Accouplements 67

Gustave Flaubert, l’Éducation sentimentale, éd. de 1961, couverture

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Au Québec, aujourd’hui, à part quelques-uns, l’ignorance religieuse des gens qui vont rarement à l’église est si profonde que le maître des cérémonies, de temps à autre, doit leur faire signe de se lever, de s’agenouiller, de se rasseoir.

Gustave Flaubert, l’Éducation sentimentale, 1869 : «À part quelques-uns, l’ignorance religieuse de tous était si profonde que le maître des cérémonies, de temps à autre, leur faisait signe de se lever, de s’agenouiller, de se rasseoir» (éd. de 1961, p. 381).

 

Référence

Flaubert, Gustave, l’Éducation sentimentale. Histoire d’un jeune homme, Paris, Classiques Garnier, 1961, xii/473 p. Ill. Introduction, notes et relevé de variantes par Édouard Maynial.

L’Église se transforme

Pour des raisons intergénérationnelles, quelques fois l’an, l’Oreille tendue est tenue de s’exposer à la liturgie catholique. Cette année, c’était le 24 décembre, à la messe de minuit, celle de 21 h, à l’Oratoire Saint-Joseph, à Montréal.

Un des officiants souhaita la bienvenue aux (in)fidèles, ceux qui se trouvaient dans l’église, mais aussi «aux auditeurs du réseau Cogeco». La cérémonie était en effet radiodiffusée.

Pendant des années, c’est CKAC qui était le diffuseur ecclésiastique. Cela a donc changé. L’Église ne cesse de se transformer.

Qui oserait le lui reprocher ?

Mécréance

Pour des raisons qu’il serait ennuyeux de raconter, l’Oreille tendue a dû assister à deux messes récemment. Pas des masses concentrée, elle laissait filer son imagination. Néanmoins, chaque fois, elle a été rattrapée par son passé.

Au moment où les célébrants disaient «Je vous laisse la paix; je vous donne ma paix» (Jean 14:27), elle s’est rappelé ces vers :

Je vous laisse ma paix
Je vous donne ma paix
Je me pousse en paix avec les canards

Le lecteur attentif aura reconnu la chanson «Demain l’hiver» de Robert Charlebois (1967), celle où il veut fuir Montréal («se pousser») vers le Sud («avec les canards»).

Église et chanson font parfois étrange ménage.