Journal hexagonal

Comme un personnage des Fiançailles de Mr. Hire de Simenon, pour quelques jours, l’Oreille tendue aura «l’oreille tendue à la rumeur de Paris» (éd. de 2003, p. 307) et de la Normandie.

12 novembre

Aéroport Trudeau, Montréal

Aéroport Trudeau, Montréal

Un flambeau comme souvenir à rapporter à la maison ?

13 novembre

Boulevard Arago, Paris

Boulevard Arago, Paris, novembre 2016

Une nouvelle souscription paraît s’imposer.

Rue Daguerre, Paris

L’Oreille tendue : «Vous pouvez me recommander un bordeaux à boire tout de suite ?»

La caviste : «Vous préférez rive droite ou rive gauche ?»

L’Oreille s’est sentie soudain bien démunie.

Boulevard Edgar-Quinet, Paris

Aller si loin pour (encore) tomber sur un bar (à fruits).

Bar à fruits, boulevard Edgar-Quinet, Paris, novembre 2016

Avenue du Maine, Paris

Dans une pizzeria, la voisine de l’Oreille tendue ponctue ses phrases de «voilà». Cela lui fait penser à @fbon, qui est au Japon.

Métro Pasteur, Paris, 19 h 37

L’Oreille croise un homme portant un maillot des Rangers de New York — c’est du hockey. Même ici.

Rue de la Gaieté, Paris, 23 h 30

Un homme et son enfant dorment sur le pas d’une porte. La main de l’enfant dépasse d’un amas de couvertures.

14 novembre

Square C.-Nicolas Ledoux, place Denfert-Rochereau, Paris

Place Denfert-Rochereau, Paris, novembre 2016

Décidément, il y a de l’avenir pour les souscriptions.

Au vol, boulevard Saint-Michel, Paris

«Donc du coup voilà.» Voilà deux tics d’un coup.

Avenue de Rivoli, Paris

«Vous boirez quelque chose ?»

«Éventuellement, un verre de vin.»

C’est ce qui s’appelle une réponse ferme.

Cours du Commerce Saint-André, Paris

Décidément, il y a de l’avenir pour les bars (à chocolat).

Bar à chocolat, cours du Commerce Saint-André, Paris, novembre 2016

Sant-Germain-des-Prés

Au restaurant, le serveuse est ravie de notre accent. La personne avec qui l’Oreille mange lui explique que c’est un accent emprunté; il se dit marseillais, pratiquant l’accent québécois. La serveuse est sceptique. On est toujours l’accent de quelqu’un.

Entre Saint-Germain-des-Prés et Montparnasse, 22 h

Fréquemment, des personnes, seules ou en groupes, qui dorment sur le seuil des immeubles.

15 novembre

Gare Saint-Lazare, Paris

L’apocope était commune : Monop’ pour Monoprix. Elle s’est faite raison sociale.

Monoprix, gare Saint-Lazare, novembre 2016

Entre Mantes-la-Jolie et Vernon-Giverny

De la fenêtre du train, apercevoir une silhouette solitaire, debout dans un cimetière coloré. Il y a peu, c’était les vacances de la Toussaint.

Rouen

Arrivé en gare de Rouen, la SNCF espère que nous avons «effectué» un bon voyage. «Fait», c’est trop simple ?

Université de Rouen

Maurice Richard à l’université ? Bien sûr.

Conférence sur Maurice Richard, affiche, novembre 2016

16 novembre 2016

Irish Pub, Rouen

L’Oreille (qui n’est pas née de la dernière pluie) va prendre un verre avec un collègue, aujourd’hui retraité. À la sortie, le serveur leur lance «Salut, les gars !» L’Oreille et son collègue auraient pu se sentir jeunes — à prononcer djeunes.

Quais de la Seine, Rouen

Un homme seul dort emmitouflé sur le seuil d’un immeuble.

Place Henri-IV, Rouen

Aptonyme du soir.

Mme Biberon, sage-femme, Rouen

17 novembre 2016

Rouen

Le soleil existe-t-il toujours ? Brille-t-il quelque part ? L’Oreille s’inquiète.

18 novembre 2016

Université de Rouen, 10 h 13

Première occurrence du mot posture au colloque auquel participe l’Oreille.

Université de Rouen, 10 h 54

Première occurrence du mot rebondir.

Université de Rouen, 11 h 12-11 h 32

Le soleil existe.

Université de Rouen, 15 h 04

«Nous allons passer à la seconde intervention — pardon : à la deuxième.» Merci.

Rue du Général-Giraud, Rouen

Une demi-Oreille tendue.

Rue du Général-Giraud, Rouen, novembre 2016

Référence

Simenon, Georges, les Fiançailles de Mr. Hire, dans Romans. I, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 2003, p. 213-318.

