Accouplements 116

«Sous les pavés, la plage», illustration de Noelbabar, domaine public(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

C’est le mois et l’année qui veulent ça : on commémore Mai 1968.

Déjà, le 13 novembre 2017, Claro évoquait sur son blogue «l’âge des pavés» pour rendre compte d’un livre d’Yves Pagès, Tiens, ils ont repeint ! 50 ans d’aphorismes urbains de 1968 à nos jours (Paris, La Découverte, 2017, 300 p.).

Ces jours-ci, dans le périodique suisse la Couleur des jours, l’ami Michel Porret fait paraître «Les pavés sur la gueule» (numéro 27, été 2018). Il y fait l’histoire, exemples à l’appui, de cet «âge des pavés». Ça commence avec les Romains, ça passe par Paris il y a cinquante ans — «Le pavé résume l’insurrection du Quartier latin» — et ça va jusqu’à aujourd’hui — «les révoltes logiques suivent d’autres voies, dont celle immatérielle des réseaux sociaux via le pavé numérique de l’ordinateur». C’est magnifique.

Illustration de Noelbabar, domaine public, disponible sur Wikimedia Commons

Accouplements 114

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Dans sa boîte de courriels, l’Oreille tendue a trouvé ce matin un texte de Gillian Pink consacré aux notes que Voltaire laissait en lisant, «Apprivoiser ses livres : Voltaire “marginaliste”». Elle y lit ceci :

«“Je voudrais bien savoir quel est l’imbecille […] qui a défiguré par tant de croix et qui a cru rempli de fautes le plus bel ouvrage de notre langue” : c’est ainsi que Voltaire réagit en marge aux traces qu’un autre a laissées dans son exemplaire des Œuvres de Racine.»

Pourtant, Voltaire ne fera pas différemment, grand annotateur qu’il était.

Hier, l’Oreille consultait le numéro de la revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures intitulé «Les blogs. Écritures d’un nouveau genre? ?», dirigé par Christèle Couleau et Pascale Hellégouarc’h (2010) et emprunté à sa bibliothèque universitaire. Certaines pages ressemblent à ceci.

Livre annoté à la bibliothèque de l’Université de Montréal

L’Oreille est bien d’accord avec Voltaire.

Accouplements 113

Charlotte Aubin, Paquet de trouble, 2018, couverture(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Dostie, Alexandre, Shenley, Montréal, Éditions de l’écrou, 2014, 93 p.

«t’es un amour de parking
un souvenir de banquette» (p. 63)

Aubin, Charlotte, Paquet de trouble. Poésie, Montréal, Del Busso éditeur, 2018, 99 p. Ill.

«j’te jure
c’est pas si compliqué que ça
fourrer dans un char» (p. 71)

P.-S.—Ce n’est pas la première fois que l’Oreille tendue s’intéresse aux transports amoureux : Melançon, Benoît, «Faire catleya au XVIIIe siècle», Études françaises, 32, 2, automne 1996, p. 65-81. URL : <http://www.erudit.org/revue/etudfr/1996/v32/n2/036026ar.pdf>.

 

[Complément]

Martineau-Lavoie, Ellie, les Bikinis couleur peau. Poésie, Montréal, Del Busso éditeur, 2018, 86 p.

«entre Montréal et Joliette
nous avons croisé des dizaines de voitures
au moins cinq camions
pas un seul ne s’est aperçu que tu avais ta main
dans ma culotte
durant tout le trajet
que mes cris couvraient la musique» (p. 83)

Accouplements 112

Michel Gay, Ce sera tout, 2018, couverture(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Roubaud, Jacques, Poésie, etcetera : ménage, Paris, Stock, coll. «Versus», 1995, 282 p.

«je suis un poète qu’on dit formaliste» (p. 58).

Gay, Michel, Ce sera tout, Montréal, VLB éditeur, 2018, 161 p. Ill.

«Je m’étonne qu’il faille rappeler un tel principe à un auteur “spécialiste du minimalisme”, si j’en crois certains on-dit» (p. 106 n. 78).

Il paraît difficile de se dire, soi-même, minimaliste.