Le zeugme du dimanche matin et des Petites affiches

«Une jeune veuve ayant reçu une bonne éducation désire se placer chez une personne honnête, pour veiller aux intérêts d’une maison et en faire les honneurs; elle possède la musique ainsi qu’une belle voix.»

Petites affiches, 193, 13 messidor an VIII (2 juillet 1800), p. 3207, citées dans Martine Sonnet, «Quelques échos des pratiques musicales dans l’éducation des filles au XVIIIe siècle», dans Catherine Deutsch et Caroline Giron-Panel (édit.), Pratiques musicales féminines. Discours, normes, représentations, Lyon, Symétrie, coll. «Symétrie recherche», série «Histoire du concert», 2016, p. 35-55, p. 45.

Les zeugmes du dimanche matin, du Premier de l’an et de Laurent Binet

«Il est beau, mon zeugme !» (p. 179)

L’an dernier, un collègue et néanmoins ami de l’Oreille tendue lui faisait parvenir ce zeugme de Laurent Binet dans la Septième Fonction du langage (2015) : «Kristeva revient avec le gigot et la Chinoise» (éd. de 2016, p. 157).

Ce n’est pas le seul moment du texte où l’auteur flirte avec le zeugme : «Simon Herzog est ravi de rencontrer le grand philosophe [Gilles Deleuze], chez lui, au milieu de ses livres, dans un appartement qui sent la philosophie et le tabac froid» (p. 75); «Quand [Louis Althusser] relâche la pression, [sa femme] est morte, un bout de langue, un “pauvre petit bout de langue”, dira-t-il, sort de sa bouche, et ses yeux exorbités fixent son assassin ou le plafond ou le vide de l’existence» (p. 262); «Derrida roule entre les tombes, entraîné par la pente et la furie du chien après lui» (p. 355); «L’embarquement s’effectue dans une cohue désordonnée, l’équipage du vaporetto rudoie ces cons de touristes qui montent à bord maladroitement, avec leurs bagages et leurs enfants» (p. 421).

P.-S. — L’autre jour, l’Oreille disait tout le bien qu’elle pense de ce roman policier heureusement intello.

Référence

Binet, Laurent, la Septième Fonction du langage, Paris, Librairie générale française, coll. «Le Livre de poche», 34256, 2016 (2015), 477 p.

Le zeugme du dimanche matin et de Jean-François Vallée

«Diogène Dupré émergea du sommeil et du bosquet encore un peu perturbé par les vapeurs du flacon d’alcool éthylique 95 % que son meilleur ami et maître à penser Antisthène Anubis et lui-même avaient habilement dérobé la veille des étagères du Pharmaprix de la Place Dupuis.»

Jean-François Vallée, «Sans-abri inc. Nouvelle cynique», medium.com, 16 décembre 2016 (1992).

Le zeugme du dimanche matin et d’Alessandro Baricco

«Modesto esquissa une courbette reconnaissante et s’éloigna du lit en faisant les premiers pas à reculons. Puis il pivota sur lui-même, comme si un coup de vent et non un choix inopportun lui avait dicté ce mouvement. Enfin, il sortit de la pièce et de ce livre sans dire un mot.»

Alessandro Baricco, la Jeune Épouse, traduction de Vincent Raynaud, Paris, Gallimard, coll. «Du monde entier», 2016, 224 p., p. 220.