Supplément alimentaire

Soit la phrase suivante, de l’excellent Olivier Bouchard, sur Athlétique Montréal, le 28 juin :

«Caufield a […] des mains de fée dans des gants de soie et un tir du Tonnerre de Zeus. Pardon, des tirs : revers, tir du poignet, tir frappé sur réception… Le Tonnerre de Zeus, la Foudre d’Odin, la Lance d’Athéna, alouette et un chausson avec ça.»

Un non-amateur de hockey — Cole Caufield est un jeune joueur récemment repêché par les Canadiens de Montréal — pourrait avoir du mal avec la variété de ses tirs. C’est de la langue de puck et c’est expliqué ici.

Un non-amateur de mythologie ira voir sur Wikipédia pour Zeus, Odin et Athéna.

Et le «chausson» dans tout ça ?

Dans le Dictionnaire québécois instantané qu’elle cosignait en 2004 et qui vient de paraître en livre de poche, l’Oreille tendue offrait la définition suivante de chausson aux pommes :

Pour des raisons qui se perdent dans la nuit de l’histoire de la boulangerie et de la restauration rapide, le chausson aux pommes est le symbole du superflu et de la demande (jugée) exorbitante. L’expression a quitté le domaine alimentaire pour conquérir le terrain culturel. Emma trompe son bon mari Charles avec Léon Dupuis, puis avec Rodolphe Boulanger. Et elle voudrait être heureuse ! Un chausson aux pommes avec ça ? (p. 38)

Autre exemple (p. 186) : «Aujourd’hui, ils se donnent la main pour promouvoir une culture rave propre, saine et sans drogue. Un chausson aux pommes avec ça ?» (la Presse, 10 juillet 2001)

À votre service.

 

Références

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha. Édition de poche : Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2019, 234 p. Illustrations de Philippe Beha. Site Web du livre : <http://fides.qc.ca/dictionnaire_quebecois/>.

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Benoît Melançon, Dictionnaire québécois instantané, 2019, couverture

Divergences transatlantiques 056

Élisabeth Benoit, Suzanne Travolta, 2019, couverture

Suzanne Travolta, l’intrigant roman d’Élisabeth Benoit paru en 2019, se déroule à Montréal. Plusieurs lieux y sont clairement évoqués : «notre chère rue Waverly» (p. 22); «Mike et moi partagions un bureau au premier étage du bâtiment principal, boulevard René-Lévesque (Mike disait Dorchester)» (p. 49); «Il fallait être montréalais comme l’était Ray pour aimer ainsi de toute son âme la laideur du boulevard Saint-Laurent, qui était une des plus belles choses que Ray ait vues de sa vie» (p. 153). Les expressions québécoises y sont nombreuses, par exemple «être dans le champ» ou «virer sur le top». On y entend de l’anglais.

Le lecteur n’est donc pas étonné de voir désigner des chaussures de sport par l’expression running shoes. Le site Français de nos régions a bien mis en lumière, cartes à l’appui, la concurrence, en Amérique du Nord, de ce mot avec espadrilles, sneaks / sneakers, shoe-claques voire baskets.

En revanche, l’Oreille tendue n’a pas souvenir d’avoir jamais entendu le mot au féminin : «infectes running shoes roses» (p. 91), «une de ses running shoes roses» (p. 142), «sa running shoe» (p. 143). Or le Petit Robert (édition numérique de 2019) va dans le même sens qu’Élisabeth Benoit : «N. f. Chaussure de sport pour la course à pied.»

Deux communautés séparées par une langue commune, la France et le Québec ?

P.-S.—Pendant que nous y sommes : l’endroit où l’on mange est un diner (sans accent) plutôt qu’un dîner (avec) (p. 173).

 

Référence

Benoit, Elisabeth, Suzanne Travolta, Paris, P.O.L, 2019, 251 p.

La clinique des phrases (kk)

Polyclinique de l’Oreille, publicité, Laval, Québec, juin 2019

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit les phrases suivantes :

«[…] il a changé d’école et a quitté Dubnica pour Trencin, où le niveau de hockey y était supérieur.»

«C’est aussi une ville où le sport y est fortement enraciné.»

«Soixante ans de journalisme littéraire de Maurice Nadeau, un recueil d’articles dans lequel le fondateur de feu La Quinzaine Littéraire y déploie un art de la lecture qui est aussi un modèle de critique littéraire.»

«Il s’agit bien de mener un combat, là où précisément le terrain y est à la fois et le moins favorable et le plus efficace […].»

Dans les quatre cas, le pronom adverbial y est inutile. Enlevons-le.

Appuyons-nous pour cela sur le toujours éclairant Michel Francard, dans une de ses chroniques du Soir (Bruxelles) :

Les pléonasmes grammaticaux sont des cas de redondance syntaxique, récusés par les grammairiens. Tel l’emploi de et de y dans une même subordonnée : dans une maison où il y a placé ses économies; ou celui de dont et en, avec le même antécédent : une expérience dont il en tirera bénéfice.

À votre service.

Autopromotion 436

L’ami Laurent Turcot a sa chaîne sur YouTube, L’histoire nous le dira.

En 2018, l’Oreille tendue y a causé de Voltaire et du Canada, puis de Maurice Richard — c’est du hockey. En février dernier, il y était question du Siècle des lumières, en l’occurrence de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert.

Aujourd’hui, l’Oreille présente son livre Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue).

P.-S.—Les amateurs de Seinfeld devraient apprécier.

P.-P.-S.—L’Oreille a aussi sa chaîne vidéo. Elle est bien plus modeste.

Référence

Melançon, Benoît, Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Ill.