Récolte du jour

Bleuets sauvages

Sur Twitter, Maël Rannou s’interroge sur le sens du mot talle au Québec.

Il a raison de croire que les définitions du Petit Robert (édition numérique de 2018) — «Ramification se formant au niveau du collet d’une plante, dont l’ensemble forme la touffe» ou «(Canada) Bouquet d’arbustes, groupe de plantes. Une talle de bleuets» — ne conviennent pas à un texte comme celui-ci :

J’aurais pu aussi prendre chaque circonscription de la Capitale-Nationale, autrefois des forteresses. En fait, dans près de 80 circonscriptions, les libéraux ont terminé au quatrième ou au cinquième rang, dans les talles des partis marginaux (l’Actualité, 4 octobre 2022).

Proposons des synonymes : région proche de quelqu’un, voisinage, propriété privée, chez soi, là où on peut récolter ce que l’on a semé. Il s’agit donc d’un emploi figuré du mot.

À votre service.

Au corps

Sophie Bienvenu, J’étais un héros, 2022, couverture

Comment, dans le français populaire du Québec, exprimer qu’on ne sait pas ? Fouille-moi pourquoi.

Trois exemples, le premier journalistique, les deux autres, romanesques.

«Ils appellent ça, fouille-moi pourquoi, un centre d’achats de vie urbaine, en anglais lifestyle center» (la Presse, 7 janvier 2012, p. A5).

«Il tire une flûte de son sac d’école, il se trémousse pour faire oublier qu’il joue comme un pied, et fouille-moi pourquoi, les clients se ruent dans sa direction» (les Aurores montréales, p. 77-78).

«Fouille-moi pourquoi Miche trouve pertinent de me parler de son enfance de schnoutte, vingt-quatre heures après ma sortie de l’hôpital» (J’étais un héros, p. 19).

On voit aussi, tout simplement, fouille-moi : «Qu’est-ce que ce chien t’a dit, Pacha ? — Fouille-moi… Je ne parle pas caniche» (la Presse, 20 mai 2001).

Ce n’est pas plus clair.

 

Références

Bienvenu, Sophie, J’étais un héros. Roman, Montréal, Le Cheval d’août, 2022, 160 p.

Proulx, Monique, les Aurores montréales. Nouvelles, Montréal, Boréal, coll. «Boréal compact», 85, 2016 (1996), 238 p.

Le feu du temps

Lampe à l’huile

Nous avons déjà vu, au cours d’aventures antérieures, que le Québec a quelques expressions particulières pour parler du temps. C’est le cas, par exemple, de la secousse.

Il en va de même de la mèche, unité aussi imprécise que l’autre. Exemple tiré de la section des sports de la Presse+ d’hier : «C’est le cas de Paul Byron, 33 ans, qui ne fait plus de flammèches depuis une mèche, et qui tente de se remettre d’une opération à une hanche.» (On appréciera à sa juste valeur la rime flammèches / mèche.)

Explication de Pierre DesRuisseaux : «Ça fait une mèche. Ça fait longtemps. Allusion à la mèche du fanal à huile» (p. 202).

À votre service.

 

Référence

DesRuisseaux, Pierre, Trésor des expressions populaires. Petit dictionnaire de la langue imagée dans la littérature et les écrits québécois, Montréal, Fides, coll. «Biblio • Fides», 2015 (nouvelle édition revue et augmentée), 380 p.

Accouplements 194

Café Un homme et son café, Saint-Jérôme, Québec, été 2022

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

En 1933, Claude-Henri Grignon publie Un homme et son péché. Ce roman, devenu classique, a inscrit dans la conscience linguistique québécoise au moins deux expressions. Le personnage principal, Séraphin Poudrier, n’aime pas dépenser : dans le français québécois, on l’a déjà vu, un séraphin est un avare. Grignon a aussi popularisé une forme de juron, viande à chien.

Ajoutons à cette paire un mot utilisé pour critiquer Grignon : séraphinade.

Bouchard, Serge, Un café avec Marie, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 2021, 270 p.

«Le chanoine [Lionel Groulx] avait une peur bleue de l’Amérique et des Américains. Colons, habitants, anti-américains, nous nageons dans la soupe de Claude-Henri Grignon, dans les séraphinades de toutes les versions, censurées ou pas» (p. 37).

Voyer, Marie-Hélène, l’Habitude des ruines. Le sacre de l’oubli et de la laideur au Québec, Montréal, Lux éditeur, 2021, 211 p. Ill.

«Au Québec, en matière de culture, il semble que par ignorance ou incompréhension, on préfère pleurer sur le retrait d’un crucifix ou dénoncer la disparition du jambon dans la soupe aux pois d’une obscure cabane à sucre plutôt que de défendre la pérennité de nos œuvres d’art; tant que nos fèves au lard gardent leur lard et que les séraphinades de Claude-Henri Grignon tournent en boucle à la télé, notre culture restera protégée. Du moins, c’est l’illusion dont on se berce pour dormir en paix» (p. 130).

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté le texte de Marie-Hélène le 6 janvier 2022.

La clinique des phrases (tttt)

La clinique des phrases, Charles Malo Melançon, logo, 2020

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Toutes les publicités ne sont pas également heureuses : qui a des yeux le sait.

La chaîne de magasins de rénovation Réno-Dépôt aurait pu réussir un bon coup récemment, mais une faute d’orthographe l’en a empêchée.

Une pub disant «Une salle bain rafraîchie, sans se faire rincer» aurait été pas mal, dans la mesure où elle aurait joué sur deux des sens du mot rincer.

D’une part, il y a le sens le plus banal du terme : «Nettoyer à l’eau (un récipient). […] Passer à l’eau (ce qui a été lavé) pour enlever les produits de lavage (savon, etc.)» (le Petit Robert, édition numérique de 2018). Dans une salle de bain, même à rafraîchir, on s’attend à ce qu’on y rince.

D’autre part, le mot signifie aussi «Voler, ruiner». Ne pas se faire rincer, quand on rénove, est une bénédiction.

Pour que la publicité soit efficace, il ne fallait pas écrire ce que la chaîne a écrit :

Publicité fautive, Réno-Dépôt, 10 septembre 2022

Désolé pour elle (et pour nous).

P.-S.—En langue de puck, qui subit une rince est du mauvais côté d’une dégelée.

Benoît Melançon, Langue de puck. Abécédaire du hockey, 2014, couverture