Lectures de gym : Proust, Balzac, Arcan, Foucault

Anthony Lacroix, Proust au gym, 2024, couverture

«ça fait déjà une semaine que
j’écoute À la recherche du temps perdu au gym
ça se passe mieux que je pensais
je suis dans les temps
mais je n’ai pas d’amis avec qui partager l’expérience

je ne suis pas le seul qui s’entraîne avec des écouteurs
mais je ne connais personne

j’imagine qu’ils écoutent tous un livre audio
particulièrement difficile

le gars avec les bras plus gros que ma tête
doit écouter Le père Goriot

la fille en lycra noir doit écouter À ciel ouvert
pour la deuxième fois

l’autre fille qui fait des squats
c’est Les mots et les choses qu’elle écoute»

Anthony Lacroix, Proust au gym, Montréal, Éditions de Ta Mère, 2024, 105 p., p. 16.

Maurice Richard dans le journal

Chaussettes à l’image de Maurice Richard

Depuis bientôt trente ans, l’Oreille tendue s’intéresse aux discours entourant Maurice Richard, le plus célèbre joueur des Canadiens de Montréal — c’est du hockey. (Voir ici.)

Plus de deux décennies après sa mort, elle est toujours frappée par la présence de Richard dans l’espace public. Le plus récent exemple ? La Presse+ du 25 février 2024.

Sous le titre «Quels sont les trois athlètes (morts ou vivants) avec qui vous aimeriez passer une soirée ?», deux des journalistes du quotidien évoquent le Rocket.

Simon-Olivier Lorange : «Maurice Richard et Mario Lemieux, assurément. Personne n’incarne davantage pour moi l’idée d’un héros. Le premier pour ses accomplissements et tout ce qu’il incarne pour le Québec francophone, évidemment. Et le deuxième parce qu’il a été, tout simplement, le meilleur joueur de l’histoire de la LNH. Je suis navré pour ceux qui pensent le contraire, on ne s’entendra pas.»

Jean-François Tremblay : «Au Québec, peu de personnages me fascinent autant que le Rocket, pour tout ce qu’il a représenté malgré lui. Les années l’ont érigé à un statut presque mythique, on parle de ses exploits comme de ceux du bûcheron Jos Montferrand, du soldat Léo Major ou de l’homme fort Louis Cyr. Ce serait un délice d’entendre les vraies histoires de sa voix.»

«Héros» ou «mythe», cela se discute (l’Oreille a écrit un livre là-dessus), mais l’importance de Richard au Canada est indéniable. S’agissant de Mario Lemieux comme «meilleur joueur de l’histoire de la LNH», cela va de soi, bien sûr.

Chantal Guy, pour sa part, publie un entretien avec Ann-Renée Desbiens, «La grande muraille de Charlevoix». Le numéro 9 y apparaît deux fois.

Qui sont «les trois joueuses ou joueurs» que Desbiens aimerait «réunir autour d’une table» ? «J’aimerais voir les différences entre les années. J’irais avec des Québécois : Maurice Richard, Danielle Goyette et Marie-Philip Poulin.» Comme Jean-François Tremblay, la cerbère de la nouvelle équipe de hockey féminin de Montréal rappelle combien la comparaison est un procédé récurrent dans le processus de mythification.

Chantal Guy contribue, involontairement, à ce processus de mythification  : «Quand Ann-Renée Desbiens m’explique les obstacles qui ont toujours miné le parcours des hockeyeuses au pays, je ne peux m’empêcher de penser à Maurice Richard, qui avait une job le jour et jouait au hockey le soir.» Cette affirmation est approximative : sauf peut-être au tout début de sa carrière professionnelle, Maurice Richard n’a pas occupé d’emploi le jour pour ensuite jouer au hockey le soir. Il est vrai, en revanche, qu’il a souvent occupé un emploi l’été, une fois que sa saison était terminée.

On ne prête qu’aux riches.

Stances à la puck

René de Chantal, «Défense et illustration de la langue française. Gouret ou hockey», le Droit, 1er mai 1958, titre

En 1958, René de Chantal publiait trois chroniques sur le lexique français du hockey, ce que l’Oreille tendue appelle la langue de puck. (Voir ici.)

La troisième chronique était destinée à comparer le vocabulaire québécois et le vocabulaire français de ce sport. Pour la périodeil y en a trois dans un match, les choix ne manquaient pas, d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique : engagement, strophe, stance, tiers-temps, reprise.

L’Oreille avait été étonnée par strophe et stance. Elle vient de trouver stanza dans un texte en anglais de 1942, «Stooge for a Puck Pirate» : «Again in the second stanza, Levin fought a continual flurry of pucks» (éd. de 2021, p. 189).

La poésie est partout.

 

Références

Chantal, René de, «Défense et illustration de la langue française. Termes de hockey. En France, on shoote», le Droit, 15 mai 1958, p. 2.

