Accouplements 86

Panneaux indicateurs pour les toilettes (source : Flickr)(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

La question du genre (gender) occupe l’espace public. Ce ne date pas d’hier.

Florence Degarve, «Genre», dans Pascal Durand (édit.), les Nouveaux Mots du pouvoir. Abécédaire critique, Bruxelles, Aden, 2007, 461 p., p. 251-254.

«Un autre écueil consiste à resignifier “femmes” en disant genre : combien de recherches sur “le genre et la politique” portent-elles en réalité sur “les femmes et la politique” ?» (p. 253)

Mcdonald, Gregory, Fletch and the Widow Bradley, New York, Warner Books, 1981, 285 p.

«How come men are Chairmen and women Chairpersons ?» (p. 177)

Un mot (genre, person) peut (ne pas) cacher un genre.

Néologie de la chose

Si l’on en croit le quotidien la Presse, le sexe serait, depuis quelques années, «extrême» (19 octobre 2005, cahier Arts et spectacles, p. 4; 10 février 2009, cahier Arts et spectacles, p. 5; 30-31 octobre 2010, p. A1). Or, à sexe extrême, vocabulaire nécessairement nouveau. Devant pareille inventivité, l’Oreille tendue va de surprise en surprise.

Elle a déjà croisé le métrosexuel, le datasexuel, le technosexuel, le rétrosexuel, le végésexuel, le sapiosexuel, le blogosexuel, le bibliosexuel, l’allosexuel (ou l’altersexuel), l’autosexuel, le spornosexuel et le lumbersexuel, sans compter la couguar, le sextage et la transphobie.

Elle croit n’avoir rencontré l’intersexe qu’une seule fois, sur Twitter. Pédoprédateur ? Cela l’étonne moins.

Quelques années après tout le monde, elle vient de découvrir, chez Alice Michaud-Lapointe, dans Titre de transport (2014), un verbe qu’elle ne connaissait pas :

Chewing Gum Fraise a retenti à travers les hauts-parleurs du van. Pour ne pas briser la tradition, nous avons hurlé notre partie préférée de la chanson : «Sens mon doigt, quelle odeur ! Non ce n’est pas du beurre, c’est que j’ai doigté ta sœur !» (p. 108)

Elle ne l’a cependant jamais entendu de son oreille entendu, pas plus que faire du sexe, qu’une de ses lectrices lui définissait ainsi, il y a jadis naguère : «Sexualité adolescente. Faire ça sans complètement faire ça.»

Ce qui est vrai en français l’est aussi, bien évidemment, en anglais. Les alcooliques sont trop portés sur la bouteille (alcoholic); les travailleurs, sur le travail (workaholic); les chauds lapins, sur la fesse (assaholic, écrit le biographe de Steve Jobs, Walter Isaacson, pour parler de quelqu’un d’autre). On ne sache pas qu’il existe des consommateurs excessifs de Sexcereal, mais on pourrait se tromper.

Si certaines expressions sont plus faciles à traduire que d’autres, il en est qui posent problème. Pour fuck friend, l’Oreille avait repéré, en 2004, dans son Dictionnaire québécois instantané, ami de cul. Elle fournissait même un exemple (p. 18) :

L’ami(e) de cul est un(e) ami(e) avec lequel on ne fait que s’envoyer en l’air, sportivement et sans aucun sentimentalisme. On s’entend bien avec son ami de cul (la Presse, 5 octobre 2002).

Sur Twitter, plus récemment, @revi_redac s’étonnait d’une autre traduction, ami-e santé. Un petit tour sur Google le confirme : ça existe. Ça n’en étonne pas moins.

 

[Complément du 5 mai 2015]

Dès 2008, la Presse parlait du gastrosexuel : «Selon la définition établie par les Britanniques, le gastrosexuel est un homme célibataire âgé entre 25 et 44 ans, curieux, passionné par la cuisine, séducteur, instruit, qui aime voyager et qui a un emploi.» Merci à @JulienLefortF pour le lien.

 

Références

Isaacson, Walter, Steve Jobs, New York, Simon & Schuster, 2011. Édition numérique : iBooks.

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha. Édition de poche : Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2019, 234 p.

Michaud-Lapointe, Alice, Titre de transport, Montréal, Héliotrope, coll. «K», 2014, 206 p.

Benoît Melançon, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, 2004, couverture

Parlons genre

Jean-Marc Huitorel, la Beauté du geste, 2005, couverture

«on ne dit plus “sexe”, on dit “genre”, “gender”»
Jean-Marc Huitorel, la Beauté du geste

 

Nous avons rencontré le métrosexuel et le datasexuel, le rétrosexuel, le végésexuel, le sapiosexuel, la couguar, le sextage, une chanteuse «oversexed again», le «sexe extrême», l’agace.

À cette litanie rose, ajoutons un comportement, évidemment répréhensible : «RT @jsebastiensauve : La lutte contre l’homophobie et la transphobie vous intéresse ? Passez ce matin au DKN-1271 ! #acfas» (@_Acfas).

Et un verbe : Bénédicte Coste, «“La prairie fraternelle dont je suis avec vous l’herbe multicolore” : quand l’éthique de Claude Cahun queerise la théorie queer», Contemporary French Civilization, 27, 2-2, 2012, p. 273-288.

Puis, pour finir, deux noms, de la même source : «Blogosexuel : pratique d’écriture extrême de blogue – avec un portable, dans un train, avec café brûlant… Écriture numérique et digitale !» (@culturelibre); «Perso, “bibliosexuel” 🙂 RT @FabienDeglise : Après Metrosexuel, le Datasexuel nouv mâle urbain branché http://bit.ly/HIy35s (via @psanterre)» (@culturelibre).

P.-S. — Pour l’allosexuel, l’autosexuel et l’altersexuel, voyez le Wiktionnaire. C’est assez pour cette entrée, la 1400e du blogue.

 

Référence

Huitorel, Jean-Marc, la Beauté du geste. L’art contemporain et le sport, Paris, Éditions du regard, 2005, 214 p. Ill.

Néologisme numérique du jour

Le métrosexuel est banal : «Individu ayant un sens développé de l’esthétique, qui dépense énormément de temps et d’argent dans son apparence et son style de vie. Concerne particulièrement les hommes», explique le Wiktionnaire. Son étymologie ? «Le terme anglais metrosexual est apparu, en 1994, dans un article du journaliste anglais Mark Simpson, dans le journal The Independent. Sur le modèle anglais, le mot est formé du préfixe métro- et de l’adjectif sexuel

Le mot rétrosexuel est plus rare, mais il est attesté (définition ici).

Vient d’apparaître le datasexuel. Dominic Basulto en a proposé une définition sur le blogue Endless Innovation dans un texte intitulé «Meet the Urban Datasexual», définition reprise par Xavier de la Porte :

Le datasexuel ressemble à vous et moi, explique Basulto, mais s’en différencie par sa préoccupation pour les données personnelles. Il est continuellement connecté, il enregistre obsessionnellement tous les aspects de sa vie et il pense que ces données sont sexy. En fait, plus nombreuses sont les données, plus il les considère comme sexy. Sa vie, du point de vue des données tout au moins, est parfaitement stylée.

On n’arrête pas le progrès.

 

[Complément du 24 mai 2013]

Attention ! Nouvelle espèce en vue : «Les “techno-sexuels” sont donc les nouveaux sex-symbols du XXIe siècle», affirme Atlantico.