Le zeugme du dimanche matin et de Marco Micone

Marco Micone, On ne naît pas Québécois, on le devient, 2021, couverture

«nous sommes cent peuples venus de loin
partager vos rêves et vos hivers»

Marco Micone, «Speak what», dans On ne naît pas Québécois, on le devient, Montréal, Del Busso éditeur, 2021, 129 p., p. 37-42, p. 40

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté ce texte le 29 juin 2021.

Les zeugmes du dimanche matin et d’Éric Plamondon

Éric Plamondon, Aller aux fraises, 2021, couverture

«En 1876, Joseph Fecteau a cinquante-trois ans et une ferme laitière au milieu de nulle part» (p. 82).

«On faisait l’amour et la grasse matinée» (p. 93).

Éric Plamondon, Aller aux fraises. Nouvelles, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 159, 2021, 106 p.

Les zeugmes du dimanche matin et de François Blais

François Blais, Document 1, 2012, couverture

«Honnêtement, je crois que je n’ai aucune imagination. Petite, je me suis tirée de tous les mauvais pas (incartades, devoirs pas faits, etc.) grâce à un répertoire de trois ou quatre menteries, que j’ai resservies à toutes les sauces à mes parents, à mes professeurs et à ma conscience.»

«Le voisin brettait sur son balcon. Rien qu’à voir on voyait bien qu’il aurait donné dix ans de sa vie pour savoir ce qu’on avait tramé tout ce temps-là, mais il a eu assez d’emprise sur lui pour ne point nous interroger, alors on a juste échangé quelques banalités en se croisant (j’étais tellement ivre d’alcool et de bonne humeur que je lui ai adressé la parole moi aussi).»

François Blais, Document 1, Québec, L’instant même, 2012, 179 p. Édition numérique.