Trois petites choses sur Gérard Genette

Le théoricien français Gérard Genette vient de mourir à 87 ans.

Il était apparu chez l’Oreille tendue pour deux néologismes : «palimpsestueux» et «anarchiviste».

Rappelons encore ces quelques lignes à la fin de Palimpsestes (1982, p. 455) :

Gérard Genette, Palimpsestes, 1982, p. 455Il avait l’oreille.

Référence

Genette, Gérard, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Seuil, coll. «Poétique», 1982, 467 p.

Autopromotion 362

Frontispice de l’Encyclopédie, 1772

Dix-huitiémiste de son état, l’Oreille tendue s’intéresse aussi, depuis de nombreuses années, à la littératique, le domaine des relations entre la littérature et l’informatique, selon le néologisme créé par son ancien collègue Robert Melançon.

Depuis 2012, elle donne une conférence unissant ces deux champs d’intérêt, «Diderot : de l’Encyclopédie à Wikipédia», souvent pour le public de l’Université du troisième âge de l’Université de Sherbrooke.

Elle vient de tirer un court texte de cette conférence. Ses amis de la revue numérique Sens public le publient aujourd’hui, sous le titre «Les vertus utopiques de l’encylopédisme». Merci à eux.

Illustration : Louis-Benoît Prévost, frontispice de l’Encyclopédie, 1772

Néologisme carné du jour

«À bas les “partys de saucisses”», la Presse+, 26 avril 2018, illustrationQu’est-ce qu’un «party de saucisses» ? Une assemblée composée majoritairement ou uniquement d’hommes. Est-ce à dire que ces êtres seraient dotés de saucisses (métaphoriques) ?

Citation tirée de la Presse+ du 26 avril : «À l’interne [à l’émission de télévision Deux hommes en or], quand nous regardons le tableau des invité (e)s des émissions à venir, nous avons une expression pour décrire une émission où les femmes seront — ou risquent d’être — sous-représentées : “party de saucisses”.»

P.-S.—Il existerait, dit-on, un film intitulé Party de saucisses.

Néologisme du mois

Portrait de Bernardin de Saint-Pierre

Bernardin de Saint-Pierre, 22 avril 1775 : «Petite pluie fine par grumeaux très féconde. Quand on voir tomber ces pluies, on dit qu’il avrile» (éd. de 2015, p. 140).

 

[Complément]

Grâce à @machinaecrire et au Centre national de ressources textuelles et lexicales, l’Oreille tendue découvre l’existence du blé avrillé / avriller / avriller, «semé en avril».

 

Référence

Bernardin de Saint-Pierre, Voyage en Normandie. 1775, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, coll. «Lumières normandes», 2015, 231 p. Ill. Texte établi, présenté et annoté par Gérard Pouchain.

Néologismes touristiques du jour

Portrait de Pablo Escobar, 1977L’autre jour, à la radio, l’Oreille tendue réfléchissait aux formes contemporaines du tourisme : volontourisme, nécrotourisme (thanatourism, dark tourism), tourisme sans abri (poorism), tourisme de catastrophe (crisis tourism).

Pourquoi arrêter en si bon chemin ? Ajoutons à la liste narcotouristes (narcoturistas); cela se pratiquerait, rapporte The New Yorker, au pays de Pedro Escobar.

C’est peut-être ce qui explique que plusieurs cèdent dorénavant à la touristophobie (et pas seulement à Barcelone).

Illustration : Portrait de Pablo Escobar, Police nationale colombienne, 1977, disponible sur Wikimedia Commons