Archives pour la catégorie Zeugme

Le zeugme du dimanche matin et de Jean-Claude Germain

«La Charlotte électrique : un conte de Noël tropical pour toutes les filles pardues dans a’brume, dans a’neige ou dans l’vice.»

Jean-Claude Germain, Diguidi, diguidi, ha ! ha ! ha ! [suivi de] Si les Sansoucis s’en soucient, ces Sansoucis-ci s’en soucieront-ils ? Bien, parler, c’est se respecter !, introduction de Robert Spickler, Montréal, Leméac, coll. «Théâtre québécois», 24, 1972, 194 p., p. 28.

Les zeugmes du dimanche matin et de David Goudreault

«Je lisais, donc. Dans l’autobus, dans mon coin de la cour de récréation, dans les maisons où on me trimbalait, aux toilettes et dans mes insomnies» (p. 20).

«S’ils débusquaient un homme dans sa vie ou dans son appartement sans avoir été prévenus, ça compromettrait le retour de ses enfants» (p. 50).

«J’ai laissé ma mère abandonner ses résistances et sa petite culotte […]» (p. 92).

«Bonne idée d’aller travailler. Ça m’a remonté le moral et le budget» (p. 136).

«Et s’il avait la très mauvaise idée de m’attaquer, j’exécuterais ma menace et lui-même» (p. 150).

«Elle m’embrassait avec beaucoup de passion et de langue» (p. 168).

«J’en étais à ce stade de constatation, fomentant l’idée de l’inviter à prendre un verre et son pied» (p. 183).

«De toute manière, je devais reprendre contact avec elle, en personne et en vitesse» (p. 200).

David Goudreault, la Bête à sa mère, Montréal, Stanké, 2015, 231 p.

Les zeugmes de Faïza Guène et du dimanche matin

«Julie avait aussi des chaussures compensées, un petit copain, un chat, une chambre qu’elle ne partageait avec personne, et elle avait même même le droit d’organiser des fêtes dans le garage de son père pour ses anniversaires» (p.16).

«Le premier inspecteur qui transpirait le magnésium, la vitamine C et l’enthousiasme, a pris la parole en premier» (p. 179).

«Claude a repris la main et un peu de vin au passage» (p. 260).

«Dounia, qui est tout de même une femme intelligente, malgré ses certitudes et un morceau de câpre entre les dents, l’a senti et a dit […]» (p. 171-172)

Faïza Guène, Un homme, ça ne pleure pas, Paris, Fayard, 2013, 314 p.