Les zeugmes du dimanche matin et de Marion Brunet

Marion Brunet, l’Été circulaire, 2018, couverture«Elle en devient boudeuse, Céline, de se faire virer, même en douceur. Ça fait plusieurs semaines qu’après les cours elle traîne son cul et ses ecchymoses dans le salon des voisins. Peut-être un peu pour faire chier son père, qui n’aime pas les Arabes. Mais une chose est sûre, c’est toujours à regret qu’elle rentre chez elle. Chez elle, ça pue le reproche et la honte.»

Marion Brunet, l’Été circulaire, Paris, Albin Michel, 2018, 266 p., p. 33.

Les zeugmes du dimanche matin et de Jean Barbe

Jean Barbe, Comment devenir un ange, éd. de 2011, couverture«C’est alors qu’au mois de mars 1992 s’immisça dans nos vies Robert Bourré, le fils du propriétaire qui, à l’âge tendre de vingt-cinq ans, après des études de commerce, prenait en charge la gestion des immeubles tandis que son père se retirait à la campagne pour soigner son potager et son souffle au cœur» (p. 25).

«Je menais une vie somme toute agréable. J’écrivais des romans qui obtenaient un succès relatif, bien suffisant pour combler à la fois mon ego et mon compte en banque» (p. 408-409).

Jean Barbe, Comment devenir un ange. Roman, Montréal, Bibliothèque québécoise, 2011 (2005), 414 p.

Le zeugme du dimanche matin et de Sylvie Drapeau

Sylvie Drapeau, l’Enfer, 2018, couverture«Je n’ajoute pas que j’avais rêvé d’une vie, moi aussi, une vie à moi. Je m’excuse en fait. Ils ne m’avaient pourtant jamais demandé pourquoi mon frère s’était enlevé la vie, pourquoi j’avais laissé faire une chose pareille. Ils ne m’ont rien demandé. Au contraire, ils étaient la compassion incarnée. C’est moi qui étais folle, tu vois. Ils étaient là, debout, immenses dans leurs uniformes et leur compassion.»

Sylvie Drapeau, l’Enfer, Montréal, Leméac, 2018, 95 p., p. 78.

Les zeugmes du dimanche matin et de Charles-Philippe Laperrière

Charles-Philippe Laperrière, Gens du milieu, 2018, couverture«Il y a jusqu’à ses patrons qui, à l’occasion, de manière indirecte ou détournée, le consultent à mi-voix lorsqu’ils rencontrent des problèmes épineux dans leur gestion des chiffres ou des subalternes» (p. 10).

«Ainsi, peu après, alors que des milliers de gens s’enthousiasmaient devant l’ardeur de son maraîchage et surtout de son propos, Jean, dans les faits, ne s’occupait déjà plus de cette affaire» (p. 34).

«Mon analyste, bien entendu, me sera devenu paternel, un premier père, second papa — dépositaire de ma propre loi papale avec sa barbe et sa retenue, son éloignement, sa sensibilité muette et toutes ses années pieuses à Paris.»

Charles-Philippe Laperrière, Gens du milieu. Légendes vivantes, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 121, 2018, 178 p., p. 175.