Jackson, C. Paul, «Stooge for a Puck Pirate», 12 Sport Aces, 6, 1, mars 1942, reproduit par Paul Langan dans Classic Hockey Stories. From the Golden Era of Pulp Magazines, 1930s-1950s, Chez l’Auteur, 2021, 240 p., p. 182-218.

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Benoît Melançon, Langue de puck. Abécédaire du hockey, 2014, couverture

Le poète-hockeyeur

Classic Hockey Stories, édition de Paul Langan, 2021, couverture

Dans «Double-Backed Puckster», une nouvelle de janvier 1938, Ralph Powers met en scène un jeune hockeyeur qui passe du sport collégial à une ligue professionnelle. Le moins que l’on puisse dire est que Clarence «Tillie» Tillingworth a des habitudes culturelles inattendues dans ce milieu.

Quand on l’interroge sur son nom, jugé rare, il répond en citant Shakespeare (p. 95). Sa définition du courage ? Il l’emprunte à lord Byron (p. 109-110). Il aime accumuler les citations qui fleurent bon la formation classique.

Ses coéquipiers, à une seule exception («us poets has sensitive souls», p. 115), se moquent de lui : «he spouts a bunch of poetry — an’ everybody knows that that’s sissy stuff» (p. 108); «the poets, an’ sissy guys like that, run away from trouble» (p. 109). Sissy : poule mouillée, efféminé, peureux — rien là de valorisé.

À la fin de la nouvelle, histoire de s’intégrer au groupe, le «poem-quoting puckster» (p. 115) abandonne la poésie : «From now on the poetry stuff is out !» (p. 116) On peut le déplorer.

P.-S.—Ce n’est bien sûr pas la première que se croisent ici poésie et hockey.

P.-P.-S.—Reproduire pareilles nouvelles anciennes est une idée bienvenue. Malheureusement, l’ouvrage Classic Hockey Stories est une catastrophe typographique : numérisation approximative, ponctuation qui ne l’est pas moins, coquilles sur coquilles, etc.

 

Référence

Powers, Ralph, «Double-Backed Puckster», Ace Sports Monthly, VII, 1, janvier 1938, reproduit par Paul Langan dans Classic Hockey Stories. From the Golden Era of Pulp Magazines, 1930s-1950s, Chez l’Auteur, 2021, 240 p., p. 94-116.

Accouplements 226

François-Léon Benouville, la Colère d’Achille, 1847, Montpellier, musée Fabre, photo déposée sur Wikimedia Commons

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Chantigny, Louis, «Une fin tragique pour le Rocket», le Petit Journal, du 18 octobre au 25 octobre 1959, p. 132.

«D’ordinaire, ce genre de long préambule déroule en quelque sorte le tapis rouge sur lequel s’avancera dans toute sa majesté une célébrité de l’esprit. Aujourd’hui, ce préambule ouvre ses portes à une gloire du muscle, Maurice Richard, un homme dont l’histoire s’écrit déjà dans l’encre de la légende et du mythe.
Car Maurice Richard est bien de cette race de titans qui force les cadres et brise les barrières que la médiocrité du sport a dressés autour de son génie. Le regard étrange et fiévreux du démon flamboie dans ses yeux, son masque douloureux se dessine derrière ses traits; mais jamais l’hôte effroyable qui l’habite n’a été plus visible que maintenant, au crépuscule de sa carrière et à l’aube de sa fin.»

Purdy, Al, «Homage to Ree-shard», dans Sundance at Dusk, Toronto, McClelland and Stewart, 1976, p. 36-39.

«The first madman
first out-and-out mad shit disturber
after cosmic duels with Bill Ezinicki
now sullen castrated paranoid Achilles
with sore heel in a Montreal pub retired
to muse on wrongs and plot revenge
with long memories of broken storefronts
along St. Catherine Street
when Maisonneuve’s city made him emperor
for a day and hour and a moment»

Bouchard, Serge, «Le silence de Maurice Richard», dans  l’Allume-cigarette de la Chrysler noire, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 2019, 240 p., p. 54-56, p. 55.

«[Maurice Richard] se tenait immobile au centre d’un attroupement criard de petits oiseaux, des petites âmes complètement saisies par cette légende. De façon inattendue, sans que je le cherche vraiment, je me suis retrouvé tout près de lui et il m’a serré la main. Je ressens encore aujourd’hui la force de cette poigne. Je n’aurais pas voulu lui disputer la rondelle dans un coin.
Je sus bien plus tard, en faisant mon cours classique, que j’avais rencontré, ce samedi-là, un personnage mythique. J’avais serré la main à Achille, à Ulysse, que dis-je, à Zeus ! Oui, le Canadien nous a montré très jeunes à quoi ressemblaient le panthéon, la cité des dieux, les temples et les tragédies grecques.»

 

Illustration : François-Léon Benouville, la Colère d’Achille, 1847, Montpellier, musée Fabre, photo déposée sur Wikimedia Commons