Les zeugmes du dimanche matin et de Charles-Philippe Laperrière

Charles-Philippe Laperrière, Gens du milieu, 2018, couverture«Il y a jusqu’à ses patrons qui, à l’occasion, de manière indirecte ou détournée, le consultent à mi-voix lorsqu’ils rencontrent des problèmes épineux dans leur gestion des chiffres ou des subalternes» (p. 10).

«Ainsi, peu après, alors que des milliers de gens s’enthousiasmaient devant l’ardeur de son maraîchage et surtout de son propos, Jean, dans les faits, ne s’occupait déjà plus de cette affaire» (p. 34).

«Mon analyste, bien entendu, me sera devenu paternel, un premier père, second papa — dépositaire de ma propre loi papale avec sa barbe et sa retenue, son éloignement, sa sensibilité muette et toutes ses années pieuses à Paris.»

Charles-Philippe Laperrière, Gens du milieu. Légendes vivantes, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 121, 2018, 178 p., p. 175.

Les zeugmes du dimanche matin et de Simon Brousseau

Simon Brousseau, les Fins heureuses, 2018, couverture

«La chanson Losing My Religion y jouait sans arrêt et me racontait ma peine, les quelques habitués marquaient les heures, vidant tour à tout leur bouteille et leur vessie, pendant que je jouais avec cet ami que j’aimais tellement, qui me battait à tout coup et que je n’ai plus revu depuis» (p. 117).

«Je suis allé me coucher et j’ai dormi par saccades, d’un sommeil plein de rêves et de sueur, avant de me réveiller seul au milieu de la nuit» (p. 154-155).

Simon Brousseau, les Fins heureuses. Nouvelles, Montréal, Le Cheval d’août, 2018, 196 p.

Les zeugmes du dimanche matin et de Philippe Claudel

Philippe Claudel, l’Archipel du Chien, 2018, couverture«Il ôta de son nez ses lunettes épaisses et troubles qui lui faisaient un regard de rouget perdu dans un aquarium aux parois verdies par les algues, puis se mit à les essuyer lentement avec un pan de sa soutane qui sentait le camphre et le long célibat» (p. 35).

«Deux vieilles avaient quitté l’église dans un fracas de chaises. L’une d’elles avait même dénoncé le curé et ses propos sacrilèges à l’évêque dans un courrier encombré de fautes et d’eau bénite» (p. 98).

Philippe Claudel, l’Archipel du Chien, Paris, Stock, coll. «La bleue», 2018, 288 p.