Portrait emprunté

Fred Vargas, l’Homme aux cercles bleus, édition de 2001, couverture

L’Oreille tendue collectionne les portraits (voyez ici). Elle ne s’y était toutefois pas encore mise au moment de sa lecture de l’Homme aux cercles bleus (1996).

Or ce roman policier de Fred Vargas en contient un beau spécimen, que vient d’exhumer Luc Jodoin sur son blogue, BiblioBabil (merci, encore une fois, Luc).

Danglard, qui avait un bon coup de crayon, comme on lui disait, caricaturait ses collègues. Ce qui fait qu’il s’y connaissait un peu en visages. La gueule de Castreau, il ne l’avait pas ratée par exemple. Mais d’avance, il savait qu’il ne s’attellerait pas au visage d’Adamsberg, parce que c’était comme si soixante visages s’y étaient entrechoqués pour le composer. Parce que le nez était trop grand, parce que la bouche était tordue, mobile, sans doute sensuelle, parce que les yeux étaient flous et tombants, parce que les os du léger maxillaire étaient trop apparents, ça semblait un cadeau que d’avoir à caricaturer cette gueule hétéroclite, née d’un véritable bric-à-brac au mépris de toute harmonie un peu classique. On pouvait envisager que Dieu s’était trouvé en panne sèche de matière première quand il avait fabriqué Jean-Baptiste Adamsberg, et qu’il avait dû racler les fonds de tiroirs, recoller des morceaux qui n’auraient jamais dû se trouver ensemble si Dieu avait disposé de bon matériel ce jour-là. Mais du coup, il semblait que Dieu, conscient du problème, s’était donné de la peine en échange, et même beaucoup de peine, et qu’il avait fait un coup magistral en réussissant de manière inexplicable ce visage. Et Danglard, qui de mémoire n’avait jamais vu une tête pareille, pensait que la résumer en trois coups de plume eût été une trahison, et qu’au lieu que ses traits rapides en extraient l’originalité, ils fassent à l’inverse disparaître sa lumière.

Fred Vargas, l’Homme aux cercles bleus, Paris, J’ai lu, coll. «J’ai lu. Policier», 6201, 2002 (1996), 219 p., p. 18.

P.-S.—On s’inquiétera, légitimement, de la concordance des temps dans la dernière phrase de l’extrait.

P.-P.-S.—Ce n’est pas la première fois que l’Oreille a l’occasion de citer du Vargas (voyez ).

Divergences transatlantiques 052

Catherine Lalonde, la Dévoration des fées, 2017, couverture

Il peut se passer toutes sortes de choses sous la table.

Selon le Petit Robert (édition numérique de 2014), se mettre les pieds sous la table signifie se laisser servir.

Pour le site ABC de la langue française, qui passe sous la table est réputé perdre sans marquer un seul point.

Chez Forum ados, on évoque plutôt les caresses buccales.

Aucun de ces sens ne paraît être d’un usage courant au Québec.

En revanche, il y est banal de dire d’une personne, voire d’une personne humaine, qu’elle est passée sous la table pour indiquer qu’elle a loupé un repas, soit parce qu’elle en a été privée, soit parce qu’elle est arrivée trop tard pour y avoir droit.

Exemple, tiré de l’excellent la Dévoration des fées de Catherine Lalonde (2017) : «Arrivent à la course, sinon mangeront froid leur noire avoine et le ragoût de chien d’été. Ou passeront en dessous de la table, c’est ça qui est ça, icitte» (p. 51).

Référence

Lalonde, Catherine, la Dévoration des fées, Montréal, Le Quartanier, «série QR», 112, 2017, 136 p.

Autopromotion 338

Cahiers Voltaire, 16, 2017, couvertureDepuis plusieurs années, l’Oreille tendue collabore aux Cahiers Voltaire, la revue annuelle de la Société Voltaire. Le numéro 16 a paru à l’automne 2017 (ISSN : 1637-4096; ISBN : 978-2-84559-127-1). Ci-dessous, sa table des matières.

L’Oreille y parle cette fois-ci d’une série de quatre romans du Québécois Patrick Senécal, Malphas (p. 189-192), et de deux films, l’un documentaire, Pour quelques arpents de neige… (1962), de Georges Dufaux et Jacques Godbout, l’autre de fiction, Quelques arpents de neige (1972), de Denis Héroux (p. 174-175). Elle y rend aussi compte de l’ouvrage Voltaire’s Revolution. Writings from his Campaigns to Free Laws from Religion de G.K. Noyer (p. 227-228).

*     *     *

Habib, Claude, Marc Hersant et Myrtille Mericam-Bourdet, «Table ronde au Panthéon sur l’affaire La Barre, 16 novembre 2016», p. 7-28.

Noyer, G.K., «La campagne “Écrasez l’infâme” a-t-elle influencé l’Amérique ?», p. 29-69.

Cussac, Hélène, «Topoï sur le coryphée de la secte dans quelques histoires littéraires de la Troisième République», p. 71-84.

Adams, David, «Une appréciation inédite de Voltaire ?», p. 85-91.

Loty, Laurent, «Les Mémoires de Candide de Delisle de Sales, sur la Nation et la Confédération européenne en 1802», p. 93-104.

Chardonnet-Darmaillacq, Damien, «Voltaire Pygmalion ! La promotion intéressée du comédien LeKain», p. 105-114.

Plante, Gilles, «Le Paysan parvenu de Marivaux, ou l’art consommé de persifler Voltaire», p. 115-136.

«Débat. Voltaire face à sa propre mort (IV). Coordonné par Marc Hersant», p. 139-153 : Sylvain Menant, «Le poète et sa mort : quelques esquisses voltairiennes»; Jan Herman, «Anecdote sur la sépulture de monsieur de Voltaire à l’abbaye de Sellières».

«Enquête sur la réception de Candide (XV). Coordonnée par Stéphanie Géhanne Gavoty», p. 157-175. Contributions de Stéphanie Géhanne Gavoty, Édouard Langille, Benoît Melançon, Abderhaman Messaoudi.

Pascal, Jean-Noël, «Relectures. Quand un professeur de gymnastique espagnol mettait La Henriade en cantique…», p. 179-188.

Melançon, Benoît, «Le projet Voltaire», p. 189-192.

Brown, Andrew, Flávio Borda d’Água et Ulla Kölving, «Manuscrits en vente en 2016», p. 193-208.

Kölving, Ulla, «Bibliographie voltairienne 2016», p. 209-220.

«Thèses», p. 221-226. Rubrique coordonnée par Nicolas Morel. Contributions de Thibaut Julian, Helder Mendes Baiao, Jean Rime, Laetitia Saintes.

«Comptes rendus», p. 227-244. Rubrique coordonnée par Alain Sandrier. Contributions de Benoît Melançon, Audrey Faulot, Caroline Boindin, Nicolas Brucker, Laurence Vanoflen, Alain Sandrier, Stéphane Pujol.