Tout est relatif

L’Oreille tendue rentre de voyage et elle découvre l’existence d’un scandale médiatico-politique à Québec. Le gouvernement du Parti libéral a payé 6329,46 $ pour un discours de 175 mots d’un de ses ministres. Quand on a déjà entendu le français de ce ministre, ce n’est pas trop cher payé.

Récit de voyage

Engagez-vous, qu’ils disaient. Vous entendrez du pays, qu’ils disaient. L’Oreille s’est engagée et elle a entendu.

Pizzeria, rue du Maine, Paris. La pizza et le vin rouge de l’Oreille font un repas correct. Son voisin, qui a pris la même chose, parle de «booster calorique».

Sur une camionnette, quai des Grands-Augustins, Paris : «Lutte raisonnée contre les nuisibles.» Vaste programme.

Dans un amphi universitaire, Université Paul-Verlaine, Metz, un adverbe inconnu de l’Oreille, mais plus maintenant, et joli : «moultement». (Il y avait aussi «mono-écranique» et «angler» [un article de journal]. Elle est moins séduite.)

Pendant une conférence, au Centre Pompidou-Metz, l’expression «fond d’écran», pour désigner ce qu’on appelait autrefois «air du temps». Cette expression ne serait plus dans l’air du temps.

Dans le même amphi que tout à l’heure, à un autre moment, découverte de l’existence, il y a plusieurs années, d’une Commission du vocabulaire, à l’Union des journalistes de sport en France. Sa mission ? Chasser le cliché. L’Oreille tendue aurait voulu en être.

Toujours le même amphi, découverte d’un nouveau sport, le «beach rugby» (en français dans le texte). L’Oreille ne voudrait pas en être.

Restaurant messin. La maison nous offre à boire quelque chose en apéro : c’est blanc, inconnu de tous, mauvais. «Improbable», dit un collègue pour caractériser le goût. À retenir : ça peut servir.

Publicité dans le métro parisien : «Speak Wall Street English.» Voilà une variété linguistique que l’Oreille ne connaissait pas.

Rue Vaugirard, à Paris, elle reçoit une leçon de traduction. Soit le panneau suivant :

Si le «petit-déjeuner» n’est pas le «breakfast» — bien que les deux mots soient synonymes —, est-ce parce que l’anglais de ce restaurant viendrait de Wall Street ?

Rue de Rennes, Paris : croisé un homme avec un sac rouge d’une boutique appelée L’œil écoute. Le propriétaire de celle-ci accepterait-il de commanditer — de «sponsoriser» — ce blogue ? (Ça tombe bien : c’est peut-être une librairie.)

«Vanité des vanités, et tout n’est que vanité»

Le 27 novembre, l’Oreille s’était tendue contre une grossière faute de concordance des temps dans une publicité de Nissan : il manquait un subjonctif.

Dans la Presse du 11 décembre (p. A11), la même publicité paraît, mais corrigée.

Gros Bon Sens serait-il un lecteur de ce blogue ? Vanité quand tu nous tiens…

La loi de la gravité

Avant la grève étudiante au Québec, il y a un préalable : la levée de cours.

Exemple ces jours-ci à l’Université de Montréal :

Traduction libre : les étudiants qui ne sont pas dans la classe essaient de forcer ceux qui y sont à en sortir.

Autre levée, philanthropique celle-là : la levée de fonds (anglicisme calqué sur fund raising, pour collecte de fonds ou campagne de financement).

L’Oreille tendue se livrerait à ce genre d’activités qu’elle aurait une légère crainte. Tout ce qui monte doit redescendre, non ?

Du méchant

Il a déjà été question ici de l’utilisation, au Québec, de l’adjectif méchant. Un mot aujourd’hui du substantif, à l’occasion de cette publicité :

La définition que nous proposions en 2004 dans le Dictionnaire québécois instantané tient toujours :

Ce qui nuit au bien-être. Se saouler à la Torrieuse, ça fait sortir le méchant. «Purge, exutoire, appelez ça comme vous voulez : avec elle, le méchant sort, la vérité sue de tous les pores» (le Devoir, 29 janvier 2001). «Cynisme assumé par l’auteur : fallait bien que le méchant sorte» (le Devoir, 1er-2 juin 2002).

Laissons-le donc sortir : le bien-être est intérieur. De plus, «On est bien mieux joyeux et en bonne santé que triste et malade».

 

[Complément du 19 janvier 2015]

Une collègue de l’Oreille tendue, Claire Legendre, lancera, au début février, un nouveau livre, le Nénuphar et l’araignée (Montréal, Les allusifs), où il sera question de peur. Prédiction de Josée Lapointe, dans la Presse+ d’hier : «Elle utilise sa plume vive, son intelligence et son sens de l’humour pour décortiquer ce sentiment, son origine, ses symptômes et ses mécanismes psychologiques, physiques et sociaux. Petites tranches de vie, exemples imparables, voilà un livre qui permettra aux angoissés de faire sortir le méchant, et aux autres de comprendre un peu mieux ce qui se passe dans la tête de ceux qui ont peur de tout…»

 

Référence

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantanté, 2004, couverture