Journal de vacances (et de villégiature)

Vendredi, 8 juillet 2016

La première fois, c’était une italienne. Ce soir, une chinoise. Vive les pendaisons de grues de Structures universelles.

Grue chinoise, Saint-Roch-de-l’Achigan, juillet 2016
Grue chinoise, Saint-Roch-de-l’Achigan, juillet 2016

Mardi, 12 juillet 2016

Sur le bord du lac, le son d’une tchén’ssâ. Ce n’est que justice.

Découvrir que tu es une icône canadienne…

Canadian Who’s Who, publicité par courriel, juillet 2016
Canadian Who’s Who, publicité par courriel, juillet 2016

…mais que vous êtes des milliers.

Jeudi, 14 juillet 2016

En juillet 1976 s’ouvraient les jeux Olympiques de Montréal. Pour des raisons médicales — une histoire de tracteur mal réceptionné —, l’Oreille n’a pu faire autre chose que regarder les compétitions et leurs reprises pendant deux semaines de son lit d’hôpital. (1976, c’était avant Internet et ses choix.) Elle en a eu assez pour toute son existence. Cet été, elle ne suivra pas ce qui se passe à Rio.

Dimanche, 17 juillet 2016

En après-midi, sous un soleil qui tapait, il y avait à Joliette, dans le cadre du Festival de Lanaudière, un hommage à Ella Fitzgerald par Jessica Vigneault, «la fille de Gilles Vigneault», précisait le programme, et l’Orchestre national de jazz de Montréal («national de Montréal» ? Passons). Fan d’Ella, l’Oreille tendue y était. Il serait injuste de comparer Jessica Vigneault, «la fille de Gilles Vigneault», à Ella Fitzgerald. N’essayons même pas.

Mardi, 19 juillet 2016

Qui dit villégiature dit lectures de villégiature, voire lectures de locations de villégiature : des livres découverts dans des maisons inconnues. L’année dernière, à Barcelone, l’Oreille avait ainsi lu un Gérard de Villiers (son premier, et personne n’y feulait). Cet été, ce fut un San-Antonio, Salut, mon pope !, de 1966. L’Oreille n’avait pas lu du Frédéric Dard depuis plus de trente-cinq ans. Elle se souvenait de l’importance de l’incise chez l’auteur, de sa passion pour le calembour, de son enflure verbale assumée, de l’inintérêt des intrigues. Elle a retrouvé le plaisir du zeugme, de la liste, de l’énumération. Elle avait cependant oublié la misogynie et l’homophobie (grec, donc pédé) de l’ensemble. Les vacances servent aussi à cela. (Heureusement, il y avait aussi des Simenon : le Coup de Vague, de 1938, les Fantômes du chapelier, de 1949, et Maigret à l’école, de 1954. C’était nettement mieux que San-A., bien que le deuxième roman soit assez clairement raciste à l’occasion.)

Que seraient des vacances sans un 36 trous (de minigolf) ?

Le 15e trou du parcours Le Défi du Super Putt de Saint-Charles-Borromée, Québec, juillet 2016
Le 15e trou du parcours Le Défi du Super Putt de Saint-Charles-Borromée, Québec, juillet 2016

Jeudi, 21 juillet 2016

Centre-ville de Joliette. À l’entrée du restaurant, le drapeau noir-jaune-rouge. Dans les assiettes, des chicons. C’est bien la Fête nationale de la Belgique.

Chicon ? Endive — comme dans tremper son chicon.

Vendredi, 22 juillet 2016

Que seraient les vacances sans quelques parties de quilles (les petites, bien sûr) ?

Dimanche, 24 juillet 2016

Que seraient les vacances sans la baladodiffusion ? Recommandation du jour : Revisionist History de Malcolm Gladwell (ce génie).

Malcolm Gladwell
Malcolm Gladwell

Que seraient les vacances sans un animal (daim, écureuil, vacancier de la construction) surpris sur le chemin du chalet ?

Lundi, 25 juillet 2016

Pour la deuxième fois, commentaire du fils cadet de l’Oreille : «Djoke de prof.» Sa progéniture et elle n’ont pas tout à fait le même sens de l’humour.

Que seraient les vacances sans la conduite automobile des mous du bulbe sur les routes régionales du Québec ? (L’excellent @machinaecrire a une explication de ce phénomène; elle est ici.)

Mardi, 26 juillet 2016

Que seraient les vacances sans les souris (et le mulot) du chalet de location ?

Que seraient les vacances sans la fréquentation des classiques ?

Histoire de pêche, Chertsey upon Cairo, Québec, juillet 2016
Histoire de pêche, Chertsey upon Cairo, Québec, juillet 2016

Que seraient les vacances sans art religieux (et automobile) ?

Croix du chemin, route 125, Chertsey, Québec, juillet 2016
Croix du chemin, route 125, Chertsey, Québec, juillet 2016

Mercredi, 27 juillet 2016

Que seraient les vacances sans ces plaisanciers sans veste de flottaison et sans ces automobilistes sans clignotant ?

Que seraient les vacances sans des saucisses (au fudge) ?

