Divergences transatlantiques 001

Le fils aîné de l’Oreille tendue grandit. (Elle s’en réjouit.) Son pantalon ne suit pas. (Elle s’en réjouit moins.)

Réflexe québécois : Tiens, il a de l’eau dans la cave.

Réflexe français : Tiens, il a un feu de plancher.

Le Québec et la France, l’eau et le feu ? (En matière de langue, bien sûr.)

 

[Complément du 26 août 2014]

Une image (publicitaire) vaut mille mots. (Source : la Presse+, 16 août 2014)

Publicité de Qualinet, la Presse+, 16 août 2014

 

[Complément du 17 mai 2021]

Twitter est un excellent observatoire linguistique.

@MathieuAvanzi : en Savoie, on dit aller aux fraises.

@FrncKv : en Normandie, aller à la pêche /aux moules / à pied.

@HLessard7 : au Québec, L’eau est haute chez vous.

 

[Complément du 20 décembre 2021]

Le site Français de nos régions, le 18 décembre dernier, publiait une enquête sur ce sujet, «Porter un pantalon trop court».

«Porter un pantalon trop court», 18 décembre 2021, carte

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

One thought to “Divergences transatlantiques 001”

  1. À Hull, du temps de ma jeunesse (disons 1970), on disait « L’eau est haute chez vous ». Je n’ai pas entendu l’expression à nouveau depuis, mais faut dire que j’ai cessé de grandir depuis un bon moment. On ne se moque donc plus de la longueur de mes pantalons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*