Divergences transatlantiques 072

«Ne le prenez pas contre vous, mais vous êtes très mal habillé», publicité de France Culture, 22 novembre 2022

Lu hier, sur Twitter, ceci, pour annoncer une émission de France Culture : «Ne le prenez pas contre vous, mais vous êtes très mal habillé.»

Pour une oreille québécoise, une autre tournure aurait été attendue : «Ne le prenez pas personnel, mais vous êtes très mal habillé.»

Autre exemple, venu du XVIIIe siècle : Quand Jean-Jacques Rousseau a lu, dans le Fils naturel, de Diderot, la phrase «Il n’y a que le méchant qui soit seul», il l’a pris personnel. Chez Wikipédia : «Rousseau prit effectivement pour lui cette critique indirecte».

À votre service.

P.-S.—En effet, ce n’est pas la première fois que nous croisons cette expression.

Autopromotion 670

«Dessein», deuxième volume des planches de l’Encyclopédie, Paris, 1763, planche XIII

La 537e livraison de XVIIIe siècle, la bibliographie de l’Oreille tendue, est servie.

La bibliographie existe depuis le 16 mai 1992. Elle compte 62 303 titres.

Illustration : «Dessein», deuxième volume des planches de l’Encyclopédie, Paris, 1763, planche XIII

Autopromotion 669

«Dessein», deuxième volume des planches de l’Encyclopédie, Paris, 1763, planche XII

La 536e livraison de XVIIIe siècle, la bibliographie de l’Oreille tendue, est servie.

La bibliographie existe depuis le 16 mai 1992. Elle compte 62 155 titres.

Illustration : «Dessein», deuxième volume des planches de l’Encyclopédie, Paris, 1763, planche XII

Autopromotion 668

Épistolaire, 48, 2022, couverture

Depuis la nuit des temps, l’Oreille tendue collabore à Épistolaire, la revue de l’Association interdisciplinaire de recherches sur l’épistolaire. De sa chronique, «Le cabinet des curiosités épistolaires», elle a tiré un recueil en 2011, Écrire au pape et au Père Noël.

La 48e livraison d’Épistolaire vient de paraître (2022, 267 p., ill., cahier couleurs, ISSN : 0993-1929). L’Oreille y parle des lettres déchirées et découpées, donc de mode féminine.

 

Table des matières

Haroche-Bouzinac, Genevière, «Avant-propos», p. 5-6.

«Dossier. Épistolaire et biographie»

Simonet-Tenant, Françoise, «Introduction. Les lettres et le “secret de vie…», p. 9-18.

Diaz, José-Luis, «“Il est tout entier dans sa correspondance…” Usages biographiques de l’épistolaire dans la seconde moitié du XIXe siècle», p. 19-32.

Haroche-Bouzinac, Geneviève, «Réflexions sur un papier à lettres», p. 33-41.

Genand, Stéphanie, «L’épistolaire comme trace mémorielle chez le marquis de Sade et Germaine de Staël», p. 43-49.

Hovasse, Jean-Marc, «La vie et les lettres de Victor Hugo», p. 51-60.

Dufief, Pierre-Jean, «Les Goncourt au confessionnal de la correspondance», p. 61-71.

De Vita, Philippe, «La lettre dans les biographies de Jean Renoir : un document subjectif», p. 73-86.

Gestern, Hélène, «Armen Lubin, une vie à écrire», p. 87-98.

«La lettre dans l’univers de la biographie», p. 99-103. Entretien avec Dominique Bona. Propos recueillis par Geneviève Haroche-Bouzinac.

«Perspectives»

Rizzoni, Nathalie, «Écrans nouveaux et petite poste de Paris au début des années 1760», p. 107-128. Ill.

Guiot, Tristan, «Une correspondance au statut problématique : enjeux historiques, théoriques et critiques des Lettres de Renée Vivien à Kérimé», p. 129-141.

Allorant, Pierre, «Jeanne Jozon (1868-1946) artiste “art nouveau”. Aspects d’une correspondance inédite», p. 142-161. Ill.

Obitz-Lumbroso, Bénédicte, «L’édition numérique de correspondances : pour quoi, pour qui ? Réflexions autour de l’édition de la correspondance de Beaumarchais», p. 163-173.

«Chroniques»

Melançon, Benoît, «Le cabinet des curiosités épistolaires», p. 177-179.

Vanackere, Mathilde, «État présent des études sur la correspondance de Bussy-Rabutin», p. 181-188.

Rouch, Marine, «Simone de Beauvoir “épistolière” : état de la question», p. 189-203.

«La revue Plumes, une aventure éditoriale singulière. Entretien avec Marianne Vic», p. 205-208. Propos recueillis pas Geneviève Haroche-Bouzinac.

«Recherche»

Forner, Fabio, «Présentation du Centre de recherche sur les correspondances de Vérone, Centro di ricerca sugli epistolari del settecento (C.R.E.S.)», p. 211-215.

Biron, Caroline, «L’émergence du roman épistolaire en France au XVIIe siècle. Thèse de doctorat en Langue et littérature françaises, soutenue à l’université de Nantes le 19 novembre 2021, sous la direction de Mme Nathalie Grande», p. 217-219.

«Comptes rendus», p. 221-259.

«Table des figures», p. 261-262.

«Résumés», p. 263-267.

Benoît Melançon, Écrire au pape et au Père Noël, 2011, couverture

Autopromotion 667

«Dessein», deuxième volume des planches de l’Encyclopédie, Paris, 1763, planche XI

La 535e livraison de XVIIIe siècle, la bibliographie de l’Oreille tendue, est servie.

La bibliographie existe depuis le 16 mai 1992. Elle compte 62 040 titres.

Illustration : «Dessein», deuxième volume des planches de l’Encyclopédie, Paris, 1763, planche XI