Gastronomie québécoise, juillet 2016
Gastronomie québécoise, juillet 2016

Que seraient les vacances sans un peu de culture latine ?

Mise en garde, juillet 2016
Mise en garde, juillet 2016

Jeudi, 28 juillet 2016

Que seraient les vacances sans l’explosion du coût des données mobiles ?

Vendredi, 29 juillet 2016

Que seraient les vacances sans sa rue éventrée au retour ?

Samedi, 30 juillet 2016

Que seraient les vacances sans une longue et tortueuse séance de slalom entre les cônes montréalais ?

Lundi, 1er août 2016

Que seraient les vacances sans leur fin ?

Mises à jour du jeudi matin

De l’article Ayoye

De l’article Déboulonner / Dégonfler

De l’article Identité québécoise familiale trouble

De l’article Les lettres conjugales

De l’article Plagier Voltaire

De l’article Quitter (Simon Durivage)

De l’article Taiseux

De l’article -thèque

Autopromotion 244

Pucks en stock, 2016, couverture

Avec son collègue Michel Porret, l’Oreille tendue lance ces jours-ci un ouvrage consacré aux liens de la bande dessinée et du sport :

Pucks en stock. Bande dessinée et sport, ouvrage collectif dirigé par Benoît Melançon et Michel Porret, Chêne-Bourg (Suisse), Georg, coll. «L’Équinoxe. Collection de sciences humaines», 2016, 270 p. Ill. ISBN : 978-2-8257-1041-8. (34 CHF / 30 euros)

Illustration de couverture : Mirjana Farkas, Durand et Durant aux sports d’hiver. Hommage à Hergé, technique mixte

Présentation

Publications périodiques (quotidien, hebdomadaire, mensuel), récits complets de multiples formats, albums souples et cartonnés : dans ces imprimés, la représentation du sport occupe depuis l’aube du XXe siècle nombre de créateurs en France, en Belgique, en Suisse, au Canada, aux États-Unis, au Japon. Cette représentation, d’abord destinée à la jeunesse, élargit rapidement son public, car c’est tout le monde social qu’elle met en cause : discours sur le corps (avec ou sans uniforme ?), réflexions éthiques (que faire du dopage ?), interrogations politiques (quel sport pour quel régime ?), etc. Pour la toute première fois dans le monde francophone, douze textes essaient de répondre à ces questions.

Table des matières

«Introduction. Ça c’est du sport !», p. 9-16
Benoît Melançon et Michel Porret

Panoramas

«Mens sana in corpore sano : les corps en mouvement de la bande dessinée», p. 19-37
Philippe Videlier

«Esthétique de la bande dessinée sportive japonaise», p. 39-60
Éric Bouchard

Thèmes

«Veille à ta garde Johnny ! L’imaginaire de la boxe dans la bande dessinée», p. 63-99
Michel Porret

«BDHQ : bande dessinée et hockey au Québec», p. 101-117
Benoît Melançon

«Tenues sportives et costumes héroïques. Vêtements, performances et corps chez les sportifs et les super-héros», p. 119-138
Sylvain Rimbault

Auteurs et personnages

«Bécassine sportive ?», p. 141-157
Julie Gaucher

«Bicot et le sport. Une vision de l’Amérique de l’entre-deux-guerres offerte aux jeunes lecteurs français», p. 159-189
Denis Jallat

«Astérix gladiateur et Astérix aux Jeux olympiques. Description des pratiques antiques ou dénonciation des dérives du sport moderne ?», p. 191-207
Laurent Grün

«L’aventurier au ballon rond. Éric Castel, transitions et identités européennes», p. 209-226
Sébastien Farré

«Un esprit simple dans un corps sage et vice-versa. Images et discours sportifs chez Goossens», p. 227-246
Laurent Bozard

«Sport et cultures populaires dans l’œuvre d’Hervé Baru», p. 247-263
Vincent Marie

 

Débat

Michel Porret présentera l’ouvrage à Genève, chez Payot Rive gauche, le 2 juin, à 18 h, dans le cadre d’un débat animé par Sébastien Farré.

Débat, Bande dessinée et sport, Genève, 2 juin 2016

 

Comptes rendus

Gabriel Tremblay-Gaudette, «Du stade aux planches», site du magazine culturel Spirale, 12 septembre 2016 URL : <http://magazine-spirale.com/article-dune-publication/du-stade-aux-planches>

 

Complément bibliographique

Aceti, Monica, Jean-François Loudcher et Sébastien Laffage-Cosnier, «La débâcle de l’équipe suisse aux Jeux Olympiques d’Innsbruck (1964) croquée par Pellos dans le journal suisse romand la Semaine sportive», dans Michaël Attali (édit.), Sports et médias. Du XIXe siècle à nos jours, Biarritz, Atlantica et Paris, Musée national du sport, coll. «Sport, mémoire et société», 2010, p. 637-646.

Chante, Alain, «La fonction du sport et du sportif d’après la BD. Évolution dans le journal Tintin», Apollo BD, 2, septembre 1987, p. 3-12.

