Un dimanche après-midi devant le poste

Pub de Tremfya : «Chérie, est-ce qu’on a des assiettes à quelque part ?» «À quelque part» ? Non, jamais : «quelque part» suffit.

Pub de Sonnet : «Vous avez de l’eau dans la cave.» On est toujours le feu de plancher de quelqu’un.

Les Steelers de Pittsburgh — c’est du football américain — jouent mal ? «La chaîne a débarqué.» (Malheureusement, leur chaîne a rembarqué.)

La société Audible annonce un livre audio. Ce n’est pas étonnant. Karine Vanasse, qui fait la publicité, ne prononce pas Audible à l’anglais, mais à la française. Ça, c’est étonnant.

Pub du gouvernement du Québec : «Mais comment le Père Noël facteur va faire pour m’amener mes cadeaux ?» Apporter mes cadeaux, non ?

Pub de Loto-Québec, donc du gouvernement du Québec : «Les câbles, c’est moi qui les a.» Non : «les ai».

Pub de poulet : «Bon, ben, coudonc. On soupe.»

L’étable lexicale

Bœuf, gravure de Jos. Scholz, 1829-1880, Rijksmuseum, AmsterdamLes amateurs de hockey connaissent le joueur réputé pour sa taille et son poids : «Un autre bœuf de l’Ouest devient le premier choix de l’organisation» (le Journal de Montréal, 15 septembre 2018). Oui, c’est de la langue de puck.

Ceux de football savent que, dans certaines situations de course, il vaut mieux mettre «du bœuf» sur la ligne offensive. Peu importe sa provenance, semble-t-il : taille et poids suffisent.

Il y a ces bœufs sportifs. Il y a aussi les beus des forces de l’ordre : «On a eu une maudite armée de bœufs sur le dos et tout ce que je sais, c’est qu’on s’est retrouvés menottés, Lewis et moi, et jetés à l’arrière d’une voiture de police» (Hockey de rue, p. 71). Ce beu-là est donc un poulet.

Le beu peut aussi être automobile : «J’ai été impressionné par les montagnes Rocheuses et les interminables cols que la pauvre Coccinelle traversait de peine et de misère sur son petit “beu” […]» (les Yeux tristes de mon camion, p. 40). Explication d’Ephrem Desjardins : «Sur un véhicule à transmission automatique, vitesse la plus basse ou 1re vitesse» (Petit lexique […], p. 46).

Qui a une face de bœuf n’inspire guère la sympathie : «Nos récits, nos photos refouleront les seuils qu’il aura fallu passer, les étapes indistinctes, le piétinement, les battements du cœur, les faces de bœufs des fonctionnaires, le contact visuel avec des inconnus, les accès de découragement» (Montréal-Mirabel, p. 70-71).

Cette face de bœuf peut aussi bien être un air de bœuf : «Albertine arbore son air de beu habituel […]» (la Grande Mêlée, p. 816).

Au cours du débat électoral tenu à Montréal la semaine dernière, une citoyenne a posé une question d’un ton bourru. Elle n’a pas été convaincue par les réponses qu’on lui a données («Pas tellement») et elle n’a pas regretté son expression faciale.

En revanche, de beu, pour caractériser la bravade, peut avoir valeur positive : «Au milieu de l’étonnement et de l’horreur qu’il a lus sur le visage du soldat, Édouard a cru deviner une espèce de respect, d’admiration peut-être, devant son front de beu, sa provocation. Son courage. Tenir tête, c’est le secret de tout ! Et la tenir haute !» (la Traversée du malheur, p. 1279)

Tant de bœufs, si peu de jours.

Illustration : gravure de Jos. Scholz, 1829-1880, Rijksmuseum, Amsterdam

 

Références

Bouchard, Serge, les Yeux tristes de mon camion, Montréal, Boréal, coll. «Boréal compact», 303, 2017 (2016), 212 p.

Desjardins, Ephrem, Petit lexique de mots québécois à l’usage des Français (et autres francophones d’Europe) en vacances au Québec, Montréal, Éditions Vox Populi internationales, 2002, 155 p.

Huglo, Marie-Pascale, Montréal-Mirabel. Lignes de séparation, Montréal, Leméac, 2017, 152 p.

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Skuy, David, Hockey de rue, Montréal, Hurtubise, 2012 (2011), 232 p. Traduction de Laurent Chabin.

Tremblay, Michel, la Grande Mêlée (2011), dans la Diaspora des Desrosiers, préface de Pierre Filion, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, coll. «Thesaurus», 2017, 1393 p.

Tremblay, Michel, la Traversée du malheur (2015), dans la Diaspora des Desrosiers, préface de Pierre Filion, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, coll. «Thesaurus», 2017, 1393 p.

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture

Oto-alerte

L’oreille de l’Oreille tendue s’est tendue la première fois à l’écoute d’entrevues avec l’inénarrable président de l’Association des pompiers de Montréal, Ronald Martin : pourquoi diable disait-il si souvent «l’ensemble de l’œuvre» ?

