Tu ?

Les études sur l’usage du tutoiement en littérature sont peu nombreuses (voir deux références ci-dessous). Il faut donc se réjouir de la parution récente d’un article de Catherine Volpilhac-Auger sur cette question, plus précisément sur l’utilisation du tu et du vous dans la traduction des textes antiques au XVIIe et, surtout, au XVIIIe siècle. Conclusions : «Étranger, et étrange, le tutoiement autorise les nuances, mais se présente aussi comme l’exception chez la plupart des traducteurs […]» (p. 561); «on ne peut que constater l’usage parcimonieux d’un tu réservé à des cas très exceptionnels […]» (p. 564).

Autre leçon à tirer de ce texte : «C’est dire que l’usage complémentaire du vous et du tu est ressenti, et cela sans grand changement jusqu’à l’époque révolutionnaire, comme une des ressources les plus fécondes du français, ou plutôt que le tutoiement, ressenti comme exceptionnel, ressortit à un mode toujours particulier d’expression, et toujours digne d’intérêt» (p. 557).

Spécialistes des lettres anciennes et modernes, au travail.

Références

Bray, Bernard, «Quelques remarques sur la deuxième personne épistolaire et sur son mode d’emploi», dans Anne Chamayou (édit.), Éloge de l’adresse. Actes du colloque de l’Université d’Artois. 02-03 avril 1998, Arras, Artois Presses Université, coll. «Cahiers scientifiques de l’Université d’Artois», 14, 2000, p. 15-25.

Grimaud, Michel, «Tutoiement, titre et identité sociale. Le système de l’adresse du Cid au Théâtre en liberté», Poétique, 77, février 1989, p. 53-75.

Volpilhac-Auger, Catherine, «De vous à toi. Tutoiement et vouvoiement dans les traductions au 18e siècle», Dix-huitième siècle, 41, 2009, p. 553-566.

Des goûts et des saveurs…

À saveur : l’expression fait florès au Québec. Dans la Presse du 16 septembre, elle apparaît deux fois dans le premier cahier : «Ignatieff fait deux promesses à saveur internationale» (p. A2); «Une rencontre à saveur économique» (p. A17). Un peu plus tôt cette année, on pouvait lire dans le même journal : «Un défilé à saveur historique et multiculturelle» (25 juin 2009, p. A2).

Il est vrai que l’exemple vient de haut : «Du matériel didactique, parfois à saveur culturelle, a été mis à la disposition de nos professeurs […]» (Commission scolaire de Montréal, 2004-2005).

Barack Obama est noir

Barack Obama, Dreams from my Father, 1995, couverture

Forte lecture que celle du premier livre de Barack Obama, Dreams from my Father. A Story of Race and Inheritance — pour l’écriture, pour le parcours, pour la conviction, pour l’absence d’artifice (Barack Obama n’est pas Bill Clinton).

Pour la langue aussi. Elle est un des thèmes du livre : ce que les mots permettent de faire, ce qu’ils interdisent, soit parce qu’ils manquent, soit parce qu’ils blessent. Elle est aussi un révélateur.

Comment Barack Obama se définit-il ? Comme Noir : «I was trying to raise myself to be a black man in America […]» (p. 76). Sauf erreur, il n’a recours qu’une seule fois à l’expression devenue courante aux États-Unis de «African-American» (p. 134), alors que l’étiquette aurait si bien pu lui convenir, lui fils d’un père africain et d’une mère américaine.

Voilà quelqu’un qui appelle les choses par leur nom.

Référence

Obama, Barack, Dreams from my Father. A Story of Race and Inheritance, New York, Three Rivers Press, 2004 (1995), 457 p.

Faune politique

Expression un brin sibylline dans le Devoir de ce samedi, sous la plume de Louis Hamelin : «la lutte larvée qui continue d’opposer les tenants du “projet de société” aux caribous, ou partisans pressés de l’indépendance pure» (12-13 septembre 2009, p. F4).

Caribous ? Il ne doit pas s’agir du renne du Canada, le Rangifer tarandus, qu’on voit mal discuter avec «les tenants du “projet de société”». Mais alors ?

Il s’agit en fait d’une créature politique qui existe de longue date — le militant-indépendantiste-québécois-pur-et-dur —, à laquelle on a trouvé une nouvelle étiquette.

Dès 2006, Patrick Bourgeois et René Boulanger postulaient une opposition nette : «Le courage d’un côté, et la peur de l’autre. Voilà ce qui différencie les purs et durs des réalistes, les caribous des farouches chevreuils à l’œil toujours larmoyant, les oreilles bien campées sur la nuque, effrayés par le moindre bruit.»

Le 17 avril 2008, sur le site AmériQuébec.net. Le portail de l’Amérique francophone, Louis-Joseph Benoit se montrait plus ouvert, quand il publiait un texte intitulé «Le “call” aux caribous» : «Cet article est un appel [«call»] à la mobilisation modestement lancé en tout respect à ceux que j’appelle avec affection, taquinerie et un certain sens historique “les caribous”, mes sœurs et frères compatriotes dans ce combat pour l’indépendance du Québec que nous menons.»

Double paradoxe. D’une part, pour défendre l’indépendance québécoise, les purzetdurs se réclament d’un animal qui est le «symbole du Nord canadien» (l’Oreille souligne). D’autre part, la mémoire collective n’a pas oublié la noyade de 10 000 caribous en 1984 dans la Caniapiscau, pour cause de mauvaise gestion du niveau d’eau de cette rivière.

De la mort collective comme symbole d’indépendance nationale ?