Bilan de fin d’année

Dépanneur, t-shirt, Musée McCord, juillet 2017

Quels sont les douze sujets qui ont attiré le plus de lecteurs chez l’Oreille tendue en 2018 ?

L’utilization (sic) de sic

Le genre de thermos

Le genre d’autobus

Le genre de trampoline

Le mot (belge de l’année) malaisant

Gosse

Le juron crisse

Pantoute

Yolo

Mot(t)on

Vag(g)

Germaine

À votre service.

2018 en livres

L’Oreille tendue vit dans les livres : elle en écrit, elle en édite, elle en commente (en classe, ici, ailleurs, à l’écrit et à l’oral). Et elle en lit. Que retenir de ses lectures de 2018 ?

Qu’elle a relu des classiques, George Dandin de Molière, Jacques le fataliste de Diderot et des textes épars d’Arthur Buies, en y retrouvant son habituel bonheur.

Qu’elle a lu des livres sur la langue, notamment ceux de Michel Francard — Tours et détours. Les plus belles expressions du français de Belgique (2016), Vous avez de ces mots… Le français d’aujourd’hui et de demain ! (2018), Tours & détours le retour. Les plus belles expressions du français de Belgique (2018) —, et sur l’édition — l’Édition à l’ère numérique de Benoît Epron et Marcello Vitali-Rosati (2018).

Qu’elle a apprécié la poésie de Marie-Hélène Voyer (Expo habitat, 2018) et de Maxime Catellier (Mont de rien, 2018), et la prose de David Turgeon (A propos du style de Genette, 2018) de Catherine Voyer-Léger (Prendre corps, 2018), d’Éric Chevillard (Défense de Prosper Brouillon, 2017), de Philippe Lançon (le Lambeau, 2018) et de Serge Bouchard (les Yeux tristes de mon camion, 2016).

Elle a aussi lu des romans.

Elle devrait continuer à lire en 2019.

Divergences transatlantiques 055

Michel Francard, Tours & détours le retour, 2018, couvertureLa phrase est célèbre : «The United States and Great Britain are two countries separated by a common language.» Il en existe des variantes : «The United States and Great Britain are two nations separated by a common language»; «The English and the Americans are two peoples divided by a common language»; «Americans and British are one people separated by a common language»; etc. On en attribue souvent la paternité à George Bernard Shaw, sans pouvoir citer de source exacte.

Les États-Unis et la Grande Bretagne seraient donc séparés par une langue commune. (On peut penser qu’il s’agit de l’anglais.)

La phrase a été reprise pour d’autres langues, l’italien et le néerlandais — mais pas pour l’allemand.

L’Oreille tendue vient d’en trouver une application au français (de France et de Belgique), sous la plume de Michel Francard, dans Tours & détours le retour (2018) : «Nous sommes deux pays qu’une même langue sépare, n’est-ce pas ?» (p. 155)

La collection est ouverte, comme il se doit : les contributions sont bienvenues.

Référence

Francard, Michel, Tours & détours le retour. Les plus belles expressions du français de Belgique, Bruxelles, Racine, 2018, 176 p. Illustrations de CÄät.

Fil de presse 028

Michel Francard, Tours & détours le retour, 2018, couvertureCi-dessous, quelques ouvrages récents sur la langue, classés, comme il se doit, par ordre alphabétique de titres.

À la recherche d’un signe perdu : J. B. de La Brosse, S. J., Eléments de langue montagnaise (1768), Chemins de tr@verse, coll. «Chartæ neolatinæ», 2018, 312 p. Édition du texte latin, traduction de Jean-François Cottier. Commentaire linguistique de Renée Lambert-Brétière.

Petitjean, André, Approches linguistique et stylistique de l’œuvre de Bernard-Marie Koltès, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, coll. «Langages», 2018, 219 p.

Arborescences, 7, 2017. URL : <https://www.erudit.org/fr/revues/arbo/2017-n7-arbo03935/>. Dossier «La norme orale en français laurentien», sous la direction de Marie-Hélène Côté et Anne-José Villeneuve.

Petitpas, Thierry, Français informel en classe de langue. Vocabulaire familier et populaire, Paris, L’Harmattan, 2018, 210 p.

Offord, Derek, Vladislav Rjéoutski et Gesine Argent, The French Language in Russia. A Social, Political, Cultural, and Literary History, Amsterdam, Amsterdam University Press, coll. «Languages and Culture in History», 2018, 702 p. Ill.

Colombat, Bernard, Bernard Combettes, Valérie Raby et Gilles Souffi (édit.), Histoire des langues et histoire des représentations linguistiques, Paris, Honoré Champion, coll. «Bibliothèque de grammaire et de linguistique», 61, 2018, 564 p.

Rey, Alain, Hommage aux mots. L’intelligence des dictionnaires, Paris, Hermann, coll. «Vertige de la langue», 2018, 262 p.

Nunez, Laurent, Il nous faudrait des mots nouveaux, Paris, Le Cerf, coll. «Culture», 2018, 192 p.

Françoise, Frazier et Olivier Guerrier (édit.), la Langue de Jacques Amyot, Paris, Classiques Garnier, coll. «Rencontres», 352, série «Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance européenne», 98, 2018, 232 p.

Neologica, 12, 2018, 276 p. Dossier «Lexique : nouveauté et productivité».

Périard, Mario, l’Orthographe, un carcan ? Une déconstruction du mythe orthographique de A à Z, Montréal, M éditeur, 2018, 144 p.

Calabrese, Laura et Marie Veniard (édit.), Penser les mots, dire la migration, Louvain-la-Neuve, Éditions Academia, coll. «Pixels», 2018, 204 p.

Francard, Michel, Tours & détours le retour. Les plus belles expressions du français de Belgique, Bruxelles, Racine, 2018, 176 p. Illustrations de Cäät.

L’oreille tendue de… E. Greyson

«Elle portait à sa tête évidemment endolorie sa main blanche et potelée d’ordinaire, sèche et tremblante en ce moment. De temps à autre, elle consultait du regard la petite horloge, dont les aiguilles marchaient, à son gré, avec trop de rapidité; à la seule audition du tic-tac du balancier, on aurait pu croire, en effet, que l’horloge luttait avec toutes les horloges de l’univers à qui précipiterait le plus de secondes dans l’éternité. Et cependant le couvert n’était pas encore enlevé, maman Degoute ne s’absorbait pas et c’est en vain qu’on eût tendu l’oreille pour entendre le ronflement sonore et uniforme du chef de famille.»

E. Greyson, «Un fait divers», Revue de Belgique, 16e année, tome LI, 1885, p. 258-281, p. 258-259.