femme libre, de célibataire, d’épouse ou de mère» (p. 98).

Walt Disney «était encore suffisamment d’aplomb pour mettre au point et dessiner cette fameuse scène finale qui renverse le film, mes hypothèses et la nature hautement révolutionnaire du Livre de la jungle» (p. 143-144).

Olivia Rosenthal, Toutes les femmes sont des Aliens suivi de Les oiseaux reviennent et de Bambi & co, Paris, Verticales, coll. «Minimales», 2016, 148 p.

Les zeugmes du dimanche matin et de Stéphane Ledien

«L’homme en bleu, le même qui n’avait pas de ketchup ni d’humour, m’a fait sortir à la hâte de cette chambre avec vue sur le néant bétonné» (p. 141).

«Je lutte contre la fatigue et le vol» (p. 146).

«Nous marchons un peu et nous attablons à une terrasse de café réchauffée par des braseros et les allées et venues énergiques de gens pressés de dépenser leur argent dans les boutiques de luxe de la rue de la République» (p. 157).

«Il ronge son stylo, le laisse suspendu à ses lèvres en même temps que la question qu’il s’apprête à poser» (p. 168).

«Les gens lèvent la tête. Et moi, la voix» (p. 182)

Stéphane Ledien, Sur ses gardes. Les phalanges d’Eddy Barcot, Montréal, À l’étage, 2015, 283 p.