L’oreille tendue de… Grégoire Courtois

Grégoire Courtois, les Agents, 2019, couverture

«Solveig est pâle. Elle avance tête baissée comme les autres. Les agents ici réunis tendent l’oreille afin d’identifier le moindre bruit qui puisse être synonyme de danger, mais Solveig, elle, semble ailleurs, torturée par une peur bourdonnante, qui l’empêche d’entendre, de voir ou de sentir.»

Grégoire Courtois, les Agents. Roman, Montréal, Le Quartanier, coll. «Parallèle», 01, 2019, 292 p., p. 170.

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté ce texte le 18 mars 2020.

L’oreille tendue de… Arnaldur Indridason

Arnaldur Indridason, la Femme de l’ombre, 2018, couverture

«Thorson ne répondit pas. Ses assaillants chuchotaient sans qu’il parvienne à entendre ce qu’ils se disaient. Ils semblaient se disputer. Apparemment, ils n’étaient pas d’accord. Il avait beau tendre l’oreille, il ne distinguait pas ce qu’ils disaient.»

Arnaldur Indridason, la Femme de l’ombre. Trilogie des ombres, tome 2, traduction d’Éric Boury, Paris, Seuil, coll. «Points. Policier», P4832, 2018 (2016), 384 p., p. 186.

L’oreille tendue de… Mauricio Segura

Mauricio Segura, Viral, 2020, couverture

«Elle conduisit en tendant une oreille distraite au babillage de Samantha qui, comme à son habitude, lui faisait un compte rendu détaillé de sa journée, en n’omettant aucun jeu auquel elle avait participé, aucune collation qu’elle avait prise, aucune consigne de l’éducatrice, aucun commentaire de ses amies.»

Mauricio Segura, Viral, Montréal, Boréal, 2020, 294 p., p. 77.

L’oreille tendue de… Marcel Proust

Marcel Proust, Du côté de chez Swann, éd. de 1976, couverture

«Exposés sur ce silence qui n’en absorbait rien, les bruits les plus éloignés, ceux qui devaient venir de jardins situés à l’autre bout de la ville, se percevaient détaillés avec un tel “fini” qu’ils semblaient ne devoir cet effet de lointain qu’à leur pianissimo, comme ces motifs en sourdine si bien exécutés par l’orchestre du Conservatoire que, quoiqu’on n’en perde pas une note, on croit les entendre cependant loin de la salle du concert, et que tous les vieux abonnés — les sœurs de ma grand’mère aussi quand Swann leur avait donné ses places — tendaient l’oreille comme s’ils avaient écouté les progrès lointains d’une armée en marche qui n’aurait pas encore tourné la rue de Trévise.»

Marcel Proust, Du côté de chez Swann, édition de Pierre Clarac et André Ferré, Paris, Gallimard, coll. «Folio», 821, 1976, 504 p., p. 46.