Homonymie du jour

Oui, il est plus d’un Benoît Melançon. Non, l’Oreille tendue n’est pas, en matière brassicole, l’employée du mois.

Bière Phoque datte, canette, 2022, recto

Bière Phoque datte, canette, 2022, verso

P.-S.—On le sait : l’emploi de fuck est banal au Québec.

P.-P.-S.—Il y a, en effet, quelque chose à faire sur les noms de bière au Québec. Au moins deux anciens étudiants de l’Oreille y réfléchissent.

Guy Lafleur publiciste

Les sportifs modernes sont des véhicules publicitaires prisés. Guy Lafleur, qui vient de mourir, ne faisait pas exception.

À qui a-t-il prêté son nom et son image ? Quelques exemples, parmi bien d’autres.

À des entreprises philanthropiques :

Publicité de Guy Lafleur pour le Centre hospitalier de l’Université de Montréal

 

Guy Lafleur dans une publicité épistolaire de la Fondation des maladies mentales du Québec

 

Publicité de Guy Lafleur pour les scouts et guides du Québec
Pour la vidéo, cliquez sur l’image

Publicité de Guy Lafleur pour la lutte contre le cancer (Merck)

À des vendeurs de produits alimentaires ou alcoolisés :

Publicité de Guy Lafleur pour les produits Weston
Pour la vidéo, cliquez sur l’image
Publicité de Guy Lafleur pour les saucisses Lafleur
Pour la vidéo, cliquez sur l’image

Publicité de Guy Lafleur pour Yoplait

 

Publicité de Guy Lafleur pour la boisson énergisante Flower Power
Pour la vidéo, cliquez sur l’image
Publicité de Guy Lafleur pour la bière Molson
Pour la vidéo, cliquez sur l’image
Publicité de Guy Lafleur pour Molson
Pour la vidéo, cliquez sur l’image

Société des alcools du Québec, gin Guy Lafleur 10, 2020

Publicité de Guy Lafleur pour son propre vin
Pour la vidéo, cliquez sur l’image

 

À des sociétés (péri)(pseudo)médicales :

Publicité de Guy Lafleur pour Hairfax
Pour la vidéo, cliquez sur l’image
Publicité de Guy Lafleur pour Revitive
Pour la vidéo, cliquez sur l’image

 

À des équipementiers sportifs :

Publicité de Guy Lafleur pour les chaussures Bauer

Publicité de Bauer pour les produits de hockey BauerPublicité de Raymond Bourque et Guy Lafleur pour les bâtons de hockey Sher-Wood

 

À un fabricant de voitures :

Publicité de Guy Lafleur pour la Chevrolet Monte Carlo
Pour la vidéo, cliquez sur l’image

 

À un propriétaire de casino :

Publicité de Guy Lafleur pour un casino
Pour la vidéo, cliquez sur l’image

 

À une chaine de magasins :

Publicité de Guy Lafleur pour la chaîne de magasins Zellers
Pour la vidéo, cliquez sur l’image

 

À un salon de technologie :

Publicité de Guy Lafleur pour un salon de technologie

 

 

P.-S.—Si jamais vous aviez sous la main la publicité de Viagra par Lafleur, l’Oreille tendue serait évidemment preneuse. Discrétion assurée.

P.-P.-S.—Sur ce sujet, voyez les articles d’Olivier Bourque, «Idole des Québécois, icône des annonceurs», et de Frédéric Guindon, «27 des meilleures publicités mettant en vedette des hockeyeurs québécois».

Perplexité linguisticocommerciale du jour

Doordash, publicité, 7 avril 2022

Devant la publicité ci-dessus, l’Oreille tendue se demande s’il vaut vraiment la peine de faire une «première commande» auprès de ce service de livraison de nourriture. Quel serait l’intérêt, pour elle, d’«obtenir 0 $ de frais de livraison» ? Ne rien obtenir, cela peut-il être un but dans la vie ?

Tant de questions, si peu d’heures.

Accouplements 183

Dave Corriveau, l’Histoire des p’tits gâteaux Vachon. 1923-1999, 2019, couverture

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Rheault-Leblanc, Lisanne, Présages. Nouvelles, Montréal, Del Busso éditeur, 2020, 201 p.

«À côté de lui, sa mère, Jocelyne, se plaint de la vulgarité à la télévision tout en engloutissant à la chaîne des petits gâteaux Vachon» (p. 67).

Picard-Sioui, Louis-Karl, Chroniques de Kitchike. La grande débarque. Nouvelles, Wendake, Éditions Hannenorak, 2021 (2017), 173 p.

«Pis c’est cette année-là que le pow-wow de Kitchike perdit sa commandite des petits gâteaux Chavon» (p. 45).

Découvertes de la semaine

Deux fourchettes à fondue

On a beau avoir l’oreille tendue, voire être l’Oreille tendue, des choses, inévitablement, nous échappent.

Ainsi, avant un tweet de Maël Rannou, l’Oreille n’avait jamais pris conscience que l’expression «en lion» était propre au Québec. Le dictionnaire numérique Usito confirme la chose : «[Particularisme de l’usage québécois et canadien] Débuter, démarrer, commencer, partir en lion, d’une manière énergique, extraordinaire, fulgurante.»

De même, l’Oreille ignorait que «fourchette à fondue» pouvait être une insulte. Sur Facebook, quelqu’un a utilisé l’expression pour s’en prendre au maire de Québec, Bruno Marchand, qui n’a pas particulièrement apprécié. Pourquoi «fourchette à fondue» ? Réponse d’une auditrice de la radio de Radio-Canada : «Une fourchette à fondue au Saguenay est utilisé pour traiter quelqu’un de snobinard, de frais, de parvenu.» Dont acte.

L’Oreille se couchera moins niaiseuse.

P.-S.—En effet, ce n’est pas le premier saguenayisme que nous croisons.