Archives pour la catégorie Belgique

Du nouveau sur Simenon

L’Oreille tendue s’en doutait depuis quelques années : Georges Simenon (1903-1989) était québécois. La preuve ? Son vocabulaire, bourré de mots et d’expressions propres au Québec.

Dans La neige était sale (1948), il y a des «bancs de neige» (éd. 2003, p. 89) et un personnage déclare péremptoirement : «Cela n’a pas de bon sens» (p. 83).

Auprès de quoi se chauffe-t-on dans l’Affaire Saint-Fiacre (1932) ? D’un «calorifère» (éd. 2003, p. 162). Que porte-t-on aux pieds par mauvais temps ? Des «caoutchoucs» (Maigret et l’Affaire Nahour, 1967, éd. 1990, p. 318; le Chat, 1967, éd. 1990, p. 452, 460, 477).

Le romancier, comme c’est si fréquent au Québec, semble confondre pamphlet et brochure; c’est le cas dans Maigret a peur (1953, éd. 2006, p. 66). Pire : il lui arrive d’utiliser un verbe transitif sans complément d’objet, par exemple dans «J’ai quitté deux ans avant…» (le Voleur de Maigret, 1967, p. 49).

Les «ici dedans» (p. 51) et les «hier au soir» (p. 61) du Chien jaune (1936) sont chères au cœur de la mère de l’Oreille. Son grand-père disait lui aussi que quelque chose était écrit «sur le journal» (la Veuve Couderc, 1942, éd. 2003, p. 1163).

Voilà des signes qui, ajoutés les uns aux autres, ne sauraient mentir.

Des esprits pinailleurs vous diront que, dans certains cas, il ne s’agit pas seulement de québécismes, mais aussi de belgicismes, voire que des emplois, après 1945, peuvent avoir été inspirés à Simenon par sa rencontre avec la Canadienne Denyse Ouimet, qui sera sa compagne jusqu’en 1964. Ce serait trop simple. L’Oreille ne l’entend pas de cette oreille.

 

[Complément]

Promis juré craché : l’Oreille tendue, au moment de mettre ce billet en ligne, ignorait que Simenon était mort, en 1989, un… 4 septembre.

 

Références

Simenon, l’Affaire Saint-Fiacre (1932), dans Romans. I, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 495, 2003, p. 105-212 et 1354-1365.

Simenon, le Commissaire Maigret. Le chien jaune (1936), Paris, Le livre de poche, coll. «Le livre de poche policier», 869, 1963, 20 p. Présenté par Marcel Aymé.

Simenon, la Veuve Couderc (1942), dans Romans. I, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 495, 2003, p. 1043-1169 et 1458-1471.

Simenon, La neige était sale (1948), dans Romans. II, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 496, 2003, p. 1-199 et 1503-1519.

Simenon, Maigret a peur (1953), Paris, Librairie générale française, coll. «Le Livre de poche», 14245, 2006, 188 p.

Simenon, Maigret et l’affaire Nahour (1967), dans Œuvre romanesque, Libre expression et Presses de la Cité, coll. «Tout Simenon», 1990, p. 315-424.

Simenon, le Chat (1967), dans Œuvre romanesque, Libre expression et Presses de la Cité, coll. «Tout Simenon», 1990, p. 425-540.

Simenon, le Voleur de Maigret (1967), Paris, Presses de la cité, coll. «Maigret», 44, 1967, 182 p.

Ne dégagez pas, y a à voir

«Charest dégage.»
Pancarte, Verdun, 24 mai 2012

Laurent d’Ursel est un artiste belge. On lui droit le dégagisme, une «sorte de mouvement qui promeut la manifestation comme forme d’art contemporain», explique le site OWNI.

Afin de parvenir à ses fins, d’Ursel a édicté des «règles très précises : il faut des flics, une autorisation, un slogan et des concepts. Il faut que ça soit un peu chiant, comme toute manif.»

Cela s’applique parfaitement à la situation actuelle au Québec et à sa passion subite pour les casseroles frappées en public.

Les percussionnistes en extérieur sont souvent encadrés de policiers.

En vertu de la loi 78, ils auraient dû donner à ceux-ci l’itinéraire de leur manifestation, afin d’obtenir une autorisation.

Ils ont un slogan : «La loi 78, on s’en câlisse

Ils s’appuient sur des concepts : non-violence, participation populaire, nécessité de se faire entendre (littéralement) de leurs dirigeants, volonté de changer la politique, etc.

Leurs sonorités et leurs déplacements peuvent, à l’occasion, faire chier le badaud.

Cela étant, on casserolerait pour la bonne cause. Pour le dire comme Sartre, le dégagisme — donc le casserolisme — est un humanisme.

P.S.—C’est, encore une fois, comme pour les verbes et les fleurs de rhétorique, une affaire de fesses. On n’en sort pas.

Académiciens à la rescousse

Le lien se trouvait dans une chronique récente de Pierre Assouline dans le Monde des livres, «L’Académie française s’attaque à la chienlit lexicale» (21 octobre 2011, p. 6). Il renvoie à une innovation sur le site de l’Académie : «Voici la première série de cette nouvelle rubrique, Dire, Ne pas dire, qui donne le sentiment de l’Académie française sur les fautes, les tics de langage et les ridicules qui s’observent le plus fréquemment dans le français contemporain.»

Au menu de cette première livraison, quatre rubriques. «Emplois fautifs» : Sur; Après que; Pas de souci; Au niveau de. «Néologismes et anglicismes» : Impacter; Best of. «Extensions de sens abusives» : Gérer; Quelque part. «Les bonheurs et les surprises de la langue française» : Oui; Coi / quiet.

Le titre est poussiéreux. Les emplois fautifs, les néologismes, les anglicismes et les extensions de sens réputées abusives, itou.

La preuve est faite une fois de plus, et bien faite : les portes ouvertes sont les plus faciles à enfoncer.

P.S.—L’Oreille tendue a le vague souvenir d’un livre, d’un article ou d’un chapitre de livre (belge ?) intitulé «Dites, ne disez pas». Elle aimerait fort en retrouver la référence.

Divergences transatlantiques 016

En manchette, dans la Presse du 25 avril 2011 : «La réforme du cabaret» (p. A2-A3).

Souhaite-t-on réformer un «Établissement où l’on sert des boissons» ou encore un «Établissement où l’on présente un spectacle et où les clients peuvent consommer des boissons, souper, danser» (le Petit Robert, édition électronique de 2010) ? Que nenni. Il s’agit en fait de rappeler que plusieurs cafétérias scolaires québécoises essaient de chasser la malbouffe de leur menu.

Que vient faire le «cabaret» dans cette histoire ? Il désigne, au Québec, le plateau sur lequel on dépose sa nourriture. Pour le Grand Dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française, ce terme «est un héritage de France; il découle de celui de “petite table ou plateau pour tasses à café, à thé, etc.” aujourd’hui considéré comme vieilli dans les quelques dictionnaires qui le consignent».

Des sources amicobelges assurent l’Oreille tendue que le mot est aussi usité dans les Ardennes.

Le «vieillissement» est affaire bien délicate en matière de langue.

P.S.—Qu’est-ce alors que le «Cabaret de la Pègre» ?