Le zeugme du dimanche matin et de Catherine Mavrikakis

«Une ville, un fleuve. Je promets de déplacer le fleuve pour le mettre au cœur de la ville et de nos préoccupations et de créer un autre mont Royal. Celui-là est un peu petit, non ?» («Pour une ville improbable», le Devoir, 4-5 novembre 2017, p. F1)

Portrait anguleux du jour

Catherine Lalonde, la Dévoration des fées, 2017, couverture«La p’tite a plus de dix doigts d’âge. Pas d’tête, se dit Grand-maman, mais le diable aux jambes et les monstres à queue aux trousses. Perdue de force entre la lune et ses arbres — on est pas en ville, chialez pas qu’y a rien à faire à Sainte-Amère — la p’tite brille de grandir, vif-argent, fuyante comme l’eau entre les paumes, toute filée toute en longueur, faite de seulement quelques gouttes — cinq, six — bonnes à saper. Étiolée, poussée en fouet : une maigreur batracienne, des bras et jambes d’éphémère. Elle se déhanche obligée, rotules et coudes saillants, en constante maladresse et labyrinthite. Trop de rotules, trop de coudes. Et pourtant même toute d’os ça commence à bouger en femme, par quelle magie, quels sortilèges ?»

Catherine Lalonde, la Dévoration des fées, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 112, 2017, 136 p., p. 72.

P.-S.—En savoir plus sur ce livre ? Cliquez ici.

Le zeugme du dimanche matin et de Michel Tremblay

Michel Tremblay, la Diaspora des Desrosiers, 2017, couverture«Fulgence a payé — ça coûtait moins cher pour deux que pour une seule personne à Montréal — et ils ont repris le chemin de Duhamel dans la carriole branlante et la poussière étouffante.»

Michel Tremblay, la Traversée du malheur (2015), dans la Diaspora des Desrosiers, préface de Pierre Filion, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, coll. «Thesaurus», 2017, 1393 p., p. 1320.

P.-S.—Michel Tremblay, plus tôt cette semaine, a reçu le plus prestigieux prix littéraire québécois (voir ici).

Le zeugme du dimanche matin et de Christian Desmeules

«N’étant jamais retourné depuis dix ans à La Frayère, François Bouge, petit-fils de Monti, sentant l’urgence et une migraine “lui monter dans les sinus comme de la chair à saucisse”, décide de quitter précipitamment Montréal pour rendre visite à sa famille en Gaspésie.»

Christian Desmeules, «Un premier roman magistral de Christophe Bernard», le Devoir, 14-15 octobre 2017, p. F2.