Le masque qui révèle

Masque de Carey Price, 2021, par Jordon Bourgeault, détail

Carey Price, le cerbère des Canadiens de Montréal — c’est du hockey —, a un nouveau masque, conçu par Jordon Bourgeault. (Oui, il y a des gens que cela intéresse.) Que représente-t-il ? Entre autres choses, Maurice Richard, et particulièrement son regard, donc ses yeux. L’Oreille tendue ne le lui reprochera pas.

Price décrit son masque ici (à voir sur tablette).

P.-S.—En effet, ce Price-là.

Clenche ton lexicographe !

«Emma tourna la clenche d’une porte.»
Flaubert, Madame Bovary

 

La semaine dernière, les lexicographes des dictionnaires Le Robert rappelaient, sur Twitter, un des sens du mot clenche : «Dans les Ardennes, la poignée de porte prend le nom de “cliche” ! C’est une variante locale apparentée à clenche (mot connu en Normandie et en Lorraine). En Belgique, on parle plutôt de “clinche”.» Comme on le leur a fait remarquer, ce sens est aussi connu au Québec : «Clenche est assez bien établi au Québec aussi. Nous avons aussi le verbe clencher.»

Clencher ? Les sens en sont multiples. Exemples.

Dans une publicité, qui conseille un produit «Pour clencher ton chien au frisbee» évoque la possibilité (traduction libre) d’«accélérer plus vite que Milou au frisbee».

Chez Sophie Bienvenu, dans Chercher Sam (2013), on lit : «Évidemment, le kid nous clenchait tous, fait qu’on s’est tannés et on a voulu aller se prendre une pointe de pizz en mettant tout notre cash ensemble» (p. 7). Ce «kid» avait plus de succès que les autres, les dépassait. Jean-François Vaillancourt emploie le verbe dans le même sens : «Brochu se faisait clencher. On n’avait jamais vu ça» (Esprit de corps, p. 111).

Qu’il s’agisse de porte ou d’efficacité, le verbe existe aussi sous la forme clancher. Porte : «L’individu qui était dehors clancha la porte avec impatience» (les Mystères de Montréal, p. 266). Efficacité : «On va vous clancher !» (Annette, p. 10) — un personnage annonce la victoire de son équipe dans un match de hockey.

À votre service.

 

Références

Berthelot, Hector, les Mystères de Montréal par M. Ladébauche. Roman de mœurs, Québec, Nota bene, coll. «Poche», 34, 2013, 292 p. Ill. Texte établi et annoté par Micheline Cambron. Préface de Gilles Marcotte.

Bienvenu, Sophie, Chercher Sam, Montréal, Le Cheval d’août, 2014, 169 p.

Olivier, Anne-Marie, Annette. Une fin du monde en une nanoseconde, Montréal, Dramaturges éditeurs, 2012, 53 p.

Vaillancourt, Jean-François, Esprit de corps. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 149, 2020, 302 p.

His Bobness à l’aréna

Les deux joueurs de hockey préférés de Bob Dylan selon le magazine Interview, 2012

En 2012, Bob Dylan donne une entrevue au magazine Interview. Dans «New Again : Bob Dylan», on apprend, sous la plume de Scott Cohen, que le chanteur a deux joueurs de hockey préférés : Sammy Williamson et Maurice «The Rocket» Richard.

Pour Richard, l’Oreille tendue voit à peu près de qui il s’agit.

Mais Sammy Williamson ? Il doit s’agir du Sam Williamson qui a joué, en 1951-1952, pour les Flyers de Hibbing, puisque Dylan a grandi dans cette ville du Minnesota. C’est un enfant qui aurait vu jouer Williamson; Dylan avait alors dix ans.

À chacun ses héros.

P.-S.—L’Oreille a appris l’existence de cet entretien grâce à un tweet de Jean-François Proulx. Merci.

La puck ne roulait pas pour Anne Hébert

Anne Hébert, Œuvres complètes. II, 2013, couverture

À peu près au milieu de son roman Kamouraska (1970), Anne Hébert écrit cette phrase : «L’abbé Foucas, exaspéré par l’air arrogant et méprisant du garçon, le bat sauvagement avec un bâton de hockey» (éd. de 2013, p. 292).

S’il est plausible que George Nelson ait été battu par un religieux du Petit séminaire de Québec durant les années 1820-1830, il l’est beaucoup moins qu’un «bâton de hockey» ait été utilisé.

Dans leur histoire des origines du hockey, Carl Gidén, Patrick Houda et Jean-Patrice Martel indiquent que le mot «hockey», durant les deux premières décennies du XIXe siècle, n’avait été écrit au Canada que par une seule personne, l’explorateur britannique John Franklin, en l’occurrence dans deux lettres de 1825 (2014, p. 6-7). L’attestation suivante date de 1839, encore une fois sous la plume d’un Anglais, Richard George Augustus Levinge, à Niagara Falls (2014, p. 20).

Mettons cet anachronisme d’Anne Hébert — l’emploi d’un mot qui ne devait pas avoir cours chez les francophones au moment où elle situe son intrigue — sur le compte de son enthousiasme pour le sport national (d’hiver) du Canada.

Ce n’est pas tout.

Tôt dans le roman, on peut lire, dans un passage consacré à des jeux d’enfants, ceci : «Crosse et toboggan» (éd. de 2013, p. 202). Dans leur édition critique du roman, Anne Ancrenat et Daniel Marcheix commentent ainsi le mot crosse : «Bâton recourbé utilisé dans certains jeux, ici le hockey, pour pousser la rondelle (désignée aussi par les termes “disque” et “palet”)» (éd. de 2013, p. 202, note 16). On peut penser que les petits d’Élisabeth Rolland s’apprêtaient plutôt à pratiquer, non pas le hockey, mais l’autre sport national du Canada, la crosse, sport qui se pratique avec une… crosse.

La puck ne roulait ni pour Anne Hébert ni pour ses éditeurs.

P.-S.—Le sens du titre de ce billet vous échappe ? Voyez ceci.

P.-P.-S.—Oui, l’Oreille tendue a déjà présenté l’ouvrage de Gidén, Houda et Martel. Voyez cela.

 

Références

Gidén, Carl, Patrick Houda et Jean-Patrice Martel, On the Origin of Hockey, Stockholm et Chambly, Hockey Origin Publishing, 2014, xv/269 p. Ill.

Hébert, Anne, Œuvres complètes d’Anne Hébert. II. Romans (1958-1970), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Bibliothèque du Nouveau Monde», 2013, 488 p. Les Chambres de bois. Édition établie par Luc Bonenfant suivi de Kamouraska. Édition établie par Anne Ancrenat et Daniel Marcheix. Avant-propos de Nathalie Watteyne.