À propos des éléments de langage

Bertin Leblanc et Paul Gros, Éléments de langage, 2022, couverture

La Canadienne Michaëlle Jean a été nommée à la tête de l’Organisation internationale de la Francophonie en 2014. Elle était candidate à un second mandat, mais on lui a préféré, en 2018, la Rwandaise Louise Mushikiwabo. Bertin Leblanc, qui a été son porte-parole de 2016 à 2018, raconte, avec Paul Gros, comment l’OIF en est arrivé là dans une bande dessinée intitulée Éléments de langage (2022).

«Récit librement adapté de faits réels» (p. 2), l’album rappelle le rôle de la France dans l’éviction de Michaëlle Jean. Le portrait de l’ancienne secrétaire générale n’est ni un panégyrique ni une charge. Leblanc rappelle aussi bien les avancées qu’elles a permises (par exemple, dans les dossiers concernant les femmes) que ses travers (sa prolixité, son aveuglement sur ses dépenses). En revanche, il brocarde volontiers ceux qu’il juge responsables de ce qui est arrivé à son ancienne patronne : Pierre Karl Péladeau et le Journal de Montréal; Emmanuel Macron, Paul Kagame et Moussa Faki Mahamat; Justin Trudeau et Mélanie Joly. S’agissant du Québec, on croise des journalistes (Alexandre Robillard, Christian Rioux), des animateurs de radio (Paul Arcand, Mario Dumont), des figures politiques (Line Beauchamp, François Legault), un écrivain (Dany Laferrière).

Les dessins de Gros ne sont pas tout à fait réalistes, particulièrement dans le traitement des doigts et des yeux, mais ils rendent bien les décors où se déroule l’action. Ils sont tout à fait réussis quand il s’agit de donner à voir le caractère figé des mots utilisés par les diplomates internationaux (p. 116, p. 130, p. 152, p. 188, p. 190). Ses cases sur le «bla bla» sont magnifiques (p. 151, p. 159, p. 195, p. 198-199).

Mais que sont les «éléments de langage» du titre ? L’expression apparaît cinq fois dans l’album : «Je vous propose de nous en tenir à nos éléments de langage» (p. 105); «OK, je vais voir avec madame tout à l’heure pour les éléments de langage» (p. 121); «Bertin et moi avons préparé des éléments de langage à ce sujet» (p. 135); «Gardons le cap avec les mêmes éléments de langage…» (p. 160); «Bertin, mon frère, tu as les éléments de langage ?» (p. 177)

On le devine par ces citations : les éléments de langage sont ces phrases toutes faites que préparent les équipes des personnalités publiques pour éviter que celles-ci n’en disent trop aux médias. Leur usage n’est évidemment pas limité au monde politique, même s’il y est de plus en plus fréquent.

Dans une utile notice du Publictionnaire, Alice Krieg-Planque et Claire Ogeren en donnent la définition suivante : «l’expression “éléments de langage” relève principalement du vocabulaire des communicants, où elle désigne des modes de préparation des discours pour la scène publique, et des formes d’anticipation de situations de communication» (p. 2). Au Québec, on parlerait volontiers de cassette.

Heureusement, Bertin Leblanc ne pratique pas cette forme de la langue de bois.

 

Références

Krieg-Planque, Alice et Claire Oger, «Eléments de langage», article électronique, Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics, 2 avril 2017.

Leblanc, Bertin et Paul Gros, Éléments de langage. Cacophonie en Francophonie, Saint-Avertin, La boîte à bulles, 2022, 208 p.

Divergences transatlantiques 057

Un Dictionnaire des francophones, évolutif, numérique, collaboratif et gratuit, doit être lancé en septembre 2019. Dans une vidéo publicitaire, Valère, 25 ans, de la Côte-d’Ivoire, explique le sens de l’expression avoir la bouche sucrée : «Se dit de quelqu’un qui est beau parleur, qui aime flatter.»

 

La belle-mère de Diderot, au XVIIIe siècle, disait de lui qu’il avait une «langue dorée». Explication du Dictionnaire de l’Académie française, édition de 1762 : «On dit fig. & fam. de quelqu’un qui parle facilement & élégamment, que C’est une langue dorée

Le sucre des uns serait-il l’or des autres ?

Accouplements 35

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux textes d’horizons éloignés.)

Le 16 mars 2007, un groupe d’écrivains publie dans le quotidien parisien le Monde un manifeste qui aura un considérable retentissement, «Pour une “littérature-monde” en français». On y lit notamment ceci : «Personne ne parle le francophone, ni n’écrit en francophone.»

Hier, la nouvelle ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, qui sera à ce titre responsable des langues officielles pour le gouvernement du Canada, aurait déclaré qu’elle allait défendre «la langue francophone».

De deux choses l’une : ou bien les signataires du manifeste se trompent ou bien c’est la nouvelle députée d’Ahuntsic-Cartierville.

 

[Complément du 20 janvier 2016]

Hier soir, le joueurnaliste Benoît Brunet a rejoint la ministre :

Benoît Brunet et le «francophone» à RDS

 

[Complément du 2 avril 2021]

Au tour de François Legault, le premier ministre du Québec : «Nous ce qu’on a à faire, on est un p’tit peuple en Amérique du Nord, les Québécois qui parlent francophone, qui ont des valeurs comme la laïcité, qui ont besoin d’avoir une certaine intégration. Les autres communautés qui arrivent au Québec, y’apportent du plus à notre nation» (source).

 

[Complément du 16 avril 2021]

Le mal n’est pas que local. Le journal français le Figaro en souffre lui aussi, au pluriel. (Merci à @MichelFrancard.)

Le Figaro du 6 avril 2021 parle de «langues francophones»