L’oreille tendue de Timothée de Fombelle

Timothée de Fombelle, Capitaine Rosalie, 2018, couverture«Les semaines se ressemblent. De temps en temps, la nuit, j’ouvre ma fenêtre et je me penche pour écouter. Je tends l’oreille. Je me demande si je pourrais entendre le bruit de la guerre, très loin, derrière les chiens des fermes.»

Timothée de Fombelle, Capitaine Rosalie, illustré par Isabelle Arsenault, Paris, Gallimard jeunesse, 2018, 64 p., p. 23.

L’oreille tendue de… Daniel Grenier

Daniel Grenier, Françoise en dernier, 2018, couverture

«François les a laissés continuer pour aller refermer et verrouiller la porte du patio. Elle a tendu l’oreille. Ils se parlaient tout bas, elle disait : t’as vu la peinture, là, tu penses-tu que ça vaut de quoi ? Et il a répondu : prends-la, on sait jamais. Non, fuck that, c’est sûrement une reproduction cheap du Ikea.»

Daniel Grenier, Françoise en dernier, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 16, 2018, 217 p., p. 38.

L’oreille tendue de… Jack Kerouac, bis

Jack Kerouac, Visions de Gérard, éd. de 2012, couverture«Le bienheureux prêtre, le Père Anselme Fournier, de Trois Rivières, Québec, le dernier de douze fils mais le premier aux yeux de son père, les mains roses là où il aurait pu avoir les mains rendues calleuses par la terre d’Abraham, reçoit Ti Gérard dans le confessionnal en faisant glisser son panneau et en tendant une oreille prompte et docile, chargée par un long après-midi —— Des toussotements tournent au plafond et raclent le sol, et se posent sur la mer de stalles, un prie-dieu grince Sca-ra-at ! et un bang rude s’élève, en harmonie, près de l’autel où quelqu’un s’affaire, avec force craquements, avec une chaise et des mouchettes à cierges.»

Jack Kerouac, Visions de Gérard, traduction de Jean Autret, Paris, Gallimard, coll. «Folio», 5389, 2012, 192 p., p. 57.

Dans l’original : «The fortunate priest, Père Anselme Fournier, of Trois Rivières Quebec, the last of twelve sons but the first in his father’s eye, pink-handed where he might have been horny-handed from the soil of Abraham, receives Ti Gerard in the confessional by sliding open his panel and bending quick ear obedient and loaded with long afternoon—Coughs revolve around the ceiling and sail and set in the pew sea, a knee-rest scrapes Sca-ra-at ! with a harsh harmonizing bang from the altar where a worker creaks around with chair and candle snuffer—» (Visions of Gerard, New York, Penguin Books, 1991, 130 p., p. 26).

L’oreille tendue de… Françoise Major

Major, Françoise, Dans le noir jamais noir. Nouvelles, Montréal, La mèche, 2013, 127 p.«Leïla reprenait ses courbettes ridicules. Les trois quarts du groupe se sont agglutinés autour d’elle, qu’est-ce que tu penses de ça, Leïla, qu’est-ce que je devrais faire, j’ai réalisé que. Marie tendait l’oreille; j’ai préféré m’éclipser en douce.»

Françoise Major, «On n’est plus des gamines», dans Dans le noir jamais noir. Nouvelles, Montréal, La mèche, 2013, 127 p., p. 56-65, p. 62.

L’oreille tendue de… Jean-Christophe Réhel

Jean-Christophe Réhel, Ce qu’on respire sur Tatouine, 2018, couverture«Allongé sur le divan, j’entends craquer dans le plafond. Je me demande si c’est Monsieur Jingles. Je tends l’oreille, je n’entends plus de bruit, je suis déçu.»

Jean-Christophe Réhel, Ce qu’on respire sur Tatouine. Roman, Montréal, Del Busso éditeur, 2018, 283 p., p. 263.