Le zeugme du dimanche matin et de Gilles Marcotte

«Sous son regard glacé vous vous recroquevillez, vous vous sentez extrêmement coupable, coupable à n’en plus finir, vous vous répandez en explications, vous parlez de la rareté des appartements à Paris, des relations France-Québec, de la petite faiblesse que vous avez au cœur, de la très belle Madame Marcotte de Saint-Hilaire peinte par Ingres et qui est au Louvre, oui au Louvre, vous déversez des flots de paroles — alors qu’il serait si simple de fuir — qui se brisent sur ce mur, cette digue, ce dingue, cet empêcheur d’habiter en rond, ce puissant major, ce dôme imposant venu des profondeurs de la maison et du temps.»

Gilles Marcotte, «I love Paris», dans la Vie réelle. Histoires, Montréal, Boréal, 1989, 235 p., p. 63-69, p. 68-69.

Le zeugme du dimanche matin et de Gilles Marcotte

«Il y a moins de six mois il était encore parmi les séminaristes, engouffrant avec la même componction la lecture spirituelle et le rôti, rêvant, entre le dessert et le café, d’une perfection qui serait dans le monde comme n’y étant pas…»

Gilles Marcotte, le Poids de Dieu, Paris, Flammarion, 1962, 218 p., p. 107.

Le zeugme du dimanche matin et de Joël Dicker

«À cet instant, Jenny redescendit en larmes, en petite culotte et seins nus, expliquant entre deux sanglots qu’elle allait tout annuler parle que c’était trop pour elle.»

Joël Dicker, la Vérité sur l’Affaire Henri Quebert, Paris, Éditions de Fallois / L’Âge d’Homme, 2012, 663 p., p. 176.

Le zeugme du dimanche matin et d’André Balthazar

«Je fus ce jour-là, et je suis encore, le cinquième enfant (…) d’une famille qu’on appelait nombreuse, ce qui me permit de connaître bien des tendresses et une réduction de 50 % sur les chemins de fer belges.»

André Balthazar. Encyclopédiste en roue libre, La Louvière, Centre Daily-Bul & Co, coll. «Archives Daily-Bul», 7, 2015, p. 7.