L’oreille tendue de… Yves Ravey

Yves Ravey, Adultère, 2021, couverture

«Concentré sur les gestes de ma femme, j’ai perçu, sans avoir à tendre l’oreille, le déclic de la fermeture dorée du sac à main. Elle est revenue, a tendu l’argent à mon veilleur de nuit, lui demandant si, cette fois, il s’estimait heureux, et si ça convenait ?»

Yves Ravey, Adultère, Paris, Éditions de Minuit, 2021, 140 p., p. 28.

 

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté ce texte le 3 mai 2021.

L’oreille tendue de… David Turgeon

David Turgeon, l’Inexistence, 2021, couverture

«Et où sont mes sœurs ? demandait Mélanie Bluette. Tes sœurs s’apprêtent à te rejoindre, disait la femme. Mais d’abord tu dois recevoir un visiteur. Je n’ai pas entendu la clochette, disait Mélanie Bluette. Mais si, disait la femme, tends l’oreille, et la marionnette et sa montreuse tendirent l’oreille en silence.»

David Turgeon, l’Inexistence. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 156, 2021, 219 p., p. 87.

L’oreille tendue de… Chantal Thomas

Chantal Thomas, Cafés de la mémoire, éd. de 2017, couverture

«Les reines du Luxembourg n’avaient pas un regard pour moi. Elles restaient sourdes à mes demandes. Sous l’entrelacs de leurs tresses piquées de bijoux de pierre, elles semblaient tendre leur petites oreilles, à peine verdies à l’arrière du pavillon; en réalité, elles n’écoutaient rien.»

Chantal Thomas, Cafés de la mémoire. Récit, Paris, Seuil, coll. «Points», P4657, 2017 (2008), 344 p., p. 281.

L’oreille tendue de… Jacques Roubaud

Jacques Roubaud, Je suis un crabe ponctuel, 2016, couverture

«Toutes les choses sont infirmes
comment pourrait l’ombre l’écrire
comment l’œil sans se voiler de noir
l’oreille sans se tendre ?»

Jacques Roubaud, «Ombres», dans Octogone. Livre de poésie, quelquefois prose, Paris, Gallimard, 2014, repris dans Je suis un crabe ponctuel. Anthologie personnelle. 1967-2014, Paris, Gallimard, coll. «Poésie/Gallimard», 516, 2016, 192 p., p. 162.

L’oreille tendue de… Tristan Saule

Tristan Saule, Mathilde ne dit rien, 2021, couverture

«Elle interrompt son mouvement. Elle a cru entendre un bruit. C’est un bruit qu’elle connaît bien. Le grincement du tiroir du bureau de Jean-Philippe. Toutefois, avec le frottement des habits qu’elle manipulait, elle n’en est pas certaine. Elle attend, ne fait plus un geste, tend l’oreille.»

Tristan Saule [pseudonyme de Grégoire Courtois], Mathilde ne dit rien. Roman. Chroniques de la place carrée. I, Montréal, Le Quartanier, coll. «Parallèle», 02, 2021, 280 p., p. 22.