Les enfants de la pub

Un lecteur du Devoir s’insurge contre l’emploi généralisé du tutoiement dans les publicités pour le nouveau vélo en libre-service de Montréal, le Bixi : «Change ta ville», «Pédale avec ta tête», «Change l’indice de smog», etc. Il considère que cela infantilise les utilisateurs potentiels de ces bicyclettes (14 juin 2009, p. C4). Il a raison.

En revanche, la publicité de l’Insectarium de Montréal, elle, a recours à juste titre au tutoiement : «Viens jouer dehors. Nouvel espace de découvertes. La Cour aux insectes.» Pourquoi ? Parce qu’elle s’adresse, elle, vraiment à des enfants, ceux qui iront courir dans la nouvelle aire de jeu du Jardin botanique.

Il est rassurant de savoir que quelqu’un, dans l’administration municipale, peut distinguer les vrais enfants des autres.

À tu et à toi 002

Souvenez-vous. C’était en 2003 et le groupe Les trois accords chantait «Saskatchewan» sur Gros mammouth album turbo.

Un cowboy s’y désolait que sa femme l’ait «crissé là / Pour un gars d’Regina». Même ses animaux savaient sa douleur : «Mon ch’val me parle pus / Les vaches me disent “tu”.»

C’est donc dire que certains — humains, voire bovins — sont capables de distinguer le vouvoiement du tutoiement.

À tu et à toi 001

Paradoxe scolaire québécois…

Dans certaines écoles, le vouvoiement des enseignants redeviendrait la norme, après plusieurs années de tutoiement généralisé. À la maternelle, le fils cadet de l’Oreille tendue doit vouvoyer sa maîtresse. (Excellente chose.)

Quand il sort de classe pour aller au service de garde, les éducateurs s’adressent collectivement à son groupe à la deuxième personne du singulier : Là, le groupe, tu prends ton cerceau.

On pourrait être troublé à moins.

Le français de Michael Ignatieff

Le Parti conservateur du Canada, dont le chef, Stephen Harper, dirige actuellement le pays, a récemment lancé des campagnes publicitaires contre le chef du Parti libéral, Michael Ignatieff, qui veut lui succéder. L’argument central est clair : on reproche à Ignatieff sa différence — et plus particulièrement sa différence linguistique.

Les Conservateurs attaquent Michael Ignatieff (vidéo)

Le texte de la publicité est limpide : «[Voix d’homme, accent neutre] Qui suis-je ? Le premier a quitté le Canada en 1969. Le deuxième appelle la Grande-Bretagne sa terre d’adoption et les États-Unis son pays. Le troisième dit qu’à part les panneaux routiers il n’y aucune différence entre le Minnesota et le Québec. Il s’agit de : Michael Ignatieff, Michael Ignatieff et Michael Ignatieff — qui se vante de parler le français “de France” [prononcé à l’anglaise], et non pas le québécois. Connaissez-vous vraiment cet homme ? [Voix de femme, accent anglo] Un message des Conservateurs.»

Qu’est-ce que ça veut dire «ne pas parler le québécois» ? (L’Oreille tendueje laisse de côté le fait qu’il n’existe aucune langue qui s’appelle le québécois; c’est un autre débat.) Essentiellement, une chose : parler avec un accent français, soit «parler le français “de France”».

Par cette attaque, les Conservateurs ont voulu jouer sur une vieille corde sensible des Québécois, la nature de leur langue, sa force et ses faiblesses, et, en dernière instance, sur le rapport difficile du Québec à la France. Il est vrai que la question linguistique est une des plus anciennes marottes québécoises. Dès les récits de voyage des XVIIe et XVIIIe siècles, il est sans cesse fait allusion à la langue parlée dans la colonie. À l’époque, on vante sa qualité, et particulièrement la prononciation des colons; depuis le début du XIXe siècle, comme l’a montré Jean-Denis Gendron, c’est le contraire (ce serait la cata).

Malgré l’importance historique des débats sur l’accent et la prononciation au Québec, les Conservateurs se sont trompés, et doublement.

Il n’est pas du tout sûr, d’une part, que les électeurs soient très sensibles, en matière de choix électoral, à cet aspect-là de la langue. C’est ce que semblent d’ailleurs révéler les premiers sondages sur l’efficacité, ou non, de ces publicités négatives. Selon Jean-Denis Bellavance, de la Presse, «Les pubs contre Ignatieff n’ont pas fait mouche» (7 juin 2009). On verra si l’avenir confirme ces premiers sondages.

D’autre part, il y a des choses bien plus intéressantes dans le français de Michael Ignatieff que son accent. Écoutez son discours du 4 juin à Montréal :

Collecte de fonds annuelle du Québec de Liberal sur Vimeo

Contrairement à la langue de bois municipalo-provincialo-fédérale, il ne dit pas les Montréalais et les Montréalaises, les Québécois et les Québécoises, les Canadiens et les Canadiennes; il paraît avoir la bizarre conviction que les Canadiens, c’est assez clair et que ça suffit. Il est même capable de vouvoyer sa femme !

On peut déjà s’attendre à ce que les faiseurs d’images essaient de le faire changer — d’accent, de vocabulaire, de pronom personnel. Ce serait la pire stratégie. Michael Ignatieff ne semble pas avoir d’état d’âme à jouer la carte de l’indépendance d’esprit : il ne parle pas comme Sheila Copps, il lit des livres — pire, il en écrit —, il vouvoie sa femme. Pourquoi voudrait-il rentrer dans le rang ? Pour parler français comme Stephen Harper ?

(C’est ce que l’Oreille raconte, pour l’essentiel, dans un reportage de Janic Tremblay diffusé à l’émission Dimanche magazine le 14 juin 2009.)

Référence

Gendron, Jean-Denis, D’où vient l’accent des Québécois ? Et celui des Parisiens ? Essai sur l’origine des accents. Contribution à l’histoire de la prononciation du français moderne, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. «Langue française en Amérique du Nord», 2007, xiv/287 p.