Le zeugme du dimanche matin et de Maxime Raymond Bock

Lettres québécoises, 187, hiver 2022, couverture

«C’est qu’en cherchant à humaniser certaines figures qui ont été figées raide, on peut en maintenir certaines autres dans leurs clichés. J’ai pris des notes et de l’expérience, ma cartographie s’en trouve complexifiée de ramifications fractales. Je vois des choses que j’avais ignorées au premier passage.»

Maxime Raymond Bock, «Du fond de ma grotte, ruelle Saint-Hubert», Lettres québécoises, 187, hiver 2022, p. 8-9, p. 9.

Le zeugme du dimanche matin et de Mme de Sévigné

Timbre français à l’effigie de Mme de Sévigné

«Je leur dirais : “Madame, voyons donc à quoi nous en sommes; faut-il vous reconduire ? Ne m’en empêchez donc point, et ne perdons pas notre temps et notre poumon.”»

Mme de Sévigné à Mme de Grignan, lettre du 8 avril 1671, dans madame de Sévigné, Lettres, introduction, chronologie, notes et archives par Bernard Raffalli, Paris, Garnier-Flammarion, coll. «GF», 282, 1976, 448 p., p. 95.

Le zeugme du dimanche matin et de la stylométrie

Florian Cafiero et Jean-Baptiste Camps, Affaires de style, 2022, couverture

«D’autant qu’à ce stade de sa vie, Pierre Louÿs a bien passé le sommet de sa gloire et s’enfonce peu à peu dans la dépression et les dettes.»

Florian Cafiero et Jean-Baptiste Camps, Affaires de style. Du cas Molière à l’affaire Grégory : la stylométrie mène l’enquête, Paris, Le Robert, 2022, 285 p., p. 115.

 

P.-S.—Ce jeudi, le 27 octobre, à 18 h 30, à la Bibliothèque universitaire de la Sorbonne nouvelle (8, avenue de Saint-Mandé, Paris 75012), l’Oreille tendue participera à une discussion autour de ce livre. Renseignements ici.

Le zeugme du dimanche matin et de Patrick Nicol

Patrick Nicol, J’étais juste à côté, 2022, couverture

«Quelqu’un a composé ça. Un homme, constitué des mêmes molécules que Pierre, et qui malgré ses moyens limités est arrivé à écrire cette musique, qui suppose pour son exposition l’effort conjugué de ces blonds, de ces bouclées, de tous ces muscles et de tout ce bois. Une œuvre.»

Patrick Nicol, J’étais juste à côté. Roman, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 176, 2022, 192 p., p. 140.