Citation de circonstance

P. Gabriel La Rue, s.j., Pour que vive notre français, 1938, couverture

«Le professeur qui entreprendrait dans cet esprit l’enseignement de la langue maternelle ouvrirait à nos problèmes nationaux l’esprit et le cœur de ses élèves : dans ces jeunes âmes, il jetterait pour la vie la conviction et l’amour, la confiance en nos destinées françaises. Peut-être alors pourrions-nous attendre de nos bacheliers une plus minutieuse correction dans le parler et dans le style, des exigences plus tenaces pour le respect du français, un amour de la langue maternelle qui se manifestât dans la trame quotidienne de leur existence et non pas seulement aux jours de fête nationale, dans le délire d’une trop facile improvisation.»

P. Gabriel La Rue, s.j., Pour que vive notre français, Montréal, l’École sociale populaire, publication mensuelle, numéro 293, juin 1938, 32 p., p. 2-3. Texte d’abord paru dans le Canada français, mai 1938.

Littérature concrète

François Bon, Bob Dylan, 2007, couverture

Après tout le monde, l’Oreille tendue vient de lire Bob Dylan. Une biographie de François Bon (2007).

Parmi toutes les choses à retenir de ce livre, un mot : gravier, et ses trois occurrences.

«Dans The Times They Are a-Changin’, cette déconstruction de la syntaxe, traitée comme du gravier, passe pour la première fois à l’avant-plan, devient la matière même de la voix […]» (p. 240).

«Des textes qu’il appelle, comme nous-mêmes écrivains ne l’oserions jamais, des “objets rythme”, just rhythm things : si on se lance dans une biographie, c’est aussi pour y recueillir, à suffisant grossissement de microscope, ces graviers qu’on garde, et qui nous déplacent dans notre propre rapport au langage» (p. 392-393).

«L’immense gravité des chansons de 1963 : pas seulement les paroles, mais l’enregistrement musical (Rocks And Gravel, Moonshiner) et le gandin de vingt-deux ans qui s’agite, rit, fume et boit plus qu’il ne faudrait, fait la fête et écrit dans les bistrots» (p. 465-466).

Syntaxe, rapport au langage, paroles — et gravier : les mots sont des choses dures.

P.-S. — FB aime le mot gravier.

P.-P.-S. — Dans ce cas-là, garnotte ferait moins bien l’affaire.

Référence

Bon, François, Bob Dylan. Une biographie, Paris, Le grand livre du mois, 2007, 485 p.

Récit de voyage

Même en villégiature dans les Laurentides, l’Oreille reste tendue.

Capitale. Mont-Tremblant serait celle du golf.

Gaspille. Le fils aîné de l’Oreille tendue mange beaucoup, et jusqu’à la dernière miette. «Au moins, il n’y aura pas de gaspille», se rassure notre serveuse.

Magasiner. Il y eut d’abord un verbe employé absolument, au sens de faire du shopping : Hier, je suis allé magasiner. Il est devenu transitif direct : «Le problème dans notre culture, c’est que les gens ne magasinent pas assez leurs partenaires !» (la Presse, 17 décembre 2003). Dorénavant, il semble qu’on puisse magasiner sa destination de magasinage.

Quitter. L’ennemi intime de l’Oreille tendue — le verbe quitter utilisé sans complément — la poursuit jusque dans sa chambre d’hôtel.

Ride à l’os. À l’os fait partie de ces particules intensives dont la langue actuelle est si friande (super, extrême, méchant, trop, etc.). Mais le verbe rider (prononcé raïdé) ? Aller vite, ne pas se laisser ralentir, foncer — au propre comme au figuré, avec ou sans moteur. Cela a désormais son festival.