Ken Dryden et la radio

Ken Dryden passe le flambeau à Carey Price, Centre Bell, Montréal, 16 octobre 2014

Ken Dryden, l’ancien cerbère des Canadiens de Montréal — c’est du hockey — a 75 ans aujourd’hui.

Il a écrit plusieurs ouvrages, dont un très grand livre sur ce sport, The Game (1983), et une biographie de Scotty Bowman (2019).

L’Oreille tendue aime bien citer un texte de Dryden, mais il ne s’agit pas d’un extrait de ces livres. Elle préfère plutôt un passage de son appréciation d’un célèbre conte de Roch Carrier, «Le chandail de hockey» (1979) :

Radio was perfect for heroes. Radio was live. Radio games offered an unknowable result. Radio meant lying in the darkness and, to the words of an excited storyteller, painting pictures of everything you heard. It meant using your own imagination. There has never been a bad game played on radio.

(La radio était parfaite pour les héros. C’était en direct. On ne connaissait jamais le résultat à l’avance. La radio, c’était, étendu dans le noir, suivre la description d’un raconteur excité et se créer des images de ce que l’on entendait. Ça voulait dire se servir de son imagination. Il n’y a jamais eu un mauvais match joué à la radio.)

Joyeux anniversaire !

 

Références

Dryden, Ken, The Game. A Thoughtful and Provocative Look at a Life in Hockey, Toronto, Macmillan of Canada, 1984 (1983), viii/248 p.

Dryden, Ken, «Sports. What could Mr. Eaton have been thinking ?», The Globe and Mail, 13 octobre 2001, p. D8.

Dryden, Ken, Scotty. A Hockey Life Like no Other, Toronto, McClelland & Stewart, 2019, viii/383 p. Ill. Traduction : Scotty. Une vie de hockey d’exception, Montréal, Éditions de l’Homme, 2019, 439 p. Préface de Robert Charlebois.

Le zeugme du dimanche matin et de Casanova

Portrait de Giacomo Casanova par Francesco Narici

«Vers la fin du carnaval, Don Diego zapatero de viecco, père de Donna Ignacia, me porta mes bottes, et les compliments de sa femme et de sa fille, qui parlait toujours du plaisir qu’elle avait eu au bal, se louant des procédés que j’avais eus vis-à-vis d’elle.»

Giacomo Casanova, Histoire de ma vie. Anthologie. Le voyageur européen, édition préfacée, commentée et annotée par Jean M. Goulemot, Paris, Le livre de poche, coll. «Classiques de poche», 32695, 2014, 597 p., p. 483.

Illustration : portrait de Casanova attribué à Francesco Narici déposé sur Wikimedia Commons

Divergences transatlantiques 070

Deux tweets évoquant des piscines

C’est l’été. Certains nagent. Où ?

Au Québec, une piscine posée sur le sol est dite hors terre : «Le jour où nous nous sommes baignés dans notre propre piscine hors terre occupant toute notre portion de la cour, nous avons su que les temps de dénuement étaient derrière nous» (Là où je me terre, p. 152).

Sous le sol, toujours au Québec, elle est dite creusée. Généralement, elle est constituée d’un creux et d’un pas creux.

L’Oreille tendue découvre que ce n’est pas le cas partout — ce que confirme le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française : «Au Québec, on utilise le terme piscine creusée pour désigner ce type de piscine, alors qu’ailleurs dans la francophonie, on utilise généralement le terme piscine enterrée

À votre service.

 

Référence

Dawson, Caroline, Là où je me terre. Roman, Montréal, Éditions du remue-ménage, 2022 (2020), 201 p.

Glanes péritouristiques

«Ah, les régions.»
Christophe Bernard, la Bête creuse

 

L’Oreille tendue revient. Pendant son absence, elle a pris des notes.

C’est la saison des festivals ? Désolé, l’Oreille ne croit ni à la communion individuelle ni à la communion collective.

Vacances au Québec en PPP : Pas de Problème de Passeport.

Marcel semble avoir pris le relais de Mario.

Marcel à marde, camion, Saint-Côme, juillet 2022

Signalétique régionale 1 (forme du verbe) : s’agissant du verbe fitter, l’Oreille aurait écrit «fitte» plutôt que «fit».

Affichage, Canadian Tire, Joliette, juillet 2022

Signalétique régionale 2 (accord de l’adjectif) : «privé» du féminin ?

Signalétique, Saint-Côme, juillet 2022

Bien que dans Lanaudière, l’Oreille s’est sentie, à un moment, comme dans le Dégelis de l’excellent film Arsenault & fils de Rafaël Ouellet.

Animal en liberté, Saint-Côme, juillet 2022

La guichetière (vingtenaire ? trentenaire ?) aux randonneurs sexagénaires : «Pour aller aux chutes, ça me prend sept-huit minutes. Ça vous en prendra une quinzaine.» Ils en mirent sept, pas une de plus.

