Arrêter ou arrêter ?

En 2004, dans le Dictionnaire québécois instantané, voici la définition que nous proposions, Pierre Popovic et l’Oreille tendue, du fumeur :

Animal d’extérieur. Vit en troupeau au grand air, généralement sur les trottoirs. À défaut d’enfumer ses congénères, aime bien leur bloquer le passage.

Rejeté hors les murs, cet animal n’a pas toujours avec lui tout son matériel. Peu importe : s’il n’a pas pris son cendrier, des âmes charitables lui offrent leur soutien.

Charitables ? Ce n’est pas sûr. Le fumeur peut lire ce «Cig arrêt» (avec une cigarette à la place du i) comme une invitation : «Fumeur, ne passe pas ton chemin; arrête-toi ici.» Mais n’est-ce pas aussi un conseil : «Fumeur, tu devrais arrêter — de fumer» ?

Il faut arrêter ou arrêter, dit ce (quasi-)panneau routier.

Référence

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantanté, 2004, couverture

Coïncidence animale heureuse

Soit la Presse du 31 juillet 2010.

En page A21 : «Policiers, oui, poulets, non.» Des agents de la paix, en France, sont froissés par une publicité les désignant comme poulets.

En page 2 du cahier Cinéma : «Après les cochons, les “bœufs”.» L’article porte sur le film québécois Filière 13 : ses trois principaux comédiens jouent aujourd’hui le rôle de policiers (de bœufs), eux qui apparaissaient auparavant dans un film intitulé les 3 P’tits Cochons.

Poulets et bœufs sont bel et bien de la même espèce.

Euphémisme délicat (littéralement) du jour

Dépêche de l’Agence France-Presse, publiée dans le Devoir du 4 août 2010 : «Un homme en délicatesse avec ses employeurs a tué huit collègues de travail hier […]» (p. A5).

«Être en délicatesse avec qqn», selon le Petit Robert : «avoir à se plaindre de lui; être dans une situation délicate avec lui».

Heureusement que le meurtrier n’était qu’«en délicatesse». Sinon, cela aurait pu être grave.

Oxymores citadins, et de trois

Vous souhaitez cultiver votre jardin, mais vous habitez au centre-ville ? Faites appel aux Urbainculteurs.

Vous souhaitez vous cultiver vous-même ? Participez au Bivouac urbain, le festival d’arts numériques de Québec.

La campagne n’est jamais plus agréable qu’à la ville.