L’oreille tendue de… Jo Nesbø

Jo Nesbø, Pølice, 2014, couverture«Il attendit, mais personne ne vint. Il commença alors à avancer lentement dans le couloir. Il vérifia toutes les portes en chemin, mais elles étaient toutes fermées à clef comme il le fallait. Il arriva au coin, le couloir continuait. Éclairé jusqu’au bout. Et il n’y avait personne. Il s’arrêta à nouveau, tendit l’oreille. Rien. Il n’y avait personne. Il rangea le pistolet dans son holster.»

Jo Nesbø, Police. Une enquête de l’inspecteur Harry Hole, traduction d’Alain Gnaedig, Paris, Gallimard, coll. «Folio policier», 762, 2014 (2013), 670 p., p. 146.

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté ce texte le 19 février 2019.

Poésie de rêve

Maurice Desjardins, «Les Canayens sont là !», poème, le Sport illustré, janvier 1952, p. 19

La revue le Sport illustré de janvier 1952 publie un poème de Maurice Desjardins (p. 19).

«Les Canayens sont là !

Le Forum était plein et tous ses sièges jaunes
Regorgeaient de clients fiévreux et palpitants.
Brandissant un billet j’arrivai dans ma zone
Impatient d’applaudir nos dignes Habitants.

Pour être dans l’ambiance, en digne patriote,
Je venais d’engloutir un plat de fèves au lard,
Une bonne soupe aux pois et un plat d’échalotes
J’attendais en rotant l’arrivée de Richard.

Parti pour l’étranger il y a plusieurs années
Je brûlais de revoir nos glorieux Canayens
Longtemps j’avais souffert, comme une âme damnée,
De ne pas assister aux faits d’armes des miens.

Je faillis me pâmer en voyant Dick Irvin
Ce défenseur des nôtres, apparaître en souriant
Par un étrange effet de la pitié divine
La foule l’aperçut et se leva, criant :

“Hourrah pour Dick Irvin, l’ami du clan français”.
Les hymnes nationaux mirent fin au vacarme
Et tout de suite après, la joute commençait;
Je n’étais pas le seul à être ému aux larmes.

Consultant le programme au dessin tricolore,
Je jetai un coup d’œil sur les alignements.
Je vis que Geoffrion, Pronovost et Bouchard
Faisaient toujours partie de notre groupement.

Quelle noble équipe avec Béliveau,
Son Locas, son Rousseau et son vif Corriveau !
Dolbec et Désaulniers, Locas et Saint-Laurent !
Pas étonnant qu’ils soient toujours au premier rang.

Plante dans les filets et sa tuque à pompon
Dussault et Tod Campeau flanqués de Plamondon
Laprade et Chèvrefils à l’attaque sans cesse
Mon cœur était vraiment débordant d’allégresse.

Et des Français volants avides de gloire
Le long sifflet final annonça la victoire
Détroit fit son possible et se défendit bien
Mais allez donc résister à tant de Canayens !…»

Ces «Canayens» sont les Canadiens de Montréal — c’est du hockey —, où ils jouent au Forum.

De retour chez lui après «plusieurs années», le poète n’a pas oublié son sport. Il sait que le gardien de but Jacques Plante aime tricoter, lui qui porte une «tuque à pompon». Les Montréalais sont rapides («Français volants»). Les couleurs de l’équipe sont le bleu, le blanc et le rouge («dessin tricolore»). L’on dit souvent du hockey qu’il est une religion au Québec; cela est discrètement évoqué («âme damnée», «pitié divine»).

L’inventivité de la rime mérite d’être signalée. Les six premières strophes sont de structure a-b-a-b; les trois dernières, a-a-b-b. Il est rare de parler de «groupement» pour désigner une équipe, mais cela permet la rime avec «alignements» (la liste des joueurs). L’anglais («Irvin») rejoint le français («divine»). Une paire est osée : «tricolore» / «Bouchard». Surtout, la deuxième strophe est alimentaire et nationaliste : le «patriote» apprécie les «échalotes»; il n’a pas peur de faire répondre Maurice «Richard» au «plat de fèves au lard». Celui qui parlait des «dignes Habitants» et se définissait comme un «digne patriote», qui évoquait «nos glorieux Canayens», change de registre et s’imagine «rotant».

Dick Irvin serait un «défenseur des nôtres», «l’ami du clan français». Ce portrait est inhabituel : l’entraîneur des Canadiens n’a généralement pas aussi bonne presse auprès des partisans francophones. Il est vrai qu’il ne dirige pas une équipe réelle : les joueurs francophones énumérés par le poète n’ont pas tous joués (ensemble) professionnellement pour les Canadiens; cette équipe composite est une équipe rêvée.

La poésie sportive sert aussi à cela.

P.-S.—En effet : ce n’est pas la première fois que notre chemin croise celui de Maurice Desjardins.

P.-P.-S.—En effet : ce n’est pas la première fois que nous tombons sur un poème mettant en scène «le Rocket».

P.-P.-P.-S.—L’érudition des lecteurs de l’Oreille tendue ne cesse de l’épater. Merci à Pierre Cantin de cette belle découverte.

L’Oreille est rassurée

Dans le Dictionnaire québécois instantané qu’elle cosignait en 2004, l’Oreille tendue octroyait des prix aux mots à succès au Québec, les «Perroquets» (d’or, d’argent, de bronze). Le mot extrême était arrivé en tête.

Depuis, périodiquement, elle de demande si le mot a encore cours, d’où la rubrique «Extrême».

Les journaux de la fin de semaine la rassurent : «Oser la rénovation extrême», titre la Presse+; «Au-delà des sports extrêmes», répond le Devoir.

Ouf.

