Archives pour la catégorie Zeugme

Les zeugmes du dimanche matin et de Jacques Godbout

«Glacés, émerveillés de froid, nous nous glissâmes dans un petit cinéma à la façade hétéroclite, pendant que dehors Noël s’épuisait en une poudrerie neigeuse que le vent transformait en rafales, au coin des rues; nous choisîmes une salle sombre pendant qu’ailleurs des familles réunies, chez l’aïeul paternel le plus souvent, entamaient une discussion embrouillée et puis une dinde engraissée aux hormones artificielles, puisque les paysans sont aussi malins aujourd’hui qu’hier, pendant que dans les cuisines les cousines les tantes échangeaient des baisers des ragots des recettes de gigot; nous étions assis six dans la salle, six seulement; c’est que dans les salons coulait la bière et le fiel, qu’on parlerait de hockey avec monsieur l’abbé qu’a de si bons cigares» (p. 100).

«Ce déménagement est définitif : au Eastview Castle nous habiterons avec les serviteurs de la famille, les vieux, les traditions, les vases de Sèvres, les quenouilles huilées et la monnaie du pape» (p. 102).

«Dès le portique, cela sentait bon la sécurité, la lavande, l’encens et la rassurance» (p. 137).

Jacques Godbout, le Couteau sur la table, Paris, Éditions du Seuil, 1965, 157 p.

Les zeugmes du dimanche matin et de Franz Bartelt

«Il m’est arrivé d’envier les autres hommes, avec leur tête qui fait rire ou qui fait peur, avec leur bouche qui mâche la grossièreté et la rillette dans une même mouvement, avec leurs yeux qui ne leur servent qu’à voir» (p. 238).

«Trois jours plus tard, le chat miaula à la porte. Il traînait ses boyaux derrière lui. Il avait eu le ventre transpercé par une fourche. En province, l’incident n’est pas aussi rare qu’on le croit, mais, dans le quartier, il ne s’était jamais produit. Pedro porta ses soupçons sur le voisin et son chat chez le vétérinaire» (p. 246-247).

Franz Bartelt, le Bar des habitudes, Paris, Gallimard, coll. «Folio», 4626, 2007 (2005), 292 p.

Le zeugme du dimanche matin et de François Bon, et de Proust, et de Baudelaire

«Vous m’aviez lu des passages où, tandis que le client fatigué attendait dans cette petite cage (je me souviens que vous y mettiez des miroirs) qu’on le monte comme une marchandise au couloir de sa chambre, il devait supporter les discours un peu fous d’un garçon boutonneux et amoureux, et qui parfois même, dans l’espace confiné, lui toussait à la figure et son rhume et ses mauvais jeux de mots ?»

François Bon, Proust est une fiction, Paris, Seuil, coll. «Fiction & Cie», 2013, 329 p., p. 270.

Le zeugme (corrompu) du dimanche matin et de Jean-Paul Sartre

«C’est un fait général, en effet, que, lorsque nous sommes dans l’impossibilité de répondre aux exigences du monde par une action, celui-ci, du coup, perd sa réalité : Gide, en gondole, la nuit, au milieu de la lagune, menacé par des gondoliers qui méditaient de prendre sa bourse et peut-être sa vie, tomba, sans perdre son sang-froid, dans un sentiment de perplexité amusée : rien n’était réel, tout le monde jouait.»

P.S.—Pourquoi «corrompu» ? À cause de «du coup», dixit Flora Amann, qui transmet ce zeugme à l’Oreille tendue (merci). En effet.

P.P.S.—Mercredi soir dernier, le fils cadet de l’Oreille a utilisé «du coup». Elle pense à le déshériter.

Jean-Paul Sartre, l’Idiot de la famille. 1. Gustave Flaubert de 1821 à 1857, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de philosophie», 1988 [1971], nouvelle édition revue et complétée, 1106 p., p. 666-667.