Accouplements 116

«Sous les pavés, la plage», illustration de Noelbabar, domaine public(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

C’est le mois et l’année qui veulent ça : on commémore Mai 1968.

Déjà, le 13 novembre 2017, Claro évoquait sur son blogue «l’âge des pavés» pour rendre compte d’un livre d’Yves Pagès, Tiens, ils ont repeint ! 50 ans d’aphorismes urbains de 1968 à nos jours (Paris, La Découverte, 2017, 300 p.).

Ces jours-ci, dans le périodique suisse la Couleur des jours, l’ami Michel Porret fait paraître «Les pavés sur la gueule» (numéro 27, été 2018). Il y fait l’histoire, exemples à l’appui, de cet «âge des pavés». Ça commence avec les Romains, ça passe par Paris il y a cinquante ans — «Le pavé résume l’insurrection du Quartier latin» — et ça va jusqu’à aujourd’hui — «les révoltes logiques suivent d’autres voies, dont celle immatérielle des réseaux sociaux via le pavé numérique de l’ordinateur». C’est magnifique.

Illustration de Noelbabar, domaine public, disponible sur Wikimedia Commons