Autopromotion 366

«Élévation d’une bibliothèque avec pilastres d’ordre corinthien», gravure de Richard de La Londe et de Saint-Morien, 1784-1785La 348e livraison de XVIIIe siècle, la bibliographie de l’Oreille tendue, est servie.

La bibliographie existe depuis le 16 mai 1992. Elle compte 40 323 titres.

Illustration : «Élévation d’une bibliothèque avec pilastres d’ordre corinthien», gravure de Richard de La Londe et de Saint-Morien, Paris, Chez Chéreau rue des Mathurins, 1784-1785, Rijksmuseum, Amsterdam

Michel Tremblay

Le 30 octobre 2017, l’Oreille tendue remettait, au nom de la Fondation Émile-Nelligan, le prix Gilles-Corbeil à Michel Tremblay pour l’ensemble de son œuvre. On peut lire l’éloge qu’elle a alors prononcé ici.

Le 22 mai dernier, à l’Université de Montréal, l’Oreille s’entretenait avec l’écrivain dans le cadre du séminaire de création littéraire «Habiter le territoire» de sa collègue Marie-Pascale Huglo.

Le site udemnouvelles publie aujourd’hui un article sur cet événement.

La vidéo de l’entretien est sur YouTube.

Vous en connaissez, vous ?

Logo original de la série télévisée Gossip GirlL’Oreille tendue donne actuellement un cours sur le blogue. Dans ce cadre, elle est à la recherche d’œuvres de fiction qui représentent cette pratique d’écriture.

Des exemples ?

Le blogue du docteur John Watson dans la série télévisée Sherlock.

L’épisode de The West Wing où Josh Lyman démontre qu’il ne comprend rien à cette forme d’expression.

Le film Julie & Julia de Nora Ephron (2009).

Les romans de la série Gossip Girl et les émissions de télévision qu’on en a tiré.

Le Compteur intelligent. Carnets libres, volume II de Daniel Sylvestre (Montréal, La Mèche, coll. «Les doigts ont soif», 2013, 92 p. Ill.).

Vous avez d’autres suggestions ? Les commentaires sont ouverts. Merci à l’avance.

P.-S.—Des livres tirés de blogues ? Non merci : pour l’instant, l’Oreille a ce qu’il faut sur ce plan.

Illustration : Logo original de la série télévisée Gossip Girl. L’élite de New York, disponible sur Wikimedia Commons