Créativité linguistico-commerciale

L’Assemblée nationale du Québec n’aime pas le «Bonjour / Hi», cette entrée en matière que l’on entend beaucoup dans les commerces montréalais. Les 29 et 30 novembre 2017, une motion proposée par le Parti québécois portait sur cette question.

Comment respecter le souhait de l’Assemblée nationale de ne pas utiliser cette formule et continuer à pratiquer le bilinguisme d’accueil commercial ?

Des sources conjugales proches de l’Oreille tendue lui font découvrir le «Hi / Bonjour». C’est la même chose, mais ce n’est pas pareil.

Paul Gérin-Lajoie (1920-2018)

Photographie de Paul Gérin-Lajoie, 2012, par Simon VilleneuvePaul Gérin-Lajoie vient de mourir. On chante ses mérites — à juste titre — sur toutes les tribunes, tant pour son rôle dans le développement de l’éducation au Québec que pour son action internationale.

L’Oreille tendue, en 2013, avait eu le plaisir de côtoyer Paul Gérin-Lajoie pendant quelques heures. Elle était sortie de cette rencontre avec un seul souhait : avoir, en vieillissant, ne serait-ce qu’une partie de la lucidité et de la vivacité d’esprit de cet homme de plus de 90 ans.

C’est une vie bien pleine, jusqu’à la fin, qui vient de s’achever.

P.-S.—Le nom de Paul Gérin-Lajoie s’est déjà retrouvé à côté de celui de Maurice Richard. Cela ne s’invente pas.

Illustration : photographie de Paul Gérin-Lajoie au Forum mondial de la langue française en 2012, par Simon Villeneuve, disponible sur Wikimedia Commons

Changer d’identité familiale

Charles-Philippe Laperrière, Gens du milieu, 2018, couvertureEn 1760, Jean-Philippe Rameau, «le grand compositeur et célèbre théoricien de l’harmonie» (p. 9), se transforme, du moins brièvement, en «RAMEAU, l’oncle» (p. 96). C’est André Magnan qui raconte la chose dans son ouvrage Rameau le neveu. Textes et documents (1993). La réputation du neveu, Jean-François, a entraîné un changement d’identité familiale chez l’oncle, Jean-Philippe. (Voir ici.)

Soit la phrase suivante, tirée de Gens du milieu. Légendes vivantes, que fait paraître ces jours-ci Charles-Philippe Laperrière au Quartanier : «Sofika considère aussi qu’à la base de la politique officielle du multiculturalisme de 1971, dont Trudeau père est l’illustre porte-couleurs, il y a cette idée [etc.]» (p. 41). Il s’appelait Pierre Elliott Trudeau; il a été premier ministre du Canada; son patronyme suffisait. Il a eu des enfants; un de ceux-ci, Justin, est devenu premier ministre du Canada; son patronyme ne suffit plus; il est devenu «Trudeau père».

Parlera-t-on de conversion onomastique rétroactive ? De rétroconversion onomastique ?

Références

Laperrière, Charles-Philippe, Gens du milieu. Légendes vivantes, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 121, 2018, 178 p.

Magnan, André, Rameau le neveu. Textes et documents, Paris et Saint-Étienne, CNRS éditions et Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. «Lire le XVIIIe siècle», 11, 1993, 246 p. Ill.

L’Association internationale des études québécoises

En 2006, l’Oreille tendue publiait les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle. Par l’intermédiaire de son Programme de soutien à la diffusion des connaissances sur le Québec, l’Association internationale des études québécoises avait alors distribué une cinquantaine d’exemplaires de l’ouvrage à des centres de recherche un peu partout dans le monde. (Merci encore.)

Le gouvernement du Québec souhaite réduire la subvention qu’il accorde à l’AIEQ, menaçant de ce fait même son existence.

Pour appuyer cette association indispensable, on peut signer une pétition en ligne et la défendre sur les réseaux sociaux.

L’Oreille vous y invite.

Référence

Melançon, Benoît, les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle, Montréal, Fides, 2006, 279 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Nouvelle édition, revue et augmentée : Montréal, Fides, 2008, 312 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Préface d’Antoine Del Busso. Traduction : The Rocket. A Cultural History of Maurice Richard, Vancouver, Toronto et Berkeley, Greystone Books, D&M Publishers Inc., 2009, 304 p. 26 illustrations en couleurs; 27 illustrations en noir et blanc. Traduction de Fred A. Reed. Préface de Roy MacGregor. Postface de Jean Béliveau. Édition de poche : Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2012, 312 p. 42 illustrations en noir et blanc. Préface de Guylaine Girard.

Benoît Melançon, les Yeux de Maurice Richard, éd. de 2006, couverture