Nouvelles du vivier scolaire

Périodiquement, l’Oreille tendue mène des enquêtes scientifiques dans les cours d’école montréalaises, histoire de suivre l’évolution du parler jeune. De ses plus récents sondages (n = 1), elle tire deux observations.

L’apocope est toujours aussi utilisée : dèg (pour dégueulasse) ou peurf (pour perfect, parfait).

Un nouvelle expression, du moins pour l’Oreille, se fait ouïr : sauce (ou, c’est pareil, tu dis de la sauce). Le mot, surtout populaire de la première à la troisième secondaire, aurait trois significations :

mentir (—Mon père est une vedette de la blogosphère. —Sauce !);

dire n’importe quoi (—Je suis une vedette de la blogosphère. —Tu dis de la sauce !);

ne pas avoir rapport (—J’ai regardé le match hier. —Le gardien est une vedette de la blogosphère. —Sauce !).

À votre service.

Trop, c’est comme pas assez, ter

L’Oreille tendue a eu l’occasion de le dire et de le répéter : l’apocope est populaire.

Presque symétriquement, en quelque sorte, on trouve des cas où, au lieu de couper des lettres ou des mots, certaines personnes décident, sans raison apparente, d’en ajouter (voir ici et ).

Prenons trois cas récents.

Une photo prise par @ZabethRousseau rue Sainte-Catherine à Montréal :

Publicité au Complexe Desjardins, janvier 2013

Un texte recopié de l’Infolettre de la Commission scolaire de Montréal, sur Twitter, par @PimpetteDunoyer : «Persévérer, c’est donner libre cours à sa détermination […] c’est de rendre hommage au métier d’élève.»

Un tweet de @Samuel_Cramer : «Viens d’entendre une fille avec de faux ongles dire : “Amis de gars.” Que vient faire le “de” dans cette expression ? #songeur #perplexe.»

Faudra-t-il dorénavant se méfier des «de» en trop («de trouver», «de rendre hommage», «de gars») ? Si peu d’heures, tant de combats (perdus d’avance).

P.-S. — Au Québec, «ami de gars», comme «amie de fille», serait un syntagme figé ? L’Oreille n’en disconvient pas.

 

[Complément du 22 février 2013]

Confirmation du «P.-S.» par @ZabethRousseau : «Dans Bonheur d’occasion [Gabrielle Roy, 1945], Florentine devient “l’amie de fille” d’Emmanuel.»

 

[Complément du 20 mars 2013]

Le Parti libéral du Québec, durant son congrès des derniers jours, a fait tourner une chanson de Pierre Lapointe sans lui demander la permission. En réponse, l’auteur-compositeur-interprète publie aujourd’hui une «Lettre de Pierre Lapointe au PLQ» sur le site du journal la Presse. (Merci à @ZabethRousseau d’avoir signalé ce texte à l’Oreille.)

Lapointe aime manifestement la préposition qui nous occupe (l’Oreille souligne) : «De se l’approprier pour vendre une idéologie, de s’en servir comme d’un souffle politiquement chargé sans demander au propriétaire de la dite [sic] chanson sa permission, est une grave erreur morale et un manque de respect flagrant»; «Aujourd’hui, de voir que vous vous appropriez une de mes chansons, sans même avoir la cohérence d’esprit de vous souvenir que vous avez utilisé mon nom, pour salir l’image de tous les artistes qui portaient le carré rouge, me dégoûte».

C’est encore un de inutile que l’on trouve dans «Dois-je en comprendre qu’on peut utiliser les artistes là où ils sont profitables, le temps d’un court instant, pour ensuite les jeter ?» et dans «Dois-je en comprendre qu’une œuvre existe pour vendre une image, en ne tenant pas compte de son créateur et de ce qu’il symbolise, même si cet artiste est toujours vivant ?».

Voilà une vraie passion prépositionnelle.

Coupé, deux fois

On l’a dit : qui consomme, au Québec, peut soit encourager le capitalisme (Je consomme beaucoup) soit avoir des problèmes de toxicomanie (Je consomme beaucoup). Dans le second cas, il s’agit d’une forme d’apocope : au lieu de consommation de drogue / d’alcool / etc., on dit tout simplement consommation.

Les traducteurs de Jo Nesbø, dans l’Homme chauve-souris, mettent «conso» pour «consommation» (p. 278).

Pour un Québécois, cela ressemble fort à une double apocope : consommation de drogue => consommation => conso.

Référence

Nesbø, Jo, l’Homme chauve-souris. Une enquête de l’inspecteur Harry Hole, Paris, Gallimard, coll. «Folio policier», 366, 2012 (1997), 473 p. Traduction d’Élisabeth Tangen et Alex Fouillet.