En direct de la cour d’école 002

C’est full de diff, avoue !

Au primaire — pour l’instant, mais ça pourrait essaimer —, on emploie désormais le verbe avoue — et non avoue que — à des fins d’insistance et de connivence.

Insistance : qui dit avoue marque le coup. Traduction libre : Allez, reconnais-le, allez !

Connivence : qui dit avoue crée du lien. Bis : On le sait bien, toi et moi !

La langue cimente la communauté, par l’aveu (exigé), et au-delà de lui.

 

[Complément du 3 février 2014]

Dans certains cas, avoue, précédé du pronom de la première personne du singulier, peut signifier oui. Exemple :

— C’est bon, non ?
— J’avoue.

(Merci à @PimpetteDunoyer.)

 

[Complément du 10 août 2020]

Vu sur Twitter : «La locution interjective “j’avoue !” a fait son apparition dans l’édition 2021 du Petit Robert ! Vous pouvez la retrouver à l’entrée du verbe “avouer”.»

«J’avoue» entre au dictionnaire.

[Complément du 7 février 2021]

L’expression est peut-être moins récente qu’il n’y paraît. On la trouve dans un roman de 1970 de Jacques Ferron, l’Amélanchier : «Tu étais bien débarrassée, avoue» (éd. de 1977, p. 88).

 

Référence

Ferron, Jacques, l’Amélanchier. Récit, Montréal, VLB éditeur, 1977, 149 p.

Le rap du pas rap’

François Hébert, Poèmes de cirque et circonstance, 2009, couverture

Dans le recueil Poèmes de cirque et circonstance de François Hébert (p. 58-59), les poèmes «Contre Verlaine» et «Pour Verlaine» se font face. Parmi les arguments du premier, ceci : «le trope trop au trot comment dirais-je / le trope pas rapport».

Pas rapport ? À quoi ? À qui ?

L’expression vient de la langue des jeunes, pour lesquels ne pas avoir rapport est le signe absolu que l’on n’est pas, que l’on n’est plus, en phase. (Souvent, on se contente de pas rap’, comme dans T’as pas rap’.)

Le poète, lui, en fait du rap.

 

[Complément du 7 octobre 2021]

Allons plus loin : «À la place, tu pars sur une autre chose qui a zéro rapport» (Mille secrets mille dangers, p. 55).

 

Références

Farah, Alain, Mille secrets mille dangers. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 161, 2021, 497 p.

Hébert, François, Poèmes de cirque et circonstance, Montréal, L’Hexagone, coll. «L’appel des mots», 2009, 89 p.

Ne quittez pas, bis

L’Oreille tendue pleurait il y a quelques jours son combat perdu contre l’emploi absolu du verbe quitter. Elle se réjouit de se (re)trouver des alliés.

Dans la Mèche courte. Le français, la culture et la littérature, Gilles Pellerin était clair : «Je ne cacherai pas que mon plaidoyer en faveur de la distinction entre le verbe quitter […] et l’intransitif partir […] ne recueille que très peu d’adhésion» (p. 57-58 n. 41). Mais plaidoyer il y avait.

Marie-Éva de Villers en a un aussi, mais plus neutre, dictionnaire oblige, dans la cinquième, et toute fraîche, édition de son Multidictionnaire de la langue française : «Au sens de “s’en aller, partir”, la construction intransitive (il a quitté) est vieillie» (p. 1351).

Il est bon de se sentir moins seul.

 

Références

Pellerin, Gilles, la Mèche courte. Le français, la culture et la littérature, Québec, L’instant même, 2001, 139 p.

Villers, Marie-Éva de, Multidictionnaire de la langue française, Montréal, Québec Amérique, 2009 (cinquième édition), xxvi/1707 p.

Multidictionnaire de la langue française, cinquième édition, 2009

 

Citation ultra-outaouaise du jour

«L’orateur s’éclaircit la gorge et commença : “Les Québécois et les Québécoises, les Français et les Françaises, les Suisses et les Suissesses ainsi que les Belges ont en commun une langue…”. Ma voisine gloussa : “Qu’est-ce que c’est que ce peuple qui n’est même pas fichu d’avoir les deux genres ?”.»

Christian Vandendorpe, «Du fondamentalisme linguistique ou de la tentation de rectifier la pensée par le langage», Discours social / Social Discourse, vol. 7, no 1-2, hiver-printemps 1995, p. 135-152, p. 143.