Les zeugmes du dimanche matin et de Louis Hamelin

Louis Hamelin, Autour d'Éva, 2016, couverture«Bercée par la faible houle et le reflux de ses souvenirs au bout du quai, Éva aperçoit, se détachant au loin sur le fond sombre de la forêt, une tache blanche qui lui semble être une nouveauté dans le décor» (p. 16).

«Il incarne désormais, aux yeux du commun, le contraire de l’artiste assis sur son succès et son steak» (p. 67).

«Au milieu des velours et des ors vénérables du vieux théâtre qui fait salle comble pour la triomphale première du Bordel de l’eau, Éva, dans la peau et le fauteuil de la compagne en titre, a l’occasion de se rattraper» (p. 216).

«Aux côtés de Dave et d’Aubert prennent place Éva avec son bac en linguistique et son chômage [etc.]» (p. 249).

«Lui non plus ne maîtrise pas son taux de sucre, ni toujours très bien ce qui se passe entre ses deux oreilles» (p. 399).

Louis Hamelin, Autour d’Éva, Montréal, Boréal, 2016, 418 p.

Les 9 R

Grégoire Courtois, les Lois du ciel, 2016, couvertureRésumé. Une gastro, puis seize morts, dont une majorité d’enfants, en forêt, dans l’horreur maintenue mais renouvelée en ses formes.

Rouge : sang.

Représentativité. Cette phrase n’est pas du tout représentative du ton du roman : «Parfois les enfants aiment à se perdre dans la contemplation des choses simples» (p. 126). Surtout pas du ton des pages finales, plus gore que gore.

Répétitions. Grégoire Courtois aime beaucoup l’expression tendre l’oreille; il l’utilise au moins sept fois.

Rhétorique. L’amateur de zeugmes se régalera.

Réflexivité. La littérature n’est pas morale (p. 154-155). Pas du tout.

Recommandation. À lire. Ouf et ouf et ouf.

Restricted, comme on dit au cinéma. Âmes sensibles, cependant, s’abstenir. Vous aurez été prévenues.

 

[Complément]

Allons-y pour un autre R.

Remarquable. L’écriture de ce roman l’est.

 

Référence

Courtois, Grégoire, les Lois du ciel, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 99, 2016, 195 p.

Le zeugme du dimanche matin et de Guy Delisle

Guy Delisle, Chroniques de Jérusalem, 2011, couverture«Mine de rien, cette bouteille de cornichons fait quand même son poids. Je me donne en spectacle devant un parterre de journalistes, essayant tant bien que mal de garder mon équilibre et le peu qu’il me reste de fierté.»

Guy Delisle, Chroniques de Jérusalem, couleur : Lucie Firoud & Guy Delisle, Paris, Guy Delcourt productions, 2011, 333 p., p. 44.

P.-S. — Ce n’est pas le seul zeugme de ce livre et de Guy Delisle (voir ici).

Les zeugmes du dimanche matin et de Stéphane Larue

Stéphane Larue, le Plongeur, 2016, couverture«Il a continué de maugréer entre ses dents comme si le chef était devant lui, l’insultant, lui disant en substance et en boucle de lâcher la crisse de boisson» (p. 137).

«Ensuite, j’ai perdu ma blonde, trente-deux livres, pis ben des chums» (p. 322).

Stéphane Larue, le Plongeur, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 11, 2016, 568 p.

Le zeugme du dimanche matin et de Marie-Pascale Huglo

Marie-Pascale Huglo, Montréal-Mirabel, 2017, couverture«Difficile maintenant de comprendre ce qui l’a fait pousser là, au milieu des champs fertiles entre Montréal et Ottawa, par décret et par force.»

Marie-Pascale Huglo, Montréal-Mirabel. Lignes de séparation, Montréal, Leméac, 2017, 152 p., p. 36.