Référence

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantanté, 2004, couverture

Fil de presse 029

A comme aventure

Deutsch, Lorànt, Romanesque. La folle aventure de la langue française, Paris, Michel Lafon, 2018, 336 p.

AA comme autre aventure

Seithumer, Ingrid et Lili Scratchy, la Grande Aventure du langage, Arles, Actes Sud junior, 2019, 64 p.

B comme biscornu

Gravel, François, Branchez-vous ! et autres poèmes biscornus, Montréal, Les 400 coups, 2019, 56 p. Illustrations de Laurent Pinabel.

B comme bureau

Périnel, Quentin, les 100 Expressions à éviter au bureau et ailleurs, Paris, Le Figaro, 2018, 150 p.

C comme couleur

Gallienne, Amandine, les 100 Mots de la couleur, Paris, Presses universitaires de France, coll. «Que sais-je ?», 4081, 2019, 128 p.

C comme Cratyle

Année, Magali, la Musique linguistique de la réminiscence. Le Ménon de Platon entre réinvention cratyléenne de la langue commune et réappropriation de l’ancienne langue parénétique, Grenoble, Editions Jérôme Million, coll. «Horos», 2018, 144 p. Préface d’Egbert J. Bakker.

D comme dico

Les Cahiers du dictionnaire, 10, 2018, 258 p. Dossier «Dictionnaires et territoires», dirigé par Giovanni Dotoli, Encarnación Medina Arjona et Salah Mejri.

E comme entreprise

Simonnet, David, les 100 Mots de l’entreprise, Paris, Presses universitaires de France, coll. «Que sais-je ?», 3986, 2018, 128 p.

E comme expression

Provencher, Serge, 27 expressions de la langue française revisitées, Montréal, Les heures bleues, coll. «Les 27», 2018, 64 p.

E comme Europe

Le discours et la langue, 101, 2018, 234 p. Dossier «Polémique et construction européenne», sous la direction de Corinne Gobin et Jean-Claude Deroubaix.

F comme féminisation

Cerquiglini, Bernard, Le ministre est enceinte ou la grande querelle de la féminisation des noms, Paris, Seuil, 2018, 208 p.

F comme francophonie(s)

Francophonies d’Amérique, 42-43, 2016-2017. Dossier «Les idéologies linguistiques dans la presse francophone canadienne : approches critiques», dirigé par Wim Remysen.

Martineau, France, Annette Boudreau, Yves Frenette et Françoise Gadet (édit.), Francophonies nord-américaines. Langues, frontières et idéologies, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. «Les voies du français», 2018, 554 p.

F comme Français

Barlow, Julie et Jean-Benoît Nadeau, Ainsi parlent les Français, Paris, Robert Laffont, 2018, 396 p.

G comme Grevisse

Fairon, Cédrick et Anne-Catherine Simon, le Petit Bon Usage de la langue française. D’après l’œuvre de Maurice Grevisse, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2018, 576 p.

Compte rendu de Michel Francard dans le Soir

I comme ici

Arrighi, Laurence et Karine Gauvin (édit.), Regards croisés sur le français d’ici, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. «Les voies du français», 2018, 165 p.

I comme impressionnisme

Breton, Jean-Jacques, les 100 Mots de l’impressionnisme, Paris, Presses universitaires de France, coll. «Que sais-je ?», 4018. 2019, 128 p.

L comme (non-)linguistes

Les Cahiers du Cediscor, 14, 2108, 110 p. Dossier «Les métadiscours des non-linguistes». URL : <https://journals.openedition.org/cediscor/1089>.

N comme Normandie

Bergeron-Maguire, Myriam, le Français en Haute-Normandie aux 17e et 18e siècles. Le témoignage des textes privés et documentaires, Strasbourg, Eliphi, coll. «Travaux de linguistique romanes. Sociolinguistique, dialectologie, variation», 2018, xi/280 p.

O comme orthographe

Gruaz, Claude (édit.), Dictionnaire de l’orthographe rationalisée du français. «Cessons de considérer comme faute ce qui est logique.» Les consonnes doubles. Le x final. Les lettres grecques ou similaires, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, coll. «Études pour une rationalisation de l’orthographe française d’aujourd’hui (EROFA)», 2018, 523 p. Ill. Préface d’André Chervel.

P comme peinture

Heck, Michèle-Caroline (édit.), LexArt : les mots de la peinture (France, Allemagne, Angleterre, Pays-Bas, 1600-1750), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, coll. «Théorie des arts», 2018, 504 p.

P comme photographie

Amar, Pierre-Jean, les 100 Mots de la photographie, Paris, Presses universitaires de France, coll. «Que sais-je ?», 4132, 2019, 128 p.

R comme rectitude politique

Barbéris, Isabelle, l’Art du politiquement correct, Paris, Presses universitaires de France, 2019, 224 p.

S comme signe

Tipa. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage, 34, 2018. Dossier «La langue des signes, c’est comme ça». URL : <https://journals.openedition.org/tipa/>.

S comme structuralisme

Ilunga, Léon-Michel (édit.), Ferdinand de Saussure. Un siècle de structuralisme et de post-structuralisme, Louvain-la-Neuve, EME éditions, coll. «Cahiers des sciences du langage», 2018, 384 p.

S comme style

Perrat, Pascal, Libérer son écriture et enrichir son style, Paris, EdiSens, coll. «En français dans le texte», 2018 (quatrième édition), 269 p.

T comme tennis

Valerio, Emanuele, Dictionnaire du tennis, Paris, Honoré Champion, coll. «Champion les dictionnaires», 17, 2019, 752 p. Préface de Henri Leconte.

U comme usages

Heck, Michèle-Caroline, Marianne Freyssinet et Stéphanie Trouvé (édit.), Lexicographie artistique : formes, usages et enjeux dans l’Europe moderne, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, coll. «Théorie des arts», 2018, 504 p.