Si vous le voulez bien, faisons le point

5000

 

L’Oreille tendue est née le 14 juin 2009.

En chiffres, cela donne :

5 000 billets (celui-ci est le 5 000e), dont 970 contiennent au moins un «Complément» (certains en contiennent plusieurs, notamment celui sur la folie des bars);

un peu moins de 3 050 000 vues;

5 635 commentaires;

3 228 photos;

164 vidéos;

15 566 URL uniques pour 28 603 liens (internes ou externes);

beaucoup de collaborateurs (merci à tous);

281 750 «tentatives de connexion malveillantes bloquées»;

98 674 «commentaires indésirables bloqués».

L’entrée la plus populaire ? Encore et toujours swag, avec plus de 580 000 visionnements. «Depuis le 1er jour», dixit WordPress, sa meilleure journée reste le 29 avril 2012, avec 6 094 vues, essentiellement pour ce texte.

Les quinze articles les plus populaires ?

Du postcool [swag]

Unicité vitale [yolo]

Sic

Divergences transatlantiques 012 [thermos]

Histoires (d’abord) de chalet [sauf une fois]

Au carré [malaisant]

Le dilemme de l’autobus

De la germaine

Divergences transatlantiques 015 [gosses]

Non, point du tout [pantoute]

Défense et illustration de la garnotte

Du mot(t)on

Crissement riche

Rime en -ag [vagg]

bs

Si l’on en croit Google («Top performing queries»), plein de gens visitent l’Oreille pour l’expression gueule d’empeigne. Elle ne sait pas trop quoi en penser.

Qu’est-ce que ce blogue ? L’Oreille tendue a donné un long entretien à ce sujet à Emmanuelle Lescouët en 2021. Ça se trouve sur le Carnet de la Fabrique du numérique sous le titre «Penser publiquement la recherche». (Il lui est aussi arrivé de répondre à ses propres questions, par exemple ici et .)

On continue ? On continue.

«Gueule d’empeigne», selon Google

[Complément du jour]

L’Oreille tendue, c’est un blogue. C’est aussi des livres tirés, complètement ou partiellement, du blogue.

Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 125 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Le niveau baisse ! (et autres idées reçues sur la langue), Montréal, Del Busso éditeur, 2015, 118 p. Ill.

L’Oreille tendue, Montréal, Del Busso éditeur, 2016, 411 p.

Nos Lumières. Les classiques au jour le jour, Montréal, Del Busso éditeur, 2020, 194 p.

La vie et l’œuvre du professeur P. Sotie, Montréal, À l’enseigne de l’Oreille tendue, 2022, 56 p.

De quoi ?

Portrait d'Annie Ernaux par Niklas Elmehed, 2022

Le français du Québec connaît les sens de de quoi en français de référence : faute de quoi, il n’y a pas de quoi rire, etc.

S’ajoute à ces sens celui de quelque chose : «On fera de quoi en fin de semaine» (Françoise en dernier, p. 152); «Elle ouvre la bouche, se préparant à dire de quoi, mais n’y parvient pas» (J’étais un héros, p. 13).

Ce de quoi québécois peut aussi laisser entendre que l’on est touché : «Apprendre que le prix Nobel a été remis à Annie Ernaux, ça m’a fait de quoi.»

Il n’y a pas de quoi.

P.-S.—On ne confondra pas de quoi et de quessé.

 

Références

Bienvenu, Sophie, J’étais un héros. Roman, Montréal, Le Cheval d’août, 2022, 161 p.

Grenier, Daniel, Françoise en dernier. Roman, Montréal, Le Quartanier, coll. «Polygraphe», 16, 2018, 217 p.

Récolte du jour

Bleuets sauvages

Sur Twitter, Maël Rannou s’interroge sur le sens du mot talle au Québec.

Il a raison de croire que les définitions du Petit Robert (édition numérique de 2018) — «Ramification se formant au niveau du collet d’une plante, dont l’ensemble forme la touffe» ou «(Canada) Bouquet d’arbustes, groupe de plantes. Une talle de bleuets» — ne conviennent pas à un texte comme celui-ci :

J’aurais pu aussi prendre chaque circonscription de la Capitale-Nationale, autrefois des forteresses. En fait, dans près de 80 circonscriptions, les libéraux ont terminé au quatrième ou au cinquième rang, dans les talles des partis marginaux (l’Actualité, 4 octobre 2022).

Proposons des synonymes : région proche de quelqu’un, voisinage, propriété privée, chez soi, là où on peut récolter ce que l’on a semé. Il s’agit donc d’un emploi figuré du mot.

À votre service.

Au corps

Sophie Bienvenu, J’étais un héros, 2022, couverture

Comment, dans le français populaire du Québec, exprimer qu’on ne sait pas ? Fouille-moi pourquoi.

Trois exemples, le premier journalistique, les deux autres, romanesques.

«Ils appellent ça, fouille-moi pourquoi, un centre d’achats de vie urbaine, en anglais lifestyle center» (la Presse, 7 janvier 2012, p. A5).

«Il tire une flûte de son sac d’école, il se trémousse pour faire oublier qu’il joue comme un pied, et fouille-moi pourquoi, les clients se ruent dans sa direction» (les Aurores montréales, p. 77-78).

«Fouille-moi pourquoi Miche trouve pertinent de me parler de son enfance de schnoutte, vingt-quatre heures après ma sortie de l’hôpital» (J’étais un héros, p. 19).

On voit aussi, tout simplement, fouille-moi : «Qu’est-ce que ce chien t’a dit, Pacha ? — Fouille-moi… Je ne parle pas caniche» (la Presse, 20 mai 2001).

Ce n’est pas plus clair.

 

Références

Bienvenu, Sophie, J’étais un héros. Roman, Montréal, Le Cheval d’août, 2022, 161 p.

Proulx, Monique, les Aurores montréales. Nouvelles, Montréal, Boréal, coll. «Boréal compact», 85, 2016 (1996), 238 p.