Entendu en randonnée pédestre (un autre jour) : «J’ai beaucoup étudié la littérature belge. C’est ça qui m’a endurci.» Durant la même randonnée : Elle : «Fais-toi désirer.» Lui : «Personne ne me désire, moi.»

Signalétique régionale 3 (accord du verbe avec le sujet) : «ont» ?

Signalétique, Parc Régional des Chutes-Monte-à-Peine-et-des-Dalles, juillet 2022

Patate au carré, voire métapatate.

La Patate à patate, Saint-Côme, juillet 2022

Signalétique régionale 4 : quelque chose s’en vient — mais quoi ?

Signalétique, panneau vide, Saint-Côme, juillet 2022

L’Oreille a passé beaucoup (trop) de temps sur la route récemment. Elle a (donc) pensé beaucoup (trop) aux Cracker Jacks.

Un cycliste québécois remporte une étape du Tour de France. Sa PQ ? «Le petit gars de Saint-Perpétue.»

Nous ne l’avons pas vu. Si nous l’avions vu, comment l’aurions-nous appelé ?

Signalétique, parc du Mont-Tremblant, juillet 2022

On dit qu’un pape est venu au Québec en juillet. C’est aussi rare que…

Signalétique régionale 5 : les «guillemets» sont, «parfois», une «source» d’«étonnement».

Signalétique, Saint-Côme, juillet 2022

Signalétique régionale 6 : quelqu’un l’a mal été.

Annonce de poste, Sainte-Julienne, août 2022

Tout ce temps, sans le savoir, dans une capitale !

Signalétique, Saint-Côme, «Capitale québécoise de la chanson traditionnelle», juillet 2022

 

 

Référence

Bernard, Christophe, la Bête creuse. Roman, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 14, 2017, 716 p.

Inclinons-nous

La tour de Pise, 2022

Soit les phrases suivantes :

«Certaines lettres de plastique, sur le panneau, vibraient faiblement dans leur fente, ou se tenaient sur le cant» (Épique, p. 83).

«Cette grange-là était rendue sus le cant pas mal» (le Chemin d’en haut, p. 17).

En français populaire du Québec, ce qui est sur le cant, voire sus le cant, n’est pas droit.

Puisqu’il y a cant, il y a, évidemment, canter :

«le gros homme sous son poids faisant canter la voiture légère» (le Survenant, p. 233).

«le fardeau cantait dangereusement pendant la descente» (Je suis né en 1953…, p. 35).

«des ribambelles d’habitations qui cantent dans les trouées d’une végétation folle» (les Singes de Gandhi, p. 28).

Le dictionnaire numérique Usito définit doublement et justement canter — «Pencher, incliner» et «Être gagné par le sommeil, s’endormir» —, mais pas cant.

Dans son Petit lexique […], Ephrem, Desjardins propose la définition suivante : «Déformation de chant, dans le sens de côté le plus étroit d’une pièce d’un quelconque matériau» (p. 63). C’est probablement à ce sens que pensait Roch Carrier en 1968 :

«ils reprirent le cercueil, c’était lourd, ils l’inclinèrent, ils le placèrent presque sur le cant» (la Guerre, yes sir !, éd. de 1970, p. 45).

À votre service.

 

Illustration : La tour de Pise, 2022, photo déposée sur Wikimedia Commons

 

Références

Carrier, Roch, la Guerre, yes sir ! Roman, Montréal, Éditions du Jour, coll. «Les romanciers du Jour», R-28, 1970 (1968), 124 p. Rééditions : Montréal, Stanké, coll. «10/10», 33, 1981, 137 p.; Montréal, Stanké, 1996, 141 p.; dans Presque tout Roch Carrier, Montréal, Stanké, 1996, 431 p.; Montréal, Éditions internationales Alain Stanké, coll. «10/10», 2008, 112 p.

Chabot, J. P., le Chemin d’en haut. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 171, 2022, 224 p.

Desjardins, Ephrem, Petit lexique de mots québécois à l’usage des Français (et autres francophones d’Europe) en vacances au Québec, Montréal, Éditions Vox Populi internationales, 2002, 155 p.

Guèvremont, Germaine, le Survenant. Roman (1945), Paris, Plon, 1954, 246 p. Suivi d’un «Vocabulaire».

Lefebvre, Michel, Je suis né en 53… Je me souviens, Montréal, Hurtubise HMH, coll. «amÉrica», 2005, 132 p.

Messier, William S., Épique. Roman, Montréal, Marchand de feuilles, 2010, 273 p.

Roy, Patrick, les Singes de Gandhi, Montréal, Le Quartanier, coll. «Nova», 8, 2013, 68 p.