Fernández Truán, Juan Carlos et José Antonio Aquesolo Vegas, «E?volution du sport dans les bandes dessine?es en Espagne», dans Laurent Daniel (édit.), l’Art et le sport. Actes du XIIe colloque international du Comite? europe?en pour l’histoire des sports, Lorient 2007, Biarritz, Atlantica et Paris, Musée national du sport, coll. «Sport, mémoire et société», 2009, tome 1, p. 41-50.

Fournier, Bernard (édit.), Sport & BD, Paris, L’Équipe et Musée olympique de Lausanne, 2001, 96 p. Préface de Jérome Bureau.

Laffage-Cosnier, Sébastien, «Les archives de l’humour : de la jubilation au dégoût», STAPS. The International Journal of Sport Science and Physical Education, 35, 106, 2014, p. 100-101.

Laffage-Cosnier, Sébastien, Christian Vivier et Jean-François Loudcher, «Le corps sportif dans la presse illustrée pour la jeunesse. L’exemple de la série dessinée Jean-Jacques Ardent Athlète dans le journal Junior (1938-1939)», le Temps des médias, 19, 2012, p. 187-204.

Laffage-Cosnier, Sébastien, Christian Vivier et Michel Thiébaut, «Les Jeux olympiques célébrés par Bibi Fricotin, les Pieds Nickelés, Astérix et les Schtroumpfs», European Studies in Sports History, 7, 2014, p. 197-221.

Laffage-Cosnier, Sébastien, Jean-François Loudcher et Christian Vivier, «La guerre et ses représentations dans la bande dessinée : la destinée du héros sportif chez Pellos dans le journal Junior (1938-1940)», Modern & Contemporary France, 20, 3, 2012, p. 287-305.

Laffage-Cosnier, Sébastien, Jean-François Loudcher et Monica Aceti, «Un héros de bandes dessinées à la guerre : entre mythologies antiques et superpouvoirs sportifs», dans Luc Robène (dir.), le Sport et la guerre. XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 171-179.

Linari, Enzo (dir.), I fumetti e lo sport, Florence, Centro stampa Giunta Regione Toscana, coll. «Toscana Beni Culturali», 11, 2009, 123 p. Ill.

Loudcher, Jean-François, «Marcel Cerdan, la construction d’un mythe : analyse de sa représentation dans la bande dessinée de l’Équipe-Junior (1951) illustrée par Pellos et commentée par Robert Colombini», les Cahiers de l’INSEP, 46, 2000, p. 95-104.

Vivier, Christian, Sébastien Laffage-Cosnier et Michel Thiébaut, «Los Juegos olímpicos de Astérix y de los Pitufos : una nueva visión del deporte transmitida a juventud», dans Materiales para la historia del deporte. Suplemento Especial II. Congreso Internacional de Historia del Olimpismo. «Conrado Durántez», Séville, Universidad Pablo de Olavide de Sevilla et Asociacio?n Andaluza de Historia del Deporte, 2015, p. 46-62.

Vivier, Christian, Sébastien Laffage-Cosnier, Noemí García-Arjona, Teresa González Aja et Michel Thiébaut, «¿ Estaba dopado el pitufo debilucho ? Otra mirada sobre el atletismo olímpico de los años 80», Materiales para la historia del deporte, 12, octobre 2014, p. 41-51.

 

P.-S. — L’Oreille tendue est un brin marrie. C’est Michel Porret qui a trouvé le titre de l’ouvrage, et pas elle.

Silence venu du passé

C’était il y a plus de six lustres. L’Oreille tendue était jeune et en Belgique. Lisant un fait divers dans un quotidien liégeois, elle tomba sur le mot taiseux : un mari taiseux avait tué sa (ci-devant) dulcinée. Cela lui fit impression (à l’Oreille petite) : elle ne connaissait pas ce mot.

D’où son étonnement ce matin devant un tweet de @PaulJournet :

«Comme on dit au Québec» ?

Le dictionnaire numérique Usito ne connaît pas ce mot, pas plus que la Base de données lexicographiques panfrancophone (rubrique «Québec») ni le Multidictionnaire de la langue française de Marie-Éva de Villers (édition numérique de 2012).

En revanche, le Petit Robert (édition numérique de 2014) le connaît : «RÉGIONAL (Nord, Belgique) Personne qui, par nature, ne parle guère. Guillaume le Taiseux. => taciturne. Adj. “Flamands taiseux et sages” (Brel).»

Twitter — sous le clavier de @m_heili, @d_noureddine et @MichelFrancard — confirme : le mot est utilisé en Belgique, en Suisse, en France (Franche-Comté, Normandie).

L’Oreille a encore (parfois) bonne mémoire. Ouf.

 

[Complément du 4 juillet 2016]

Certains, dans le sud de la France, emploient aussi le mot, en un sens collectif :

 

[Complément du 6 juillet 2016]

La nouvelle éponyme (p. 59-123) du recueil le Dzi de Pierre Popovic s’ouvre et se clôt sur les mêmes mots : «Le vrai buteur est patient et taiseux.» Pierre Popovic est belge.

 

Référence

Popovic, Pierre, le Dzi, Montréal, Fides, 2009, 163 p.