L’oreille tendue de… E. Greyson

«Elle portait à sa tête évidemment endolorie sa main blanche et potelée d’ordinaire, sèche et tremblante en ce moment. De temps à autre, elle consultait du regard la petite horloge, dont les aiguilles marchaient, à son gré, avec trop de rapidité; à la seule audition du tic-tac du balancier, on aurait pu croire, en effet, que l’horloge luttait avec toutes les horloges de l’univers à qui précipiterait le plus de secondes dans l’éternité. Et cependant le couvert n’était pas encore enlevé, maman Degoute ne s’absorbait pas et c’est en vain qu’on eût tendu l’oreille pour entendre le ronflement sonore et uniforme du chef de famille.»

E. Greyson, «Un fait divers», Revue de Belgique, 16e année, tome LI, 1885, p. 258-281, p. 258-259.

L’oreille tendue de… Alain-Fournier

Alain-Fournier, le Grand Meaulnes, timbre-poste«À neuf heures nous nous disposions à monter nous coucher; ma mère avait déjà la lampe à la main, lorsque nous entendîmes très nettement deux grands coups lancés à toute volée dans le portail, à l’autre bout de la cour. Elle replaça la lampe sur la table et nous restâmes tous debout, aux aguets, l’oreille tendue» (p. 90).

«Il expliquait comment, immobilisés par le froid sur la place, ne songeant pas même à organiser des représentations nocturnes, où personne ne viendrait, ils avaient décidé que lui-même irait au cours pour se distraire pendant la journée, tandis que son compagnon soignerait les oiseaux des Iles et la chèvre savante. Puis il racontait leurs voyages dans le pays environnant, alors que l’averse tombe sur le mauvais toit de zinc de la voiture et qu’il faut descendre aux côtes pour pousser à la roue. Les élèves du fond quittaient leur table pour venir écouter de plus près. Les moins romanesques profitaient de cette occasion pour se chauffer autour du poêle. Mais bientôt la curiosité les gagnait et ils se rapprochaient du groupe bavard en tendant l’oreille, laissant une main posée sur le couvercle du poêle pour y garder leur place» (p. 103).

Alain-Fournier, le Grand Meaulnes, Paris, Librairie générale française, coll. «Le livre de poche», 1000, 1964, 246 p.

L’oreille tendue de… Gabrielle Roy

Gabrielle Roy, la Détresse et l’enchantement, éd. de 1986, couverture«C’est à peine si je lisais. J’avais l’oreille tendue à capter la sonnerie du téléphone, et que de fois je crus l’entendre à travers des bruits de la rue, et j’accourais sur le seuil de ma chambre pour guetter, le souffle suspendu, la voix de Geoffrey qui allait lancer comme naguère : “Your friend…” et je serais en bas avant qu’il n’eût fini sa phrase, et de nouveau le ciel s’ouvrirait pour moi.»

Gabrielle Roy, la Détresse et l’enchantement, préface de Jean-Claude Guillebaud, avertissement de François Ricard, Paris, Arléa, 1986 (1984), 505 p., p. 354.

L’oreille tendue de… la Bible

La Sainte Bible traduite en français sous la direction de l’École biblique de Jérusalem, 1961, couverture«Depuis la treizième année de Josias, fils d’Amon et roi de Juda, jusqu’à aujourd’hui, voilà vingt-trois ans que la parole de Yahvé m’a été adressée et que, sans me lasser, je vous ai parlé (mais vous n’avez pas écouté. De plus Yahvé, sans se lasser, vous a envoyé tous ses serviteurs les prophètes, mais vous n’avez pas écouté, ni tendu l’oreille pour entendre)» (Jérémie 25.3-4).

La Sainte Bible traduite en français sous la direction de l’École biblique de Jérusalem, Paris, Éditions du Cerf, 1961, xv/1669 p. Ill.