Couvrir ses arrières

Vous voulez aider votre prochain dans le maniement de ses verbes ? Tu veux lui parler clair, pour ne pas dire plus ? Cependant, vous n’êtes pas sûr du pronom à utiliser ?

Quelqu’un s’est posé la question avant vous et a rendu un jugement à la Salomon. Tu peux aller ici ou là : http://www.vatefaireconjuguer.com/ et http://www.allezvousfaireconjuguer.com/.

Il suffisait d’y penser.

Révolution au Centre Bell ?

C’était dans les pages sportives de la Presse du 30 avril (p. 3) : durant la conférence de presse au cours de laquelle Pierre Gauthier, le directeur général des Canadiens de Montréal — c’est du hockey —, a dressé le bilan annuel de son équipe, il s’est adressé aux journalistes et aux joueurnalistes en les vouvoyant.

Ce que font tous les jours les représentants politiques — s’adresser aux journalistes en respectant une (relative) bienséance — bouleverse les pratiques sportives — là où il fait bon d’être copain-copain avec ceux dont on doit analyser les activités au quotidien.

Pierre Gauthier côtoie l’ex-entraîneur Michel Bergeron depuis des années. Il choisit de le vouvoyer en conférence de presse. C’est «fort déplacé», pontifie un chroniqueur de la Presse. Ce chroniqueur tutoierait-il un élu dans le cadre de ses fonctions ? On peut en douter. Pourquoi ? Parce que ce serait — là, oui — «fort déplacé».

De l’éditorial

Il y a toutes sortes de raisons pour lire les pages éditoriales des quotidiens.

On peut y consacrer du temps pour se conforter dans son opinion : notre journal pense comme nous. Les indépendantistes ont plus de chances de trouver chaussure à leur pied au Devoir que dans The Gazette.

On peut y passer périodiquement pour se souvenir de détester ceux qui ne sont pas de notre camp. Beaucoup des mêmes indépendantistes aiment ainsi se faire du mal et lire les textes d’André Pratte dans la Presse.

Quoi qu’il en soit des motivations des uns et des autres, ils s’attendent généralement à trouver une position par éditorial. N’est-ce pas le but de l’exercice ?

Mario Roy, de la Presse, ne semble pas entendre tout à fait les choses ainsi. Réagissant à la récente proposition du premier ministre québécois Jean Charest de réintroduire le vouvoiement dans les écoles de la province, il commence par se moquer de la proposition : «Le vouvoiement à l’école ? Et pourquoi pas le retour de la strappe, du petit catéchisme et du char à bœufs ? On se trompe vraiment d’époque» (5 mars 2011, p. A32). Suit un développement (vasouillard) sur le système scolaire québécois, les concours d’insultes dans la communauté hip-hop, l’absence de politesse sur le Web et dans «la vraie vie». Cela se termine… par un éloge du vouvoiement ! «À sa modeste mesure, le vouvoiement a souvent le mérite de mettre une goutte d’huile dans la mécanique sociale.»

Faudrait se décider, non ?

Les paris sont ouverts

Le premier ministre Jean Charest présentait hier, à l’Assemblée nationale, le discours inaugural de la 2e session de la 39e législature du Québec. On peut en retenir au moins deux choses.

Le gouvernement a un ambitieux «Plan nord» : «Ce Plan, qui sera réalisé en partenariat avec les Premières Nations et les Inuits, entraînera des investissements de milliards de dollars et la création de dizaines de milliers d’emplois.»

Le même gouvernement souhaite par ailleurs réintroduire le vouvoiement dans les écoles.

Si elle avait à parier, l’Oreille tendue, à regret et malgré son cynisme envers les annonces gouvernementales en matière d’économie, miserait tout sur le «Plan nord».

P.-S. — Merci à @Ant_Robitaille pour son compte rendu, sur Twitter et en temps réel, du discours du premier ministre.

Merci

Les occasions de se réjouir linguistiquement ne sont pas aussi fréquentes qu’on le souhaiterait. En voici une; saisissons-la.

Montréal, juillet 2010, mise en garde

Pas Sois prudent, ce qui n’aurait étonné personne au Québec. Pas Soyez prudents, ce qui aurait eu valeur collective. Pas Soyez prudent(e)s, ce qui aurait été politiquement correct. Soyez prudent : c’est bien à une personne qu’on s’adresse, à vous — «Ô Passant, soyez prudent.»

Ce vouvoiement singulier ravit l’Oreille tendue.