L’oreille tendue de… Suzanne Myre

Suzanne Myre, le Sanatorium des écrivains, 2022, couverture

«J’ai réussi à ne rien produire de la journée. Je me suis pourtant bel et bien assis devant mon ordinateur, je l’ai même ouvert, mais rien ne se passait. Le curseur clignotait, attendant mon signal pour avancer vers la droite, mais il est resté sur sa faim, à gigoter sur place. Le son de la Remington me parvenait par vagues et commençait à m’agacer sérieusement en ce moment où mon clavier, à moi, ne fabriquait que du silence. Je suis sorti de ma chambre en tendant l’oreille, espérant en deviner la provenance, mais il s’est soudainement arrêté. Pour reprendre dès que je suis retourné dans ma chambre.»

Suzanne Myre, le Sanatorium des écrivains, Longueuil, L’instant même, 2022, 254 p. Édition numérique.

L’oreille tendue de… Françoise de Luca

Françoise de Luca, la Jeune Fille à la tresse, 2022, couverture

«L’image revient inlassablement. Solange marche vers moi avec ce même sourire, ce même vêtement, comme dans un film qu’on remettrait infatigablement au début et ces images sont d’une précision déchirante. Elles me font du mal, mais elles me font du bien aussi. J’y entends un appel lointain, je tends l’oreille, mais rien ne me parvient.»

Françoise de Luca, la Jeune Fille à la tresse, Montréal, Marchand de feuilles, 2022, 301 p., p. 12.

Le zeugme du dimanche matin et de Tristan Saule

Tristan Saule, Jour encore, nuit à nouveau, 2023, couverture

«OK, comme tu veux, dit Fabian, laissant Loïc avec son mensonge et son sandwich, dont on se demande bien où il va le manger.»

Tristan Saule [pseudonyme de Grégoire Courtois], Jour encore, nuit à nouveau. Roman. Chroniques de la place carrée. III, Montréal, Le Quartanier, coll. «Parallèle», 04, 2023, 293 p., p. 84.

P.-S.—L’Oreille tendue apprécie fort le travail de cet auteur. Voir ceci, par exemple.

L’oreille tendue de… Tristan Saule

Tristan Saule, Jour encore, nuit à nouveau, 2023, couverture

«Au feu rouge, il s’assied sur le banc, dos au massif de fleurs et au parterre de gazon qui embellissent ce carrefour passant où des semi-remorques freinent et redémarrent dans un grondement assourdissant. Loïc n’y prête pas attention. Les voix ne s’arrêtent pas. Il lui suffit de tendre l’oreille et d’écrire» (p. 63).

«Loïc gare sa Golf dans la cour des parents. Le bruit des roues dans les gravillons l’apaise. Quand il sort de l’habitacle, il sent l’odeur des vaches, de leur bouse, qui fait enrager les Parisiens, et que ceux qui vivent ici ne sentent même plus. Il tend l’oreille machinalement. Quand il était enfant, le grésillement de la trayeuse était comme une horloge. Quand il se taisait, c’était l’heure de rentrer. Aujourd’hui, si la trayeuse ne fait plus de bruit, c’est parce que les voisins ont cessé d’élever des vaches laitières. Ils avaient une cinquantaine de têtes, pas assez pour que ce soit rentable, avec le cours des prix du lait. Ils se contentent des céréales» (p. 145-146).

«Plusieurs fois, Loïc a demandé au docteur Somard et à Nini s’ils avaient des nouvelles de Cloque. Ils n’en avaient pas. Tous deux lui conseillaient de cesser de penser à cet individu, de se concentrer sur lui-même, sur sa propre guérison. Loïc a dit : “Oui.” Loïc a dit : “D’accord.” Mais le soir, dans sa chambre, Loïc tend l’oreille, il pose sa main bien à plat sur la cloison et écoute. Peut-être qu’on lui ment» (p. 293).

Tristan Saule [pseudonyme de Grégoire Courtois], Jour encore, nuit à nouveau. Roman. Chroniques de la place carrée. III, Montréal, Le Quartanier, coll. «Parallèle», 04, 2023, 293 p.

 

P.-S.—L’Oreille tendue apprécie fort le travail de cet auteur. Voir ceci, par exemple.

L’oreille tendue de… Sophie Montreuil

Logo de l’Association francophone pour le savoir (Acfas)

À l’Acfas, «Nous travaillons pour une cause : faire connaître et apprécier les travaux des chercheuses et des chercheurs francophones, qui se mènent à l’échelle de la planète. Si cette cause est embrassée par des partenaires au Canada, en Europe ou ailleurs, et si nos idées se diffusent et sont reprises, nous sommes ravis. C’est une stratégie de développement naturelle qui se met en place par parenté de missions. À plusieurs, on sert mieux la cause et on accentue nos rayonnements respectifs. Travailler de concert nous donne donc un gain de visibilité, notamment auprès des politiques qui tendent mieux l’oreille en apprenant nos liens avec des organismes en France.»

«Promouvoir les sciences en français est un travail de tous les jours», entrevue avec Sophie Montreuil, CNRS info, 29 novembre 2022.