L’expression est commune dans le monde de l’art, mais on devrait pouvoir convenir que la pratique artistique n’est pas ce qui définit d’abord et avant tout l’activité des pompiers.

Puis hier, dans le Devoir, se trouve cette déclaration du ministre de l’Économie du Québec, Jacques Daoust, au sujet de l’entente de Partenariat transpacifique : «Il y a l’épisode relatif à la gestion de l’offre, mais l’ensemble de l’œuvre est drôlement intéressant pour nous» (p. B3).

Une recherche rapide dans les périodiques québécois parus dans les trente derniers jours révèle que l’expression ensemble de l’œuvre peut s’appliquer au ministère de l’Éducation du Québec (le Journal de Montréal, 6 octobre 2015), au premier ministre du Canada Stephen Harper (le Nouvelliste, 2 octobre 2015), à un conducteur de VTT (le Journal Saint-François, 30 septembre 2015), à l’autoroute Laurentienne de Québec (le Soleil, 23 septembre 2015), à l’église Sainte-Maria-Goretti de Charlesbourg (Charlesbourg Express, 22 septembre 2015), voire à la classification des handicaps du parakayak (le Jacques-Cartier, 9 septembre 2015). Tous ces exemples sont réels, promis juré.

De deux choses l’une. Ou bien l’art pénètre de plus en plus dans nos vies. Ou bien l’ensemble de l’œuvre n’est qu’une autre de ces boursoufflures qui caractérisent le français contemporain (problématique pour problème, sociétal pour social, etc.).

Quoi qu’il en soit, continuons à tendre l’oreille.

 

[Complément du 7 mai 2017]

Écoutant le match entre les Prédateurs de Nashville et les Blues de Saint-Louis — c’est du hockey —, l’Oreille tendue découvre qu’en anglais body of work paraît aussi banalisé qu’en français ensemble de l’œuvre, sa traduction.

 

[Complément du 8 février 2018]

Tony Accurso est un entrepreneur en construction québécois. Un jury vient de l’acquitter dans un procès pour corruption. Commentaire d’un avocat criminaliste dans la Presse+ du jour : «Par conséquent, la poursuite ne pouvait pas aborder le profil de l’accusé ou l’ensemble de son œuvre, y compris ses démêlés avec la justice.» Tony Accurso, artiste ?

 

[Complément du 21 juin 2019]

Le Parti libéral du Canada, artiste ?

Manchette de la Presse+, 21 juin 2019

[Complément du 5 janvier 2021]

À la lecture du roman Épique, de William S. Messier, l’Oreille découvre une autre dimension de l’œuvre :

J’haïssais pas ça mais, pis je dis pas que je sentais rien, non, c’est juste que ça se passait tellement vite que c’était dur de savoir si ce que je sentais, c’était juste sa pissette, mettons, qui me rentrait dedans ou l’ensemble de son œuvre, comme on dit, les coups de hanches, son souffle, ses grognements, les bruits sourds de la friction entre son affaire pis ma viviane qui sifflait presque (p. 191-193).

On notera que cette œuvre — le roman — date de 2010.

 

Référence

Messier, William S., Épique. Roman, Montréal, Marchand de feuilles, 2010, 273 p.

Québécisme parasitaire du jour

Patrice Lessard, le Sermon aux poissons, 2011, couverture

Soit la phrase suivante, tirée du roman le Sermon aux poissons de Patrice Lessard (2011) :

Tout ça n’excuse rien au fait que, environ deux semaines après qu’elle soit arrivée, j’ai commencé à m’organiser pour que ça se morpionne (p. 246).

Le verbe se morpionner, donc, essentiellement pronominal : aller (de plus en plus) mal.

 

Référence

Lessard, Patrice, le Sermon aux poissons, Montréal, Héliotrope, 2011, 268 p.

C’est tout, bis

Au Québec, pour dire que quelque chose est fini, et bien fini, on peut employer l’expression final bâton.

C’est (pas mal) ça qui est ça a un sens semblable. (Exemple ici.)

C’est pas mal ça qui est ça.

 

[Complément du 8 mai 2014]

Sur son album Kiki bbq, Martin Léon a deux chansons qui intéresseront les amateurs de cette expression : «C’est ça qui est ça (1)» et «C’est ça qui est ça (2)». Merci à @revi_redac pour le tuyau.

 

[Complément du 18 décembre 2020]

Exemple romanesque : «D’accord, donc pas de GD si le temps manque. Ben, c’est pas mal ça qui est ça, monsieur. Merci de m’avoir écouté» (Esprit de corps, p. 192).

 

[Complément du 5 janvier 2021]

Autre exemple romanesque : «Nos discussions se terminaient toutes par une tautologie du genre “c’est ça qui est ça” ou “en tout cas”» (Épique, p. 226).

 

Références

Messier, William S., Épique. Roman, Monréal, Marchand de feuilles, 2010, 273 p.

Vaillancourt, Jean-François, Esprit de corps. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 149, 2020, 302 p.