L’oreille tendue de… Ingeborg Bachmann

Ingeborg Bachmann, Malina, 2008, couverture

«Cette musique, je l’ai souvent réentendue dans des improvisations ou des variations, mais jamais juste comme cette fois-là; un jour, par bribes dans une chambre voisine lors d’une discussion à plusieurs voix sur l’effondrement de la monarchie et l’avenir du socialisme, quelqu’un s’était mis à crier parce qu’on avait attaqué l’existentialisme ou le structuralisme, et j’ai tendu l’oreille pour capter une dernière mesure de cette musique déjà noyée dans les vociférations; j’étais privée de moi-même, moi qui ne voulais entendre qu’elle.»

Ingeborg Bachmann, Malina, traduction de Philippe Jaccottet et Claire de Oliveira, Paris, Seuil, 2008, 288 p., p. 18-19.

L’oreille tendue de… Jean-François Vaillancourt

Jean-François Vaillancourt, Esprit de corps, 2020, couverture

«Drouin joignit les mains :
—Meleu meleu meleu !
Ils tendirent l’oreille. La pleine lune cachée par les nuages répandait juste assez de lumière pour qu’ils voient les peupliers qui frissonnaient dans la profondeur du bois noir.
— Meleu meleu, meleu meleu.»

Jean-François Vaillancourt, Esprit de corps. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 149, 2020, 302 p., p. 60.

L’oreille tendue de… Yannick Haenel

Portrait de Yannick Haenel

«Voilà, je tends l’oreille, nous sommes nombreux à tendre l’oreille afin que la parole de celles et ceux qui parlent puisse advenir.»

Yannick Haenel, «Procès des attentats. Procès des attentats de janvier 2015, onzième jour : réflexions sur la parole», CharlieHebdo.fr, 17 septembre 2020.